Émilie Bruand, Chargée de recherche CNRS en pétrologie-géochimie à Geo-Ocean

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait ma thèse en Autriche à l’Université Karl-Franzen de Graz (Autriche) sur l’étude de roche du massif montagneux du Chugach et Saint Elie (Alaska). Il s’agissait de reconstruire l’histoire de cette chaîne de montagnes exceptionnelle qui s’est formée dans une zone de subduction. Cette région a été choisie pour la nature des roches qu’on y trouve et le caractère unique du relief. En effet, elle forme la plus haute chaîne de montagnes côtières de la planète. Ensuite, je suis partie faire un Postdoc en Angleterre à l’université de Portsmouth pendant 4 ans puis moins d’un an à l’université d’Oxford. Lorsque je suis arrivée en Angleterre, j’ai travaillé sur un projet intitulé « When on Earth did plate tectonics begin? ». Durant ces années, j’ai étudié des minéraux pas plus grand qu’une épingle d’aiguille à coudre, qui sont des petites capsules de temps (datation) capables d’incorporer un nombre d’éléments chimiques important. J’ai pu, grâce à ces minéraux, étudier l’histoire de la croûte océanique et continentale à travers les temps géologiques. L’analyse de ces minéraux se fait à de très petites échelles (1-50 microns) grâce à des instruments de pointe tels que ceux présents sur le site du technopôle (Laser couplé à des spectromètres de masses, microsonde, microscope électronique à balayage).

Après ces postdocs, j’ai obtenu un fellowship à l’Université Clermont-Auvergne. En 2017, j’ai réussi le concours de chargé de recherche au laboratoire de géologie de Clermont-Ferrand où je suis restée 5 ans. Je travaillais sur la formation des premiers continents de la Terre (2,5 à 4,5 milliards d’années) et le développement de nouvelles analyses chimiques et isotopiques à l’échelle du microns. J’ai intégré Geo-Ocean en 2022.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

La plateforme analytique du Pôle spectrométrie Océan (PSO) et de la microsonde Ouest font de l’IUEM un endroit idéal pour développer de nouveaux axes dans mes recherches. Mon travail s’intègre pleinement dans 2 des équipes actuelles de Geo-Ocean (GIPS et CYBER) qui étudient les croûtes océanique et continentale ainsi que la géodynamique terrestre. Je souhaiterais également commencer des collaborations avec l’équipe ASTRE (sédimentologie). En particulier, j’aimerais appliquer mes outils géochimiques aux sédiments, qui sont le résultat de l’érosion des continents, afin de reconstituer les pièces manquantes de l’histoire de la Terre, en particulier son histoire ancienne. La géologie bretonne variée et riche m’intéresse également et j’ai déjà commencé àtravailler avec des collègues de Geo-Ocean (Lorraine Tual et Christine Authemayou) sur les océans « disparus » de la chaîne hercynienne bretonne. Ce sont toutes ces raisons qui m’ont amenées à intégrer l’IUEM et qui en font un endroit privilégié pour ma recherche.

Que fais-tu à l’IUEM ?

J’ai un projet ANR JCJC qui a commencé en 2021 avec un thésard, Théo Biget, et qui occupe une bonne partie de mon temps. Il s’appelle Amnesia car je travaille sur la Terre ancienne et en particulier la croûte continentale qui est « un peu » amnésique sous l’effet des différents processus géologiques qu’elle a subis au cours du temps. L’idée est de développer des outils en étudiant les minéraux et leurs chimies, résistants à ces processus secondaires afin de retrouver les indices de l’histoire des premiers continents disparus. Théo travaille sur une section de croûte continentale en Calabre (Italie) et l’autre partie du projet concerne l’étude de deux terrains anciens en Afrique du Sud et en Australie que j’ai échantillonnés entre 2018 et 2019.

Le principal de mon travail de laboratoire se déroule sur microscope (optique ou électronique), sur microsonde et spectromètre de masse. Depuis mon arrivée à Geo-Ocean, j’encadre des stagiaires de M1 et M2 du Master Géosciences et je suis en charge des séminaires du laboratoire (en binôme avec Natalia Vazquez) et du volet communication (en binôme avec Anne Briais). Je suis également associate éditeur de GSA bulletin et membre de la société française de minéralogie et cristallographie.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

En géologie, les missions de terrain génèrent souvent des situations cocasses… Durant ma première mission de terrain en Alaska, mon superviseur de thèse et le pilote de l’avion, qui devaient nous déposer sur un site inaccessible par voie terrestre, nous ont laissé moi et ma collègue thésarde toutes seules au pied d’un glacier. Ils devaient aller repérer le site d’atterrissage et la faisabilité de la manœuvre. En nous laissant dans cet endroit loin de tout (2h d’avion de la première ville), ils nous ont lancé deux sacs de couchage, une boîte d’allumettes et un pepper spray. Ils nous ont dit qu’ils partaient en repérage et que si l’avion se crashait, nous en aurions besoin en cas de non retour de leurs part. Nous les avons attendus durant 2h interminables sur la plage. Finalement, ils avaient réussi à trouver un endroit où atterrir prêt du lieu qui nous intéressait. Happy end ! À noter que la plage en question était traversée par des empreintes fraîches d’ours bruns…

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Les paysages désertiques d’Australie dans la région de Pilbara. Nous dormions à la belle étoile sur des lits de camps. Je m’endormais tous les soirs avec la croix du sud. C’était magique !

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Le vélo, la randonnée, la natation, le sport en général et le fromage.

As-tu une devise ?

« Shoot for the moon, even if you miss it, you’ll land among the stars » Oscar Wilde.

Crédit photos

Émilie Bruand / CNRS

Jean-Daniel Champagnac

Contact

Émilie Bruand / CNRS

APERO : Une campagne sous canicule

, ,

Objectifs de la campagne

APERO s’est déroulée sur le Pourquoi Pas ? et le Thalassa du 3 juin au 15 Juillet 2023 dans l’Atlantique Nord Est, au Sud-Ouest de l’Irlande (65 embarquants au total). Le projet a pour objectif de mieux comprendre les processus qui contraignent l’export de carbone et son stockage dans l’océan profond (Pompe Biologique de Carbone), ceci aux petites échelles frontales et tourbillonnaires. Ce projet entre dans le cadre international d’un programme soutenu par l’ONU (Décennie des Océans), JETZON (Joint Exploration of the Twilight Zone Ocean Network)). Bien que relativement ancien, le questionnement scientifique (devenir du carbone dans la colonne d’eau) n’a jamais été réellement abordé d’une manière approfondie avant les années 2010. En effet, ce n’est que tout récemment que les moyens d’observation permettent d’échantillonner cette zone obscure (twilight zone) de l’océan. Au-delà de l’apparition de plateformes autonomes (flotteurs Argo, gliders), le développement de nouveaux capteurs optiques, acoustiques, en imagerie, souvent miniaturisés, d’une instrumentation toujours plus ciblée, ainsi que le coût de plus en plus abordable de la biologie moléculaire, ouvrent de nouvelles voies dans la description et la compréhension du cycle du carbone océanique et du fonctionnement de l’écosystème méso pélagique (200-1000m).

Et après ?

S’appuyant sur une collaboration internationale importante (USA, GB, Allemagne, Australie, Espagne), élaborée sur la base d’une interdisciplinarité incontournable (de la physique à l’échelle des fronts à la biologie moléculaire, en passant par la biogéochimie, la physiologie, l’écologie), un des legs principaux d’APERO sera l’existence d’une base de données complète et cohérente, d’une richesse exceptionnelle. En synergie étroite avec les campagnes américaines et anglaises sur la même thématique, dans des régimes océaniques différents, un autre apport du programme devrait être concrétisé à terme par une amélioration des modèles de climat, type GIEC, avec une représentation plus précise de la biodégradation du carbone exporté vers l’océan profond (processus qui régule les échelles de temps de stockage du carbone par l’océan).

Bonne pêche avec le chalut THA !! Un myctophidé

Trajectoire modifiée en raison des fortes chaleurs

À noter que le changement climatique a eu un impact très profond, non anticipé, sur la campagne. Alors que l’Atlantique Nord Est est une région peu impactée par les vagues de chaleur, il s’est avéré que, pour la première fois, une vague de chaleur marine s’est déroulée juste au moment de la campagne (température de la surface de l’océan supérieure de 3°C par rapport à la moyenne climatique – 6°C pour l’atmosphère). La date de la campagne avait été choisie pour se retrouver au moment de l’export maximal de carbone vers l’océan profond (après la floraison/bloom printanier). De fait, ces conditions exceptionnelles ont induit une stratification de l’océan nettement supérieure à ce que l’on pouvait attendre, ce qui fait que nous nous trouvions en plein milieu d’un désert. Par l’intermédiaire d’analyses de données satellitaires, effectuées en temps réel à terre, les navires ont été « déportés » plus au nord, où l’activité biologique semblait encore être importante. Ceci a permis entre autres aux navigants de vivre deux tempêtes intenses de 3/4 jours, ce qui n’a pas simplifié la vie sur les navires, ni la stratégie d’échantillonnage. Ceci dit, toutes les mesures prévues ont bien été faites in fine (à cet égard, les marins de la flotte doivent sincèrement être remerciés, leur implication ayant été totale). Le contexte spécifique de la campagne demandera certainement une interprétation globale des données plus ouverte, et certainement tout autant, sinon plus, intéressante.

Anomalie de température au 22 Juin 2023 (base : 1971-2000). Carré jaune : zone APERO

Crédit photos

Simon Rondeau

Université du Maine

Contact

Laurent Memery / CNRS

L’IUEM 1er de Cordée “AMBITION MER”

, ,

Le 31 mai dernier, l’IUEM via l’ImmerSea LAB d’ISblue, a accueilli, pour la première édition, la cordée de la réussite :  “AMBITION MER”. Une cordée de la réussite est un dispositif favorisant le continuum lycée-université afin de sensibiliser des collégien·nes et lycéen·nes à la démarche scientifique et de promouvoir l’accessibilité des études supérieures à un public qui n’y aurait pas pensé ou qui a peu de connaissances sur sa poursuite d’études.

Mise en place entre l’UBO par le service Cap’ Avenir et les établissements secondaires maritimes, cette cordée s’inscrit dans un programme national de lutte contre l’autocensure et le besoin de susciter des vocations pour le domaine mer et littoral. En totale adéquation avec les objectifs de médiation de l’ImmerSea LAB, ce sont Maxime Kernec, Quentin Millière et Riwalenn Ruault qui constituent l’équipe pédagogique pour cette cordée “AMBITION MER”.

Dans le cadre de cette première édition, 11 élèves du lycée et BTS maritime du Guilvinec ont été accueillis au sein de l’IUEM pour une journée de visite ludique et de découverte des différents métiers grâce à la mobilisation d’une dizaine d’intervenant·es. L’originalité du format proposé a permis à ces élèves de réaliser une plongée en réalité virtuelle autour des coraux d’eau froide de méditerranée et de discuter avec des plongeurs d’Ifremer : Olivier Dugornay, Aurélien Tancray et Amélia Curd, qui ont transmis leur passion pour leur métier. La suite s’est déroulée sous la forme d’un jeu de piste au cours duquel les lycéens ont pu aller interroger des ingénieurs, chercheurs ou techniciens sur leur métier et leur rapport à la mer. Nous remercions tous les intervenant·es : Frédérique Alban (AMURE), Maeva Gesson (LEMAR), Aurélie Penaud (Geo-Ocean), Nicolas Kolodziejczyk (LOPS), Marion Maguer (UAR 3113) et Gauthier Schaal (LEMAR) d’avoir participé à cette édition pour nous montrer la richesse des métiers en sciences de la mer et du littoral.

Dès la rentrée 2023, nous modifions le format pour faire participer en mode projet les cordistes d’AMBITION MER autour de la thématique des Énergies Marines Renouvelables. Ce sujet permettra d’élargir les projets et le thème aux partenaires d’ISblue et de montrer les possibles aux collégien·nes et lycéen·nes sous un format de pédagogie active, et qui sait, peut-être quelques futur·es étudiant·es font partie de cette cordée ?!

Si vous êtes intéressé.e par cette action ou cette thématique, n’hésitez pas à nous contacter.

Crédit photos

Riwalenn Ruault / UBO

Contacts

Maxime Kernec / UBO

Quentin Millière / UBO

Riwalenn Ruault / UBO

20ème rentrée des Masters des sciences de la mer et du littoral (SML)

, ,

Vendredi 1er septembre, les étudiants de 1ère année de master admis dans les Masters SML seront accueillis à l’IUEM par le directeur de l’Institut, Frédéric Jean, qui abordera les missions de l’IUEM, son cadre ainsi que son histoire et son évolution. Le responsable des Masters, Guillaume Roullet, présentera la formation sous un angle général. Durant cette journée, les étudiants échangeront avec différents intervenants qui leur apporteront de nombreuses informations sur le déroulement et l’organisation de ces deux années d’études.

Histoire du Master

Les sciences de l’environnement ne peuvent s’appréhender que selon une démarche transversale et pluridisciplinaire. Cette approche se justifie d’autant plus pour les espaces marins et littoraux qui sont aujourd’hui au coeur d’enjeux fondamentaux pour l’humanité : le changement climatique, la gestion et la protection des ressources vivantes et minérales des océans, les énergies marines renouvelables, le développement des transports internationaux ou la gestion des risques naturels et technologiques.

Les questions soulevées nécessitent un travail commun entre enseignants et chercheurs des sciences expérimentales (écologues, géochimistes, biologistes, physiciens et géologues) et des sciences de l’homme et de la société (géographes, juristes, économistes). La mer et le littoral font aussi l’objet d’une intense actualité politique et institutionnelle. Cette démarche transversale a conduit à la création en 2004 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur d’un domaine de formation « Sciences de la Mer et du Littoral », unique en France, au sein duquel s’est développé un Master pluri- et trans-disciplinaire. Après 19 années d’existence, ce Master, qui est implanté au coeur d’un pôle scientifique en sciences marines de dimension internationale, a déjà montré son puissant effet structurant et son attractivité. Il permet de réunir les conditions pédagogiques du développement d’une expertise française dans le domaine des sciences de l’environnement marin et côtier.

Organisation et objectifs

Les 8 Masters SML regroupent sous un même domaine 14 parcours : sciences biologiques marines, sciences halieutiques et aquacoles (co accrédité avec l’Institut Agro Rennes-Angers) / International Master of science in Marine Biological Ressources (IMBRSea), master international en biotechnologies marines (co accrédité avec l’UBS Lorient) / chimie de l’environnement marin / droit, mer et littoral / agriculture, mer, environnement (co accrédité avec l’Institut Agro Rennes-Angers) / expertise et gestion de l’environnement littoral / géophysique marine, hydrodynamique navale (co accrédité avec l’ENSTA Bretagne), physique de l’océan et climat, sciences des données océaniques / géosciences océan, ingénierie et gestion des ressources côtières et littorales (co accrédité avec l’UBS Vannes).
Les parcours en sciences humaines privilégient une approche fondée sur les interactions avec l’homme au niveau marin et côtier, tandis que les sciences biologiques, chimiques, géologiques et physiques visent plutôt la compréhension du «système mer» dans tous ses aspects. Les parcours en physique et biotechnologies sont internationaux et l’enseignement se fait en langue anglaise.

Un grand nombre d’unités d’enseignement (UE) sont communes à au moins 2 Masters et certaines sont suivies par les étudiants du master international IMBRSea de l’université de Gand. Les cours y sont également dispensés en anglais. Cet enseignement a pour objectif de former des chercheurs et des cadres capables d’appréhender les problématiques scientifiques actuelles et d’apporter des réponses adaptées aux problèmes posés en relation avec le domaine marin, océanique et les littoraux.

Les actions de formation en Master sont également au coeur du projet de l’École Universitaire de Recherche (EUR) ISblue. Cette dernière a pour objectif de mieux intégrer et coordonner la stratégie d’enseignement et de recherche des partenaires, de rendre l’offre de formation plus attractive au niveau international, de renforcer l’interdisciplinarité, l’innovation pédagogique et l’approche pédagogique par compétences, ainsi que de développer les synergies entre le monde académique et le secteur socio-économique. À cet effet, beaucoup d’étudiants partent en stage à l’étranger, avec le soutien financier, notamment, du volet formation de cette École Universitaire de Recherche.

La vie associative est très développée au sein des masters puisque 4 associations d’étudiants sont recensées : Patel (Protection et aménagement du territoire et de l’environnement littoral) rattachée à la mention expertise et gestion de l’environnement littoral, Sea-ti-Zen historiquement pour la biologie mais désormais pour toutes les mentions, Tethys pour les géosciences et Sea-lex pour les juristes.

Rentrée 2023 : Quelques chiffres

Environ 270 étudiants sont inscrits pour cette année universitaire marquant une augmentation de près de 10 % des effectifs, qui oscillaient entre 175 et 200 étudiants depuis la création du master SML en 2004.

Le rayonnement des masters au niveau national et international est important. Ainsi, chaque année, environ 10 % des étudiants inscrits sont internationaux et la plupart des Masters reçoivent des étudiants européens ERASMUS.

Cette année, ils proviennent de 17 pays différents. Parmi les étudiants français, entre 30 et 50 % selon les années, proviennent d’établissements extérieurs à l’UBO. Le suivi professionnel des étudiants montre une insertion professionnelle supérieure à 75 % dans les 2 années qui suivent l’obtention du diplôme et un pourcentage important de diplômés (50 % environ) en poursuite d’études (doctorat) pour les 4 Masters en biologie, chimie, géologie et physique.

Crédit photo

Sébastien Hervé / UBO

Contacts

Cécile Nassalang / CNRS

Guillaume Roullet / UBO

Tour de France : La géologie à la rencontre du cyclisme

, ,

Le Grand Départ a eu lieu le 1er juillet, mais les préparatifs du Tour de France de cette année ont commencé il y a plus de 400 millions d’années, lorsque les roches du Massif central et des Vosges se sont formées. Derrière chaque montée, descente ou étape plate se cache une raison géologique, et l’équipe de Geo-Sports.org explique la géologie qui a créé le parcours de la course. En plus des blogs habituels, l’équipe utilisera cette année de courtes vidéos enregistrées sur place. Le site Geo-Sports.org décrira le décor naturel de chaque étape du Tour de France : les différents paysages et les trésors qui se trouvent sous la surface, tant pour les hommes que pour les femmes. Cette année, lors du Tour de France Femmes, l’équipe portera une attention particulière aux femmes pionnières dans le développement des sciences de la Terre.

« Bien plus que d’autres sports, une course cycliste est un événement où l’on peut profiter de l’environnement », déclare le géologue Douwe van Hinsbergen, professeur à l’Université d’Utrecht et grand amateur de cyclisme. « J’ai donc décidé de partager nos connaissances et les trésors géologiques sous-jacents avec le public, d’une manière amusante et accessible, en collaboration avec mes collègues spécialistes des sciences de la terre des Pays-Bas et de l’étranger.”

Geo-Ocean soutient le Tour de France

Le Geo-Sports.org réunit chaque année un groupe de chercheurs internationaux pour rédiger des blogs de vulgarisation sur l’histoire géologique de chacune des étapes et Lorraine Tual de Geo-Ocean en est l’une des auteures ; elle interviendra le mardi 25 juillet 2023 ! Dans son article, elle montre comment Yvonne Brière, une courageuse doctorante de la fin des années 1910, a parcouru la France à la recherche de roches (très) dures appelées éclogites. Yvonne a fait d’importantes découvertes qui ont permis de comprendre comment les roches océaniques se transforment lorsqu’elles sont coincées entre deux continents en collision… Tout cela avant le concept de tectonique des plaques !

Fromage suisse et linge propre

Cette année, le Tour de France traversera à nouveau les paysages variés de la France, mais aussi du nord de l’Espagne. Pour n’en citer que quelques-uns : le fromage suisse des collines du Pays basque, un volcan qui fut le plus grand d’Europe en Auvergne, des rochers pliés comme une pile de linge propre dans les Alpes, et une série de traces de dinosaures dans le Jura. Si vous êtes curieux de savoir comment ces phénomènes ont été créés, comment vous pouvez les reconnaître et comment ils affectent notre vie aujourd’hui, jetez un coup d’œil à Geo-Sports.org et aux médias sociaux qui y sont liés.

Blogs et vidéos

Sous la houlette de la commentatrice cycliste José Been, l’équipe de Geo-Sports.org a élargi le projet pilote de l’année dernière en y ajoutant des blogs, des informations et des vidéos explicatives, dont l’utilisation est gratuite pour les médias. Marjolein Naudé, géologue à l’université d’Utrecht, hébergera trois vidéos pour le Tour de France Femmes, et son collègue Douwe van Hinsbergen fera de même pour le Tour masculin, soit un total de neuf vidéos. Ils coanimeront également une vidéo ensemble. Les vidéos seront utilisées par les chaînes de télévision lors de leurs reportages en direct et, à la fin de l’étape concernée, elles seront publiées sur YouTube et sur les médias sociaux de Geo-Sports.org.

Envoyer des photos

« Le public peut également partager des photos et poser des questions sur Twitter et Instagram via l’hashtag #GeoTdF », ajoute Van Hinsbergen. « Et pendant le Tour, nous fournirons des commentaires quotidiens via notre compte Twitter« . Les fans peuvent également suivre Geo-Sports via d’autres canaux de médias sociaux.

12 pays, 4 continents

Geo-Sports.org est une initiative de l’université d’Utrecht et du centre de biodiversité Naturalis, tous deux situés aux Pays-Bas. Trente chercheurs de 25 instituts différents dans 12 pays sur 4 continents ont participé au projet. Le site web est disponible en anglais, français, allemand, néerlandais, espagnol, italien et plusieurs autres langues.

Crédit photos

Geo Sports

Contact

Lorraine Tual / UBO

Hugo Doré, Postdoc ISblue en écologie microbienne au laboratoire BEEP

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait mon Master à l’École normale supérieure de Lyon, pendant lequel je me suis rapidement intéressé à l’écologie microbienne. J’ai obtenu mon master en 2014 puis j’ai réalisé ma thèse à la Station biologique de Roscoff au laboratoire Adaptation et diversité en milieu marin (AD2M) sur la diversité et l’écologie des picocyanobactéries marines (bactéries de très petite taille capables de faire de la photosynthèse). Ces cyanobactéries se trouvent dans tous les océans, sont particulièrement abondantes et présentent une grande diversité génétique. J’ai utilisé des analyses bioinformatiques pour étudier leur répartition géographique et des approches de cultures en laboratoire pour mesurer leur réponse à des stress physiologiques. L’idée était de voir comment les groupes se répartissent à la surface du globe, et ce qui a permis leur adaptation à des conditions très différentes. Comme ces bactéries fixent du carbone, elles ont un impact important sur le climat et ces résultats pourraient permettre de mieux calibrer les modèles biogéochimiques de l’Océan. Ensuite, je suis parti à l’Université de Californie à Santa Barbara pour un postdoc de 3 ans. J’ai travaillé sur la dynamique évolutive de populations bactériennes qui forment des biofilms à la surface des sédiments dans des marais salés. Après ces 3 ans, j’ai choisi de rentrer en France pour la suite de ma carrière.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Vu que j’avais fait ma thèse à Roscoff, j’avais bien envie de revenir dans le Finistère. Je connaissais Loïs Maignien qui faisait d’ailleurs partie de mon jury de thèse ; je l’ai contacté pour que nous montions un projet ensemble et j’ai postulé à l’appel d’offre des bourses postdoctorales ISblue avec le projet MOBIDiC. J’ai commencé mon postdoc en avril 2022.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je travaille sur les données de la série temporelle MicroBrest. Elle a été mise en place par Loïs Maignien et Christine Paillard en 2014 et consiste à échantillonner tous les 15 jours les bactéries présentes à la surface au niveau du ponton de Sainte Anne du Portzic. L’eau de mer est prélevée par Morgan Perennou qui la filtre pour récupérer les bactéries puis extrait leur ADN. Sur les 8 années, nous avons 100 métagénomes (ensemble de l’ADN des bactéries présentes dans un échantillon d’eau de mer) disponibles. Mon rôle est d’utiliser ces données pour suivre l’évolution de ces bactéries par des approches de bioinformatique. Plus précisément, pour un certain nombre d’espèces de bactéries, je cherche à quantifier leur diversité génétique et à identifier les mutations présentes le long de leur génome. MicroBrest constitue une base de données exceptionnelle qui permet de suivre la dynamique de ces mutations génétiques au cours du temps pour mieux comprendre l’évolution des populations bactériennes dans leur milieu naturel. L’objectif est de comprendre comment elles s’adaptent aux variations de l’environnement à une échelle de temps assez courte, qu’elles soient saisonnières ou à plus long terme, y compris le changement global.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Lors de mon recrutement pour mon postdoc en Californie, la chercheuse avec qui je devais travailler m’a fait venir sur place pour un entretien. Elle a sorti le grand jeu ! Comme cela se fait aux États-Unis, elle avait coordonné plusieurs rendez-vous avec quelques chercheurs du département. Mais elle avait aussi organisé une après-midi de team-building avec tout son labo, où nous sommes allés nous initier au baseball avant de nous inviter pour un barbecue chez elle. Ça a fonctionné puisque j’ai rejoint son labo… et 3 ans plus tard, j’ai demandé le même traitement pour fêter mon départ !

