Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Colloque ISTAS

Colloque ISTAS

ISTAS (Integrating spatial and temporal scales in the changing Arctic System) se déroulera du 21 au 24 octobre dans l’amphi A de l’IUEM.

CONTEXTE
L’arctique se réchauffe de deux à trois fois plus rapidement que l’ensemble de la planète, ce qui en fait l’une
des zones les plus sensibles aux changements climatiques d’origine anthropique. Notamment parce que
l’Océan Arctique est, avec l’Océan Austral, l’un des moteurs de la circulation océanique, il est à même, à travers son évolution, d’in+ uencer en retour les climats à l’échelle globale (voir rapport du GIEC 2007). Afin de prévoir ses évolutions, la compréhension d’ensemble du système complexe qu’est l’Océan Arctique est capitale. Dans ce contexte, l’intégration des différentes échelles de temps et d’espace est un outil clé. En effet, les études de l’Océan Arctique au cours des dernières décennies sont souvent restées con/ nées à des zones géographiques spécifiques (ex.: Mer de Barents et Svalbard, détroit de Ba5 n et Archipel Canadien…) et à une discipline particulière (ex.: océanographie physique, zooplancton…). Elles ont été essentiellement réalisées sur de courtes périodes, pour la majorité en été en l’absence de glace. Pour envisager l’Océan Arctique dans son ensemble, il devient crucial de changer d’échelle spatiale et d’obtenir une vision « pan-arctique » du système. Le couplage des échelles spatiales locale, régionale et globale est important pour comprendre des phénomènes comme le déplacement des zones de production primaire et celui des ressources halieutiques associées.
Il devient également nécessaire de considérer toutes les échelles de temps, notamment les plus longues
pour aborder les questions de variabilités : les variations observées sont-elles des oscillations naturelles ou
révèlent-elles des changements liés à l’évolution du climat ? Ces interactions d’échelles différentes, spatiale et temporelle, doivent également permettre une vue d’ensemble nécessaire pour envisager les impacts socioéconomiques et les réponses politiques. Le colloque ISTAS se propose de discuter l’ensemble de ces aspects, en une approche multidisciplinaire originale.
ORGANISATION
ISTAS est co-organisé par le réseau ART et par l’IUEM. Le réseau ART («Arctic in Rapid Transition») est une initiative internationale, intégrative, interdisciplinaire et pan-arctique fondée sous l’égide de l’«International Arctic Science Committee» (IASC). Le réseau fonctionne sur un mode couramment rencontré dans les pays anglo-saxons et scandinaves : il est porté par de jeunes chercheurs, sous la tutelle des plus éminents scientifiques de la recherche arctique.
ART a pour vocation d’étudier les changements spatiaux-temporels de la couverture de glace, de la circulation océanique et des drivers physiques associés, sur des échelles multiples, dans le but de mieux comprendre et prédire l’impact de ces changements sur les écosystèmes et les cycles biogéochimiques dans l’Océan Arctique. Alors que jusqu’ici, un cadrage formel et institutionnel des études de l’Océan Arctique n’existait principalement que dans les pays limitrophes (Canada, États-Unis, Norvège, Danemark, Suède, Finlande, Islande et Russie), l’Union Européenne et la France en particulier ont récemment incité les chercheurs à coordonner leurs actions. C’est pourquoi le réseau ART a souhaité faire appel à la France pour co-organiser ce workshop. Parmi les membres du Comité Exécutif de ART, se trouve une jeune chercheuse de l’IUEM, qui fait le lien.
L’IUEM est en effet un acteur majeur des recherches et des observations dans le domaine des Sciences Marines, tant aux plans national qu’international. Il possède par ailleurs une solide expérience en recherche polaire (dès les années 80 en Antarctique et plus récemment, depuis 5 ans, en Arctique), qui lui a permis de s’inscrire dans les initiatives nationale (Chantier Arctique) et européenne (stratégies polaires EUR-OCEANS et European Marine Board) de recherche Arctique. Par ses projets en cours et à venir, l’IUEM est déjà fortement inséré dans la stratégie d’effort national de recherche arctique. De plus, le colloque international « Les Journées de l’Arctique 2012 » (JDA 2012), organisé par et à l’IUEM en novembre 2012, a donné à l’Institut une place privilégiée dans le Chantier Arctique national. ISTAS en est la progression logique.
OBJECTIFS ET THÉMATIQUES
Les objectifs du colloque ISTAS sont :
(1) discuter les changements d’échelles dans les études des différents systèmes de l’Océan Arctique ;
(2) rédiger des fiches de priorités pour la future recherche arctique, vues par de jeunes scientifiques ; ces
fiches qui seront présentées lors de «The Third International Conference on Arctic Research Planning» (ICARP
III), la troisième conférence décennale du IASC, qui se tiendra au Japon en 2015.
(3) favoriser les rencontres et les échanges entre étudiants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés ;
(4) renforcer et initier les collaborations durables, avec des partenaires nationaux et internationaux (Allemagne, Norvège, Canada, USA…).
L’objectif 2 est particulièrement original et innovant. La rédaction de fiches de priorités sur les futures
recherches à mener en Arctique est une attente explicite de l’IASC.
En s’appuyant sur le mode de fonctionnement du réseau ART, cet objectif donne aux jeunes chercheurs,
sous la tutelle de scientifiques confirmés et éminents de la recherche arctique, la possibilité de participer
aux décisions stratégiques qui orienteront la recherche internationale en Arctique pour les dix prochaines
années. Il s’agit d’une opportunité qui o$ re au workshop ISTAS une visibilité particulièrement forte sur la
scène internationale arctique.
Le colloque ISTAS est structuré autour de six grands thèmes :
1) Glace de Mer
2) Biodiversité marine
3) Paléo-reconstruction et archives biologiques
4) Interactions Terre-Mer
5) Océanographie physique, interactions avec l’atmosphère et biogéochimie
6) Law and economics
Il comportera des sessions plénières ouvertes à la communauté scientifique, aux étudiants de l’UBO (Université de Bretagne Occidentale) du master « Sciences de la Mer et du Littoral » et aux doctorants. Les discussions prendront place lors de sessions thématiques parallèles correspondant aux 6 thèmes, au cours desquelles seront identifiés les sujets qui feront l’objet de fiches de priorité et où seront constitués les groupes de travail qui rédigeront ces fiches. Elles seront seront transmises à IASC pour être insérées dans la conférence ICARP III. Les conférences ICARP regroupent scientifiques, décideurs politiques, gestionnaires de la recherche, représentants des populations autochtones et toutes institutions ou organismes intéressées et/ou concernées par l’avenir de la recherche arctique. Leurs travaux conduisent à des analyses et recommandations explicitées dans des documents de planification qui servent de support à la définition de programmes de recherche soutenus, dans les pays associés et au niveau international (voir http://icarp.arcticportal.org/).
Ce rôle contributeur au colloque ICARP III du colloque ISTAS lui donnera une forte assise internationale et
o$ rira une crédibilité scientifique importante à l’IUEM et à la France en recherche marine Arctique. Il apportera en outre une visibilité considérable aux différents partenaires sur les questions arctiques.
L’établissement de connaissances sur le fonctionnement et l’évolution de l’Océan Arctique est un prérequis à la compréhension des impacts qu’auront les nouvelles possibilités d’exploitation des ressources qui s’ouvrent avec la forte diminution de la glace de mer en Arctique et à une gestion raisonnée de ces exploitations. Ces futures opportunités sont l’ouverture de routes maritimes, l’accès à de nouvelles ressources minières et énergétiques, ainsi qu’à de nouvelles ressources halieutiques. Les pêcheries bretonnes et de la façade ouest françaises en général seront intéressées par l’accès à ces nouvelles zones de pêche, potentiellement très riches.
Par ailleurs, l’ouverture du passage du nord-est à la navigation maritime pourrait impacter très fortement la
fréquentation des grands ports du nord-ouest de la France, en détournant vers l’Arctique les routes reliant les grands ports hollandais et allemands à l’Asie.
Le colloque ISTAS est soutenu par :
- L’APECS (Association of Polar Early Career Scientists)
- La Fondation Total
- Le LabexMER
- IASC
- La Région Bretagne
- Le Conseil général du Finistère
- Brest Métropole Océane
- L’UBO

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer