Articles

Annie Cudennec, Professeure de droit public à AMURE

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai préparé ma thèse de doctorat en droit sur la politique européenne des pêches à l’UBO au Centre de droit et d’économie de la mer (CEDEM), l’ancêtre d’AMURE. Nous étions aux prémisses de cette politique, ce qui était vraiment enthousiasmant. Plus précisément,  mes recherches portaient sur l’organisation des marchés au niveau européen. Les décisions prises à Bruxelles formaient alors un nouveau mode de gouvernance et j’ai pu analyser dans la cadre de ma thèse les difficultés de la France à s’adapter aux décisions prises par l’Union européenne. J’ai travaillé avec des pêcheurs locaux qui, à l’époque, avaient parfois du mal à comprendre ce mode de fonctionnement. Faire des recherches sur la gouvernance européenne des pêches était d’autant plus stimulant que  par la suite, la politique commune de la pêche a dû intégrer les exigences de la protection de l’environnement : il a été  passionnant d’analyser cette évolution. Après ma thèse, j’ai été recrutée à l’UBO et j’ai pu continuer mes recherches au CEDEM, recherches qui se sont notamment concrétisées par la chaire européenne Jean Monnet en droit européen de la mer.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

J’ai rejoint l’IUEM naturellement quand le CEDEM a intégré l’IUEM dès sa création en 1997.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je travaille toujours sur l’Union européenne et sur son droit. Ce qui m’intéresse, c’est la gouvernance de l’UE, tout particulièrement son rôle joué au niveau international. Je publie plus particulièrement sur cette thématique. J’analyse dans quelle mesure l’UE constitue un levier pour mieux préserver l’environnement marin mais aussi quels sont les freins à son action. La chaire Jean Monnet a été un bon moyen pour développer des recherches, mettre en place des actions (organisation d’un grand colloque sur la mer…) et renforcer la visibilité des travaux menés par les juristes d’AMURE. Cette visibilité se concrétise aussi aujourd’hui avec la publication – depuis maintenant une dizaine d’années – par les juristes d’AMURE, d’une chronique maritime dans la Revue de l’Union européenne.

Côté pédagogie, j‘enseigne quasiment à tous les niveaux, qu’il s’agisse de donner aux étudiants les bases du droit de l’UE (en L2, à Brest et à Quimper) ou de les initier au droit européen de la mer dans le cadre du Master Droit des activités maritimes. J’enseigne aussi le droit international de la mer en M1 comme en M2.

Je donne également des cours à l’extérieur, pour des organismes français (cette année l’Office français de la biodiversité (OFB)) ou internationaux (depuis près d’une dizaine d’années pour le Tribunal international du droit de la mer à Hambourg).

De plus, j’encadre des doctorants sur des sujets liés au droit européen de la mer comme la politique européenne arctique, la politique maritime européenne intégrée, la sécurité maritime, ou encore le label européen des produits de la mer (thèse co-encadrée avec Betty Queffelec).

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Souvenirs de colloques internationaux, des cultures différentes rencontrées lors des cours assurés à l’étranger…

En France, lorsque le cours est programmé à une certaine heure, les étudiants s’inquiètent (ou se réjouissent…) si l’on tarde à arriver. Je me souviens qu’à Fortaleza, une collègue devait venir me chercher à mon hôtel à 9h30 car j’avais un cours programmé à 10h. Elle est finalement arrivée à 9h55… L’accueil à l’université a été des plus chaleureux, j’ai été accueillie par le président qui m’a offert un délicieux café brésilien, suivi d’un jus d’açai ; avant que le doyen ne me fasse visiter la faculté. J’étais un peu inquiète tout de même en consultant ma montre et craignais de trouver un amphi vide, lorsque j’y suis enfin entrée… aux alentours de 11 heures 30. Mais non, les étudiants étaient tous là et m’attendaient tranquillement en sirotant, eux aussi, café et jus de fruit. La conférence de 2h s’est transformée en une discussion passionnante qui s’est prolongée jusqu’à 15h.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Peut-être la soutenance de la première thèse que j’ai dirigée, celle de Betty Queffelec, ma première doctorante, sur le thème de la diversité biologique marine, outil de recomposition du droit international de la nature. L’on se dit alors que la relève est assurée.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La mer bien sûr, autrement qu’à travers les textes !  J’aime naviguer depuis que je suis toute petite. Plus récemment, j’ai aussi découvert la montagne. Il y a beaucoup de points communs entre ces natures à priori si éloignées, en premier lieu la beauté de milieux souvent encore préservés mais si fragiles.

Crédit photos

B. Cudennec

Contact

Annie Cudennec / UBO

18ème rentrée des Masters des sciences de la mer et du littoral (SML) à l’IUEM

, ,

Mercredi 1er septembre, les étudiants de 1ère année de master admis dans les Masters SML seront accueillis à l’IUEM par le directeur de l’Institut, Frédéric Jean, qui abordera les missions de l’IUEM, son cadre ainsi que son histoire et son évolution. Le responsable des Masters, Guillaume Roullet, présentera la formation sous un angle général. Durant cette journée, les étudiants échangeront avec différents intervenants qui leur apporteront de nombreuses informations sur le déroulement et l’organisation de ces deux années d’études.

Histoire des Masters

Les sciences de l’environnement ne peuvent s’appréhender que selon une démarche transversale et pluridisciplinaire. Cette approche se justifie d’autant plus pour les espaces marins et littoraux qui sont aujourd’hui au coeur d’enjeux fondamentaux pour l’humanité : le changement climatique, la gestion et la protection des ressources vivantes et minérales des océans, les énergies marines renouvelables, le développement des transports internationaux ou la gestion des risques naturels et technologiques. Les questions soulevées nécessitent un travail commun entre enseignants et chercheurs des sciences expérimentales (écologues, géochimistes, biologistes, physiciens et géologues) et des sciences de l’homme et de la société (géographes, juristes, économistes). La mer et le littoral font aussi l’objet d’une intense actualité politique et institutionnelle.
Cette démarche transversale a conduit à la création en 2004 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur d’un domaine de formation « Sciences de la Mer et du Littoral », unique en France, au sein duquel s’est développé un Master pluri- et trans-disciplinaire. Après 17 années d’existence, ces Masters, qui sont implantés au coeur d’un pôle scientifique en sciences marines de dimension internationale, ont déjà montré leur puissant effet structurant et leur attractivité. Ils permettent de réunir les conditions pédagogiques du développement d’une expertise française dans le domaine des sciences de l’environnement marin et côtier.

Organisation et objectifs

Les Masters SML regroupent sous un même domaine 8 mentions parmi lesquelles 13 parcours : biologie des organismes marins, écosystèmes marins, sciences halieutiques et aquacoles (co accrédité avec l’Agrocampus Ouest de Rennes) / master international en biotechnologies marines (co accrédité avec l’UBS Lorient) / chimie de l’environnement marin / droit, mer et environnement / agriculture, mer et environnement (co accrédité avec l’Agrocampus Ouest de Rennes) / expertise et gestion de l’environnement littoral / géophysique marine, hydrodynamique navale (co accrédité avec l’ENSTA Bretagne), physique de l’océan et climat / géosciences océan, ingénierie et gestion des ressources côtières et littorales (co accrédité avec l’UBS Vannes).
Les parcours en sciences humaines privilégient une approche fondée sur les interactions avec l’homme au niveau marin et côtier, tandis que les sciences biologiques, chimiques, géologiques et physiques visent plutôt la compréhension du «système mer» dans tous ses aspects. Les parcours en physique et biotechnologies sont internationaux et l’enseignement se fait en langue anglaise.
Un grand nombre d’unités d’enseignement (UE) sont communes à au moins 2 mentions des Masters, et certaines sont suivies par les étudiants du master international IMBRSea de l’université de Gand. Dans ce cas, les cours sont également dispensés en anglais. Cette formation a pour objectif de former des chercheurs et des cadres capables d’appréhender les problématiques scientifiques actuelles et d’apporter des réponses adaptées aux problèmes posés en relation avec le domaine marin, océanique et les littoraux.
Les actions de formation en Master sont également au coeur du projet de l’Ecole Universitaire de Recherche (EUR) ISblue. Cette dernière a pour objectif de mieux intégrer et coordonner la stratégie d’enseignement et de recherche des partenaires, de rendre l’offre de formation plus attractive au niveau international, de renforcer l’interdisciplinarité, l’innovation pédagogique et l’approche pédagogique par compétences, ainsi que de développer les synergies entre le monde académique et le secteur socio-économique. A cet effet, beaucoup d’étudiants partent en stage à l’étranger, avec le soutien financier, notamment, du volet formation de cette École Universitaire de Recherche.

La vie associative est très développée au sein des masters puisque 4 associations d’étudiants sont recensées : Patel (Protection et aménagement du territoire et de l’environnement littoral) rattachée à la mention expertise et gestion de l’environnement littoral, Sea-ti-Zen historiquement pour la biologie mais désormais pour toutes les mentions, Tethys pour les géosciences et Sea-lex pour les juristes.

Rentrée 2021 : Quelques chiffres

Environ 270 étudiants sont inscrits pour cette année universitaire marquant une augmentation de près de 10 % des effectifs, qui oscillaient entre 175 et 200 étudiants depuis la création des masters SML en 2004.

Le rayonnement du master au niveau national et international est important. Ainsi, chaque année, environ 10 % des étudiants inscrits sont internationaux et la plupart des mentions reçoivent des étudiants européens ERASMUS.

Cette année, ils proviennent de 17 pays différents. Parmi les étudiants français, entre 30 et 50 % selon les années, proviennent d’établissements extérieurs à l’UBO. Le suivi professionnel des étudiants des masters montre une insertion professionnelle supérieure à 75 % dans les 2 années qui suivent l’obtention du diplôme et un pourcentage important de diplômés (50 % environ) en poursuite d’étude (doctorat) pour les 4 mentions en sciences biologiques, chimiques, géologiques et physiques marines.

Crédit photo

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Guillaume Roullet / UBO

 

Plongée dans l’Université d’été “Mer et Journalisme”

L’organisation de l’école d’été ISblue « Mer et Journalisme » est une première en France. Elle s’est déroulée à l’IUEM les 27 et 28 août 2019. 27 personnes, dont 24 journalistes des media nationaux, régionaux et locaux y ont participé, de même que 2 représentants d’une fondation et une avocate du Barreau de Paris. Cette formation avait pour objectif principal d’apporter un éclairage sur plusieurs « points chauds » dans le domaine de l’océanographie, les impacts du changement climatique, l’économie, le droit et les technologies des sciences marines. Elle s’est organisée autour de conférences, d’ateliers et de tables rondes pour aboutir à la convergence des scientifiques et des journalistes pour l’élaboration de communiqués de presse satisfaisant les exigences des deux professions.

Plus de 15 scientifiques d’ISblue ont apporté leur expertise, ayant tous à cœur de participer au transfert et à la médiatisation de leurs connaissances afin de sensibiliser le grand public aux défis socio-environnementaux liés à l’océan.

Pendant ces 2 journées, plus d’une soixantaine de personnes était présente en continu lors des plénières en amphi.

Le 27 août matin, après une allocution du président de l’UBO, Matthieu Gallou, le directeur, Fred Jean, a présenté l’IUEM. L’école a été introduite par Jean-Louis Etienne et Catherine Chabaud, parrain et marraine de l’événement. Paul Tréguer, coorganisateur, a rappelé la démarche visionnaire qui en 20 ans a abouti à la création de l’IUEM, de l’Europôle Mer, du Labex-Mer et d’ISblue, à forte visibilité internationale et montré que l’océan est aujourd’hui au cœur des questions sociétales majeures. Il a également précisé la composition d’ISblue. Pauline Letortu, coorganisatrice, a présenté le programme des 2 journées comprenant des conférences générales, des tables rondes et des ateliers.

Conférences générales

Laurent Chauvaud du LEMAR dans son intervention intitulé « Un océan d’idées nouvelles » a illustré comment l’étude des pectinidés, limité au départ au niveau local, l’a conduit à acquérir progressivement une vision mondiale de l’océan, de l’Arctique à l’Antarctique, en donnant désormais une dimension artistique à la recherche marine.

Jean-Pierre Gattuso du LOV, représentant du GIEC, a présenté « L’Océan de l’Anthropocène » en rappelant la sortie fin septembre du rapport du GIEC. Dans ce dernier, le rôle central de l’océan dans la régulation du climat et les risques engendrés par un changement climatique rapide sur le cycle du carbone et sur les écosystèmes marins est souligné.

Gilles Boeuf du MNHN a captivé son auditoire en traitant du sujet « Dans l’océan, une crise de la biodiversité ? » resituant le développement des organismes marins dans le schéma général de l’évolution et posant les éléments qui argumentent dans le sens d’une crise aigüe de la diversité dans l’océan sous les impacts anthropiques.

Les tables rondes 

La table ronde « Enjeux climatiques » était  animée par Guillaume Roullet du LOPS et Jean-Louis Le Corvoisier, animateur professionnel, avec la contribution par visioconférence de Gaël Durand de l’IGE Grenoble sur le thème «  Les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique sont-elles en train de fondre ? Quel est l’impact sur le niveau de la mer ? » et en présentiel de Pascale Lherminier du LOPS pour répondre à la question « Quels sont le rôle et l’évolution des courants océaniques en Atlantique nord dans le contexte du changement climatique ? »

La table ronde Enjeux climatiques animée par Olivier Thébaud d’AMURE et Jean-Louis Le Corvoisier a d’abord entendu Jean Boncoeur d’AMURE présentant « La soutenabilité des ressources biologiques exploitables : quel est l’effet des régulations à différents niveaux ? » puis Annie Cudennec d’AMURE sur la question « Au delà des zones de juridiction nationale, peut-on protéger la biodiversité ? »

La table ronde Enjeux technologiques animée par Patrick Poupon du PMBA et Jean-Louis Le Corvoisier a successivement entendu Nicolas Kolodziejczyk puis Jean Tournadre, tous deux du LOPS, répondre successivement aux questions « Quels nouveaux enjeux pour l’observation des océans ? » et « Quels défis pour l’océanographie satellitaire ? »

Les ateliers 

L’atelier risques côtiers a été animé par Catherine Meur-Férec du LETG-Brest et Jean-Louis Le Corvoisier. Après une présentation factuelle d’un événement où se croisent aléas et enjeux côtiers par Catherine Meur-Férec, le débat s’est engagé, avec et entre journalistes, sur la meilleure façon de traduire pour le grand public ce phénomène complexe.

L’atelier deep-sea mining animé par Pierre-Marie Sarradin, Ewan Pelleter et Arthur de Pas d’Ifremer a permis de pouvoir interagir avec des scientifiques sur un sujet complexe mais à fort potentiel économique.

L’atelier Formation avait pour objet de réfléchir à l’élaboration d’un préprojet d’emaster de formation continue sur le thème « Mer et Journalisme » en collaboration avec le Centre de Formation des Journalistes (Paris), représenté par sa directrice Julie Joly. Il a permis d’identifier les convergences de formation entre universitaires et les journalistes.

Crédit photos

Sébastien Hervé / UBO

Cécile Nassalang / CNRS

Contacts

Paul Tréguer

Pauline Letortu

Pages

Droit des Activités Maritimes

,

Master SML

Droit des Activités Maritimes

Les enseignements dispensés dans le cadre du Master s’appuient sur l’activité de recherche du laboratoire AMURE dont les trois axes de recherche sont  :

  • Economie bleue
  • Appropriation et responsabilité
  • Socio-écosystème et territoire

La mention vise à former des juristes spécialisés en droit de la mer, du littoral et des activités maritimes.

Ces professionnels seront aptes à détecter, analyser et traiter les problèmes juridiques relatifs aux régimes des espaces maritimes ainsi qu’aux diverses activités du monde maritime (ports, transports, assurances, pêche…).

  • Secteurs d’activités : assurances, conseil juridique, étude et expertise juridiques, organismes professionnels et syndicaux, entreprises privées ou publiques du secteur maritime, organismes de prestations sociales maritimes, banque maritime, coopératives maritimes, administration territoriale ou nationale interne et communautaire (environnement, équipement et transport – mer –, pêche).
  • Types d’emplois : juriste d’entreprise, chargé  d’affaires, du contentieux, conseiller juridique, administrateur…

Parcours

Droit, mer et littoral

L’objectif est de former des professionnels qui peuvent se charger ou être chargés de détecter, analyser et traiter les problèmes juridiques relatifs aux divers domaines des activités maritimes et du droit de la mer. Ils sont en mesure d’établir les pièces des dossiers litigieux, en assurant le suivi des affaires contentieuses, en définissant, concevant et rédigeant les documents, actes juridiques et réglementations utiles.

Télécharger la fiche formation

Voir la fiche formation sur le catalogue officiel de l’UBO

Contact


Gestion de l’environnement

,

Master SML

Gestion de l’environnement

La mention Gestion de l’environnement (EGEL) s’appuie sur les compétences développées dans trois unités de recherche de l’IUEM : le LETG  (géographie du littoral et de la mer), le LEMAR (biologie, chimie, écologie marine) et AMURE (Droit-économie).

Entre 2010 et 2014, 9% des étudiants ont poursuivi leurs études. 70% ont trouvé un emploi dans le domaine de l’environnement littoral. Exemple de postes : chef de projet (cartographe, généraliste de l’environnement), biologiste/ plongeur scientifique, chargé de projet ou de mission (environnement marin, pêche et conchyliculture, aires marines protégées, Natura 2000, schéma d’aménagement et de gestion de l’eau…).

Considérant la multiplication récente des textes liés à la gestion de la mer et du littoral (Grenelle de la Mer, Directive cadre Stratégie pour le milieu marin, Stratégie maritime française), les emplois tournés vers la mer devraient se développer dans les domaines de la planification de l’espace maritime et des énergies marines. Sur le littoral, les problématiques liées au changement climatique font appel à des compétences dans le domaine des risques côtiers.

Parcours

EGEL – Expertise et gestion de l’environnement littoral

EGEL est le parcours pluridisciplinaire du domaine SML. Le contenu pluridisciplinaire de l’enseignement associe cinq disciplines principales (géographie, biologie, chimie, droit et économie). Les intervenants du monde socioprofessionnel, locaux et nationaux, jouent un rôle majeur dans la formation EGEL, particulièrement en M2 où interviennent 70 % d’entre eux. Les enseignements intègrent 80 professionnels pour un total de près de 250 heures (dont 200 h en M2, soit 45% des enseignements). Une partie de ces interventions se fait sur le terrain, permettant ainsi aux étudiants une meilleure prise en compte des réalités.

Télécharger la fiche formation

Voir la fiche formation sur le catalogue officiel de l’UBO

Contact