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

C’est difficile de choisir mais comme je n’ai pas eu beaucoup l’occasion d’en faire, j’ai envie d’évoquer des souvenirs de « terrain ». En master, j’ai eu la chance de pouvoir embarquer sur une campagne aux Bermudes. Une fois le mal de mer passé, j’ai pu en profiter à fond ! Plus récemment en postdoc, j’ai effectué plusieurs semaines d’échantillonnages à Woods Hole sur la côte Est des tats-Unis. De très bons moments pour la cohésion d’équipe, que ce soit à patauger dans la vase ou en se réconfortant au bar…

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Globalement, les activités de plein air (quand le temps le permet…) ! Je me suis mis au surf en Californie et je profite d’être dans le Finistère pour (essayer de) progresser. Je pratique aussi le Kung-Fu à l’Ecole Wushu Brest.

Crédit photos

Clarisse Lemonnier

Lizzy Wilbanks

Contact

Hugo Doré / Ifremer

 

L’IUEM aux European Maritime Days (EMD) les 24 et 25 mai 2023

, ,

Créés en 2008, les European Maritime Days (EMD) permettent de réunir les acteurs de la communauté maritime européenne pour échanger et définir des actions communes dans le domaine des affaires maritimes et de l’économie bleue durable. Depuis leur création, les EMD ont permis de mettre en place de nombreux projets de partenariat et de coopération entre les parties prenantes et de contribuer à faire de la gestion durable des ressources océaniques une priorité de l’Union européenne.

L’édition 2023 s’est tenue pour la première fois en France, à Brest, organisée par la Commission européenne, la ville de Brest, la région Bretagne, le département du Finistère et le Secrétariat général de la mer. Pendant deux jours, des sessions thématiques, des ateliers et des tables rondes ont été proposés.

De nombreux workshops étaient organisés. Vianney Pichereau, Vice-Président mer UBO et Professeur au LEMAR, a participé au workshop 8 « Reaching sustainable ocean: role of ocean literacy in linking science with blue sectors, education and society » le mercredi 24 mai 2023 après-midi.

Par ailleurs, l’IUEM partageait un stand avec l’UBO, ISblue et SEA-EU. Un écran interactif avec 4 entrées possibles, dont l’exposition Rhizaria, était à disposition du public qui pouvait naviguer aisément sur ce bel outil dont les animations sont réalisées par Sébastien Hervé en collaboration avec des scientifiques de l’Institut. Cette exposition de micro-organismes marins était placée à proximité de l’entrée principale si bien que tous les participants pouvaient l’admirer en arrivant ou en quittant le parc des expositions.

Les replays, diapositives des intervenants des workshops et les photos prises durant l’événement sont disponibles ici, dans les rubriques Agenda et Photos dans la barre d’outils supérieure.

 

Crédit photos

Énora Le Mée / UBO

Contact

Cécile Nassalang / CNRS

Laurence David, cartographe ingénieure d’études CNRS au LETG

, ,
Laurence David, cartographe ingénieure d’études CNRS au LETG

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait des études de géographie à Brest avec une fin de cursus à Rennes en DESS aménagement et collectivités locales. Ensuite, j’ai créé un bureau d’études en cartographie et aménagement ; j’ai exercé mon activité en tant que profession libérale pendant 9 ans. Je travaillais surtout pour des architectes et des services d’urbanisme. Par exemple, je récupérais des plans de géomètres et j’en faisais des cartes pour les profanes, ce qui leur permettaient de communiquer plus facilement sur leurs programmes d’aménagement. J’ai aussi travaillé sur les notions de paysages dans les documents d’urbanisme ou encore réalisé des études socioéconomiques dans le cadre de Natura 2000.

Au bout de 9 ans, je démarchais beaucoup moins de clients, j’avais un peu fait le tour de la question et avais envie de travailler davantage en équipe. J’ai appris qu’il y avait un poste de remplacement ouvert au CNRS suite à un départ à la retraite et j’ai ainsi été recrutée en décembre 2008.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Le poste était au LETG qui fait partie de l’IUEM. C’était une affectation naturelle puisqu’il s’agit d’un laboratoire de géographie, c’était donc l’unité de recherche brestoise qui pouvait m’accueillir, en cohérence avec mes études. Le LETG est un super laboratoire où nous avons un collectif qui travaille bien ensemble et il est chouette d’y exercer son activité.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Mon métier consiste à créer des cartes. Cartes plutôt d’édition pour des articles scientifiques, des rapports, ou pour des supports de communications (présentations, conférences…). Mais également des cartes interactives grâce au web. Il y a aussi tout le volet géomatique lié à l’analyse spatiale, le traitement des images, les bases de données. Cela a aussi beaucoup à voir avec la médiation scientifique car au-delà de la carte j’imagine des supports, des visuels qui vont permettre de diffuser des résultats et pas uniquement entre scientifiques. Nous sommes beaucoup en relation avec la société civile, des élus et des professionnels de différentes filières. L’idée est de toujours trouver les représentations qui vont faire passer les connaissances produites par le collectif de recherche.

Je travaille avec des outils tels que les SIG (Systèmes d’information géographiques) et les catalogues de données institutionnels (Shom, IGN). J’utilise notre infrastructure de données géographiques Indigéo pour la publication des données produites. Puis une fois que ces cartes sont diffusées, je les mets en scène dans des applications web (outils de narration cartographique en ligne).

Dans ce métier, nous sommes en transversalité par rapport aux thématiques car nous apportons un soutien technique ou méthodologique. En tant qu’ingénieure d’études, je ne suis pas inféodée à un sujet. C’est la variété qui me plaît. Ainsi, je travaille sur la géomorphologie littorale, les risques côtiers, les inventaires des ouvrages côtiers, pour les plans opérationnels pour les pollutions marines ou encore l’adaptation de la vigne au changement climatique… On peut dire que je travaille du grain de sable au grain de raisin.

Nous sommes une unité mixte de recherche multisites et depuis l’an dernier, je pilote le réseau RASTeR qui regroupe les ingénieurs titulaires et contractuels de l’unité. L’idée est de faire du lien entre les sites et d’animer des ateliers transversaux sur des outils, des méthodologies… ateliers auxquels des collègues de l’IUEM ont déjà participé.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Je suis la reine des gamelles !

Il y a quelques années, 3 jours avant de partir en mission à la Réunion avec Iwan Le Berre, je me suis pris les pieds dans le cordon d’alimentation de son ordinateur en sortant de mon bureau. Je me suis cassée une côte mais je suis quand même partie, cela faisait 6 mois qu’on préparait la mission.

Lors de celle-ci, nous sommes allés au Piton de la Fournaise et j’avoue que j’avais un peu de mal à respirer. Je me suis emmêlée les pieds et je suis tombée en gravissant le volcan. La fin de la ballade a été un peu laborieuse mais cela valait le coup car le point de vue au sommet est magnifique.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

En général, ce que je préfère, ce sont les missions à l’international car elles me permettent de découvrir d’autres pays et d’autres cultures.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Je suis bénévole dans une association caritative. J’aime coudre mais aussi réaliser des expériences végétales dans mon jardin. Je fais pousser des ananas, des fruits de la passion et même des avocats !

As-tu une devise ?

« La vie est trop courte pour s’habiller triste ».

Crédits photos

J. Le Floch

Manuelle Philippe / UBO

Iwan Le Berre / UBO

Contact

Laurence David / CNRS

Alexis Bazire, Maître de conférences en microbiologie au LBCM

, ,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai réalisé une thèse de microbiologie au laboratoire de Biotechnologie et Chimie Marines (LBCM) qui portait sur l’étude d’une bactérie potentiellement pathogène : Pseudomonas aeruginosa. L’objectif était de mieux comprendre comment ces bactéries interagissent au niveau moléculaire, avec pour objectif de court-circuiter leur communication et ainsi diminuer leur virulence. Trouver des molécules capables de couper la communication, c’est affaiblir l’adversaire et ce sont potentiellement des alternatives à l’utilisation massive d’antibiotiques.

Je suis ensuite parti en postdoc au Danemark à l’Université Technique du Danemark (DTU) située à Lyngby (ça se prononce Lunegbu), une petite ville à une dizaine de kilomètres au nord de Copenhague. La vie y était assez paisible, les danois ont une autre conception de la vie et du travail que les français. J’y ai appris à étudier la capacité des bactéries à former des communautés nommées biofilm, j’utilisais essentiellement la microscopie confocale à balayage laser. Ces compétences m’ont permis d’être recruté en 2007 en tant que maître de conférences au LBCM, puisque le laboratoire développait depuis peu sa thématique autour des biofilms.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Avant mon arrivée à l’IUEM, j’étais déjà en poste au LBCM puisque c’est le laboratoire dans son intégralité qui a d’abord été associé à l’IUEM en 2012 puis intégré en 2017. Ce fut une volonté commune de notre laboratoire mais évidente d’un point de vue personnel puisque je travaille sur de nombreux modèles bactériens d’origine marine.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Étant maître de conférences, je suis un peu multi taches, une sorte de couteau suisse.

J’y suis donc chercheur, avec, comme je le disais, une activité autour de l’étude des biofilms des bactéries pathogènes marines ou non et la recherche de molécules d’origine marine limitant la virulence. Je participe à plusieurs projets, notamment avec des collègues du LEMAR, comme Sylvain PETEK et Gwenaëlle LE BLAY avec lesquels nous co-encadrons une thèse et collaborerons prochainement sur un Flagship ISblue récemment acquis. Toujours sur le volet de la limitation des biofilms de pathogènes, je collabore avec l’entreprise MARINE AKWA qui développe des probiotiques pour l’aquaculture. Et sur un volet plus fondamental, je participe de façon continue mais plus ou moins assidument, depuis presque 20 ans maintenant, à une collaboration avec un laboratoire d’Évreux sur les mécanismes de virulence de P. aeruginosa. Ce sont des personnes que j’apprécie, avec qui il est facile de travailler en confiance et qui sont devenues plus que des collègues depuis toutes ces années.

J’y enseigne, à l’UBS sur le site de Lorient, de la Licence 1 au Master 2, je dirais même en Licence -1 puisque j’organise un cycle préparatoire aux études de santé destiné aux élèves de terminale souhaitant se diriger vers des études médicales. Nos promotions d’étudiants restent raisonnables, même si en L1 ça devient très chargé ; ce qui permet une proximité assez agréable avec les étudiants, on arrive encore à associer des noms et des visages.

