Simona Niculescu, Enseignant-chercheur en géographie au LETG-Brest

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai préparé ma thèse entre 1998 et 2002 au laboratoire de Biogéographie et Écologie du CNRS/ENS (École Normale Supérieure de Fontenay Saint-Cloud). La soutenance a eu lieu le 20 février 2002 à la Sorbonne Paris IV. Le sujet de la thèse était centré sur l’évolution du paysage par télédétection (observation de la Terre par satellites) : Approche géographique de la dynamique des paysages du Plateau de Fălticeni (Roumanie).

Entre 2002 et 2003, j’ai fait un post-doc à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris dans un laboratoire de mathématiques appliquées aux sciences sociales (CAMS) avec un sujet orienté sur l’élaboration des statistiques spatiales agricoles à partir des images satellites pour les pays ex-communistes. Puis en 2003, je suis arrivée pour la première fois en Bretagne dans le cadre d’une conférence organisée par l’École Navale de Lanvéoc-Poulmic. Suite à cette conférence, j’ai été recrutée pour 1 an en tant qu’enseignant-chercheur associé en télédétection. A l’École Navale, j’ai commencé à aborder des thématiques marines par télédétection tout en côtoyant des chercheurs en hydrographie (observation des eaux et des mers). Enfin, en septembre 2004, j’ai été recrutée sur concours à l’UBO.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Étant donné que le poste correspondant au concours UBO était rattaché à GEOMER, j’ai intégré tout naturellement l’IUEM.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Côté enseignement, je forme à la télédétection à l’IUEM dans le cadre du master EGEL et du mastère Energies marine renouvelables de l’ENSTA. J’enseigne aussi la télédétection et la géographie plus générale (régionale, géopolitique) en licence à la Fac de Lettres Victor Segalen de Brest et à l’international à l’Université franco-vietnamienne de Hanoi (niveau master).

En termes de recherche, j’ai obtenu 3 ans de délégation CNRS (2009-2011 et 2019-2020) pendant lesquels je me suis dédiée intégralement à la recherche. Durant ma première délégation CNRS (entre 2009 et 2011), j’ai pu préparer mon habilitation à diriger des recherches (HDR) soutenue le 24 novembre 2015 à l’Université de Sorbonne Paris IV. Pendant la période de préparation de mon HDR, j’ai commencé à travailler sur la méthodologie de Machine Learning (apprentissage automatique, y compris l’apprentissage approfondi) appliquée aux zones côtières de différentes régions du globe (delta du Danube, delta du Mékong, littoral Ouest de l’Algérie, Pays de Brest). Pendant ma troisième année de délégation CNRS (2019-2020), j’ai effectué une année de mobilité géographique à l’Université de Californie Santa Barbara dans le laboratoire VIPER (Visualization & Image Processing for Environmental Research, UCSB Geography Department) spécialisé en télédétection et en machine Learning.

Après mon HDR, j’ai réalisé plusieurs projets de recherche structurés par la même thématique (applications de la méthodologie Machine Learning en télédétection aux zone côtières) : j’ai obtenu une Chaire Jean Monnet (2018-2022) avec une conférence à la clé en mai 2022, un projet Fondation de France (2018-2022) sur le pays de Brest, Hubert-Curien Tassili avec l’Algérie et plusieurs projets CNES. Ce mois-ci, j’ai assisté à la première soutenance de thèse de l’un de mes doctorants et depuis 2015, j’ai eu l’occasion d’encadrer 5 doctorants (vietnamien, 2 algériens, chinois et gabonais).

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

En Californie (à Santa Barbara), j’étais hébergée dans un petit centre (qui louait des chambres et des appartements) et dans la salle de discussion des contrats, j’ai découvert une énorme carte ancienne de Paris en 1850 affichée au mur. Ça m’a fait plaisir de trouver cette carte à l’autre bout du monde !

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

J’en ai plusieurs : lorsque j’ai récupéré mon bureau face à la mer, la 1ère soutenance de thèse de l’un de mes doctorants le mois dernier, le résultat de ma Chaire correspondant à la satisfaction de mon travail et quand j’ai exploré la côte Pacifique en Californie.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

J’aime beaucoup cuisiner français (par exemple, soufflé de fromage, salade…), la nature en général, j’aime y passer du temps (randonnée). Je suis amoureuse de la Corse et y suis allée 2 fois, le temps de bien la découvrir.

As-tu une devise ?

« Fonce, ne baisse jamais les bras ! »

 

Crédit photos

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Simona Niculescu / UBO

École internationale Liens Terre-Océan

, ,

Le programme international de géosciences de l’UNESCO (IGCP), l’Ifremer, l’UBO et le CNRS sont fiers d’annoncer l’achèvement réussi du cours international itinérant Earth-Ocean Link (EOL), Master Class itinérante internationale trans-africaine (séminaires, tutorats, sorties de terrain, université flottante) sur les liens Terre-Océan et les connexions intersphères (géosphère / hydrosphère / biosphère / anthroposphère), en partenariat avec l’industrie et les universités locales (Université du Ghana), avec un accent particulier sur l’épistémologie, la méthodologie scientifique et l’intégrité.

Ce cours a fourni une opportunité de formation pour les étudiants en master, les doctorants, les jeunes scientifiques et les personnels de l’industrie. Il vise à leur donner plus de confiance dans leur propre capacité à déchiffrer le raisonnement scientifique et à appliquer concrètement leurs compétences dans le cadre de leur future vie professionnelle.

La Master Class itinérante EOL a pour but de contribuer à changer la vie des individus en :

  • Augmentant les chances de trouver un emploi
  • Augmentant la relation entre industrie-université
  • Acquérant une vision holistique et tolérante
  • Augmentant la confiance en soi des femmes.

La 4ème session a eu lieu à Accra, à l’Université du Ghana, entre le 3 et le 10 octobre 2021 à laquelle ont participé 21 étudiants en master, des doctorants, des professeurs et des jeunes salariés de l’industrie, dont deux doctorants de l’Université Nelson Mandela, Port Elizabeth, Afrique du Sud. La Master Class internationale (épistémologie et démarche scientifique, outils géophysiques, tectonique des plaques, évolution de la marge continentale, sédimentologie, pratique sismique, gestion du littoral, impact anthropique, gestion des ressources en eau, géologie et enjeux sud-africains et ghanéens, serious game) a duré 5 jours avec 2 jours de voyage sur le terrain.
L’EOL Master Class a bénéficié du soutien de l’UNESCO, de l’Ambassade de France (Ghana), de l’ISblue EUR School (Brest), de l’Université du Ghana et de l’Ifremer.

En 2022, la prochaine et 5ème session sera organisée par l’Université Nelson Mandela, Port Elizabeth, Afrique du Sud, avec la contribution et la participation de tous les instituts concernés des trois pays.

 

Crédit photos

Marina Rabineau / CNRS

Daniel Aslanian / Ifremer

Contacts

Marina Rabineau / CNRS

Daniel Aslanian / Ifremer

 

ISblue COP et Formation ISblue

, ,

Dans le cadre de la COP26 (Conférence des Parties n°26) et de l’Appel à projets (AAP) Formation ISblue, Quentin Millière, Riwalenn Ruault, Pauline Letortu et Adélie Pomade, ont organisé le 16 novembre une simulation de négociations et de conférence de presse pour un accord sur le climat, avec les étudiants de licence et de master de l’UBO : « ISblue COP ». Cet événement autour de l’enjeu du changement climatique a réuni 278 étudiants, dont les 135 étudiants de l’Unité d’Enseignement (UE) Sciences et Sociétés, les 97 étudiants d’Inter Sciences de la mer et du littoral (SML) et les 46 étudiants de Licence 2.

Cette journée était basée sur la transdisciplinarité et le multiniveau en lien avec les grands enjeux sociétaux face au changement climatique et avec les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Elle a été marquée par :

  • la restitution des étudiants de Master 1 (responsables : Frédérique Alban, Grégory Charrier et Olivier Gauthier) de l’IUEM qui ont travaillé autour de la thématique : « la vulnérabilité des socio-écosystèmes face au changement climatique »,
  • la simulation des négociations réalisée par les étudiants de Master 2
  • la conférence de presse, pour laquelle les « journalistes », représentés par des étudiants de L2 géographie, avaient aussi travaillé sur cette thématique.

Des problématiques comme la durabilité d’une ville côtière (ODD 11), la labellisation des systèmes alimentaires (ODD 12) ou encore la question du recours à la géo-ingénierie dans un contexte de changement climatique (ODD 13) ont été approfondies par les étudiants de licence et de master.

Dans l’UE Sciences & Sociétés (responsable : Adélie Pomade), les étudiants de Master 2, encadrés par des doctorants, ont incarné différents rôles de négociateurs tels que des États, des ONG et des entreprises multinationales. Ils ont préparé en conséquence leurs travaux qui ont servi d’arguments concrets autours des points clés des objectifs du développement durable. La finalité de ces négociations était d’aboutir à un accord commun et compatible avec les ODD, émergeant des explorations des différents problématiques. Or la négociation n’est pas une tâche aisée !

Dans l’UE Climatologie (responsable : Pauline Letortu), les étudiants de licence 2 de géographie jouaient le rôle de médias spécifiques (médias traditionnels, scientifiques, modernes ou engagés) et avaient comme objectif de produire des questions qui nourriraient un article ou une vidéo en accord avec les codes du média choisi.

Dans le détail, la matinée du 16 novembre était consacrée à la simulation des négociations. En fin de matinée, un document comprenant les points d’accords, de désaccords et les commentaires additionnels de ce temps d’échange a été rédigé. L’après-midi, durant la conférence de presse, chaque groupe d’étudiants a présenté les résultats des négociations en fonction de leur ODD et de leur problématique. Ils ont pu ensuite répondre aux questions des journalistes incarnés par les étudiants de Licence 2. Cette journée fut stimulante et enrichissante pour nous tous, une version COP27 est donc à l’étude pour aller encore plus loin !

Un grand merci à l’équipe organisatrice de l’évènement (Q. Millière, R. Ruault, A. Pomade, P. Letortu), à l’ensemble des membres du jury pour l’évaluation des étudiants (A. Pomade, F. Alban, E. Leproust, G. Charrier, G. Martin-Bailly, J. Deverchère, L. De Montbron, M. Kernec, O. Gauthier et P. Letortu), à Frédéric Jean et à Yves-Marie Paulet pour leurs discours et aux étudiants pour leur investissement.

 

Pour en savoir plus : Article Ouest-France « Près de Brest, des étudiants du Technopôle rejouent la Cop26 ».

 

Crédit photos

Riwalenn Ruault / UBO

Contacts

Quentin Millière / UBO

Riwalenn Ruault / UBO

Pauline Letortu / UBO

Adélie Pomade / UBO

 

Dans le cadre de la COP 26 : L’AGORA GLAZ au sein de l’IUEM !

, ,

La 26ème COP sur le climat s’est déroulée du 31 octobre au 12 novembre 2021 à Glasgow, sous présidence britannique. L’Agora Glaz, installée dans le hall d’entrée de l’IUEM, a permis de faire vivre en direct les événements majeurs en lien avec l’océan qui se sont déroulés au cours de cette COP26, et d’initier des discussions informelles avec des experts locaux (Denis Bailly (AMURE), Céline Liret (Océanopolis), Camille Richon (LOPS), Anne-Marie Tréguier (LOPS), Olivier Ragueneau (LEMAR), Pierre Tandeo (IMT Atlantique),Yves-Marie Paulet (UBO), Fanny Châles (AMURE) et Bleuenn Guilloux (AMURE) et la communauté du Technopôle.

L’objectif de l’Agora Glaz était de favoriser le dialogue au sein de la communauté locale sur cet événement à fort enjeu international et d’en décrypter les coulisses notamment grâce aux envoyés spéciaux de l’UBO (Yves-Marie Paulet, Fanny Châles et Bleuenn Guilloux).

Vous pouvez retrouver tout le programme, les replays et des liens vers les décisions majeures ici.

Voici, en quelques lignes, les décisions majeures en lien avec l’océan :

• Le Pacte climatique de Glasgow, adopté lors de la COP26, reconnaît désormais l’océan dans le cadre de la CCNUCC (Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques), avec une invitation à tous les axes de travail et organes constitués à réfléchir à la manière d’intégrer et de renforcer l’action fondée sur l’océan.

• Dans son préambule, le pacte souligne “l’importance d’assurer l’intégrité de tous les écosystèmes, y compris dans les forêts, l’océan et la cryosphère, et la protection de la biodiversité… lors de la prise de mesures pour lutter contre le changement climatique”.

• Plus important encore, le pacte appelle à un dialogue annuel pour renforcer l’action fondée sur les océans, qui aura lieu chaque année en mai/juin à partir de 2022, avant de faire le rapport à la COP vers la fin de l’année.

• Les écologistes marins ont salué une “victoire importante et âprement disputée” car l’océan a été incorporé dans le régime des Nations Unies sur les changements climatiques. Cependant, ils avertissent que tout progrès pourrait être annulé par le manque d’action vérifiable à court terme pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

• “La pression sur l’océan continuera d’augmenter”, a déclaré OneOcean Flotilla, un collectif d’organisations marines qui a souligné le besoin urgent d’une action océanique, y compris “un traité sur la haute mer robuste, la protection d’au moins 30% de l’océan mondial d’ici 2030, une réduction des autres facteurs de stress océaniques actuels, notamment la surpêche, et des menaces futures telles que l’exploitation minière en haute mer. »

Le prochain événement aura lieu ici même à Brest du 10 au 12 février 2022STAY TUNED !

 

Crédit photos

Joëlle Richard / UBO

Contacts

Charline Guillou / UBO

Joëlle Richard / UBO

La seconde vie des plastiques de laboratoire de l’IUEM

, ,

Les 4 et 5 novembre 2021, une équipe de six personnels et étudiants de l’IUEM a participé au Makeathon : un marathon créatif organisé à l’UBO Open Factory, dans le cadre du programme européen Sea-EU et du dispositif « Campus Innovant et Durable ».

L’équipe a travaillé autour d’une problématique commune sur la valorisation des plastiques de laboratoire non-souillés : “Comment appliquer les principes bien connus de réduction, réutilisation et recyclage aux laboratoires de l’IUEM ?” À travers le développement de deux prototypes, l’équipe a prouvé que tubes, flacons, cônes et pipettes recèlent encore bien des usages possibles après leur passage au laboratoire.

Objectif du marathon : Transformer les plastiques de laboratoire en objets durables et désirables !

MODUL’LAB :  De la boîte de cônes au mini mur végétal de bureau

Le but de ce premier projet est de pouvoir créer un objet pratique et modulable à partir de la réutilisation brute des boites de cônes. Les grilles colorées de supports de cônes sont assemblées les unes aux autres afin de créer des blocs, tel un jeu de construction. L’assemblage final peut être réalisé par le futur propriétaire de l’objet pour répondre à ses envies. Ainsi, il pourra choisir la forme et les couleurs de son mur végétal. Les boîtes quant à elles serviront de réceptacles pour le maintien, voire, la croissance des plantes.

La version de ce prototype pourra être agrandie pour déployer ce concept de mur végétal pour l’extérieur. Un projet de « lampe végétale » alliant bois, boîtes de cônes, plantes et lumière a également été développé durant le marathon.

Ce travail pourra être présenté dans les campus universitaires, voire les écoles où d’autres éléments pourront être réemployés pour construire ces modules.

Lab’Oucle : La transformation de la matière pour la création de nouveaux objets

L’objectif principal du second prototype proposé lors de ce marathon repose sur la transformation de la matière. En effet, l’idée est de collecter différents items de laboratoire (tubes, boîtes de cônes, bouchons…) et de les transformer en nouveaux objets utiles au laboratoire. Ce processus de revalorisation se décompose en deux étapes :

  • Au laboratoire : Mise en place de points de collecte pour ces différents items plastiques rigides non-contaminés
  • À l’UBO Open Factory : Les items récoltés sont, dans un premier temps, broyés en copeaux, puis fondus à l’aide d’une presse. On obtient alors une plaque de plastique recyclé. L’objet désiré est dessiné sur ordinateur à l’aide d’un logiciel 3D et les différentes pièces sont ensuite découpées dans la plaque de plastique par une fraiseuse, puis assemblées.

Dans le cadre du marathon, un portoir de tubes coniques de 50 mL a été réalisé à partir de plastique recyclé.

Ainsi, à partir de « déchets » de laboratoire et grâce à un traitement minimal, un nouvel objet, utile pour les activités de laboratoire, a été produit. Lab’oucle est bouclée. À terme, ce processus permettra de limiter l’achat d’items plastiques neufs et démontre une liberté d’actions dans leurs créations : supports de tubes, de pipettes, de cahier de laboratoire, tabourets de labo…

La suite

Une réflexion est en cours sur l’organisation de la collecte, du tri et de la transformation des plastiques de laboratoire. Les prototypes doivent également être finalisés pour envisager un large déploiement. Des expérimentations de transformation sont à venir !

Pour échanger sur la valorisation des plastiques de laboratoire, visualiser concrètement les prototypes créés et découvrir les autres mesures de recyclage des plastiques de laboratoire déployées à l’institut dans le cadre du projet Preventing Plastic Pollution, un temps d’échanges est prévu le 13 décembre à 13h15 en Amphi A. Venez nombreux !

Crédits photos

Kevin Quessette / CNRS

Mallorie Bodériou / CNRS

 

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Kevin Quessette / CNRS

Antoine Bideau  / UBO

Lucie Toussaint / Ifremer

Éric Machu, Chercheur IRD au LOPS sur les liens Environnement et ressources marines

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait des études de physique et ai obtenu ma thèse en 2000 à l’Université Paul Sabatier à Toulouse avant de m’orienter vers la thématique couplée physique-biologie. J’ai travaillé sur les premières données issues du capteur de couleur de l’eau (chrophylle a) SeaWiFS dans la région du Courant des Aiguilles, qui se situe au niveau de l’océan Indien et qui tire son nom du cap sud-africain des Aiguilles. J’ai étudié le couplage physique-biogéochimie, le lien entre la dynamique et la production de phytoplancton en Afrique du Sud. J’ai aussi analysé les processus physiques responsables de l’enrichissement des eaux de surface à partir de la télédétection et de la modélisation.

Après la thèse, j’ai fait un postdoc au Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (CERFACS) à Toulouse pendant 2 ans. J’ai travaillé sur l’assimilation de données dans un cadre de prévision climatique saisonnière, l’assimilation permettant de contraindre la trajectoire des simulations numériques à rester proche des observations. Ensuite, je suis parti faire un postdoc en Afrique du Sud dans l’équipe Éco-Up, unité de recherche IRD qui avait pour thématique de recherche les écosystèmes d’upwelling. En 2004, j’ai intégré cette unité basée à Sète en tant que chargé de recherche IRD après avoir réussi le concours externe. Mon projet était d’étudier la variabilité de l’environnement sur les stocks de petits poissons pélagiques (sardine, anchois notamment). Cette unité avait un projet d’étude comparée des principaux systèmes d’upwelling et j’ai été affecté à l’Institut National de Recherche Halieutique au Maroc.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

En 2008, l’unité a été restructurée en raison de la création des Unités mixtes de recherche (UMR). J’ai été affecté au LPO, ancien LOPS, car les physiciens avaient choisi de venir à Brest. Vu que mon amie était en Norvège, je suis parti en disponibilité à l’Université d’Oslo pendant 2 ans.  Après, j’ai acheté un bateau puis ai navigué pendant 8 mois. J’ai même vécu sur mon bateau pendant 2 ans à Brest. Je suis arrivé à l’IUEM en 2010 et n’avais pas pleinement conscience de l’importance de l’Institut quant à la qualité des recherches qui y sont menées.

Que fais-tu à l’IUEM ?

En 2010, je suis venu donner un 1er cours de physique à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Je travaillais dans le cadre du laboratoire mixte international ÉCLAIRS 1 sur l’Étude du climat en Afrique de l’Ouest » créé en 2012 en partenariat entre des laboratoires français et sénégalais. Je passais environ 6 mois de l’année entre le Maroc, le Sénégal et l’Afrique du Sud.

En 2014, je suis parti pendant 6 ans au Sénégal. J’étais le seul océanographe affecté sur place et j’ai donc animé la thématique océan du LMI ECLAIRS, formé des étudiants de niveau Master, des thésards et j’ai monté des projets de recherche. L’objectif de nos implications au Sénégal est notamment de pérenniser les capacités d’observation de leur environnement marin. Il y a aussi une forte demande de formations professionnalisantes. Ainsi, je réserve mon énergie aux étudiants du Sud. Il est très gratifiant d’amener des étudiants jusqu’à la thèse.

Ma thématique de recherche est toujours la même, à savoir comment l’environnement impacte la ressource, mais c’est l’outil qui a changé puisque l’observation est venue remplacer la modélisation. Au début, faute de financement, les premières mesures ont été réalisées en instrumentant mon voilier avec lequel j’ai fait la traversée Brest-Dakar. Je coordonne afin de donner un nouvel éclairage sur la zone et de dynamiser la recherche de partenariat.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Lors d’un vol, j’ai voulu faire passer une malle avec de l’instrumentation pour une valeur de plus de 50 000 euros et suis resté bloqué 3 heures à l’aéroport.

Sur le terrain, accompagné de Yoann Thomas, nous avons demandé de cuisiner une partie des arches (coques) collectées. En mangeant mon assiette, je suis tombé sur une perle parfaitement ronde que j’ai fait monter sur une bague pour un cadeau …

Le laboratoire dans lequel je suis à Dakar est contributeur du prix Nobel du GIEC. Le directeur a souhaité venir en France pour une soutenance mais son visa lui a été refusé. Furieux, j’ai publié un article de blog sur Mediapart et l’ambassade de France l’a contacté pour lui demander qui avait écrit cet article qui était remonté au travers de média sénégalais. Il n’a rien dit et m’a couvert.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Probablement des instants fugaces lors de missions d’observation en mer. Je suis resté marqué par ma première campagne vers les îles du Prince Edouard au Sud de l’Afrique du Sud. La région du Siné Saloum au Sénégal est également source de grandes contemplations. J’avoue aussi que les soutenances des étudiants sont vraiment des moments très émouvants pour moi.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La mer sous toutes ses formes, la confrontation des cultures.

As-tu une devise ?

Petit à petit l’oiseau fait son nid en wolof ?

Danke danke moy niakh golo ci niaye ?

Crédit photos

IRD

Contact

Éric Machu / IRD

À l’IUEM, la réduction et le recyclage des plastiques sont lancés !

, ,

Depuis le mois de septembre, l’IUEM s’est transformé en site pilote expérimental en faveur de la réduction et du recyclage des plastiques. Initiées par le projet Interreg Preventing Plastic Pollution, des actions très concrètes visant à réduire la production de déchets plastiques et à améliorer leur fin de vie par le recyclage se sont mises en place à l’Institut.

Des ilots de tri pour les déchets du flux « boisson »

Douze ilots de tri des déchets ont été installés et répartis dans les trois bâtiments de l’IUEM afin de capter trois types de déchets, générés par le flux « boisson », qui sont ainsi soustraits du flux des déchets « tout-venant » : les bouteilles en plastiques, les canettes en métal et les gobelets en carton. Ces déchets sont collectés et sur-triés par l’entreprise ELISE, qui dispose du label « Entreprise Adaptée » et emploie 80% de travailleurs en situation de handicap. Ils seront envoyés pour traitement vers des filières de recyclage françaises.

Des fontaines à eau et des gourdes durables pour éliminer les bouteilles en plastique

Pour proposer une alternative durable aux bouteilles d’eau en plastique, trois fontaines à eau reliées au réseau et disposant d’un système de filtration, sont maintenant disponibles pour tous. Cette action s’est couplée à une distribution de gourdes en verre aux personnels de l’IUEM, à l’occasion de la journée mondiale de l’océan, pour inciter à abandonner définitivement l’utilisation de bouteilles en plastique. Des mugs lavables en remplacement des gobelets à usage unique ont également été mis à disposition des agents.

Des collecteurs de mégots pour les recycler en mobilier urbain

Afin de répondre aux attentes des agents et usagers sur le nombre et la localisation des collecteurs de mégots aux abords de l’IUEM, sept nouveaux cendriers ont été positionnés sur des points stratégiques (entrée/sortie des bâtiments) afin d’inciter au maximum le dépôt des mégots dans ces contenants. Les mégots ainsi collectés seront ensuite acheminés à Bourg-Blanc (29) pour être dépollués puis recyclés en mobilier urbain par la société MéGo!

Et bien d’autres choses à venir…

La réduction et le recyclage des plastiques s’engagent aussi au sein des unités de recherche. Une dizaine de salles de laboratoires pilotes répartis entre le LGO, le LMEE et le LEMAR, expérimentent actuellement le tri et le recyclage des plastiques souples, des tubes de laboratoire et des gants avant d’envisager une extension à l’ensemble de l’IUEM à partir de début 2022.

Récemment, un travail en faveur de l’élaboration d’une charte « Evénement sans plastique » pour toutes les manifestations internes mais aussi celles faisant appel à un prestataire extérieur a également été lancé. La réduction et le recyclage des plastiques à l’IUEM ne fait donc que commencer !

Pour plus d’informations sur le projet PPP, c’est ici.

Retrouvez également une vidéo de présentation du projet sur la chaîne YouTube du LEMAR

Crédit photos

Sébastien Hervé / UBO

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Ika Paul-Pont / CNRS

 

Synthèse de la conférence en ligne SILICAMICS 3

, ,

Objectifs et participants à l’événement scientifique

La conférence en ligne SILICAMICS 3, intitulée “Biogéochimie et génomique de la silicification et des silicifères”, a été accueillie par le Second Institute of Oceanography (SIO), à Hangzhou, en Chine.
Elle s’est tenue du 12 au 15 octobre 2021 et visait à développer une approche intégrative qui inclut la chimie, la biogéochimie, la biochimie, la physiologie et la génomique pour mieux comprendre la biosilicification et les silicificateurs dans les océans passés, contemporains et futurs.
Cinquante scientifiques y ont participé, originaires des États-Unis (Massachusetts Institute of technology (MIT) à Boston, Université de Californie à Santa Barbara, University of Southern Alabama, University of Toronto, Yale University), de Chine (Ocean University of China à Qingdao, SIO, University Tianjin, Xiamen University), et d’Europe (École Normale Supérieure Paris-Saclay, Université d’Aix-Marseille, Université de Brest, Université de Bristol, CEAB-CSIC à Blanes (Espagne), Geomar à Kiel, Université du Littoral Côte d’Opale à Wimereux, Université Lund (Suède), Marche Polytechnic University (Italie), et Sorbonne Université).
Une introduction générale à la conférence a été faite par Janusz Petkowski (MIT, Boston, USA) qui a exploré le potentiel du silicium comme élément constitutif de la vie dans différents environnements planétaires. Sept orateurs invités se sont exprimés pour présenter les différentes sessions : Patrick J. Frings (Geomar, Kiel, Allemagne) pour la session “past ocean Silicium cycle”, Natalia Llopis Monferrer (IUEM) et Manuel Maldonado (CEAB-CSIC, Blanes) pour la session “silicificateurs pélagiques et benthiques”, Paul Tréguer (IUEM) pour la session “cycle du Si dans l’océan moderne “, Katharine Hendry (Université de Bristol, UK) pour la session “isotopes du silicium”, Su Mei Liu (OUC, Qingdao, Chine) pour la session “océan côtier” et Charlotte Nef (ENS, Paris, France) pour la session ” génomique et physiologie “. Au total, 28 communications ont été présentées par les participants.

Perspectives

En ce qui concerne les programmes futurs sur le cycle de la silice et les silicificateurs, il a été proposé de s’appuyer sur le programme BioGeoSCAPES à venir pour favoriser les synergies entre les différentes études dans les années à venir, plus particulièrement  pour résoudre les lacunes de connaissances qui ont été identifiées au cours des différentes sessions. Les participants juniors à la conférence ont également décidé de renforcer les liens entre eux, notamment par des webinaires périodiques.

La soumission d’articles pour un numéro spécial de ” Frontiers in Marine Sciences ” est encouragée.
Date limite juin 2022 : Brivaela Moriceau, Paul Tréguer, lihuaran@sio.org.cn

La prochaine conférence SILICAMICS devrait se tenir en Europe en octobre 2023.

Crédit photo

Laurent Chauvaud / CNRS

Contact

Paul Tréguer / UBO