Mesurer la glace ? pas de quoi en faire des vagues

,

La fonte inéluctable des glaces de mer rend nécessaire d’en estimer l’épaisseur. C’est possible, il suffit pour cela de mesurer les vagues…

La couverture de glace au niveau des pôles a beaucoup diminué depuis 1979, année des premières observations satellitaires, le réchauffement direct de notre atmosphère et les différents phénomènes physiques associés (modification des courants, intensification des événements climatiques extrêmes…) en sont les principaux responsables. Ainsi dans les régions polaires, les interactions entre les vagues et la glace sont de plus en plus importantes. En Arctique, l’étendue des glaces ayant considérablement diminué, la surface d’océan en eau libre a augmenté permettant aux vagues de se déployer. En Antarctique, les vagues ont un effet stabilisateur, elles viennent compresser la glace et lui opposent ainsi  une résistance à l’éloignement vers l’équateur et des eaux plus chaudes où elle fondrait.

Quand les vagues arrivent à hauteur d’un objet flottant, il les réfléchit et/ou les amortit, tout comme la quantité de mouvement qu’elles transportent. Cela produit une force horizontale sur l’objet (ici la glace de mer) qui peut amener son déplacement ou sa déformation. La compression entraîne l’épaississement des couches de glace flottantes sous forme d’empilements verticaux des morceaux de glace présents dans la zone de transition entre l’océan et la banquise (cf. fig. 1), c’est la Zone Marginale de Glace (ZMG). Les morceaux de glace, formant initialement une seule couche morcelée à la surface de la mer, peuvent se retrouver compressés jusqu’à se soulever pour s’empiler sur d’autres.  C’est le mouvement incessant des vagues qui favorise ce soulèvement en modifiant constamment les espacements et hauteurs des glaces flottantes. A partir d’un certain point, la force exercée par les vagues devient insuffisante pour compresser d’avantage la glace qui arrête alors d’épaissir.

L’étude présentée ici s’appuie sur la capacité de calculer la variation du mouvement de la glace à la surface de l’océan lorsqu’elle est soumise aux contraintes qui s’opposent à sa déformation : les contraintes externes sur la glace (les vagues, le vent, les courants) et la contrainte interne à la glace. Prenons l’exemple d’une boule de neige : la contrainte externe lui est imposée par nos mains qui tassent la neige tandis que la résistance de la neige au tassement, constitue la contrainte interne. L’opposition de ces deux contraintes, permet d’obtenir une boule de neige compacte, de taille constante pour une quantité de neige donnée.

Fig. 1 : Agrégation et compactage des morceaux de glace par les vagues (provenant de la gauche) vers la banquise (à droite)

Lorsque la glace ne bouge plus, on dit que le système glace-océan-atmosphère est à l’équilibre. Les contraintes externes et internes s’égalisent (la boule de neige est constituée et ne se tasse plus). Connaître la valeur de l’une des deux contraintes, c’est connaître la valeur de l’autre, on peut donc estimer les contraintes internes par des mesures extérieures (via un satellite par ex.), or comme on sait relier mathématiquement les contraintes internes à l’épaisseur de la glace, on peut alors déterminer celle-ci à partir de mesures océanographiques !

Des expériences ont ainsi été réalisées dans le parc national du Bic, véritable laboratoire naturel au long de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent (Canada). Durant l’hiver et malgré une couverture de glace presque totale, une partie du fleuve reste cependant libre de glace  par l’apport en eaux plus chaudes, provenant de l’océan Atlantique. Lors d’épisodes venteux, des vagues s’y forment (ce serait impossible si toute la surface du fleuve était gelée) permettant ainsi l’étude d’une ZMG. Des mesures comparatives de courant, de vent et d’épaisseur de glace ont donc pu y être effectuées. Des bouées équipées de capteurs de mouvements et placées en différents points toujours plus éloignés du bord, ont permis d’effectuer des mesures de vagues (cf. fig. 2a) ; ce positionnement permet d’évaluer l’atténuation progressive des vagues par la glace. On observe ainsi (cf. fig. 2b) que l’énergie des vagues, mesurée pour chaque bouée, diminue à mesure qu’on s’éloigne de la zone d’eau à l’air libre, en suivant une loi de décroissance exponentielle.

En pratique, cette atténuation peut être ici associée à trois phénomènes : la réflexion des vagues sur la glace et vers le large, la dissipation de l’énergie des vagues par la turbulence (remous occasionnés par la rencontre entre les vagues et la glace) ou encore la friction entre morceaux de glace. Le premier phénomène reste négligeable car les morceaux de glaces sont de petites tailles vis-à-vis de la longueur des vagues (ce n’est pas toujours le cas). Le second n’a pas pu être mesuré durant les missions de terrain (mais compte tenu d’autres observations, il peut ne pas être négligeable). Ainsi, si l’atténuation examinée ici tient compte uniquement de la friction des glaces (troisième phénomène), il faut souligner que le résultat final est probablement sous-évalué, car l’effet de turbulence n’a pas été pris en considération.

Fig. 2a : Zone d’étude avec le parcours réalisé par les bouées lors d’une des séries de mesures. L’échelle de couleur indique le temps associé à la position de chaque bouée.

Fig. 2b : Atténuation de l’énergie E des vagues en fonction de la distance Xice au bord de glace. Plus la couleur est foncée, plus la bouée considérée se situe loin du bord.

Les mesures d’épaisseur ont été réalisées via des trous percés dans la glace, on y a introduit un bâton terminé d’un crochet afin de ne pas dépasser la surface inférieure du glaçon. Les mesures de vent et de courant ont montré que leur effet sur la glace reste négligeable comparé à celui des vagues. De ce fait, la mesure de l’atténuation des vagues permet directement d’estimer l’évolution de la contrainte externe des vagues sur la glace et celle de l’épaisseur de glace en fonction de la distance au bord de glace (cf. fig. 3).  Cette épaisseur croît rapidement jusqu’à atteindre une valeur maximale constante, concomitante à la disparition totale des vagues. La modélisation de l’évolution d’épaisseur de la glace correspond bien aux mesures effectuées sur le terrain. La disparité des mesures individuelles est due à la forte variabilité de l’état de surface de la glace.

Fig. 3 : Evolution de l’épaisseur de glace ζ divisée par l’épaisseur de glace à l’équilibre ζeq en fonction de la distance au bord de glace χ. La ligne noire désigne le modèle mathématique, les ronds  les mesures par bouée, les croix les mesures directes de l’épaisseur, les carrés et le losange jaunes les moyennes des croix.

Ces résultats sont encourageants pour la communauté scientifique. En effet contrairement aux mesures des vagues observées toujours plus précisément via les données satellitaires, les estimations d’épaisseur de glace restent très difficiles à réaliser dans des conditions identiques. Grâce à cette découverte, l’estimation par satellite de l’épaisseur des glaces à partir des mesures de vagues devient envisageable (au moins dans des conditions similaires à celles présentées dans cette étude).

Médiation scientifique:

Assurée par Luc Barast, doctorant de lÉcole Doctorale des Sciences de la Mer et du Littoral (EDSML – Université Bretagne – Loire), en 1ère année de thèse dans l’équipe SIAM au sein du Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale (LOPS) à l’Ifremer.

L’article

Marginal ice zone thickness and extent due to wave radiation stress.

https://doi.org/10.1175/JPO-D-17-0167.1

Les auteurs

Ce travail résulte d’une collaboration entre Peter Sutherland, (Ifremer, Univ. Brest, CNRS, IRD, Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale, IUEM, Brest, France) et Dany Dumont (Institut des Sciences de la Mer de Rimouski, Université du Québec à Rimouski, Rimouski, Quebec, Canada) autour du projet BicWin, à propos de l’étude des phénomènes physiques et océanographiques des ZMG à partir du laboratoire naturel que constitue le parc du Bic.

La revue

« Journal of Physical Oceanography » est une revue publiée par l’American Meteorological Society. Elle traite de la physique des océans et des processus ayant lieux à leurs frontières. Les articles qui y sont publiés sont tout aussi bien basés sur de la théorie, des mesures de terrain ou par satellite, ou encore sur des résultats numériques.

Pour en savoir plus
https://www.quebecscience.qc.ca/sciences/les-10-decouvertes-de-2018/mesurer-force-vagues-canot-a-glace/

Contacts

Auteurs : consulter l’annuaire de l’IUEM

Bibliothèque La Pérouse : Suivi éditorial, rédaction, corrections et mise en page : Fanny Barbier

Service Communication et médiation scientifique : communication.iuem@univ-brest.fr

Webinaire “Changement climatique : Expérience d’une auteure du GIEC” le 8 décembre

Un premier webinaire sera animé par Anne Marie Tréguier le jeudi 8 décembre 2022 de 18h15 à 19h30 : “Changement climatique : Expérience d’une auteure du GIEC”. Cet événement est gratuit sur inscription, vous pouvez contacter l’équipe Alumni SML ici.

Anne-Marie Tréguier est directrice de recherche au CNRS et océanographe physicienne membre du laboratoire de physique des océans (LOPS). Elle a co-rédigé le volume 1 du 6ème rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur l’état physico-chimique du climat (août 2021).

Témoignage : Apolline SAMIN

Apolline SAMIN, diplômée du master Chimie de l’environnement marin en 2019

 

Quel Master avez-vous suivi à l’IUEM ?

Chimie de l’environnement marin

Quel est votre souvenir le plus marquant ? (vie étudiante, Sorties terrains…)

Lorsque les étudiants de l’université d’Utrecht étaient venus pour 10 jours de ‘field work’. J’ai aussi beaucoup apprécié les sorties sur l’Albert Lucas.

Connaissiez-vous Brest et sa région ? Qu’est-ce qui vous a plu et déplu ?

Oui, j’ai grandi à Crozon alors je connais bien Brest. Brest est une ville où il fait bon vivre. Elle n’est pas très grande mais les gens sont sympas et les plages sont très accessibles – un plus quand on étudie l’océanographie !

Qu’aimeriez-vous dire à un étudiant qui a démarré son Master en septembre 2022 ?

Profite de tes deux années pour toucher à tout. La chimie peut t’entrainer vers la bio, la géo ou même la biogéochimie. Tu as deux stages donc deux opportunités de voyager et de trouver ce qui te passionne. N’oublie pas que l’anglais est indispensable si tu veux poursuivre dans la recherche alors ne te limite pas à la France.

 

 

Philippe Nonnotte, Ingénieur de recherche en géochimie et spectrométrie de masse à Geo-Ocean

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait toutes mes études supérieures à l’UBO, dont mon DEA Géosciences marines à l’IUEM. J’ai démarré ma thèse en 2003 sur les structures volcano-tectoniques de la zone de divergence Nord-Tanzanienne. Le but de cette étude était de proposer une caractérisation de la pétrologie et de la géochimie du volcanisme de la zone depuis 10 millions d’années ; ainsi que de mieux comprendre les processus ayant lieu dans le manteau à l’origine du magmatisme. Ce lieu un peu particulier, atypique, du rift Est-Africain constitue la terminaison de la branche Est de ce rift, caractérisée par un volcanisme important, peu présent dans d’autres régions. Deux questions nous intéressaient particulièrement : pourquoi le magmatisme s’arrête dans cette zone-là et quelles sont les relations entre la croûte continentale et le manteau supérieur ? Après cette première étude géochimique, plusieurs thèses ont ensuite commencé en géophysique à Geo-Ocean (anciennement LDO puis LGO) sur cette même problématique. J’ai soutenu ma thèse en avril 2007 ; j’étais devenu ATER à l’UBO. Ensuite, j’ai enchaîné sur un deuxième contrat d’ATER à Clermont-Ferrand où je suis resté 3 mois. En effet, j’ai candidaté à l’été 2007 sur un poste d’IR que j’ai obtenu et je suis rentré à Geo-Ocean en décembre 2007.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Un poste d’IR était ouvert au LDO dans ma spécialité pour prendre en charge les instruments et équipements que j’avais utilisés pendant ma thèse. Le Pôle Spectrométrie Océan (PSO) était aussi en train de voir le jour en 2007. Le contexte était donc hyper stimulant et dynamique par cette mutualisation entre plusieurs organismes partenaires : l’UBO et le CNRS grâce à l’IUEM, et l’Ifremer, rejoints ensuite par l’IRD en 2018. Un pôle instrumental unique en sciences de la mer était en train de se monter.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je suis responsable des deux spectromètres de masse à thermo-ionisation (TI-MS) qui sont mis en œuvre au PSO et opérés par Geo-Ocean. Je suis aussi co-responsable des salles blanches (laboratoire ultra-propres) nécessaires à la préparation chimique des échantillons. Mon rôle consiste à réaliser les analyses géochimiques en y apportant mon expertise, et à assurer le bon fonctionnement, la maintenance et le pilotage administratif et financier de ces équipements. Les TI-MS sont utilisés pour déterminer les compositions isotopiques des éléments de masses atomiques intermédiaires à élevées (ex : Strontium, Néodyme en routine…). Les rapports isotopiques mesurés sur les échantillons naturels (ex : roches, sédiments, eaux de mers, coquilles…) sont utilisés en tant que traceurs de « sources » (origine des magmas ou des sédiments), en géochronologie ou en tant que proxys environnementaux (traçage des masses d’eau océaniques, processus redox et paléo-océanographiques). En préalable de ces mesures, les échantillons nécessitent un important traitement chimique en salle blanche afin de les mettre en solution et de purifier les éléments à analyser sur résines échangeuses d’ions, montées sur colonnes.

J’assure aussi la formation des utilisateurs (étudiants des Masters, principalement Chimie et Géosciences, des doctorants et personnels de recherche) afin qu’ils acquièrent une grande  autonomie avec ces protocoles et dans l’acquisition des données, nécessaires pour leurs projets de recherche. Je participe également à de nombreux travaux de recherche (ERC Earth Bloom porté par Stefan Lalonde, participation à l’exploitation des échantillons de campagnes océanographiques, récemment SMARTIES et le projet PAMELA), essentiellement sur les thématiques de la Terre primitive et touchant au magmatisme continental et océanique. C’est dans ce cadre-là que j’ai eu l’opportunité de réaliser une mission au Groenland en 2012 et en Islande en 2018.

Par ailleurs, depuis janvier 2022 et la constitution de Geo-Ocean par la fusion du LGO et de l’Unité de recherche Géosciences marines de l’Ifremer, je suis devenu co-responsable de l’équipe ANalyses, Télédétection, Instrumentation, Prélèvements, Observations et Données (Antipod) qui rassemble plus de 40 personnels scientifiques et techniques de l’UBO, du CNRS et de l’Ifremer, de spécialités très variées. J’assure l’animation et la coordination de cette équipe pluridisciplinaire dont les thématiques touchent à tout ce qui est méthodologie et instrumentation marine en soutien aux activités de recherche de Geo-Ocean.

Mon activité à l’IUEM et Geo-Ocean est ainsi très variée, avec de nombreux interlocuteurs, de centres d’intérêt et un cadre très stimulant.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Je commence à avoir une bonne expérience du pelletage sous 4*4 après deux « plantages » lors de missions de terrain… Le premier a eu lieu sur une des pistes menant au lac Natron en Tanzanie, perdu en pleine savane à la tombée de la nuit. Le deuxième, plus récemment, en pleine toundra islandaise suite à « un très beau posé de ma part » sur un gros rocher au milieu de la piste. Dans les deux cas, beaucoup d’efforts et de patience nous ont permis de finalement sortir de l’ornière…

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

J’ai plusieurs très bons souvenirs de moments d’échanges (scientifiques mais pas que…) avec les chercheurs et doctorants devant les instruments, ou en salle blanche en attendant que les colonnes coulent. Les semaines de mesures réalisées de 2015 à 2018 avec Catherine Jeandel et Valérie Chavagnac (du LEGOS et du GET, Observatoire Midi-Pyrénées, Toulouse) constituent un moment marquant car nous avons vraiment poussé le spectromètre dans ses limites analytiques pour réussir à mesurer les échantillons d’eaux de mer et de fluides hydrothermaux.

J’en ai plusieurs aussi liées aux missions auxquelles j’ai eu la chance de participer  : Se réveiller après une chute de neige sur les pentes du Kilimandjaro, les « rencontres » avec les icebergs sous les lumières du soir dans les fjords du Groenland, un baptême de l’air lors d’un vol en hélicoptère en Islande…

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La course à pied (surtout le trail sur les sentiers côtiers), la randonnée, les balades en famille. Etre à l’extérieur et dans la nature, c’est un aspect que j’apprécie et qui se retrouve aussi lors des sorties géologiques sur le terrain.

As-tu une devise ?

« … Devant eux, tout ce qu’il pouvait voir, vaste comme le monde, immense, haut et incroyablement blanc dans le soleil, c’était le sommet carré du Kilimandjaro. Et alors il comprit que c’était là qu’il allait. » Ernest Hemingway.

Crédit photos

Bertrand Gobert / IRD

Gabrielle Nonnotte

Brigitte Van Vliet-Lanoë / CNRS

Contact

Philippe Nonnotte / UBO

 

 

Stage de terrain de géologie d’étudiants en M2 de Géosciences

, , ,

Ce stage de géologie sédimentaire s’est déroulé dans le Sud de l’Angleterre – « Wessex-Field » du 3 au 10 octobre 2022. Il a été cofinancé par ISblue Formation et le Master SML Géosciences Océan.

