Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Soutenance d'HDR de François Le Loch

Soutenance d'HDR de François Le Loch

Structure, fonctionnement, évolutions des écosystèmes marins côtiers : une approche d'écologie trophique. Elle aura lieu le 10 juillet en amphi A.

L’un des objectifs fondamentaux de la recherche en écologie est de comprendre comment la complexité de la nature persiste et comment elle affecte le fonctionnement des écosystèmes. Avec son « follow the food » Elton (1927) initiait les premiers travaux en écologie trophique. Depuis lors, l’une des questions centrales en écologie trophique est : Comment les simples relations proies-prédateurs entretiennent la persistance de la complexité d’un écosystème ?

A ce fonctionnement écosystémique se surimpose le constat que les changements globaux engendrent des modifications importantes de la dynamique des relations proies-prédateurs et de l’évolution globale des écosystèmes marins. Dans ce contexte, mes activités de recherche en écologie trophique à l'IRD allient travaux de terrain, de laboratoire et utilisation de la modélisation.

 De la relation proie-prédateur naturaliste à la macro-écologie des réseaux trophiques plus théorique, mes activités concourent à la compréhension du fonctionnement des écosystèmes marins côtiers. Les travaux que je présente dans ce manuscrit sont basés à la fois sur l’acquisition de données quantitatives d’écologie des communautés et des interactions trophiques en leur sein et sur leur mise en cohérence à l’échelle de l’écosystème par la modélisation trophique.

 Au travers de questions scientifiques et de méthodologies différentes, j’ai choisi de décliner tour à tour trois facettes complémentaires de l’écologie trophique : la structure, le fonctionnement et l’évolution des communautés marines côtières à partir d’exemples de travaux réalisés en Afrique de l’Ouest et en Méditerranée.

Finalement, dans le contexte du changement global, mon projet vise à contribuer à quantifier les effets conjoints des impacts anthropiques directs dont la pêche est l’un des principaux et du changement climatique sur la structure et le fonctionnement des écosystèmes marins. Dans cette optique, les pistes de recherche que je propose concernent l’amélioration de la résolution de la structure et du fonctionnement trophique par le développement d’outils et l’intégration de processus agissant à différentes échelles spatio-temporelles. L’une des finalités de mon travail est d'établir des scénarios prospectifs des devenirs possibles des écosystèmes marins.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer