Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Soutenance de thèse en Biologie marine : Ronan Becheler

Soutenance de thèse en Biologie marine : Ronan Becheler

"Diversité génétique d'espèces structurantes en milieu marin : influence sur la réponse démographique aux perturbations anthropiques".

L’influence de la diversité génétique sur la stabilité démographique des populations constitue un paradigme de l’écologie évolutive. Au sein des populations naturelles, l’étude de cette relation est complexifiée par l’influence réciproque de la stabilité sur la diversité, et leur degré d’interconnexion. Ces interrelations ont été explorées chez la plante marine Zostera marina et les coraux d’eau froide Lophelia pertusa et Madrepora oculata, des espèces partiellement clonales. Ce trait d’histoire de vie,  influençant profondément la dynamique démographique et la trajectoire évolutive des espèces, a constitué le fil d’Ariane de ce travail.

L’échantillonnage dans l’espace (échelle régionale) et le temps (un pas de trois ans) d’herbiers de Zostère a permis de mieux comprendre la dynamique clonale de ces plantes. L’architecture et la diversité clonale apparaissent comme la résultante de l’équilibre entre dispersion/recrutement de nuages de graines dispersées collectivement, et la compétition pour l’espace entre clones. Les perturbations affectent localement l’équilibre de l’herbier. Cette dynamique originale rend impossible l’identification des contours populationnels. En revanche, nos résultats semblent indiquer que la diversité génétique au sens strict (hétérozygotie et nombre d’allèles) des herbiers de Zostères constitue un facteur de stabilité démographique, via sa potentielle influence sur les capacités de résistance aux perturbations saisonnières.

Les coraux d’eau froide, quant à eux, présentent des patrons biogéographiques en accord avec l’hypothèse d’une extinction dans le Golfe de Gascogne, lors des derniers épisodes glaciaires. Les marques visibles des activités de pêche posent la question des capacités de résilience de ces écosystèmes, qui dépendent entre autres du potentiel de dispersion de ces espèces. L’absence de structure génétique observée chez L. pertusa suggère, au moins pour cette espèce, un fort degré d’interconnexion entre les récifs, tandis que M. oculata montre davantage de structure régionale. La sensibilité de ces espèces aux variations climatiques et à la pression des activités anthropiques souligne la nécessité d’études approfondies, pour leur conservation.

Les résultats obtenus pendant cette thèse permettent de mieux comprendre la dynamique populationnelle des herbiers et récifs profonds, le taux de clonalité et la connectivité des populations. Ces informations sont essentielles pour avancer vers une meilleure compréhension de la dynamique et la résistance de ces espèces structurantes, et sont donc primordiales pour la conservation de ces écosystèmes clé.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer