Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Soutenance de thèse en géosciences marines : Marcaurelio Franzetti

Soutenance de thèse en géosciences marines : Marcaurelio Franzetti

"Dynamique des bancs et dunes sableuses de plateforme en contexte macrotidal : l'exemple du Banc du Four (Ouest Bretagne)". Cette soutenance de thèse aura lieu dans l'Amphi A de l'IUEM le vendredi 11 juillet de 10h à 13h.

Les dunes et bancs sableux sous-marin constituent les structures sédimentaires majeures des plateformes continentales soumises à un régime macrotidal. Les dunes sont de taille moyenne avec des crêtes perpendiculaires aux courants qui les génèrent, alors que les bancs de sable sont de taille plus grande et leurs crêtes se présentent parallèles aux courants. Le Nord de la mer d’Iroise est une portion du plateau continental breton balayé par de puissants courants de marée et brassé par des fortes houles océaniques venant de l’Atlantique Nord. Le planché marin y présente une structure sableuse qui, jusqu’ici, n’avait fait l’objet que d’une description sommaire qui se résumait à un banc de sable et à quelques dunes couvrant une surface très restreinte : le Banc du Four. Un premier levé bathymétrique très haute résolution a été réalisé sur la zone en 2009 qui a révélé une structure sédimentaire bien plus importante (10x20 km2) et complexe qui présente un caractère singulier pour de nombreux aspects. Le Banc du Four est composé d’un banc sableux flanqué de deux champs dunaires, oriental et occidental, pointant respectivement vers le NE et le NW qui procure à la structure entière une forme en V. Le banc représente un volume de sable de 250 millions de m3 (4x2 km2 et 45 mètres d’épaisseur) constitué par 5 unités internes majeures qui montrent une construction polyphasée. Celle-ci a débuté il y a 14000 ans B.P. et elle a été pilotée principalement par la modification de la physiographie de la zone au cours de la dernière remontée eustatique. Le banc de sable semble plus évolué à l’heure actuelle. Au Banc du Four, plus de 500 dunes sont observés et présentent toutes les tailles et formes qui ont été répertoriées sur d’autres sites d’études. Le morphodynamisme des dunes y est très actif pour des profondeurs aussi grandes (> 70 mètres) avec des vitesses de migration pouvant atteindre 20 m.an-1. La dynamique dunaire met en évidence l’importance de l’approche pluridisciplinaire (morphologies interne et externe, composition sédimentaire, hydrodynamisme) en mettant à default certaines relations paramétrales morphologiques employées pour prédire le mouvement des dunes. Elle a permis aussi d’observer et de décrire un processus d’érosion-dépôt qui expliquant la mise en place certaines structures observées à l’état fossile mais dont les mécanismes de construction étaient, jusqu’ici, mal connus : les "scour loops".

Mots-clés associés : , , , ,
Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer