Sally Close, Enseignante-chercheuse en océanographie physique au LOPS

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait ma thèse sur la variabilité des masses d’eau dans l’océan Austral à partir des observations des données Argo et des capteurs sur les éléphants de mer au National Oceanography Centre (NOC) à Southampton. J’ai étudié les impacts du changement climatique dans cette région. J’ai eu l’occasion de participer à une campagne en Antarctique pendant ma thèse. Ensuite, j’ai réalisé un postdoc en Belgique à l’Université catholique de Louvain pendant deux ans. Je travaillais sur la glace de mer en Antarctique pour comprendre sa variabilité décennale : Quelles sont les sensibilités à long terme de la glace de mer. Mon 2ème postdoc, de trois ans ½, s’est déroulé à Paris  au LOCEAN à l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) à Sorbonne Université (anciennement UPMC). J’ai examiné les glaces de mer en Arctique à l’aide d’observations. Il s’agissait de décrire l’impact de l’atmosphère sur la variabilité récente de la glace de mer. Ensuite, j’ai effectué un 3ème postdoc à l’Institut des géosciences de l’environnement (IGE) de Grenoble dans l’équipe MEOM au cours duquel j’ai un peu changé de sujet de recherche. Nous analysions un ensemble de 50 simulations, en changeant uniquement les conditions initiales du modèle, ce qui permet une meilleure vision des états possibles depuis les 50 dernières années. Ainsi, ces modèles permettent de mieux interpréter les observations pour comprendre les impacts du changement climatique, par exemple.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Suite à un concours de maître de conférences, j’ai intégré le LOPS, et donc naturellement l’IUEM.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Côté enseignement, je participe à la formation des M1 et M2 en océanographie physique au sein du Master Marine Sciences sur une variété de sujets : analyse des données jusqu’à la circulation générale de l’océan. En M2, j’interviens aussi en particulier sur le parcours de sciences de données océaniques, il s’agit d’une coopération entre l’UBO, l’IMT Atlantique et l’ENSTA Bretagne.

J’enseigne aussi en licence, surtout en L1, dans le département de physique de l’UBO.

Côté recherche, je suis dans la continuité de ce que je faisais à Grenoble. Je participe actuellement à un projet qui s’appelle IMHOTEP dont le but est de mieux comprendre les impacts de la variabilité interannuelle des débits fluviaux et de la fonte du Groenland sur la circulation océanique. Je travaille sur des estimations statistiques qui devraient nous permettre de mieux interpréter les simulations qui ont été produites dans le cadre du projet. Une partie de la variabilité océanique est aléatoire : mon objectif est de mieux décrire puis d’atténuer l’amplitude de cette partie pour pouvoir mieux détecter l’influence des changements d’eau douce dans ces simulations.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

La campagne à laquelle j’ai participé pendant ma thèse était dans le passage de Drake. C’est une région où il y a souvent des tempêtes, parfois assez violentes. Un jour, on a appris qu’il y avait une dépression atmosphérique impressionnante à l’approche. Finalement, quand elle est arrivée, la pression a tellement chuté que l’enregistreur de pression n’a pas pu le supporter : le stylo a sauté en arrivant au fond du tambour. Mais la tempête n’a pas été particulièrement remarquable finalement !

Quel ton plus beau souvenir de boulot ?

Mes premières expériences d’enseignement. Je me souviens que dans le cadre d’un TD en 2ème ou 3ème année de thèse, j’ai été ravie de me sentir utile.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La randonnée.

As-tu une devise ?

« What’s for you won’t go by you », Dicton du nord de l’Angleterre.

Crédit photos

Gurvan Cloarec

Sally Close / UBO

Contact

Sally Close / UBO

 

 

 

De déchet à ressource : la transformation des plastiques de laboratoire

, ,

Dans le cadre de l’action de recyclage des déchets plastiques de laboratoire initiée à l’IUEM grâce au projet Interreg Preventing Plastic Pollution, deux temps forts ouverts à tous les personnels de l’IUEM étaient organisés mercredi 22 juin pour découvrir l’UBO Open Factory, lieu de transformation des plastiques de laboratoire.

Le matin, onze agents de l’IUEM se sont retrouvés à l’UBO Open Factory pour une découverte du Fablab. Yves Quéré, directeur, a présenté l’ensemble des activités de l’UBO Open Factory tels que le Maquettelab, l’Oceanlab et le Handilab. En plus de la découverte des machines et des espaces de travail, les échanges ont porté sur les notions d’intelligence collective, de coopération et d’engagement au sein d’un projet. Un accent tout particulier a été mis sur la découverte du processus de transformation des plastiques de laboratoire de l’IUEM avec une démonstration de l’injection de plastiques dans des moules réalisés au Fablab en impression 3D.

