Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Soutenance d'Habilitation à diriger des recherches (HDR) : Alain HENAFF

Soutenance d'Habilitation à diriger des recherches (HDR) : Alain HENAFF

"L'approvisionnement sédimentaire dans les systèmes littoraux tempérés : sources, évolution et gestion".

L'objet de ce mémoire d'HDR est de faire le bilan d'une série de travaux menés, en tant que géographe et géomorphologue depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, principalement sur les systèmes littoraux. Ces études sont réalisées sur les littoraux de zone tempérée et de domaine océanicisé majoritairement localisés en Bretagne et dans les régions avoisinantes de la Manche et du golfe de Gascogne où ces milieux constituent une interface incontestable entre nature et société. Ces travaux sont orientés préférentiellement sur la "géographie naturelle des littoraux", c'est-à-dire essentiellement sur leur étude géomorphologique à différentes échelles spatiales et temporelles. Ils englobent à la fois, et parfois en les confondant, des recherches fondamentales sur la morphogenèse, la dynamique et la cinématique des rivages et des recherches appliquées, notamment à la gestion des évolutions de ces milieux et des risques côtiers. L’une et l’autre de ces approches conduisent à essayer de comprendre leur fonctionnement géomorphologique et, bien souvent, pour les périodes les plus récentes et les échelles locales et régionales, à tenter d’estimer les poids relatifs des diverses contraintes naturelles et anthropiques s’exerçant sur ces milieux intrinsèquement vulnérables. A travers les travaux de géomorphologie littorale réalisés à différentes échelles de temps et d’espace, il s’agit donc d’apprécier les modalités et les rythmes de la dynamique des systèmes sédimentaires meubles et rocheux et leur capacité à supporter et/ou résister, par leurs dynamiques évolutives, aux changements environnementaux naturels et d’origine anthropique. Les possibilités d’exploration et de développement de cette thématique géomorphologique assez large sont nombreuses, les entrées méthodologiques sont diversifiées et font maintenant appel à des techniques de plus en plus variées. Quatre thématiques ont néanmoins été privilégiées et sont mises en perspectives en tenant compte des particularités des systèmes géomorphologiques étudiés et de l'évolution des concepts scientifiques au sein de la discipline.

La première thématique concerne les budgets sédimentaires littoraux, dans lesquels sont analysées, particulièrement, les sources de sédiments actuels. L'examen des sources d’approvisionnement en matériaux sédimentaires, qu’ils soient détritiques ou biodétritiques d’origine marine, littorale et continentale, s'inscrit dans un contexte contemporain de conditions de biostasie, de haut niveau marin et de raréfaction des ressources sédimentaires qui, a priori, en domaine océanicisé, apparaissent peu favorables à une production sédimentaire détritique suffisante pour le maintien des accumulations littorales meubles en équilibre dynamique. On touche là le problème des budgets sédimentaires actuels des rivages d’accumulation et des sources de leur alimentation en sédiments. Pour les périodes anciennes, les résultats ne concernent encore que les formations de comblement post-glaciaire d'une vallée bretonne. Pour la période actuelle, les connaissances acquises sur cette thématique sont plus nombreuses et diversifiées. Elles concernent à la fois, les échanges de sédiments entre les différents compartiments des accumulations meubles à partir des bilans sédimentaires, les apports sédimentaires issus du retrait des côtes rocheuses et la production biodétritique, apports qui peuvent être comparés à des estimations d'apports terrigènes de sédiments par les cours d'eau.

Sont ensuite examinées les contraintes structurelles et événementielles qui sont à l'origine de la vulnérabilité intrinsèque des systèmes littoraux. L'analyse porte sur le fonctionnement géomorphologique et les tendances évolutives des systèmes littoraux sur différents intervalles de temps. Bien qu'ancienne, la question est toujours d'actualité. Des réponses peuvent être apportées par les analyses des évolutions diachroniques de la position du trait de côte ainsi que celles des évolutions morphosédimentaires littorales de plusieurs cellules hydrosédimentaires. Observées à différentes échelles spatiales et temporelles, elles témoignent de l'adaptation des formes et formations aux variabilités et pseudo-cyclicités des processus et forçages naturels climatiques, météorologiques, marins et continentaux. Il s'agit là des facteurs qui participent à la sensibilité intrinsèque des systèmes littoraux.

Le troisième thème abordé correspond à la contribution des forçages et impacts anthropiques directs et indirects. Il s'agit ici de la prise en considération de l’anthropisation plus ou moins ancienne et croissante pour la période contemporaine de certains espaces littoraux (au sens large en y incluant les espaces pré et arrière-littoraux) qui conduit localement ou régionalement à la multiplication des enjeux en zone côtière en induisant un renforcement des moyens de lutte contre les évolutions des rivages et qui tend à accroître la sensibilité naturelle intrinsèque de ces milieux.

Enfin, un dernier thème est axé sur les moyens par lesquels la gestion des évolutions littorales et des risques côtiers qui en dérivent sont envisagés en réponse à la demande sociétale. Il s'agit ici des réponses apportées en tant qu'universitaire sur la question des menaces potentielles que les processus littoraux conduisant à l'érosion et/ou la submersion font peser sur des territoires où des enjeux naturels et anthropiques se sont progressivement accumulés. Vis-à-vis de cette demande (des collectivités territoriales notamment) ces questions sont posées, en terme de propositions et d’aide à la mise en œuvre de solutions de gestion des évolutions et de la vulnérabilité des littoraux, de prévention des dommages sur différents types d’enjeux naturels et anthropiques et de risques côtiers, en appui, en complément ou en opposition avec la recherche de solutions d’ingénierie. A travers les expériences et l’examen des réponses proposées à différents cas pratiques, il s’agit de tirer profit des connaissances fondamentales acquises à travers les programmes de recherche pour une application à la gestion des évolutions littorales. C'est donc une mise en pratique des principes des enseignements reçus selon lesquels « la connaissance intime des mécanismes de la dynamique littorale est devenue fondamentale pour toute entreprise d’aménagement ou de conservation des côtes », cette tendance étant "particulièrement sensible dans le domaine littoral où la nature évolue vite, où les aménagements sont nombreux et où les attentes, parfois contradictoires, de la société sont pressantes". Ces travaux se situent souvent en amont des décisions d'intervention en matière de gestion en apportant, d'une part, les éléments d'un diagnostic géomorphologique permettant d'aboutir à une (des) proposition(s) de solution(s) acceptable(s) du point de vue de la gestion et, d'autre part, les éléments sur les impacts à attendre des solutions choisies. Les résultats des études plus fondamentales alimentent alors, dans la mesure du possible, les analyses et le discours qu’il est toujours nécessaire de tenir vis-à-vis des gestionnaires du littoral ou du grand public, le passage des résultats des recherches à l’exposé nécessitant alors une démarche pédagogique complémentaire.

La mise en perspective des différents travaux réalisés sur ces quatre thèmes principaux de recherche permet d'envisager les développements qu'il semble maintenant intéressant de leur donner. Parmi ceux-ci, une question particulièrement importante retient néanmoins l'attention. Tant pour la compréhension des dynamiques évolutives des littoraux que pour la gestion de leurs évolutions et des risques côtiers, il apparaît désormais indispensable d'améliorer les connaissances actuelles des avant-côtes à travers leur comportement morphologique et les échanges sédimentaires.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer