Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / La recherche / Laboratoires IUEM

Les laboratoires de l'IUEM

L'IUEM accueille six laboratoires, Unités mixtes de recherche (UMR) regroupant des scientifiques de plusieurs organismes de tutelle, et est associé à un laboratoire de l'Université de Bretagne-Sud :

Créé le 1er Janvier 2016, le LOPS observe et étudie la chaleur, la salinité et les mouvements océaniques, en lien avec l'atmosphère, le plancher océanique et le littoral, et leurs influences sur la vie dans les océLOPS1-01.pngans. Ces travaux couvrent toutes les échelles, du côtier au global, des abysses aux couches de surface, des régions tropicales aux régions polaires. Le LOPS s'intéresse particulièrement à comment les phénomènes de petite échelle (vagues, fronts, petits tourbillons ...) font ou subissent la dynamique océanique de grande échelle et le climat. Le LOPS est aussi une des trois unités du département Océanographie et Dynamique des Ecosystèmes de l'Ifremer.

Créé en 1991, le LEMAR regroupe des biologistes, des chimistes et des physiciens dans le but de comprendre et modéliser les systèmes marins au sein de la biosphère, définir les caractéristiques du milieu et desNveau_logo_LEMAR.png organismes, et préciser leurs interactions. Une forte pluridisciplinarité est indispensable pour aborder un domaine complexe comme les interactions entre les diverses composantes du domaine marin : aussi l’unité affiche-t-elle une politique résolument interdisciplinaire qui, basée sur des compétences disciplinaires fortes, est mise en œuvre au quotidien dans la vie scientifique de l’unité.

Le LGO est un laboratoire de recherche dont l'activité est axée sur la genèse et l'évolution des domaines océaniques. Son approche pluridisciplinaire couvre les disciplines de la géologie structurale, de la géophysique, de la pétrologie, de la géochimie isotopique, de la sédimentologie et de la paléontologie. Ses terrains d'investigation vont des rifts continentaux aux dorsales océaniques, de la plateforme continentale aux bassins profonds, des points chauds aux îles volcaniques, et des marges passives aux marges actives. Le laboratoire regroupe près de 80 personnes, dont 35 chercheurs et enseignants-chercheurs, 19 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs, une vingtaine de doctorants, et quelques post-doctorants et visiteurs.

Le LM2E, créé le 1er janvier 2004, conduit notamment les programmes de recherche en microbiologie des environnements extrêmes, principalement océaniques. Ces travaux reposent sur la préparation et la réalisation de campagnes océanographiques, en partenariat étroit avec des biologistes, des chimistes et des géochimistes des milieux extrêmes : sources hydrothermales, suintements froids des margeslogo lm2e.jpg continentales, plancher océanique. Il participe activement aux travaux visant à comprendre comment les microorganismes de ces milieux contribuent au fonctionnement de ces écosystèmes originaux et peuvent assurer l’intégrité de leur matériel génétique. Le laboratoire possède des compétences et des moyens uniques en France pour les opérations d’échantillonnage, d’analyse et d’exploitation des échantillons microbiologiques. Il bénéficie pour les opérations d'échantillonnage d'un accès régulier, selon la procédure standard de sélection des campagnes, aux moyens nationaux de la flotte océanologique française.

  • Le laboratoire GEOMER partie brestoise de l'UMR Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique (UBO - CNRS)

Le laboratoire Géomer constitue la partie brestoise de l'UMR LETG qui rassemble quatre équipes de géographie dans l'Ouest de la France. Géomer relève de l'Institut des Sciences Humaines et Sociales (InSHS) ainsi que de l'Institut Ecologie et Environnement (InEE) du CNRS. Ses activités de recherche s'inscrivent dans le vasteGeomer.jpg champ de la géographie humaine, de la géographie physique et de la géomatique. Elles concernent l'environnement littoral des écosystèmes tempérés et tropicaux. L'équipe affiche clairement sa vocation pluridisciplinaire par l'origine de ses chercheurs et ingénieurs (cartographie, écologie, géographie, géologie) et par l'ouverture de ses collaborations aux champs disciplinaires des Sciences de l'Homme, de la Vie et de l'Univers, ainsi qu'aux Sciences physiques pour l'ingénieur.

AMURE a été créée en janvier 2008, par association des équipes du Département d’Economie Maritime de l’Ifremer et du Centre de Droit et d’Economie de la Mer de l’UBO. Son objet central est l’analyse économique et juridique des politiques publiques intéressant les activités maritimes et les espaces marins et littoraux. Rassemblant un groupe de plus de 35 chercheurs et enseignants-chercheurs en économie et en droit, amure_fr.jpgAmure constitue un centre important de recherche et de formation par la recherche, sur les enjeux du développement durable des activités maritimes et des espaces marins et littoraux, et sur les politiques publiques associées à ces enjeux et leurs impacts sur l’évolution des usages des écosystèmes.

Créé en 1998 à l'université de Bretagne-Sud (UBS), le Laboratoire de Biotechnologie et Chimie Marines (LBCM) bénéficie depuis 2012 du statut de laboratoire associé à l'IUEM. Il se focalise sur l'étude des biofilms (populations organisées de microorganismes se développant sur des surfaces) en milieu marin et la valorisationLBCM-logoQuadriHautedef.jpg de molécules d'origine animale. Le laboratoire est composé d'environ 30 personnes (14 permanents dont 10 enseignants-chercheurs) mettant en commun leurs compétences complémentaires en biologie et chimie (microbiologie, biologie cellulaire et moléculaire, algologie, chimie analytique, chimie-physique).

     

     

     

     

     

     

     

    Photo du mois

    Geovide_PLherminier_0790.JPG

    (C) Pascale Lherminier / Ifremer