L’atelier de l’après-midi a réuni huit enfants de personnels de l’IUEM, de 10 à 14 ans, autour de la fabrication d’une enceinte Bluetooth personnalisable, conçue à partir de chutes de bois et de déchets plastiques en provenance des laboratoires de l’IUEM. Accompagnés par Tomo Murovec et Adamou Amadou Souley, fablab managers, les enfants ont personnalisé leurs enceintes sur Inkscape, découvert la gravure laser et assemblé les pièces en bois et en plastique recyclé. Ces différentes étapes ont permis à chacun de réaliser sa propre enceinte à partir de déchets, transformés en véritables ressources de création !

Crédit photos

Mallorie Bodériou / CNRS

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Ika Paul-Pont / CNRS

Yves Quéré (UOF)

Tomo Murovec (UOF)

 

 

 

31kg de déchets ramassés sur le Technopôle lors de la Clean Walk

, ,

Jeudi 9 juin 2022, à l’occasion de la journée mondiale de l’océan, l’association étudiante Sea Ti Zen, soutenue par ISblue, la PepSE et l’équipe du projet Interreg Preventing Plastic Pollution, a organisé un ramassage de déchets sur le Technopôle.

L’appel lancé par Sea Ti Zen a mobilisé 26 personnes, étudiants et personnels du Technopôle. Après une heure de ramassage en quadrillant l’ensemble du Technopôle, ce sont 31 kg de déchets qui ont été collectés par les volontaires. Du plastique, du verre, du carton, une vingtaine de masques et près de 500 mégots de cigarette ont notamment été ramassés.

Puis les déchets ont été triés en suivant un protocole européen (type OSPAR) pour les catégoriser et mieux comprendre leurs origines. Cette action contribue à l’un des objectifs du projet Interreg Preventing Plastic Pollution, qui est de retirer 200 tonnes de plastiques du milieu naturel. Ce tri commun fut l’occasion d’aborder l’impact de la pollution plastique sur le milieu aquatique. Ce moment s’est conclu par un temps convivial au Pôle Numérique Brest-Iroise.

Crédit photos

Mallorie Bodériou / CNRS

Contact

Mallorie Bodériou / CNRS

 

Early career researchers at the UN Ocean Conference

,

A part of the early career researchers team with the Secretary-General’s Special Envoy for the Ocean, Peter Thomson

 

Call for action One Ocean Summit University

The University of Brest (UBO) mobilized its partner networks to initiate a joint contribution of early career researchers for the One Ocean Summit in Brest (February 2022).

A group of more than sixty PhD students and postdoctoral researchers from various nationalities and disciplines have been working together to put forward a common view of the challenges and opportunities for research and research training in marine sciences. Their common goal is to present this call for action at the United Nations Conference on the Ocean, to be held in Lisbon from 27 June to 1 July 2022.

I- Secure an equitable and integrated ocean governance 

I.1.    Reinforce integrated governance horizontally (between all stakeholders) and vertically (between the local, regional and international levels)

Ocean governance must integrate fairly all relevant stakeholders and sectors, such as NGOs, government agencies, international institutions and communities. It must be well-designed to ensure effective communication and action between and within the local, regional and international levels, with planning integrating a long-term vision and concrete short-term actions.

  • Align tools, treaties and institutions to secure coherence in ocean governance and management;
  • Encourage polycentric governance to ensure the participation of civil society, public and private stakeholders;
  • Apply participatory modeling and the use of workshops and dialogues among stakeholders to boost interaction and foster integrated approaches at different levels.

 I.2.  Integrate research into ocean governance by strengthening the science-policy-society interface

A strong science-policy-society interface is needed to support evidence-based approaches to ocean governance and thus achieve the Sustainable Development Goal (SDG) 14 and its targets.

  • Create an International Panel on Ocean Change to strengthen interaction between scientists and decision-makers and establish evidence-based policy action plans based on the precautionary principle. Ensure that scientific evidence is openly available and up-to-date for decision-makers and society;
  • Define what the good environmental status of the ocean should be, based on scientific knowledge;
  • Encourage the use of social sciences to raise awareness of ocean policies and accompany their social acceptability.

 I.3.  Implement transboundary programs to overcome fragmented ocean governance and foster collaboration at the ocean-basin level

Collaboration between countries sharing the same ocean basins is key to ensure effective governance and develop a more integrated view of maritime issues. At the ocean-basin level, joint efforts must be implemented through transboundary programs.

  • Enhance capacity building and technical support between countries sharing the same ocean basin. This should include a common funding tool to boost measures against pollution and for climate change adaptation, particularly in small island developing States and the least developed countries;
  • Create a shared space for networking and communicating between national and regional agencies at the ocean-basin level;
  • Pool transboundary monitoring resources to ensure compliance with maritime laws;
  • Enable public involvement and participation of all stakeholders, including youth and local communities, in maritime and ocean policies at the ocean-basin level.

II- Improve ocean management to ensure resilience

 II.1.  Increase the protection of marine ecosystems and restore degraded ones

Protecting and restoring oceanic ecosystems is critical for preserving biodiversity, reducing climate change impacts and ensuring the provision of ecosystem services. Marine Protected Areas (MPAs) are a key tool to protect and restore the ocean but should not be the only one considered. A major challenge to ocean management is to both improve approaches to biodiversity conservation and implement effective restoration strategies.

  • Protect at least 30% of the ocean by 2030 with a high level of protection and sustainably manage the remaining 70% to ensure resilient marine ecosystems;
  • Define protection according to internationally-agreed, evidence-based criteria (e.g. MPA guide);
  • Increase the number, size and protection levels of MPAS: only high levels of protection will enable MPAs to be effective;
  • Allocate sufficient funds for effective governance and management of MPAs (including for coercive measures and rewarding best practices) to ensure the achievement of their conservation goals and objectives, while considering their respective socio-environmental contexts;
  • Secure the conservation and restoration of all ecosystem types (including corridors) in all ocean basins, and not only in remote areas;
  • In international waters, use an ambitious High Seas Treaty (BBNJ) to allow the creation of large-scale and mobile MPAs;
  • In polar regions, which are particularly  under threat, i) agree on an international definition of the state of the poles, based on the pre-industrial era in terms of physical boundaries and biodiversity status; ii) speed up MPA designation: in the Southern Ocean, implement the MPAs envisioned by the Convention on the Conservation of Antarctic Marine Living Resources (CCAMLR); in the Arctic, create MPAs and ensure that legislation applies to all states equally; iii)  restrict exploitation such as fishing, seabed mining and tourism.

 II.2.  Design adaptive and integrated marine spatial plans to sustainably manage the ocean

In the context of increasingly busy ocean spaces (offshore aquaculture, increase in shipping and trade, marine energy production, increasing coastal populations, mass tourism), integrated spatial management is crucial.

  • Implement adaptive marine spatial planning using ecosystem-based approaches, allowing dynamic management tools (e.g. mobile MPAs), integrating the land-sea interface (e.g. to address land-based pollution), adapting to climate-related impacts and considering all human-environment interactions in a holistic way;
  • Promote synergies between activities and territories such as integrating marine renewable energy development with fishery activities while considering the acceptance of coastal communities;
  • Secure transparent integrated impact assessments (considering cumulative impacts) and monitoring strategies;
  • Allocate sufficient funding to accelerate the transition towards the use of non-destructive practices;
  • Establish tourist carrying capacities in sensitive areas (e.g. MPAs) and manage holistically the overall flow of tourists in coastal areas;
  • Implement eco-friendly practices for boating activities (including leisure boats and cruise ships) such as ecological moorings, speed limits (i.e. no-noise zones) and limitations on cruise numbers;
  • Safeguard cultural heritage and recreational uses within the expanding blue economy.

 

III. Guarantee a sustainable and fair Blue Economy

 III.1.  Ensure the resilience and equitable sharing of ecosystem services

The ocean is facing multiple anthropogenic pressures threatening the sustainability of its use as a source of food and health for current and future generations. It is therefore necessary not to over-exploit marine resources and endanger their survival for the next generations.

  • Develop ecosystem approaches to fishery management and integrated multi-trophic aquaculture systems to secure food provisioning;
  • Promote the recycling of seafood by-products and the consumption of new food resources such as algae to release pressure on heavily exploited stocks and ensure access to products with high nutritional values;
  • Define and publicize eco-scores for all seafood products based on their environmental impacts.

 III.2.  Make the protection of the environment a systematic criterion for awarding funds in the maritime sector

International and national legislations must be aligned with ocean protection. Forthcoming projects supported by public and private funds must satisfy precisely defined environmental and social criteria at all levels (international, regional, national and subnational).

  • Particular attention must be paid to ensure that social equity and ecological issues are not ignored in the face of economic priorities and to secure fair and equitable sharing of the benefits of the exploitation of marine resources (the ocean as a common good);
  • Redirect financial flows from harmful subsidies to incentives to protect marine ecosystems;
  • Establish financial compensation for damage: enforce the “you harm, you pay” principle by local stakeholders, sanction harmful practices through green taxes whose receipts are re-injected into restoration activities;
  • Make corporate responsibility legally binding to prevent the misuse of  ocean resources;
  • Scale up blue investments, with consideration of both biodiversity and climate change, and ensure sufficient funding for assessment, management and monitoring;
  • Use innovative finance tools (e.g. public-private partnerships following sustainability guidelines, carbon markets);
  • Strengthen the capacity of ocean managers and finance partners so they can work together.

 III.3.   Reshape ocean tourism

Marine tourism is an important part of the blue economy and changes must be made to ensure that it encourages more environmentally-friendly activities.

  • Promote the sustainable and responsible management of marinas with a common environmental policy and through an eco-label;
  • Implement local measures to tackle marine pollution from tourism;
  • Raise awareness of ocean protection and marine life welfare, including its exploitation for entertainment, among tourists;
  • Support organizations that offer ecotourism training;
  • Increase awareness of tourists by encouraging marine resorts to offer sustainable activities (e.g. promoting beach cleanups as a tourist activity) and assigning a travel score reflecting their comprehensive carbon footprint.

 

IV- Strengthen ocean science and literacy for a sustainable ocean future

 IV.1.  Support transdisciplinary and holistic research and embrace a collaborative, diverse and open science

In order to achieve the targets of  SDG 14, it is imperative to increase scientific knowledge and the capacity for both fundamental and applied research. The generation and sharing of local knowledge by local and indigenous populations, NGOs and other marine stakeholders is also paramount to provide solutions to local and global issues.

  • Encourage transdisciplinarity in ocean sciences and integrate evidence from different fields of ocean sciences and marine knowledge holders;
  • Increase funding for marine sciences and distribute financial resources equitably across disciplines and geographies for the development of integrated solutions in favor of ocean protection and societal adaptation;
  • Ensure sustainable research practices which respect the ocean (eco-friendly marine vessels, prohibition of single-use plastic, carbon budgeting);
  • Facilitate the mobility and exchanges of scientists, including Early Career Researchers and local marine actors;
  • Invest in new generations of marine researchers, including improving the quality of life of Ph.D. students and post-doctoral researchers;
  • Increase the number of available permanent positions in research to sustain long-term research projects, for a better understanding of the ocean in a changing world;
  • Better manage, integrate, centralize and exploit ocean data that have been collected at different levels and times to improve understanding of the ocean in response to changes;
  • Develop new data management and analysis tools to facilitate ocean monitoring and surveillance.

 IV.2.  Make the ocean an integral part of an environmental education program

Educational structures are a powerful tool to promote ocean literacy and raise awareness of anthropogenic pressures and threats. To ensure the legacy of SDG 14, an environmental curriculum including the ocean should be implemented in schools to enhance children’s connection to the marine environment.

  • Create an environmental curriculum including the ocean in national educational programs, in line with local socio-environmental contexts, and support its implementation across countries, including small island developing States and the least developed countries:
  • Enhance children’s familiarity of the marine environment by setting up projects related to the ocean for each level, structured around science-based interactive and in-person experiences, to build connections with the ocean and appreciate the services it provides;
  • Transform societies into sustainable socio-ecosystems to preserve resilient ecosystem services and cultural heritage for all generations.

 

Send us an e-mail to support the Call for Action with your organization

4 + 4 = ?

Photo credit

Eva Ternon / UPMC

Contact

Romain Le Moal / UBO

 

Mer et journalisme-2022

, , ,


Participation en présentiel et en distanciel


Pour répondre aux besoins de formation exprimés depuis de nombreuses années par les journalistes sur les sciences et technologies marines, l’École Universitaire de Recherche ISblue propose une école d’été de 2 jours à Brest, au sein de l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM). Cette formation destinée aux journalistes francophones des différents médias apporte un éclairage sur le thème général :

« Océans et climats »

L’école d’été Mer et Journalisme est coordonnée par Paul Tréguer et Pauline Letortu.

Pour vous inscrire c’est ici

Date limite d’inscription : le 20 août 2022

Une formation animée par :

Intervenants


Stéphane de Vendeuvre

Journaliste, Club de la Presse de Bretagne

Stefan LALONDE (GO, IUEM)

Martial CAROFF (IUEM)

Jérémie BOURDOULOUS (projet Geopark Armorique)

Noémie COURANT (projet Geopark Armorique)

Olivier ABALLAIN (ESJL)

Ingrid PEUZIAT (IUEM)

Francq LECOCQ (CIRED)

Jean JOUZEL (IPSL)

Anne-Marie TREGUIER (IUEM)

Stéphane BLAIN (Sorbonne Univ.)

Hélène PLANQUETTE (IUEM)

Catherine JEANDEL (LEGOS)

Fabien PERRAULT (IPEV)

Christophe CASSOU (CERFACS)

Conférence introductive

Stefan LALONDE (CNRS, Geo-Ocean)



Et si nous remontions dans le temps ?

L’influence anthropogénique sur les teneurs atmosphériques en dioxyde de carbone, et par conséquent, le climat, emmène l’humanité vers un futur mal connu. Par contre, les archives sédimentaires enregistrent des millions années, voire des milliards d’années, d’un fonctionnement du cycle du carbone et des conditions climatiques bien différentes d’aujourd’hui. Dans cette présentation, nous allons réviser le fonctionnement du cycle du carbone et les traces des climats du passé préservé dans les archives sédimentaires, avec un regard particulier sur les perturbations extrêmes comme celle que nous vivons aujourd’hui.

Conférences thématiques

Franck LECOCQ | AgroParisTech, CIRED, co-auteur des ouvrages récents du GIEC


Atténuation du changement climatique

Cette conférence interactive présentera les principaux résultats du 6ème rapport du groupe III du GIEC, paru le 4 avril 2022, sur les options de lutte contre le changement climatique.

Ingrid PEUZIAT | UBO, LETG


Développement durable et nautisme

Le milieu du XXe siècle marque le début de la démocratisation du nautisme et parallèlement de nombreux ports de plaisance sont créés, souvent ex-nihilo, artificialisant ainsi les littoraux. Peu à peu ces ports sont devenus de véritables outils d’aménagement pour le développement des territoires et le nautisme une activité essentielle à l’économie littorale dans de nombreuses régions côtières. Mais aujourd’hui, les acteurs du nautisme doivent faire face à une multitude d’enjeux liés au vieillissement des plaisanciers, aux changements de pratiques, au développement d’un nautisme écoresponsable (éconavigation, enjeux énergétiques, recyclage des bateaux hors d’usage…). Cette conférence présentera les grands défis de la transition écologique du nautisme, et plus particulièrement de la plaisance, mais également les solutions mises en œuvre par les acteurs de la filière et les gestionnaires des espaces côtiers.

Stéphane BLAIN | Sorbonne Univ.


L’océan puits et source de CO2

L’océan est un puits de carbone qui absorbe environ un quart des émissions de carbone anthropique atténuant ainsi l’accumulation du CO2 dans l’atmosphère et ses conséquences sur le climat. Pourquoi n’en absorbe-t-il pas plus ou pas moins ? Quel va être le devenir de ce puits ? Le dernier rapport du GIEC montre clairement que l’objectif de 2°C à la fin du siècle ne sera pas atteint sans la capture d’une partie du CO2 que nous avons déjà émis. L’océan a-t-il un rôle à jouer dans ce contexte ? Au travers d’une réflexion simple sur les échelles de temps qui sont en jeu, l’objectif du séminaire est d’apporter quelques éléments de discussion sur ces questions.

Focus

COP vs. GIEC


Pourquoi les conclusions des rapports du GIEC ne passent que partiellement dans les COP ? Conséquences ?

Animateur : Franck LECOCQ  (AgroParisTech, CIRED)

Intervenants : Jean Jouzel (IPSL), Christophe Cassou (CNRS, CERFACS), et Anne-Marie Tréguier (CNRS, ISblue)

3 Ateliers interactifs

Scientifiques et journalistes: comment travailler ensemble (au bénéfice des citoyens) ?


L’atelier «Scientifiques et journalistes: comment travailler ensemble (au bénéfice des citoyens) ?» se propose d’aborder les différences entre les démarches journalistique et scientifique. Objectif : faire appel à l’expertise scientifique de façon plus pertinente, en s’appuyant sur l’expérience réussie du site The Conversation. Une boîte à outils sera proposée : Comment lire efficacement une publication scientifique sans être expert soi-même ? Comment qualifier/choisir les bonnes sources ? Comment travailler ses angles ?

Animateur : Olivier ABALLAIN  (École supérieure de journalisme de Lille)

Et si nous remontions le temps ?


À la suite de la conférence sur les variations climatiques au cours des ères géologiques, nous continuerons à scruter l’histoire du Globe terrestre. Après une courte introduction sur les Sciences de la Terre en général et le façonnement des paysages, un focus sera fait sur l’ancienne chaîne de montagnes hercynienne, datant d’environ 300 millions d’années, dont les reliefs fortement érodés forment l’ossature de nombreux massifs anciens, tel le Massif armoricain. Il y aura enfin une présentation du futur Geopark Armorique, en cours de labellisation UNESCO, dans un cadre d’échanges interactifs.

Pour appuyer le débat, plusieurs documents seront diffusés, dont des extraits du film documentaire de France TV réalisé par Michael Pitiot France: le fabuleux voyage et des courtes vidéos sur le Massif armoricain.

Animateur : Martial CAROFF  (UBO, Geo-Ocean)

Intervenants : Jérémie BOURDOULOUS (directeur du patrimoine naturel au Parc naturel régional d’Armorique (PNRA)) et Noémie COURANT (coordinatrice du Geopark Armorique au PNRA).

Comment les scientifiques étudient‐ils les interactions océan‐climat ?


Lors de la mission océanographique SWINGS (pour South West Indian Geotraces Section) Hélène Planquette, Catherine Jeandel et toute leur équipe ont mené une mission d’exploration et de mesures dans l’océan austral. A bord du Marion Dufresne, de janvier à mars 2021, 48 scientifiques spécialisés dans les domaines de la chimie, biologie, physique, climatologie ont collecté des milliers d’échantillons, de la surface jusqu’aux abysses, depuis l’île de la Réunion jusqu’aux îles subantarctiques Marion, Prince Edward, Crozet, Kerguelen, Mc Donald et Heard. Leur principal objectif est de comprendre comment cette région océanique participe à la soustraction de CO2 atmosphérique et plus spécifiquement, comment les différents éléments chimiques essentiels au développement de la vie y sont apportés, transformés et transportés par les courants.
Cet atelier sera spécialement consacré à la recherche effectuée sur le bateau : ses objectifs, ses outils, la solidarité et la démarche qui accompagnent cette expédition depuis sa conception jusqu’à l’exploitation des résultats. Pour sensibiliser ces recherches à un public plus large, les dispositifs de communication et médiation qui ont été mis en place (site web, articles, liens presse, lien avec scolaires, documentaire à bord…) pourront être aussi discutés lors de cet atelier. Les échanges seront ponctués par des extraits du documentaire tourné par Sibylle d’Orgeval.

Animatrice : Hélène PLANQUETTE  (CNRS, LEMAR)

Intervenants : Catherine Jeandel (CNRS, LEGOS), Fabien Pérault (CNRS, IPEV), Christophe Cassou (CNRS, CERFACS), Stéphane Blain (Sorbonne Univ.)

Frais d’inscription


En présentiel : 450 €

En distanciel : 350 €

Québec : via IFQM


Financements


L’action de formation est éligible à la formation continue :

  • En tant que salarié, vous pouvez compléter une demande de financement auprès de votre employeur. Il est également possible de solliciter l’AFDAS (opérateurs de compétences dont relève la presse écrite et les agences de presse).
  • Enfin, si vous faites le choix de déduire les frais réels, les dépenses de formation professionnelle engagées ont le caractère de frais professionnels.

Pour votre information,  cette formation ne peut pas être prise en charge par le Compte Personnel de Formation (CPF).

N’hésitez pas à contacter Anaëlle LE ROUX pour toutes demandes de renseignements.

En savoir plus


Date limite d’inscription : 20 août 2022

Plus d’informations et inscriptions sur sciencesconf.org

 


Télécharger le programme PDF ici


Partenaires


Nereis Park VI

, , ,

L’objectif de cet événement est de réunir la communauté scientifique internationale des chercheurs travaillant sur les mécanismes de la bioturbation dans les environnements marins, d’eau douce et terrestres, sous toutes les latitudes (polaire, tropicale, tempérée), et en prenant en compte différentes échelles de temps (du précambrien à l’actuel). Cet événement s’inscrit dans le cadre de l’association internationale Nereis Park regroupant tous les scientifiques travaillant sur la Bioturbation.

Cette 6ème édition propose une école thématique internationale sur la Bioturbation avec des conférences et des formations de haut niveau. Elle permettra de promouvoir les échanges et de donner aux scientifiques et aux étudiants les dernières avancées conceptuelles et technologiques autour des processus de bioturbation à travers des conférences et des sessions de posters, des petits ateliers, des débats, des études pratiques. Les contributions à cet événement pourront être soumises pour publications dans un numéro spécial sur la bioturbation.

Ouverture de la pré-inscription : 22 février 2022

Date limite de soumission des résumés : 31 mars 2022

5 sessions


Session 1 : relations bioturbation-fonctionnement des écosystèmes



Conférencière invitée : Alison Cribb, PhD candidate| University of Southern Carolina, USA


Au cours de cette session, le rôle de la bioturbation dans l’évolution des écosystèmes sera discuté en mettant l’accent sur les différents services écosystémiques fournis par la bioturbation dans les écosystèmes terrestres, d’eau douce et marins dans le contexte du changement global. Les différents effets de la bioturbation seront abordés, notamment : l’érosion, la stabilisation et le drainage des sédiments, la biogéomorphologie, la libération des contaminants et des kystes, l’oxygénation, la biorémédiation des sédiments et des sols pollués, le recyclage de la matière organique. Le fonctionnement des environnements passés et extrêmes (grottes précambriennes, quaternaires, mangroves, environnements polaires et profonds, lacs hyper-salés…) pourra être considéré.


Session 2 : Intégration des processus de bioturbation dans les modèles et les fonctions de la biodiversité



Conférencier invité : Pr. Andrew M. Lohrer | NIWA, New Zealand


L’influence des activités de bioturbation sur les écosystèmes dépend de la diversité structurale et fonctionnelle benthique fortement liée aux variables environnementales. Cette session abordera les différentes approches (ex : diversité spécifique, fonctionnelle, traits biologiques…) utilisées pour évaluer les effets de la biodiversité sur le fonctionnement des écosystèmes à travers des études expérimentales et en milieu naturel. Ce sera le point de départ d’une session de forums ouverts autour de deux questions :

  • Comment intégrer le rôle des caractéristiques individuelles des espèces sur les processus benthiques à l’échelle de la communauté ?
  • Comment représenter les effets des communautés benthiques au niveau de l’écosystème ?


Session 3 : Interactions micro et macro-organismes impliquées dans les cycles biogéochimiques



Conférencier invité : Pr. Erik Kristensen | University of Southern Denmark, Denmark


Les activités de bioturbation modifient la diversité microbienne et les processus microbiens impliqués dans la dégradation et le recyclage de la matière organique des sédiments. Ces derniers ont une influence, à plus grande échelle, sur les flux et bilans biogéochimiques (carbone, azote, soufre, phosphore, silice, fer). La qualité de la matière organique (réfractaire versus labile) et les variables environnementales influencent en parallèle ces activités microbiennes. Cette session se concentrera sur sur les interactions entre les micro-organismes (par exemple les procaryotes, les bactéries électriques « cable bacteria », les archae, les eucaryotes et les réseaux de co-occurrence) et les macro-organismes impliqués dans la biogéochimie des sédiments.


Session 4 : Nouvelles approches d’analyse, d’observation et de modélisation pour les études de bioturbation



Conférencière invitée : Dr. Simone Pennafirme | Univ. Federal do Fluminense, Brazil


Cette session portera sur les différents outils permettant de prendre en compte l’hétérogénéité des écosystèmes:

  • Capteurs optiques et infrarouges 1D et 2D pour mesurer la micro-hétérogénéité des solutés dans les eaux interstitielles (oxygène, manganèse, soufre, CO2, pH…)
  • Flux biogéochimiques aux interfaces sédiment-eau et sédiment-air
  • Télédétection pour visualiser la microtopographie et la diversité benthique à la surface des sédiments
  • Imagerie tomographique pour visualiser en 3D les structures biologiques dans les sédiments et les sols
  • Modèles mécanistiques et stochastiques pour simuler les processus biogéochimiques associés au comportement des animaux.

Nous examinerons également les limites potentielles de ces outils et comment elles peuvent être surmontées pour une configuration expérimentale ou étude de terrain spécifique.

Robert Aller

Session 5 : Transfert d’échelles



Conférencier invité : Pr. Robert C. Aller | Stony Brook University, USA


A partir des résultats des études présentées pendant les conférences et des conclusions des ateliers précédents, cette session se concentrera sur le changement d’échelle (transfert d’échelle) en faisant référence à :

  • l’importance d’un processus de bioturbation spécifique dans les modèles diagénétiques ;
  • la représentation des espèces ou des traits fonctionnels dans la communauté ;
  • le passage d’expériences contrôlées à des études in situ intégrant l’écosystème dans son ensemble ;
  • extrapolation des résultats d’une étude locale au niveau de l’écosystème en tenant compte de sa variabilité spatiale et temporelle.

Contenu de l’école thématique BIOTURBATION



Cette formation pluridisciplinaire proposera des outils différents et complémentaires à chaque session (cours sous formes de plénière et études de cas sous forme de courtes interventions orales, travaux pratiques sur le terrain et en laboratoire, session de forum ouvert, tables rondes ..) pour comprendre le rôle de la bioturbation dans le fonctionnement actuel et passé des écosystèmes, et savoir comment l’intégrer dans les modèles d’écosystème, dans les projets d’ingénierie écologique, de restauration et de gestion des écosystèmes. Ces rencontres scientifiques et pédagogiques, en mélangeant les disciplines, permettront ainsi de constituer un réseau de compétences pour pouvoir faire émerger des approches innovantes pour répondre à des questions d’ordre fondamental et méthodologique. Cet événement s’adresse à tout scientifique (chercheur, étudiant, ingénieur) ainsi qu’à tout gestionnaire en sciences de l’environnement.

Comité scientifique international

Dr. Stefano Cannicci (University of Florence, Italy)

Dr. Suzanne Dufour (Memorial University, Canada)

Dr. Stefan Forster (University of Rostock, Germany)

Dr. Franck Gilbert (CNRS | ECOLAB, France)

Dr. Boris Jansen (Amsterdam University, Netherlands)

Dr. Pascal Jouquet (IRD | iEES, France)

Dr. Florian Mermillod-Blondin (CNRS | LEHNA, France)

Dr. Emma Michaud (CNRS | LEMAR, France)

Dr. Thomas Stieglitz (IRD | CEREGE, France)

Comité local d’organisation

Dr. Emma Michaud (CNRS | LEMAR)

Dr. Gerard Thouzeau (CNRS | LEMAR)

Dr. Jill Sutton (Brest University | LEMAR)

Adriana Spedicato (Brest University | LEMAR)

Sébastien Hervé (Brest University | IUEM, LEMAR)

Nadine Reniers (CNRS |IUEM)

Nathalie Le Mentec (Brest University | IUEM, LEMAR)

Avec le soutien de

Hébergement

L’événement se tiendra en Bretagne (France) à Logonna-Daoulas du 22 au 26 août 2022 dans le centre de séminaires “Moulin Mer”. Cette installation offre un espace pour les sessions et les ateliers, les repas et l’hébergement, le tout à un seul endroit, y compris l’accès aux salles éducatives et aux sites d’échantillonnage dans les environnements marins, d’eaux douces et terrestres. Pour votre conjoint, il donne également accès à de belles promenades le long des plages, de la forêt et des lieux d’activités telles que le volley-ball, le badminton, la voile et la pêche. Le site est situé entre Brest et Quimper (à 8min de l’autoroute). Le site est situé entre Brest et Quimper (à 8mn de la voie express). Brest est la ville la plus proche avec une gare (TGV) et un aéroport  proposant quelques vols internationaux et un large choix de vols via Paris (Orly ou Charles de Gaulle).

Appel à contributions


Chacune des cinq sessions est composée de conférences invitées, d’un ensemble (limité) de présentations orales (sélectionnées parmi les résumés), d’une session d’affiches, de tables rondes et de cours pratiques et théoriques spécifiques. Le comité scientifique de cet événement invite les participants à soumettre un résumé en anglais à l’une des sessions suivantes:

  • Session 1 : Relations bioturbation-écosystème
  • Session 2 : Intégration des processus de bioturbation dans les modèles de biodiversité et leurs fonctions
  • Session 3 : Interactions micro / macro-organismes dans les cycles biogéochimiques
  • Session 4 : Nouvelles approches d’analyse, d’observation et de modélisation pour les études de bioturbation
  • Session 5 : Transfert d’échelles

La préférence pour l’oral / l’affiche et le choix de la session thématique sont des options indiquées sur le formulaire de soumission de résumé. Les motivations pour participer à l’école thématique doivent être ajoutées au formulaire de pré-inscription.

Dates limites


Ouverture de la pré-inscription : 22 février 2022

Date limite de soumission des résumés : 31 mars 2022

Les auteurs sont informés de la sélection des résumés et du programme : 11 avril 2022

Réduction des frais d’inscription : 11 avril au 7 mai 2022

Inscription tardive : 8-27 mai 2022

Clôture des inscriptions : 28 mai 2022

Inscriptions

Toute personne inscrite assistera à l’ensemble de l’évènement sur toute la semaine. L’évènement est limité à 70 participants. Pour participer, remplissez directement le formulaire de pré-inscription qui comprend un formulaire de soumission de résumé (avec des détails sur la présentation du résumé). Les motivations pour participer à l’école thématique doivent être ajoutées au formulaire de pré-inscription (Date limite de soumission: 12 avril 2020).
Les résumés seront sélectionnés par le comité scientifique international. Une fois votre résumé sélectionné, vous pouvez remplir le formulaire d’inscription final qui comprend les détails du paiement. Votre inscription sera officielle dès réception du paiement des frais d’inscription.
Les frais de conférence couvrent le prix total de l’hébergement, de la nourriture, des pause-café et du transport de l’aéroport ou de la gare jusqu’au lieu de la conférence, aux salles de conférence et d’enseignement de l’école thématique. Choisissez une option parmi les arrangements suivants (prix par personne) :

Cas particulier pour les personnels du CNRS : Cet événement s’inscrivant dans le cadre du plan de formation des écoles thématiques du CNRS pour l’année 2022, l’inscription est gratuite pour les personnels du CNRS (chercheurs, ingénieurs, post doctorants). Une pré-inscription avec la soumission d’un résumé est cependant nécessaire. Une fois le résumé sélectionné, les frais d’inscription et de déplacement pourront être pris en charge par chaque délégation régionale du CNRS.

Pour les autres participants :

Inscription anticipée à tarif réduit (du 11 avril au 7 mai 2022) :

[1] Académique – Chambre simple = 500 € par personne

[2] Académique – Chambre double partagée (deux lits) = 420 € par personne

[3] Étudiant (chambre double ou triple partagée, deux ou trois lits) = 370 € par personne

Inscription tardive (8-27 mai 2022) :

[1] Académique – Chambre individuelle = 650 € par personne

[2] Académique – Chambre double partagée (deux lits) = 550 € par personne

[3] Étudiant (chambre double ou triple partagée, deux ou trois lits) = 450 € par personne

Inscription clôturée : 28 mai 2022

Les chambres simples sont très peu nombreuses dans la résidence «Moulin Mer», et afin d’accueillir autant de participants que possible, la plupart des participants devront partager une chambre. Lorsque vous sélectionnez l’option “chambre partagée”, veuillez indiquer le nom du participant avec lequel vous aimeriez être colocataire.

Info Covid


Compte tenu de l’évolution de la situation sanitaire, nous maintenons notre volonté de tenir ce colloque en présentiel afin de favoriser les échanges entre tous : nos chercheurs de référence, nos jeunes chercheurs et nos futurs chercheurs que sont nos étudiants.

Un schéma de vaccination complet sera demandé pour participer à la conférence. Les organisateurs du colloque proposeront des auto-tests antigéniques pendant le colloque. Les conférences, l’exposition des posters, les ateliers, la restauration, les pauses café se dérouleront dans des conditions conformes aux règles sanitaires.

Toutefois, si la situation se dégrade, un format bimodal ne sera pas envisagé et vous en serez informé. L’événement sera alors annulé.

Les frais d’inscription seront remboursables en fonction du contexte Covid au moment de la conférence en août 2022.

Pour plus d’informations, envoyez un mail à : nereis@sciencesconf.org