Archive d’étiquettes pour : géographie

20ème rentrée des Masters des sciences de la mer et du littoral (SML)

, ,

Vendredi 1er septembre, les étudiants de 1ère année de master admis dans les Masters SML seront accueillis à l’IUEM par le directeur de l’Institut, Frédéric Jean, qui abordera les missions de l’IUEM, son cadre ainsi que son histoire et son évolution. Le responsable des Masters, Guillaume Roullet, présentera la formation sous un angle général. Durant cette journée, les étudiants échangeront avec différents intervenants qui leur apporteront de nombreuses informations sur le déroulement et l’organisation de ces deux années d’études.

Histoire du Master

Les sciences de l’environnement ne peuvent s’appréhender que selon une démarche transversale et pluridisciplinaire. Cette approche se justifie d’autant plus pour les espaces marins et littoraux qui sont aujourd’hui au coeur d’enjeux fondamentaux pour l’humanité : le changement climatique, la gestion et la protection des ressources vivantes et minérales des océans, les énergies marines renouvelables, le développement des transports internationaux ou la gestion des risques naturels et technologiques.

Les questions soulevées nécessitent un travail commun entre enseignants et chercheurs des sciences expérimentales (écologues, géochimistes, biologistes, physiciens et géologues) et des sciences de l’homme et de la société (géographes, juristes, économistes). La mer et le littoral font aussi l’objet d’une intense actualité politique et institutionnelle. Cette démarche transversale a conduit à la création en 2004 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur d’un domaine de formation « Sciences de la Mer et du Littoral », unique en France, au sein duquel s’est développé un Master pluri- et trans-disciplinaire. Après 19 années d’existence, ce Master, qui est implanté au coeur d’un pôle scientifique en sciences marines de dimension internationale, a déjà montré son puissant effet structurant et son attractivité. Il permet de réunir les conditions pédagogiques du développement d’une expertise française dans le domaine des sciences de l’environnement marin et côtier.

Organisation et objectifs

Les 8 Masters SML regroupent sous un même domaine 14 parcours : sciences biologiques marines, sciences halieutiques et aquacoles (co accrédité avec l’Institut Agro Rennes-Angers) / International Master of science in Marine Biological Ressources (IMBRSea), master international en biotechnologies marines (co accrédité avec l’UBS Lorient) / chimie de l’environnement marin / droit, mer et littoral / agriculture, mer, environnement (co accrédité avec l’Institut Agro Rennes-Angers) / expertise et gestion de l’environnement littoral / géophysique marine, hydrodynamique navale (co accrédité avec l’ENSTA Bretagne), physique de l’océan et climat, sciences des données océaniques / géosciences océan, ingénierie et gestion des ressources côtières et littorales (co accrédité avec l’UBS Vannes).
Les parcours en sciences humaines privilégient une approche fondée sur les interactions avec l’homme au niveau marin et côtier, tandis que les sciences biologiques, chimiques, géologiques et physiques visent plutôt la compréhension du «système mer» dans tous ses aspects. Les parcours en physique et biotechnologies sont internationaux et l’enseignement se fait en langue anglaise.

Un grand nombre d’unités d’enseignement (UE) sont communes à au moins 2 Masters et certaines sont suivies par les étudiants du master international IMBRSea de l’université de Gand. Les cours y sont également dispensés en anglais. Cet enseignement a pour objectif de former des chercheurs et des cadres capables d’appréhender les problématiques scientifiques actuelles et d’apporter des réponses adaptées aux problèmes posés en relation avec le domaine marin, océanique et les littoraux.

Les actions de formation en Master sont également au coeur du projet de l’École Universitaire de Recherche (EUR) ISblue. Cette dernière a pour objectif de mieux intégrer et coordonner la stratégie d’enseignement et de recherche des partenaires, de rendre l’offre de formation plus attractive au niveau international, de renforcer l’interdisciplinarité, l’innovation pédagogique et l’approche pédagogique par compétences, ainsi que de développer les synergies entre le monde académique et le secteur socio-économique. À cet effet, beaucoup d’étudiants partent en stage à l’étranger, avec le soutien financier, notamment, du volet formation de cette École Universitaire de Recherche.

La vie associative est très développée au sein des masters puisque 4 associations d’étudiants sont recensées : Patel (Protection et aménagement du territoire et de l’environnement littoral) rattachée à la mention expertise et gestion de l’environnement littoral, Sea-ti-Zen historiquement pour la biologie mais désormais pour toutes les mentions, Tethys pour les géosciences et Sea-lex pour les juristes.

Rentrée 2023 : Quelques chiffres

Environ 270 étudiants sont inscrits pour cette année universitaire marquant une augmentation de près de 10 % des effectifs, qui oscillaient entre 175 et 200 étudiants depuis la création du master SML en 2004.

Le rayonnement des masters au niveau national et international est important. Ainsi, chaque année, environ 10 % des étudiants inscrits sont internationaux et la plupart des Masters reçoivent des étudiants européens ERASMUS.

Cette année, ils proviennent de 17 pays différents. Parmi les étudiants français, entre 30 et 50 % selon les années, proviennent d’établissements extérieurs à l’UBO. Le suivi professionnel des étudiants montre une insertion professionnelle supérieure à 75 % dans les 2 années qui suivent l’obtention du diplôme et un pourcentage important de diplômés (50 % environ) en poursuite d’études (doctorat) pour les 4 Masters en biologie, chimie, géologie et physique.

Crédit photo

Sébastien Hervé / UBO

Contacts

Cécile Nassalang / CNRS

Guillaume Roullet / UBO

Eugénie Cazaux (LETG), lauréate du prix de thèse CCR Cat Nat 2023

, ,

Depuis plus de 10 ans, se tient au mois de juin la Journée CCR CAT (Caisse Centrale de Réassurance), un rendez-vous du marché français reconnu par les assureurs et la communauté scientifique comme un lieu d’échanges riches sur la connaissance des risques catastrophiques et de leurs conséquences. La 14ème édition de cette journée a eu lieu le mercredi 14 juin 2023, durant laquelle le Prix CCR Cat Nat (catastrophes naturelles) a été remis.

Non seulement elle a fait le buzz sur les médias, mais en plus de cela, Eugénie Cazaux remporte le Prix grâce à sa thèse intitulée : « La prise en compte des risques côtiers par les marchés fonciers et immobiliers du littoral français métropolitain : ambivalence de la mer et tentatives de régulation publique du « désir de rivage » à l’aube du changement climatique » et réalisée au sein du LETG Brest. Un grand bravo à elle !

Eugénie Cazaux a réalisé son doctorat en Géographie au LETG Brest et elle est actuellement en postdoc en tant que coordinatrice du projet de recherche ARICO (Adaptation aux RIsques CÔtiers). Ses travaux de thèse portaient sur l’éventuelle influence des risques côtiers (submersions marines / recul du trait de côte) sur les prix du foncier et de l’immobilier, au regard de l’attractivité côtière et du contexte de changement climatique qui concernent les territoires littoraux. Elle a débuté son doctorat en décembre 2017 et a réalisé sa soutenance de thèse le 14 octobre 2022. Retrouvez son portrait dans les actualités du site de l’IUEM.

Lancé en 2015, le Prix CCR Cat Nat récompense une thèse de doctorat portant sur la connaissance des catastrophes naturelles et de son application aux métiers de l’assurance et de la prévention des risques. Ce travail de recherche innovant, approfondi et original, permet de mieux appréhender les aspects théoriques et les enjeux pratiques du sujet traité. L’objectif est d’encourager la recherche dans ces domaines, afin de favoriser la compréhension de ceux-ci.

Ce Prix est ouvert au niveau européen et récompense un lauréat désigné par un jury composé d’universitaires, d’experts du secteur de la recherche et de l’assurance et de représentants de la CCR.

Cette année, le jury n’a pu départager les deux candidats qui ont remporté le Prix. Eugénie est donc lauréate ex æquo avec Thomas Candela,  pour sa thèse intitulée « Optimisations cartographiques pour la gestion des crises et des risques majeurs : le cas de la cartographie rapide des dommages post-catastrophes », réalisée au sein du LAGAM (Laboratoire de Géographie et d’Aménagement de Montpellier).

Ils sont à présent gratifiés d’une récompense de 5 000 euros, ainsi que d’une mise en avant de leurs travaux auprès du grand public et des experts via le site de la CCR. Félicitations à eux deux !

Crédits photos

Arnaud Caillou
Cédric Peinturier

Contact

Eugénie Cazaux / UBO

Laurence David, cartographe ingénieure d’études CNRS au LETG

, ,
Laurence David, cartographe ingénieure d’études CNRS au LETG

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait des études de géographie à Brest avec une fin de cursus à Rennes en DESS aménagement et collectivités locales. Ensuite, j’ai créé un bureau d’études en cartographie et aménagement ; j’ai exercé mon activité en tant que profession libérale pendant 9 ans. Je travaillais surtout pour des architectes et des services d’urbanisme. Par exemple, je récupérais des plans de géomètres et j’en faisais des cartes pour les profanes, ce qui leur permettaient de communiquer plus facilement sur leurs programmes d’aménagement. J’ai aussi travaillé sur les notions de paysages dans les documents d’urbanisme ou encore réalisé des études socioéconomiques dans le cadre de Natura 2000.

Au bout de 9 ans, je démarchais beaucoup moins de clients, j’avais un peu fait le tour de la question et avais envie de travailler davantage en équipe. J’ai appris qu’il y avait un poste de remplacement ouvert au CNRS suite à un départ à la retraite et j’ai ainsi été recrutée en décembre 2008.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Le poste était au LETG qui fait partie de l’IUEM. C’était une affectation naturelle puisqu’il s’agit d’un laboratoire de géographie, c’était donc l’unité de recherche brestoise qui pouvait m’accueillir, en cohérence avec mes études. Le LETG est un super laboratoire où nous avons un collectif qui travaille bien ensemble et il est chouette d’y exercer son activité.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Mon métier consiste à créer des cartes. Cartes plutôt d’édition pour des articles scientifiques, des rapports, ou pour des supports de communications (présentations, conférences…). Mais également des cartes interactives grâce au web. Il y a aussi tout le volet géomatique lié à l’analyse spatiale, le traitement des images, les bases de données. Cela a aussi beaucoup à voir avec la médiation scientifique car au-delà de la carte j’imagine des supports, des visuels qui vont permettre de diffuser des résultats et pas uniquement entre scientifiques. Nous sommes beaucoup en relation avec la société civile, des élus et des professionnels de différentes filières. L’idée est de toujours trouver les représentations qui vont faire passer les connaissances produites par le collectif de recherche.

Je travaille avec des outils tels que les SIG (Systèmes d’information géographiques) et les catalogues de données institutionnels (Shom, IGN). J’utilise notre infrastructure de données géographiques Indigéo pour la publication des données produites. Puis une fois que ces cartes sont diffusées, je les mets en scène dans des applications web (outils de narration cartographique en ligne).

Dans ce métier, nous sommes en transversalité par rapport aux thématiques car nous apportons un soutien technique ou méthodologique. En tant qu’ingénieure d’études, je ne suis pas inféodée à un sujet. C’est la variété qui me plaît. Ainsi, je travaille sur la géomorphologie littorale, les risques côtiers, les inventaires des ouvrages côtiers, pour les plans opérationnels pour les pollutions marines ou encore l’adaptation de la vigne au changement climatique… On peut dire que je travaille du grain de sable au grain de raisin.

Nous sommes une unité mixte de recherche multisites et depuis l’an dernier, je pilote le réseau RASTeR qui regroupe les ingénieurs titulaires et contractuels de l’unité. L’idée est de faire du lien entre les sites et d’animer des ateliers transversaux sur des outils, des méthodologies… ateliers auxquels des collègues de l’IUEM ont déjà participé.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Je suis la reine des gamelles !

Il y a quelques années, 3 jours avant de partir en mission à la Réunion avec Iwan Le Berre, je me suis pris les pieds dans le cordon d’alimentation de son ordinateur en sortant de mon bureau. Je me suis cassée une côte mais je suis quand même partie, cela faisait 6 mois qu’on préparait la mission.

Lors de celle-ci, nous sommes allés au Piton de la Fournaise et j’avoue que j’avais un peu de mal à respirer. Je me suis emmêlée les pieds et je suis tombée en gravissant le volcan. La fin de la ballade a été un peu laborieuse mais cela valait le coup car le point de vue au sommet est magnifique.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

En général, ce que je préfère, ce sont les missions à l’international car elles me permettent de découvrir d’autres pays et d’autres cultures.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Je suis bénévole dans une association caritative. J’aime coudre mais aussi réaliser des expériences végétales dans mon jardin. Je fais pousser des ananas, des fruits de la passion et même des avocats !

As-tu une devise ?

« La vie est trop courte pour s’habiller triste ».

Crédits photos

J. Le Floch

Manuelle Philippe / UBO

Iwan Le Berre / UBO

Contact

Laurence David / CNRS

Pierre Stephan, Chargé de recherche CNRS en géomorphologie au LETG-Brest

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai démarré par des études d’Histoire à l’Université de Rennes 2 au cours desquelles j’ai découvert la Géographie, celle qu’on enseigne à l’Université, et en particulier la géographie environnementale. Ensuite, j’ai quitté Rennes pour rejoindre l’UBO et me spécialiser dans l’étude des littoraux. C’est lors de ma maîtrise que j’ai découvert l’IUEM, en fréquentant le laboratoire de sédimentologie. Cette première expérience de la recherche m’a amené à poursuivre en DEA de géomorphologie et aménagement des littoraux avec la ferme intention de poursuivre en thèse. J’ai donc candidaté sur un sujet qui portait sur la géomorphologie littorale au LETG. Il s’agissait de travailler sur la contribution des falaises meubles à l’alimentation sédimentaire des plages bretonnes. Je me suis surtout intéressé aux plages de galets, et aux flèches littorales en particulier, dont un grand nombre sont situées en rade de Brest. Pendant ma thèse, j’ai pris à coeur les causes de l’érosion qui affectent actuellement ces plages : élévation du niveau de la mer, submersions marines, impacts humains. Certains de mes résultats ont suscité l’intérêt des archéologues dans l’idée de reconstituer les environnements côtiers de la Préhistoire. Après la thèse, j’ai donc initié des collaborations avec des archéologues dans le cadre du Programme Archéologique Molénais mené en mer d’Iroise. En parallèle, l’érosion des plages de galets posait également des problèmes en matière de conservation de la biodiversité et de restauration des milieux naturels. Cela m’a amené à travailler avec des acteurs du territoire comme Brest métropole, le conservatoire du littoral, les parcs et les réserves naturelles.

Ensuite, j’ai fait un postdoc, en contrat avec la région Bretagne, pour mettre en place un plan d’actions visant à restaurer certains secteurs littoraux en rade de Brest. Après mon entrée au CNRS, j’ai exercé pendant 2 années au Laboratoire de Géographie Physique de Meudon avant d’arriver à l’IUEM.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Ce qui m’a amené à revenir rapidement à l’IUEM, c’est d’une part la proximité avec certains de mes terrains d’étude dont j’assurais le suivi régulier dans le cadre d‘observatoire depuis le début de ma thèse, la synergie entre les différents labos qui permet aussi des approches interdisciplinaires, et enfin la concentration sur un même site de nombreux outils et plateformes d’analyse dans le domaine de la mer. À l’époque, le LabexMER représentait aussi une super opportunité pour amorcer une recherche originale à partir de financements à visée exploratoire.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je travaille sur les changements géomorphologiques côtiers et leurs implications sur les sociétés et les environnements littoraux. J’étudie ces dynamiques à différentes échelles de temps. Sur le long terme, je travaille sur les changements paléogéographiques et les processus de sédimentation en lien avec la transgression marine, les périodes de tempêtes, les phases d’ensablement des littoraux et de mise en place des dunes côtières. Ces travaux s’inscrivent le plus souvent dans le cadre de recherches interdisciplinaires menées avec les archéologues et les géologues et apportent des éléments pour mieux comprendre le rôle de l’humain et du climat dans les changements côtiers.

Sur des pas de temps plus récents, je m’intéresse aux évolutions récentes du trait de côte, à l’observation des phénomènes d’érosion et la compréhension de certains processus en cause dans la mobilité du littoral. Ces travaux sont souvent menés en étroite collaboration avec des gestionnaires. Par exemple, cela fait 15 ans que je mène un suivi du Sillon de Talbert. Dans ce secteur, l’impact des tempêtes est occasionnel, mais particulièrement bien marqué et m’a conduit à proposer des mesures de gestion dans le cadre de la Réserve Naturelle Régionale. Ce suivi s’inscrit dans le cadre du SNO DYNALIT. Je mène des recherches similaires en Islande, qui constituent un laboratoire à ciel ouvert pour étudier l’effet des tempêtes sur l’érosion des côtes car les tempêtes y sont plus intenses et plus fréquentes qu’en Bretagne.

Je coordonne également depuis 7 ans la ZABrI avec Olivier Ragueneau. Il s’agit d’animer un dispositif de recherche et un groupe de chercheurs et d’acteurs du territoire issus d’horizons variés en vue de produire une recherche transdisciplinaire et intégrée.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Je me souviens d’une mission périlleuse où, très éloignés de la côte sur un large platier rocheux, nous avons été piégés par la marée. Le retour fut épique. Nous avons noyé tout le matériel électronique et perdu l’ensemble des données du jour. L’un d’entre nous s’était cassé l’orteil. Bref, la loose !

Quel ton plus beau souvenir de boulot ?

L’un des plus beaux remonte à un an à peine, lors d’une mission en Islande. Nous revenions d’une longue matinée de terrain sur la plage de Sandvikur, un lieu magique situé à l’extrémité de la presqu’île de Reykjanes. Sur le chemin du retour, nous avions sous nos yeux, à quelques kilomètres de distance, l’éruption du volcan Fagradalsfjall d’où s’échappaient de véritables geysers de lave incandescente. C’était un spectacle fascinant que je n’oublierai jamais.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La musique : star déchue des fest-noz, reconverti en champion d’Air biniou, je ne peux plus sérieusement me considérer comme musicien, mais je sonne encore quelques airs de jazz sur mon sax ténor et pratique depuis peu la clarinette dans une fanfare.

Crédit photos

Y. Dorval

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Pierre Stephan / CNRS

 

Simona Niculescu, Enseignant-chercheur en géographie au LETG-Brest

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai préparé ma thèse entre 1998 et 2002 au laboratoire de Biogéographie et Écologie du CNRS/ENS (École Normale Supérieure de Fontenay Saint-Cloud). La soutenance a eu lieu le 20 février 2002 à la Sorbonne Paris IV. Le sujet de la thèse était centré sur l’évolution du paysage par télédétection (observation de la Terre par satellites) : Approche géographique de la dynamique des paysages du Plateau de Fălticeni (Roumanie).

Entre 2002 et 2003, j’ai fait un post-doc à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris dans un laboratoire de mathématiques appliquées aux sciences sociales (CAMS) avec un sujet orienté sur l’élaboration des statistiques spatiales agricoles à partir des images satellites pour les pays ex-communistes. Puis en 2003, je suis arrivée pour la première fois en Bretagne dans le cadre d’une conférence organisée par l’École Navale de Lanvéoc-Poulmic. Suite à cette conférence, j’ai été recrutée pour 1 an en tant qu’enseignant-chercheur associé en télédétection. A l’École Navale, j’ai commencé à aborder des thématiques marines par télédétection tout en côtoyant des chercheurs en hydrographie (observation des eaux et des mers). Enfin, en septembre 2004, j’ai été recrutée sur concours à l’UBO.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Étant donné que le poste correspondant au concours UBO était rattaché à GEOMER, j’ai intégré tout naturellement l’IUEM.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Côté enseignement, je forme à la télédétection à l’IUEM dans le cadre du master EGEL et du mastère Energies marine renouvelables de l’ENSTA. J’enseigne aussi la télédétection et la géographie plus générale (régionale, géopolitique) en licence à la Fac de Lettres Victor Segalen de Brest et à l’international à l’Université franco-vietnamienne de Hanoi (niveau master).

En termes de recherche, j’ai obtenu 3 ans de délégation CNRS (2009-2011 et 2019-2020) pendant lesquels je me suis dédiée intégralement à la recherche. Durant ma première délégation CNRS (entre 2009 et 2011), j’ai pu préparer mon habilitation à diriger des recherches (HDR) soutenue le 24 novembre 2015 à l’Université de Sorbonne Paris IV. Pendant la période de préparation de mon HDR, j’ai commencé à travailler sur la méthodologie de Machine Learning (apprentissage automatique, y compris l’apprentissage approfondi) appliquée aux zones côtières de différentes régions du globe (delta du Danube, delta du Mékong, littoral Ouest de l’Algérie, Pays de Brest). Pendant ma troisième année de délégation CNRS (2019-2020), j’ai effectué une année de mobilité géographique à l’Université de Californie Santa Barbara dans le laboratoire VIPER (Visualization & Image Processing for Environmental Research, UCSB Geography Department) spécialisé en télédétection et en machine Learning.

Après mon HDR, j’ai réalisé plusieurs projets de recherche structurés par la même thématique (applications de la méthodologie Machine Learning en télédétection aux zone côtières) : j’ai obtenu une Chaire Jean Monnet (2018-2022) avec une conférence à la clé en mai 2022, un projet Fondation de France (2018-2022) sur le pays de Brest, Hubert-Curien Tassili avec l’Algérie et plusieurs projets CNES. Ce mois-ci, j’ai assisté à la première soutenance de thèse de l’un de mes doctorants et depuis 2015, j’ai eu l’occasion d’encadrer 5 doctorants (vietnamien, 2 algériens, chinois et gabonais).

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

En Californie (à Santa Barbara), j’étais hébergée dans un petit centre (qui louait des chambres et des appartements) et dans la salle de discussion des contrats, j’ai découvert une énorme carte ancienne de Paris en 1850 affichée au mur. Ça m’a fait plaisir de trouver cette carte à l’autre bout du monde !

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

J’en ai plusieurs : lorsque j’ai récupéré mon bureau face à la mer, la 1ère soutenance de thèse de l’un de mes doctorants le mois dernier, le résultat de ma Chaire correspondant à la satisfaction de mon travail et quand j’ai exploré la côte Pacifique en Californie.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

J’aime beaucoup cuisiner français (par exemple, soufflé de fromage, salade…), la nature en général, j’aime y passer du temps (randonnée). Je suis amoureuse de la Corse et y suis allée 2 fois, le temps de bien la découvrir.

As-tu une devise ?

« Fonce, ne baisse jamais les bras ! »

 

Crédit photos

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Simona Niculescu / UBO

18ème rentrée des Masters des sciences de la mer et du littoral (SML) à l’IUEM

,

Mercredi 1er septembre, les étudiants de 1ère année de master admis dans les Masters SML seront accueillis à l’IUEM par le directeur de l’Institut, Frédéric Jean, qui abordera les missions de l’IUEM, son cadre ainsi que son histoire et son évolution. Le responsable des Masters, Guillaume Roullet, présentera la formation sous un angle général. Durant cette journée, les étudiants échangeront avec différents intervenants qui leur apporteront de nombreuses informations sur le déroulement et l’organisation de ces deux années d’études.

Histoire des Masters

Les sciences de l’environnement ne peuvent s’appréhender que selon une démarche transversale et pluridisciplinaire. Cette approche se justifie d’autant plus pour les espaces marins et littoraux qui sont aujourd’hui au coeur d’enjeux fondamentaux pour l’humanité : le changement climatique, la gestion et la protection des ressources vivantes et minérales des océans, les énergies marines renouvelables, le développement des transports internationaux ou la gestion des risques naturels et technologiques. Les questions soulevées nécessitent un travail commun entre enseignants et chercheurs des sciences expérimentales (écologues, géochimistes, biologistes, physiciens et géologues) et des sciences de l’homme et de la société (géographes, juristes, économistes). La mer et le littoral font aussi l’objet d’une intense actualité politique et institutionnelle.
Cette démarche transversale a conduit à la création en 2004 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur d’un domaine de formation « Sciences de la Mer et du Littoral », unique en France, au sein duquel s’est développé un Master pluri- et trans-disciplinaire. Après 17 années d’existence, ces Masters, qui sont implantés au coeur d’un pôle scientifique en sciences marines de dimension internationale, ont déjà montré leur puissant effet structurant et leur attractivité. Ils permettent de réunir les conditions pédagogiques du développement d’une expertise française dans le domaine des sciences de l’environnement marin et côtier.

Organisation et objectifs

Les Masters SML regroupent sous un même domaine 8 mentions parmi lesquelles 13 parcours : biologie des organismes marins, écosystèmes marins, sciences halieutiques et aquacoles (co accrédité avec l’Agrocampus Ouest de Rennes) / master international en biotechnologies marines (co accrédité avec l’UBS Lorient) / chimie de l’environnement marin / droit, mer et environnement / agriculture, mer et environnement (co accrédité avec l’Agrocampus Ouest de Rennes) / expertise et gestion de l’environnement littoral / géophysique marine, hydrodynamique navale (co accrédité avec l’ENSTA Bretagne), physique de l’océan et climat / géosciences océan, ingénierie et gestion des ressources côtières et littorales (co accrédité avec l’UBS Vannes).
Les parcours en sciences humaines privilégient une approche fondée sur les interactions avec l’homme au niveau marin et côtier, tandis que les sciences biologiques, chimiques, géologiques et physiques visent plutôt la compréhension du «système mer» dans tous ses aspects. Les parcours en physique et biotechnologies sont internationaux et l’enseignement se fait en langue anglaise.
Un grand nombre d’unités d’enseignement (UE) sont communes à au moins 2 mentions des Masters, et certaines sont suivies par les étudiants du master international IMBRSea de l’université de Gand. Dans ce cas, les cours sont également dispensés en anglais. Cette formation a pour objectif de former des chercheurs et des cadres capables d’appréhender les problématiques scientifiques actuelles et d’apporter des réponses adaptées aux problèmes posés en relation avec le domaine marin, océanique et les littoraux.
Les actions de formation en Master sont également au coeur du projet de l’Ecole Universitaire de Recherche (EUR) ISblue. Cette dernière a pour objectif de mieux intégrer et coordonner la stratégie d’enseignement et de recherche des partenaires, de rendre l’offre de formation plus attractive au niveau international, de renforcer l’interdisciplinarité, l’innovation pédagogique et l’approche pédagogique par compétences, ainsi que de développer les synergies entre le monde académique et le secteur socio-économique. A cet effet, beaucoup d’étudiants partent en stage à l’étranger, avec le soutien financier, notamment, du volet formation de cette École Universitaire de Recherche.

La vie associative est très développée au sein des masters puisque 4 associations d’étudiants sont recensées : Patel (Protection et aménagement du territoire et de l’environnement littoral) rattachée à la mention expertise et gestion de l’environnement littoral, Sea-ti-Zen historiquement pour la biologie mais désormais pour toutes les mentions, Tethys pour les géosciences et Sea-lex pour les juristes.

Rentrée 2021 : Quelques chiffres

Environ 270 étudiants sont inscrits pour cette année universitaire marquant une augmentation de près de 10 % des effectifs, qui oscillaient entre 175 et 200 étudiants depuis la création des masters SML en 2004.

Le rayonnement du master au niveau national et international est important. Ainsi, chaque année, environ 10 % des étudiants inscrits sont internationaux et la plupart des mentions reçoivent des étudiants européens ERASMUS.

Cette année, ils proviennent de 17 pays différents. Parmi les étudiants français, entre 30 et 50 % selon les années, proviennent d’établissements extérieurs à l’UBO. Le suivi professionnel des étudiants des masters montre une insertion professionnelle supérieure à 75 % dans les 2 années qui suivent l’obtention du diplôme et un pourcentage important de diplômés (50 % environ) en poursuite d’étude (doctorat) pour les 4 mentions en sciences biologiques, chimiques, géologiques et physiques marines.

Crédit photo

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Guillaume Roullet / UBO

 

Eric Foulquier, Enseignant-chercheur au LETG-Brest

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait ma thèse au LETG à Nantes, qui s’appelait Géolittomer à l’époque. Elle portait sur les ports du Cône sud : « L’Uruguay et son insertion régionale : le rôle des ports dans la structuration du territoire ». Ce fut l’occasion d’un long séjour sur place, j’ai passé deux ans à l’Université de la République de Montevideo, à la Faculté des Sciences, la géographie étant considérée là-bas comme l’une des sciences de la nature. Ensuite, j’ai fait un postdoc au Brésil à l’Université fédérale de Rio pendant 8 mois. À l’époque, je travaillais surtout sur le volet politique, social et économique des activités portuaires et maritimes. En fait, j’essayais de mettre en évidence les implications des réformes de gouvernance, d’inspiration libérale, sur les communautés d’acteurs portuaires. Après la chute du mur de Berlin, des politiques dites « d’ajustements structurels » se sont appliquées sur l’ensemble des pays sud-américains, sous la houlette du FMI et de la Banque Mondiale. En cédant au secteur privé, la gestion des infrastructures de transport, il s’agissait d’apurer les dettes accumulées pendant la Guerre Froide. Ces réformes sont arrivées ensuite en Europe et notamment en France, en 2008, au début du mandat de Nicolas Sarkozy. Etudier ces processus m’a permis d’aborder la gouvernance sous l’angle de ceux qui les subissaient en premier en lieu, à savoir les entreprises et leurs salariés, mais aussi de distinguer les singularités portuaires qui en découlaient. Elles n’ont pas manqué en effet de construire des nouveaux rapports de force sur les quais et, à ce jeu-là, les places portuaires ne réagissent pas de manière uniforme. À chaque port, sa conflictualité en quelque sorte. Il s’agit d’identité, de trajectoire géo-historique spécifique au lieu. En 2003, je suis devenu Maître de conférences à l’Université d’Orléans et à partir de 2007, j’ai obtenu plusieurs financements dont un programme ANR sur les interactions entre gouvernance et conflictualité dans les espaces portuaires.

Sur les quais du Terminal fruitier de Bilbao

L’idée était d’objectiver la notion de conflit à travers des descripteurs, voire des métriques, pour essayer de savoir si la grève était bien la question centrale de la performance portuaire, et d’éclairer au contraire la diversité des formes conflictuelles à l’œuvre dans les ports. Ces travaux ont été publiés en 2014 : Gouverner les ports de commerce à l’heure libérale aux Editions du CNRS, dans lequel nous avons essayé, avec une équipe de collègues économistes, juristes, historiens et sociologues, de démontrer que la réalité des quotidiens portuaires dépassait largement la seule question sociale, dont la grève est certes la partie la plus médiatisée mais pas forcément la seule manière d’aborder le déficit de performance. De là, je me suis beaucoup intéressé à la façon dont les communautés d’acteurs, en premier les Unions Maritimes, qui rassemblent les acteurs économiques des places portuaires, participaient tout autant que l’Etat à l’animation de ces territoires.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Je ne me voyais pas vivre toute ma vie au milieu de la Beauce car vivre sur une île au milieu des grains n’a pas vraiment de sens, lorsque l’on bosse sur les ports… Je préfère nettement les îles en milieu marin ! En 2008, j’ai réussi à obtenir une mutation sur l’UBO qui donnait l’opportunité de satisfaire ce projet professionnel  et m’offrait l’avantage de rester au LETG, laboratoire dont je suis membre depuis mon inscription en thèse en 1996. L’idée était de venir vivre au bord de la mer, en Bretagne. Je connaissais de fait déjà l’IUEM, notamment par les séminaires de doctorants et les AG de labo.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je continue à travailler sur les questions liées au transport maritime, à la mondialisation selon une approche plutôt centrée sur les relations hommes et milieux. Je m’intéresse par exemple aux conteneurs abandonnés dans les espaces terrestres, notamment dans les îles.

Conteneur abandonné, Port Louis, Guadeloupe

D’une manière générale, j’aime bien les démarches orientées « objet ». La question de la circulation des objets, des matières, de la « camelote » comme on dit dans les ports, sont au cœur de la problématique de l’anthropocène. Tout ce qu’il y a dans nos assiettes et dans notre vie quotidienne passe à un moment donné ou à un autre dans des navires et dans des ports et ce, depuis plusieurs milliers d’années.

¼ de siècle au LETG m’a donné le temps de me familiariser avec les problématiques environnementales.

C’est aussi sans doute la raison pour laquelle mes recherches portent aujourd’hui assez nettement sur l’écologie portuaire et les relations entre le shipping et l’environnement, les questions de transition telles qu’elles se posent dans les ports de commerce, et le rôle qu’elles peuvent jouer ou non en la matière.

Je participe activement aux travaux de l’Observatoire Hommes-milieux (OHM) Littoral Caraïbe, dirigé par Pascal Lopez, directeur de recherche CNRS, micro-biologiste au laboratoire BOREA au MNHN. L’Observatoire s’intéresse à la façon dont les activités portuaires participent de l’anthropisation du littoral dans l’archipel guadeloupéen et dans les Antilles plus largement.

Avec mon collègue Iwan Le Berre, nous dirigeons actuellement le programme Transport maritime, fréquentation portuaire et inégalités environnementales dans les Caraïbes (TRAFIC, 2020-2023) financé par la Fondation de France. Il s’intéresse à la façon dont la circulation marchande dans les Caraïbes révèle ou non des inégalités environnementales et des questions de vulnérabilité portuaire ;  en effet, les ports ne choisissent pas la qualité des navires qu’ils accueillent. En ce sens, on peut les considérer comme « vulnérables », voire en « risque », face à la fréquentation « navires ».

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

En Guadeloupe, un des plats assez communs dans les restaurants est le Tataki, un thon mariné et mi-cuit servi avec de petits légumes locaux. C’est frais, c’est léger. J’étais accompagné d’un collègue qui aurait dû se méfier du profil japonisant de la recette car ce soir-là j’ai bien cru que j’allais le perdre quand il s’est retourné vers moi le visage rougi non pas par la chaleur des alizés mais par ce qu’il venait d’avaler. Il me dit : « Dis donc Eric, il est vachement fort le petit pois ! ». J’avoue que cela m’a surpris d’apprendre ce soir-là que le wasabi n’était pas encore arrivé jusqu’au Léon… Et c’est vrai que dans ce genre de situation, le Ti Punch de Père Labat à 59 degrés n’est pas le moyen le plus adéquat pour éteindre l’incendie…

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Un des beaux souvenirs récent est d’avoir fait soutenir la 1ère thèse que j’ai co-encadrée avec Louis Brigand et Jean Boncoeur dans le cadre du projet ID-îles. Il s’agissait de la thèse de Marie Guingot : L’Ile, l’entreprise et le navire : étude de la desserte insulaire et des adaptations des entreprises du Ponant.

Cette semaine-là il y avait également deux autres soutenances en lien avec ce programme, c’était l’aboutissement de tout un travail collectif dans le cadre de ce programme sur le développement local dans les Îles du Ponant. C’est toujours émouvant de réaliser que nous avons réussi collectivement à produire des connaissances, et surtout de voir s’accomplir des trajectoires intellectuelles et de constater le chemin parcouru.

Un autre souvenir, plus personnel, est une mission réalisée dans la cadre d’un programme sur les frontières dans le Cône Sud, durant laquelle j’ai traversé tout le Paraguay sur la TransChaco à destination de la frontière bolivienne. Nous allions réaliser des entretiens dans les colonies mennonites, des immigrés allemands arrivés dans les années 30 pour peupler la région frontalière et assurer la légitimité paraguayenne dans cet espace. C’est là que la géographie rencontre l’histoire. C’était tout à fait impressionnant de constater le grand écart entre une communauté germanophone aux us et coutumes d’un autre temps, perdue au milieu de nulle part et la façon dont ils avaient pourtant réussi à implanter ici une industrie laitière agro-exportatrice des plus modernes et largement projetée dans la mondialisation. Lors de cette mission, nous avions également travaillé sur la filière agrumicole argentine, construite par les réfugiés pieds-noirs d’Algérie. Un numéro spécial  de la revue Géographie, Economie, Société a été publié sur ces questions, « l’Orange bleue ».

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Le vélo, en ville et ailleurs, les lieux de mémoire et les vieilles choses qui racontent toujours une histoire, les chips et les bistrots, où l’on rencontre toute sorte de gens, surtout quand ils sont situés dans les ports. Il faut dire qu’à Douarnenez pour le coup, je suis un peu dans un « hotspot » !

As-tu une devise ?

Elle n’est pas de moi mais de Jean-Claude Suaudeau, l’entraîneur mythique du Grand Football Club de Nantes des années 90 : « Celui qui renonce à être meilleur cesse déjà d’être bon ».

Crédit photos

Christine Lamberts / CNRS

Eric Foulquier / UBO

Contact

Eric Foulquier / UBO

Eugénie Cazaux, Doctorante en Géographie au LETG Brest

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

Après mon baccalauréat scientifique, j’ai obtenu une Licence de Géographie à l’Université Bordeaux Montaigne (2011 – 2014). En Licence 3, le cours « Approches géographiques des risques » m’a permis de découvrir la thématique des risques naturels, dont l’étude concilie l’ensemble des champs de la Géographie (risque = aléa naturel x enjeux humains). Il s’agissait pour moi d’une véritable révélation, puisque qu’à titre personnel la maison de mes parents a été inondée à plusieurs reprises ; j’ai donc décidé d’y consacrer la suite de mon cursus universitaire. J’ai ensuite effectué mon Master à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Dans le cadre de mon M1, suite à une candidature spontanée, j’ai eu la chance de réaliser mon stage au ministère en charge de l’environnement, à la Direction générale de la prévention des risques (DGPR), au sein du Bureau des risques inondation et littoraux (BRIL). J’y ai poursuivi mon expérience dans le cadre de mon M2 en apprentissage Gestion globale des risques et des crises (GGRC), dont j’ai été diplômée en octobre 2016. Au total, j’ai passé deux ans au sein du Ministère de la transition écologique et solidaire, d’abord sur les inondations fluviales puis progressivement sur les risques côtiers. J’ai ensuite pris un poste de chargée d’études Agriculture en zone humides, fertilisation, climat au sein de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA), que j’ai occupé jusqu’au début de mon contrat doctoral à Brest.

Pourquoi as-tu choisis l’IUEM ?

J’ai candidaté sur une seule offre de thèse au printemps 2017, proposée par Catherine Meur-Ferec au sein du laboratoire LETG Brest. C’est donc mon doctorat qui m’a amenée à intégrer l’IUEM.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je suis doctorante en Géographie au LETG Brest. Mes travaux de recherche portent sur l’éventuelle influence des risques côtiers (submersions marines / recul du trait de côte) sur les prix du foncier et de l’immobilier, au regard de l’attractivité côtière et du contexte de changement climatique qui concernent les territoires littoraux. Je mène cette étude à l’échelle du littoral métropolitain, en m’appuyant notamment sur une base de données inédite (DV3F) qui recense l’ensemble des transactions foncières et immobilières réalisées sur les intercommunalités littorales entre 2010 et 2016. Mon travail de recherche s’appuie également sur des entretiens semi-directifs menés sur 3 terrains d’études (Morbihan, Charente-Maritime et Gironde), complémentaires à mon analyse statistique, avec des acteurs publics et des professionnels de l’immobilier (agents immobiliers / notaires). La rencontre de cette deuxième famille d’acteurs constitue la seconde originalité de ce travail de thèse. J’ai débuté mon doctorat en décembre 2017 ; la soutenance de thèse est prévue au printemps 2021.

En parallèle de mon doctorat j‘effectue également une mission d’enseignement en L1 de Géographie. Le cours construit a pour objectif de proposer aux étudiant·e·s une initiation à l’étude d’un territoire, sachant que la moitié des heures de TD ont lieu sur le terrain.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Pas particulièrement, mais il est à la fois déroutant et amusant de se retrouver face à des étudiant·e·s en cours, seulement quelques mois après avoir quitté les bancs de l’université.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

La soutenance de ma thèse, avec l’aboutissement de 3 années de travail de recherche, va sans aucun doute devenir mon plus beau souvenir professionnel.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Le sport (tennis, course à pieds, kayak de mer), la photographie et les jeux de société.

Crédit photos

Cédric Peinturier
Contact

 

Colloque Îles 2019

La semaine du 14 au 19 octobre 2019, à Brest au Quartz, sera consacrée aux îles du monde. Les journées des 17 et 18 octobre seront accessibles au public. Le samedi 19, des excursions thématiques seront organisées sur les îles d’Ouessant, de Molène et de Sein. Les îles, territoires de la mémoire, mais aussi espaces en devenir, constituent des espaces spécifiques qui interrogent les scientifiques de toutes disciplines, inspirent les artistes et mobilisent les collectivités. Trente années après le colloque international de 1989 « Territoires et sociétés insulaires » organisé par l’UBO et l’UNESCO, il s’agit de mesurer les changements intervenus durant cette période et de s’interroger sur les devenirs des territoires insulaires en associant étroitement scientifiques, acteurs professionnels et associatifs des îles, collectivités locales et territoriales ainsi que le monde des arts et du spectacle.
La date limite d’inscription est le 28 septembre.

Cette semaine s’articule autour de plusieurs temps :

  • Des ateliers collaboratifs « Vivre dans les îles » à Ouessant  (sur invitation)
  • Un colloque scientifique pluridisciplinaire « Les îles à venir » à Brest
  • Des visites de terrain à Ouessant, Molène et Sein
  • Des rencontres artistiques et culturelles « Les îles, la science et la création artistique » ouvertes à tous sur Brest et Ouessant

Ce colloque interdisciplinaire s’adresse aux chercheurs (géographes, sociologues, économistes, écologues, environnementalistes, anthropologues, chercheurs en études littéraires et artistiques, notamment cinématographiques et audiovisuelles) et aux acteurs, dont les travaux et l’expérience professionnelle sont en lien avec la connaissance des sociétés et des communautés îliennes, des économies et des environnements maritimes et insulaires. L’histoire et la culture, indispensables pour comprendre la situation contemporaine, seront utilement mobilisées pour encourager des réflexions, dans tous les bassins maritimes du monde, sur le futur des petites îles, dans une perspective à la fois diachronique et prospective.

Les objectifs de cette semaine dédiée aux îles sont de pouvoir nourrir le développement de toutes et tous, de faciliter le partage d’expériences et de voir émerger de nouvelles initiatives et collaborations.

Cet événement est organisé par l’Université Bretagne occidentale, l’Association des Iles du Ponant et la Fondation de France.

Ces trois structures forment la cheville ouvrière de l’organisation de l’évènement qui associe par ailleurs de nombreux laboratoires, institutions et organismes partenaires du projet.

Cette année la Fondation de France fête également ses 50 ans et c’est à ce titre qu’Îles 2019 est labellisé « opération anniversaire de la Fondation de France».

Crédit illustration

Florian Stéphant

Contacts

Louis Brigand / UBO

Virginie Evenou / UBO

Archive d’étiquettes pour : géographie

Gestion de l’environnement

,

Master SML

Gestion de l’environnement

EGEL (Expertise et Gestion de l’Environnement Littoral) est l’un des huit Masters du domaine SML (Sciences de la mer et du littoral) de l’IUEM. Créée en 2000, elle est, historiquement, l’une des premières formations spécialisées sur la gestion de l’environnement littoral et marin en France avec un réseau de plus de 500 alumni formés sur les 20 dernières années.

Reconnu à l’échelle nationale, EGEL vise à préparer les étudiants aux métiers de l’aménagement, de l’ingénierie environnementale et de la recherche dans le domaine de la gestion des espaces littoraux et maritimes. Master pluridisciplinaire par excellence (géographie, aménagement, biologie, écologie, droit, économie, chimie…), il propose une approche croisée de la connaissance, de la compréhension et de la gestion les enjeux littoraux et marins dans une logique de transition et de soutenabilité des territoires.

Parcours

EGEL – Expertise et gestion de l’environnement littoral

Notre formation s’articule sur 2 années.

La première année (M1) est considérée comme une remise à niveau disciplinaire. Elle est ainsi plutôt centrée sur l’acquisition de connaissances et de méthodologies. Mais cela n’empêche pas que les étudiants soient déjà régulièrement sur le terrain (collecte de données, rencontres avec les acteurs, sorties bateau…).

La deuxième année (M2) est plus professionnalisante, car elle repose sur de nombreuses applications de connaissances et de mises en situation professionnelle : ateliers sur plusieurs mois, organisation de tables rondes, sorties de terrain, classes transplantées dans les territoires à la rencontre des besoins des acteurs…

La formation permet de valider un parcours « recherche » ou « professionnalisant » mais le master est globalement appliqué (surtout en M2). À l’issue de la formation, la plupart des étudiants entrent sur le marché du travail. Il faut toutefois noter que chaque année, quelques étudiant.e.s décident de prolonger leur parcours par une thèse de doctorat dans un des laboratoires de recherche de l’Institut.

Les débouchés professionnels d’EGEL sont très variés : Protection et gestion du patrimoine littoral et marin ; pêche-aquaculture ; étude, gestion, restauration faune/flore/habitats ; gestion aires protégées (AMP, réserves…) ; cartographie, géomatique, SIG, bdd ; médiation, sensibilisation, animation scientifique ; risques littoraux (étude, prévention) ; gestion, aménagement du littoral ; animation, coordination politiques publiques mer et littoral ; étude, gestion, surveillance de l’eau ; énergie (notamment durables) ; tourisme et loisirs sportifs, pollutions et déchets, etc. (liste non exhaustive).

Voir la fiche formation détaillée sur le catalogue officiel de l’UBO

Foire aux questions du master EGEL

Vous avez des questions spécifiques sur votre profil, votre projet, les démarches administratives, les critères de sélection pour accéder au master EGEL ? Les réponses que vous attendez sont sans doute dans cette rubrique ! Merci de la consulter avant de solliciter l’équipe pédagogique.

Contacts