Explicatif sur la spécialité en sédimentologie et sur le terrain choisi

Dans le cadre de leur formation en géologie sédimentaire et sédimentologie, les étudiants ayant choisi l’option sédimentologie ont pu se rendre cette année sur le terrain dans le Sud de l’Angleterre.

La spécialité en sédimentologie marine et paléo-environnements proposée en Master 2 vise à former les étudiants à l’étude des transferts sédimentaires de la côte vers le domaine profond. Cela inclut l’étude des environnements, paléo-environnements récents (Quaternaire) et plus anciens (à l’échelle géologique). Les connaissances sur les environnements sédimentaires constituent une base essentielle pour s’intéresser à différentes problématiques scientifiques sur de leur évolution : variations climatiques et eustatiques, variabilité des transferts terre-mer (sédiments détritiques, carbone…) et/ou de la production carbonatée sur les domaines de plateforme…

La succession sédimentaire qui affleure le long de la côte Sud de l’Angleterre (bassin du Wessex) constitue une série de référence internationale pour l’étude des paléo-environnements sédimentaires : (1) par sa continuité stratigraphique, depuis le Permien jusqu’au Tertiaire, (2) par la qualité exceptionnelle des affleurements, (3) par la diversité des paléo-environnements accessibles, et (4) par la richesse des structures sédimentaires, traces fossiles et fossiles observables.

Déroulement du stage

Organisé sur six jours avec une traversée de la Manche par le ferry Roscoff-Plymouth, le stage de terrain s’est déroulé entre Torquay et Poole. Chaque journée a été consacrée à un intervalle stratigraphique et un environnement sédimentaire spécifique, avec des travaux de relevé sédimentologique (mesures, descriptions, prises d’échantillons) réalisés par groupe de deux sur des sites complémentaires. Les étudiants ont pu ainsi obtenir des interprétations précises des faciès sédimentaires à partir de leurs propres relevés, et des interprétations des variations de faciès et d’environnement, à plus grande échelle, avec la mise en commun de leurs données. Pendant ce stage, les étudiants ont donc réalisé des travaux en autonomie, présenté leurs propres levés à l’ensemble du groupe, mis en commun leur travaux pour aboutir à des interprétations synthétiques, et préparé leur rapport de restitution.

Cette année, nous avons également effectué un premier test d’acquisition de données photographiques pour la réalisation d’un modèle numérique 3D d’affleurement par la méthode de stéréophotogrammétrie. Le traitement des données est prévu dans les prochaines semaines.

Ce travail fera également l’objet d’une présentation par les étudiants à l’équipe de recherche ASTRE du laboratoire Geo-Ocean, et sera aussi valorisé dans le cadre de la journée de restitution de l’EUR ISblue Formation.

Crédit photos

Nathalie Babonneau / UBO

Contact

Nathalie Babonneau / UBO

Sortie Biodiversité en rade avec la participation des étudiants IMBRESea

, , ,

Lors du weekend des 15 et 16 octobre 2022, des plongées d’inventaires de poissons de la rade ont été mises en place dans le cadre du plan biodiversité et atlas de Brest métropole.

Mise en place du projet APECS/SUAPS

Ce projet trouve sa source dans l’intérêt, la qualité et le caractère exceptionnel de la rade brestoise. Brest Métropole a missionné l’association pour l’étude et la conservation des sélaciens (APECS) pour la mise en œuvre de cette opération. Cette association très connue sur la place brestoise trouve ses origines à l’UBO. Il y a 25 ans, un collectif d’ étudiants de l’UFR sciences et techniques avait lancé les 1ères observations de requin pélerin. L’APECS a sollicité le SUAPS pour ce projet de sciences participatives. Il a semblé très légitime de voir des étudiants de l’UBO, inscrits au SUAPS dans les activités subaquatiques, d’être sollicités pour intervenir et trouver un sens supplémentaire pour leur intérêt en biologie marine. Ces opérations de plongées étaient aussi proposées aux clubs subaquatiques de la Cité du Ponant.

Appel à candidature d’étudiants

Très vite, les 2 enseignants d’Éducation physique et sportive du SUAPS ont été sollicités par plusieurs étudiants très investis dans ce type de protocole dans leurs études. Ils avaient déjà mené des modèles d’opérations de recensement et l’opportunité de compléter leur parcours de formation universitaire par 2 plongées dites biologie marine en mer d’Iroise les ont beaucoup stimulé. Pour expliquer ces candidatures spontanées, les étudiants du master IMBRSea avaient remarqué qu’il était possible de faire de la plongée au SUAPS et ont désiré poursuivre leurs apprentissages techniques dans cette discipline. Suite à l’appel à candidature et au volontariat, ils ont tout de suite proposé de participer à ce projet. Le SUAPS disposant des personnes ressources, d’expérience ainsi que de logistique pour ce type d’événement, la mise en place fut très facile et rapide.

Le site retenu fut celui des 4 pompes, à la fois très riche en espèces de poissons, mais également facile d’accès et à proximité de BM et du campus.

Dimension internationale

En plus de cette expérience scientifique est venue s’ajouter la dimension internationale du collectif étudiants présents : Stefany Mayer (Canada), Nora-Sophie Klasen (Allemagne) et Carla Mischell Brito (Equateur). Ces 3 étudiantes suivent le master IMBRSea à l’ IUEM et ont relevé les espèces présentes en suivant le protocole proposé par l’ APECS.

La mise en valeur de l’ ouverture vers la mer que l’ UBO désire confirmer très régulièrement de façon légitime se révèle au travers de ce type de projet, facilitant l’inclusion de la communauté internationale par le SUAPS et mettant en avant le savoir-faire du service commun de l’UBO en matière d’activités hyperbares pour les étudiants. Ce service commun offre des séances de formation à la plongée et animent celles-ci par des appuis en biologie marine comme sur aussi des apports en archéologie subaquatique pour satisfaire la curiosité des étudiants.

Ce moment de partage permet, outre le dynamisme du campus, des liens forts avec BM. Cela permet aussi des échanges sur les techniques d’immersion, l’ouverture à une véritable inclusion et aux échanges universitaires.

Crédit photos

Christophe Lebranchu / UBO

Contact

Christophe Lebranchu / UBO

 

Conférence internationale du Nereis Park 2022

, ,

Du 22 au 26 Août 2022, s’est tenue à Logonna-Daoulas (Centre de Moulin Mer), la 6ème conférence internationale du Nereis Park sous la forme d’une école thématique internationale « Bioturbation in the past and present: from terrestrial to marine ecosystems ». L’objectif de l’école était de regrouper la communauté scientifique internationale travaillant sur les mécanismes de la bioturbation et leurs conséquences dans le fonctionnement des environnements marins, d’eau douce et terrestre, sous toutes les latitudes (polaire, tropicale, tempérée), et en prenant en compte différentes échelles de temps (du précambrien à l’actuel).

L’école s’est faite par le biais de conférences de haut niveau données par des experts internationaux, accompagnées de cas d’études, de sessions posters, ateliers pédagogiques et open forum. Organisée par le LEMAR, cette école thématique a été soutenue par le CNRS, l’École universitaire de recherche ISblue, l’UBO, la région Bretagne et le département du Finistère. Une partie des ateliers a été proposée par le LEMAR, GEO-OCEAN et le Pôle image et instrumentation (P2I) de l’IUEM puis par le laboratoire ÉCOLAB de l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP).

Ouverte à tous les scientifiques (étudiants, chercheurs, enseignant-chercheurs, ingénieurs et techniciens), elle a réuni une soixantaine de personnes dont plus de 50% de participants internationaux (Amérique du Sud, du Nord, Europe, Chine, Nouvelle-Zélande) dans une ambiance conviviale et productive.

Site de l’événement

Crédit photos

Franck Gilbert

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Emma Michaud / CNRS

Élena Le Goff, Chargée d’affaires et des contrats à l’UAR

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai découvert le droit en BTS gestion des PME-PMI à Sup’Javouhey et j’ai eu envie de comprendre plus en avant les problématiques juridiques. Je me suis donc inscrite en licence d’administration publique à l’Université de Poitiers en distanciel. Après cette première licence, j’ai souhaité me spécialiser en droit et j’ai suivi une  autre licence  de droit puis une maîtrise de droit privé à Lille 2. J’ai enchaîné mon cursus avec un premier Master recherche en droits de l’homme à Grenoble à l’université Pierre Mendès France toujours en distanciel et un 2ème Master pro en droit du multimédia et des systèmes d’information à Strasbourg à l’université Robert Schuman. D’abord motivée pour embrasser l’avocature, je me suis inscrite à l’IEJ à l’UBO pour préparer l’examen d’entrée au CRFPA (le centre de formation des avocats). Finalement, ayant découvert les missions que propose la fonction publique, je n’ai pas fini le parcours et j’ai privilégié le concours de l’IRA de Nantes.

Spécialisée en droit des contrats, avant d’intégrer la fonction publique, j’ai travaillé dans le domaine immobilier, en agence puis j’ai exercé le métier de chargée de communication pour la Fédération française de tennis  dans les années 2000 et j’ai également été enseignante contractuelle dans un collège pendant quelques années. Suite à l’obtention du concours de l’IRA, après une année d’école d’application, j’ai choisi un poste à l’UBO à la direction de la recherche (pendant une petite dizaine d’années) puis j’ai exercé en qualité de responsable administrative et financière à l’UFR lettres et SHS pendant deux ans avant d’intégrer l’IUEM.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Travailler à l’IUEM ne peut être un hasard. Le côté « phare » de l’Institut implique un certain retrait de la vie citadine et nécessite une passion ou au minimum une forte attirance pour la mer. D’ailleurs, je constate que la plupart des personnels et étudiants de l’IUEM sont « habités » par les problématiques des sciences de la mer.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Le droit dans les activités de recherche et d’enseignement ne doit pas être un frein ou une contrainte mais un outil de sécurisation et de formalisation des échanges. J’ai pour principe qu’il existe toujours une solution juridique.

Les problématiques sont riches et variées : Rédaction, instruction de contrats de collaboration, sécurisation juridique des personnels hébergés, accompagnement des internationaux Europe et hors Europe sur certaines formalités et conditions d’accueil, échanges et prêts de matériels scientifiques, campagnes en mer, droits d’auteur et propriété intellectuelle… Sans entrer dans une explication trop normative, les droits appliqués sont éclectiques d’où une indispensable polyvalence des compétences : droit administratif (missions de service public), droit des obligations (contrat, responsabilité), droit de la procédure, droit financier, propriété intellectuelle…

La veille juridique permet également d’être attentive aux évolutions jurisprudentielles. Ce fut intéressant de suivre les recours des personnels contre les administrations et entreprises pour absence ou insuffisance des mesures de prévention et de précaution des employeurs face à l’épidémie de Covid 19.

Les missions d’assistante de prévention, de SST (secouriste au travail) et SSSM (secouriste en santé mentale) occupent également une bonne partie de mon activité.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

J’ai eu l’occasion de découvrir des imitations de signatures dans des contrats…

Quel ton plus beau souvenir de boulot ?

Quand les personnes voient leur situation d’accueil enfin aboutir et se stabiliser, notamment les internationaux car c’est parfois un véritable parcours du combattant pour eux comme pour nous de les accueillir à l’Institut. La mise en œuvre scientifique ou pédagogique des projets après la signature des contrats est également source de satisfaction car c’est le cœur de la mission de l’Institut : la Science et l’Enseignement.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La préservation de la mer et la nature, d’être sur l’eau et dans l’eau (activités nautiques).

Ma passion pour l’Art m’a aussi amenée à être diplômée d’une licence en histoire de l’art délivrée par l’Université de Lille 3.

As-tu une devise ?

L’Adage juridique

« Qui agit pour autrui, agit pour lui-même »

Crédit photos

Élena Le Goff / UBO

Contact

Élena Le Goff / UBO

 

Frontier Forum Chine-Europe sur les progrès des sciences et technologies océaniques

, ,

L’Académie chinoise des sciences (CAS) et l’Académie européenne des sciences (EurASc) ont organisé le Frontier Forum Chine-Europe sur les progrès des sciences et technologies océaniques les 28 et 29 septembre 2022 en association avec l’IUEM.

Résumé

Le deuxième Frontier Forum Chine-Europe s’est tenu dans le cadre de la décennie des Nations Unies pour l’océan au service du développement durable (2021-2030). Environ 300 participants y ont assisté. Vingt intervenants invités ont présenté des communications sur les actions climatiques basées sur l’océan, la gestion des Big Data, les jumeaux numériques de l’océan et l’océan côtier global. Ce Forum montre d’abord que l’océan offre de nombreuses possibilités (notamment les énergies renouvelables, le captage et le stockage du dioxyde de carbone et les émissions négatives de gaz carbonique) pour réduire les causes et les conséquences du changement climatique, à l’échelle mondiale et locale. Il met également en lumière les développements récents et spectaculaires de la technologie et des instruments d’observation de l’océan qui ont modifié notre capacité à visualiser l’ensemble de l’océan avec des “Big-Data” en termes de quantité et de qualité, qui constituent la pierre angulaire d’applications telles que l’interpolation optimale (IO) et l’intelligence artificielle (IA). Il démontre ensuite l’intérêt considérable et le large éventail d’efforts et d’intérêts internationaux pour faire avancer les jumeaux numériques de l’océan. Enfin, il illustre la puissance du concept émergent d’océan côtier global avec le développement de nombreux outils numériques pour aider les décideurs.

Recommandations : 1- soutenir la création d’IPOS (International Panel for Ocean Sustainability) dont le rôle est de fournir des conseils scientifiques consensuels aux décideurs et aux gouvernements  sur la durabilité des océans 2- organiser un 3ème Forum Frontière CAS – EurASc en Chine en 2024.

Synthetic report

Executive summary. The second China–Europe Frontier Forum on “Progress in Ocean Science and Technology” (FFPOST2) held on line on 28-29 September 2022 in the framework of the UN decade of Ocean Science for Sustainable Development (2021-2030). About 300 participants attended. Twenty invited speakers presented communications on ocean-based climate actions, Big data management, Digital Twins of the Ocean, and the Global Costal Ocean. This Forum first shows that the ocean offers numerous opportunities (including renewable energy, carbon dioxide capture and storage, and negative emissions) to reduce the causes and consequences of climate change, globally and locally. It also highlights the recent and spectacular developments of ocean observing technology and instrumentation that have changed our ability to view the entire ocean with “Big-Data” in terms of quantity and quality, which forms the base-stone of applications such as Optimal Interpolation (OI) and Artificial Intelligence (AI). It then demonstrates the tremendous interest and the wide range of international efforts and interest to push forward Digital Twins of the Ocean. Finally, it illustrates how powerful is the emerging Global Coastal Ocean concept with the development of many numeric tools as a help for decision-makers.

Recommendations: 1- to support the creation of IPOS (International Panel for Ocean Sustainability) the role of which is to provide consensus-based scientific advice to decision-makers and political processes on ocean sustainability. 2- to organize a 3rd CAS – EurASc Frontier Forum in China in 2024.

Major conclusions of the Frontier Forum:

Ocean-based climate actions, session chaired by Paul Tréguer (IUEM-UBO, France) and Jing Zhang (ECNU, China). Speakers: Jean-Pierre Gattuso (CNRS, France) and Nianzhi Jiao (Xiamen University, China). The ocean offers numerous opportunities (including renewable energy and carbon dioxide capture and storage) to reduce the causes and consequences of climate change, globally and locally. Ocean-related measures should not be considered as a substitute for climate mitigation on land or non ocean-based adaptation measures. Developing ideas of ocean solutions and persuade activities to adapt the climate variability needs joint efforts of different countries and to keep in mind the International Laws of Sea (e.g. High Seas). Any action will impact the society and life of millions of people from different parts of this world. Ocean science, observation, environmental monitoring and prediction are vital for evidence-based action to protect and sustainably manage the ocean. But there are still too many gaps in our knowledge of the ocean. Actions and solutions to the ocean health crisis depend on our level of knowledge, understanding and capacity to innovate. This is the reason why we support the creation of IPOS.  In this regard, the Monaco Ocean Week and the Xiamen Ocean Week could be good examples in practice, and the two could be linked as sister IPOS outreach.

Big data management for ocean science and technology, session chaired by Lionel Guidi (CNRS, France) and Huadong Guo (IRC of Big Data for Sustainable Developments Goals and AIRI/CAS, China). Speakers: Damien Eveillard (U. Nantes, France), Huadong Guo, Ketil Malde (U. Bergen, Norway), Xiaofeng Li (IO/CAS, China), Pierre Tandeo (IMT Atlantique, France), Ge Chen (Qingdao NLMST, China). With an explosion of data, the 21st century corresponds to a new step of the development of ocean science and technology. “Big-Data” is supported by the technology in ocean sciences. The recent developments of ocean observing technology and instrumentation have changed our ability to view the entire ocean with “Big-Data” in terms of quantity and quality, which forms the base-stone of applications, such as OI and AI. Regarding biology, recent progress in metagenomics has promoted a paradigm change to investigate microbial ecosystems. Environmental and metagenomic data can improve our understanding of biological processes such as carbon export. Using a model of extensive omics knowledge via constraint programming allows a definition of the ecological concept, such as the niche of organisms. Progress has been made regarding the big Earth data’s value and potential for applications in monitoring and evaluating the marine pollution, ocean acidification, marine ecosystem health management related to SDG 14. Regarding fisheries management we are now training and deploying deep learning models to automatically analyze data and identify species of interest from acoustics and images. Progress has been made regarding the coastal zone information retrieval from satellite synthetic aperture radar (SAR). The Google Cloud Platform allows large oceanographic data sets, coming from in situ and satellite reanalysis, as well as climate simulations coming from CMIP (Coupled Model Intercomparison Project). Novel and rigourous artificial intelligence (AI) methodologies are now employed to process and analyze ocean big data to improve our understanding of marine ecosystems.

Digital Twins of the Ocean component of the Digital Earth Initiatives: session chaired by Martin Visbeck (GEOMAR, Germany) and Dake Chen (SIO, China). Speakers: Martin Visbeck, Dake Chen, Pierre Bahurel (Mercator International, France), Fei Chai (Xiamen U., China), Isabel Susa Pinto (U. Porto, Portugal), Fangli Qiao (FIO, China). The presentations have demonstrated that there is tremendous interest and a wide range of international efforts and interest to push forward Digital Twins of the Ocean. DTOs are able to answer critical ‘What if’ questions and thus can help optimize societal interventions addressing global environmental human-ocean but also social challenges, e.g. pollution, sustainable fisheries, protection management. There is a lot of infrastructure already in place that can be used for creating DTOs (e.g. GOOS and IODE internationally, Copernicus EMODnet Blue Cloud at the EU level), focus must be placed on bringing together and harmonizing this data to create a comprehensive, user-friendly DTO application. A range of research institutes and government actions are supporting the implementation of DTOs. There is political momentum (UN Decade of Ocean Science for Sustainable Development, G7, One Ocean Summit and many more). However, fully entraining all actors including the private sector and lawmakers will need financial incentives to join DTO projects. To be noted: the next DITTO conference will be help in Xiamen in November 2023.

The Global Coastal Ocean: session chaired by Nadia Pinardi (UNIBO, Italy) and Nianzhi Jiao (Xiamen U., China). Speakers: Nadia Pinardi, Nianzhi Jiao, Joaquin Tintore (SOCIB, Spain), Sanzhong Li (OUC, China), Lorenzo Mentaschi (UNIBO, Italy), Yonglong Lv (Xiamen U., China). The UN Decade Program CoastPredict considers all coastal regions as an interface area. GOOS and CoastPredict will provide (1) accurate descriptions of the present state of the coastal oceans, (2) continuous forecasts of the future coastal ocean conditions, (3) basis for predictions of climate change impacts. The UN decade program Global Ocean Negative Carbon Emissions (Global-ONCE) based on integrated BCP-CCP-MCP mechanisms include land-ocean integrated management, artificial upwelling in aquaculture areas, and wastewater outflow alkalinity enhancement, which will provide demonstrations in representative environments. SOCIB (Balearic islands multi-platform observing a forecasting system) for the western Mediterranean seas aims to provide tools for decision support, products and services for ocean and climate change, ocean health, and real-time services. The geological carbon pump concept includes all geological time-scales (from weeks to hundreds of millions of year) processes on the Earth surface and in the Earth interior that cause organic or/and inorganic carbon dioxide sequestration. The ongoing climate change is expected to drive increasing extreme sea levels (ESLs) along our coasts. Coastal ecosystem health is of vital importance to human well-being. Field investigations of major pollutants (e.g. PFAAs, PPCPs, metals…) along the whole coast of China have been reported.

Acknowledgements: The conveners and participants thank the Earth Sciences Division of CAS, the Division of Earth and Environmental Sciences of EurASc, and the European Institute for Marine Studies (IUEM) of the University of Brest (UBO), for their support to organize this workshop.

Crédit photos

NASA

Xavier Divet / UBO

Contacts

Paul Tréguer / UBO

Jing Zhang

 

L’équipe du projet de recherche SARGADOM à la conférence Océan de Lisbonne

, ,

La conférence océan des Nations Unies

La Conférence des Nations Unies sur l’océan a eu lieu à Lisbonne, au Portugal, du 27 juin au 1er juillet 2022. Elle a réuni la communauté internationale océan des décideurs, des chercheurs, des praticiens et des parties prenantes pour mener une réflexion sur la nécessité d’intensifier l’action en faveur de la protection de l’océan.

Le thème de la conférence était précisément ” Renforcer l’action en faveur de l’océan basée sur la science et l’innovation pour la mise en œuvre de l’objectif 14 : bilan, partenariats et solutions ” (‘Scaling up Ocean Action Based on Science and Innovation for the Implementation of Goal 14: Stocktaking, Partnerships and Solutions‘).

Organisée conjointement par les gouvernements du Portugal et du Kenya, la conférence s’est déroulée dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030), qui vise à promouvoir la compréhension de l’océan et l’investissement dans la science pour la gestion durable des ressources marines.

Le projet SARGADOM présente un grand intérêt pour la cible 14.c de l’Objectif de développement durable 14 – Améliorer la conservation et l’utilisation durable des océans et de leurs ressources en appliquant le droit international tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer-, qui fournit le cadre juridique pour la conservation et l’utilisation durable des océans et de leurs ressources.

Des représentants de l’ONG costaricienne MarViva, de la Commission de la mer des Sargasses, de l’UBO et de l’OFB ainsi que d’autres soutiens et partenaires du projet étaient présents à la conférence.

L’engagement de SARGADOM

“Contribuer à une gouvernance hybride pour protéger et gérer des aires remarquables en haute mer : Dôme thermal et mer des Sargasses” tel est l’objectif du projet et l’engagement pris auprès des Nations Unies (voir site de l’UN DESA).

Lors de la conférence, l ‘équipe du projet a soumis deux propositions au dialogue interactif 7 “Renforcer la conservation et l’utilisation durable des océans et de leurs ressources en appliquant le droit international, tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer”. Elles sont à retrouver ci-dessous (en anglais) :

Thermal Dome

“Respectfully, we offer our support to the governments to collaborate with the High Ambition Coalition on BBNJ launched at the One Ocean Summit on the establishment of a technical group dedicated to study and develop management proposals for the Thermal Dome. We understand the complexity of its management and we would like to support the process to create the possible scenarios for a sustainable governance of this important site in the High Seas. In doing so, we pursue to contribute to the discussions about the elements of the UN negotiations on BBNJ and inform on possible implementation models for regional and global coordination.”

Sargasso Sea

“The Sargasso Sea Commission has been described as a new paradigm for high seas governance. In this Ocean Decade, we invite more governments to become stewards of this iconic high seas area, and to become pioneers of high seas conservation in general by becoming signatories to the Hamilton Declaration. As the high seas are the concern of everyone, we encourage participation from around the world – not just from governments adjacent to the Sargasso Sea.”

Si certaines idées ont été reprises dans le résultat officiel de la conférence (la déclaration politique adoptée par les représentants des États), des orientations essentielles pour un changement transformateur ont émergé des échanges entre la société civile, les représentants des jeunes, les chercheurs et les partenaires des Nations Unies en marge de la conférence.

Pour en savoir plus sur le projet découvrez le site Internet (plus de ressources à venir bientôt).

Crédit photo

Fae Sapsford

Contact

Joëlle Richard / UBO

One Ocean Summit University : participation à la conférence Océan des Nations Unies

, ,

La One Ocean Summit University est l’initiative portée par l’UBO qui a regroupé des chercheurs en début de carrière issus de différentes disciplines des sciences de la mer et du littoral, et représentants de grand réseaux internationaux pour porter leur voix dans des sommet de « haut segment politique ».

En février dernier, la France profitait de sa présidence de l’Union européenne pour inviter les dirigeants du monde entier, à Brest, afin d’initier et de consolider des engagements communs en faveur de la protection de l’océan : le One Ocean Summit.

C’est à cette occasion qu’une équipe de l’IUEM a lancé un appel aux réseaux internationaux de jeunes chercheurs, pour la rédaction d’un appel à l’action adressé aux décideurs. Basé sur la concertation et la mise en réseau des différentes communautés, cet appel s’est construit grâce à la motivation et la détermination de plus de soixante-dix doctorants et post-doctorants de différentes nationalités et disciplines. Ensemble, ils ont proposé et diffusé une vision commune des défis et opportunités de la recherche en sciences marines et de la formation à la recherche.

Cet engagement a porté la voix de la nouvelle génération de chercheurs s’est poursuivi jusqu’à Lisbonne, en juin dernier, lors de la conférence Océan des Nations Unies (27 juin-1er juillet 2022).

Une version consolidée de l’appel à l’action a été disséminée grâce à six ambassadeurs, accrédités en tant qu’observateurs à la conférence.
La délégation conduite par Yves-Marie Paulet, Vice-Président Mer de l’UBO, a accueilli une ancienne doctorante de l’IUEM, Elyne Dugény, aujourd’hui ATER à Toulouse, chercheuse au MIO et représentante du réseau All-Atlantic Youth Ambassadors en France ; Houda Beghoura, post-doctorante IRD au LOPS ; Mariana Schiavetti, doctorante UBO à AMURE ; Marie-Morgane Rouyer, doctorante au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive à l’Université de Montpellier et représentante du réseau ECOP UN Ocean Decade et Raphaël Bajon, doctorant Ifremer au LOPS.
En plus de suivre les sessions officielles de la conférence, ils ont tous les six pris part à plusieurs side events, répondant notamment aux appels du forum Youth4Ocean (de la Commission européenne) et de la Plateforme Océan et Climat.

Elyne a notamment profité de sa participation à la table ronde « An ocean of solutions for climate and biodiversity » de la Plateforme Océan et Climat pour souligner la nécessité d’accroître les connaissances en renforçant la recherche et en favorisant le partage des connaissances (Ocean Literacy). Lors du side event « The Ocean as a global common – connecting generations of stakeholders through storytelling » coordonné par Youth4Ocean en partenariat avec l’ONG Ocean as Common, a été présentée l’importance de la place de la jeune génération, de leurs forces vives, des partenariats transdisciplinaires afin de maximiser les engagements. Mariana et Elyne ont partagé avec émotions leurs histoires lors de ce temps fort et rappelé leurs engagements.

L’appel construit par le groupe One Ocean Summit University fait écho aux dialogues qui ont rythmé la conférence Océan. Il se structure autour de quatre domaines clés :

  • la promotion d’outils de gouvernance et de travail en commun,
  • la mise en lumière la nécessité d’accroître la protection de l’océan afin de favoriser la résilience des écosystèmes,
  • la promotion d’une économie bleue plus inclusive et équitable qui respecte l’environnement marin,
  • la nécessité d’accroître les connaissances en renforçant les moyens alloués à la recherche tout en favorisant le partage de ces connaissances et de la culture océanique.

Le succès de cette initiative One Ocean Summit University, outre le travail formidable opéré par ses membres, est renforcé par le dynamisme des réseaux et partenaires importants tels que l’ECOP du European Marine Board, les All Atlantic Ocean Youth Ambassadors, le Youth4Ocean, Future Earth, la Surfrider Foundation, les universités européennes CONEXUS et SEA-EU.
La participation des chercheurs de l’OOS University à l’UNOC 2022 a permis de partager leurs travaux et de sensibiliser les décideurs politiques à s’emparer de ces recommandations. Ceci, afin de les concrétiser en cette décennie de l’Océan. De plus, les six doctorants et post-doctorants observateurs ont pu appréhender le fonctionnement des arènes de négociations internationales et suivre les annonces qui en découlent.

Cette visibilité leur a ouvert les portes de la Commission européenne où ils ont été invités à partager leur recommandations. À suivre !

↪ Pour découvrir leur appel et le soutenir, suivez ce lien (à partager sans modération !)

Crédit photo et contact

Romain Le Moal / UBO