Et enfin, au niveau administratif, je suis directeur adjoint du LBCM, directeur des études de 2 parcours de L3, correspondant de la Licence accès Santé UBS/UBO, et coordinateur du thème 4 ISblue. Ça fait beaucoup de paperasses et de mails…

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Deux me viennent à l’esprit, la première qui au final n’est pas très drôle mais qui témoigne de l’engagement dans ce métier. Je devais faire un suivi expérimental avec des points toutes les 4 heures, je n’habitais pas très loin du laboratoire, donc je mettais mon réveil à sonner pour me lever et faisais l’aller-retour rapidement. Lors d’un point à 4h du matin, j’ai eu une petite frayeur en croisant mon directeur de thèse qui lui venait finaliser la rédaction d’un article ! On s’est amusé de la situation, car on était presque en pyjama, mais cela ne m’a finalement pas dégoûté du métier.

La seconde, j’étais en postdoc au Danemark, dans un avion en direction d’un gros congrès au Québec et assis près d’un homme avec qui je discutais de tout et de rien. Je me doutais bien qu’il allait aussi au congrès car l’avion ressemblait à un charter de chercheurs danois. Je n’étais pas vraiment bilingue et il faut avouer que les danois mâchent un peu leurs mots, je n’avais donc pas compris son nom. Ce n’est que lorsque j’ai assisté au congrès que j’ai compris que c’était le principal chairman du congrès, un chercheur dont j’avais lu tous les papiers mais que je n’avais jamais rencontré auparavant ! De souvenirs, je n’avais pas dû lui raconter trop de bêtises…. Comme quoi, les congrès servent aussi à rencontrer les gens et pas qu’à se balader vers de parfois chouettes destinations.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Des souvenirs, j’en ai beaucoup en 20 ans. De façon générale, je trouve fabuleux de définir sur le papier une série d’expériences pour tester des hypothèses et que les résultats obtenus soient exactement ceux prévus. J’ai également un excellent souvenir de ma soutenance d’HDR, car on y est plus détendu que lors de la soutenance de thèse, et c’est une superbe occasion d’inviter des collègues reconnus et pour lesquels on a plus l’habitude de lire les papiers que de discuter avec.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Je suis un passionné de Football, depuis tout petit. J’ai commencé à suivre le FC Lorient depuis mon arrivée ici, et j’aime bien chambrer les collègues Brestois lorsque le derby nous revient. Je pratique le dimanche matin mais là l’objectif c’est plutôt de s’amuser avec les copains et se retrouver pour la troisième mi-temps qui dure presque plus que le match lui-même.

J’aime également pratiquer la pêche au Bar, j’y vois essentiellement une balade en mer, les plus agréables sont celles du lever du jour, quand il fait encore bien frais. C’est souvent un jeu du chat et de la souris, il faut titiller le poisson pour qu’il attaque le leurre, cela m’amuse beaucoup. Pour les connaisseurs et les préservateurs de la ressource, je pratique le « catch and release ».

Crédit photos

Alexis Bazire / UBS

Laure Taupin / UBS

Contact

Alexis Bazire / UBS

 

One Ocean Summit

Brest accueillera du 9 au 11 février 2022 le premier “One Ocean Summit”, sommet international consacré à la préservation de l’océan.

Il réunira les scientifiques, les acteurs économiques, les acteurs régionaux et les Nations Unies en vue de prendre des engagements pour renforcer la gouvernance internationale de l’océan. Le sommet officiel se tiendra aux Ateliers des Capucins et plusieurs autre lieux seront accessibles au grand public pour offrir un décryptage des enjeux du sommet.

PROGRAMME OFFICIEL

« Organisés les 9 et 10 février, en amont du segment politique du Sommet prévu le 11 février, les ateliers, forums, et événements constituent un symposium créatif pour amplifier les plans d’action pour l’océan, renouer avec l’espoir et l’ambition en mobilisant tous les principaux acteurs : scientifiques, praticiens, acteurs multilatéraux, responsables gouvernementaux, commissaires européens, gouvernements locaux, en veillant à la parité, à la diversité géographique et à l’inclusion des jeunes.

Ce grand débat international sur l’Océan permet de partager les connaissances et de croiser les approches, notamment en intégrant le changement climatique, afin de mieux anticiper les crises océaniques ainsi que les transformations technologiques, scientifiques et environnementales. Chaque atelier propose, sous la forme d’un « Call for action », des solutions pour agir concrètement face aux grands défis maritimes.

Les ateliers et les forums se tiennent simultanément en anglais et en français et sont organisés dans un format hybride (en présentiel et vidéo). Ils sont co-présidés par un président international et un président du pays hôte. Un modérateur facilite le dialogue entre les intervenants et avec le public. Un rapporteur prépare un bref compte rendu ou lit une recommandation à destination des leaders qui s’engagent au One Ocean Summit. D’une durée d’une heure trente, les ateliers et les forums sont accessibles, après inscription en ligne. »

Inscriptions sur le site officiel

ANIMATIONS GRAND PUBLIC

De nombreuses organisations brestoises se mobilisent pour offrir à tous les citoyens des animations et des décryptages autour des thématiques abordées au sommet et accessibles au plus grand nombre.

  • Dans les locaux de l’UBO
  • Le Pavillon du One One Summit par Océanopolis 
    • Dans le pavillon événementiel et l’auditorium : des mini-conférences, projections, décryptages…
    • Dans les jardins : une exposition autour des photos des étudiants des universités marines françaises et québécoises de l’Institut France Québéc maritime.
  • Une exposition intitulée “Amer”, proposée par le collectif Argos dévoile huit reportages effectués au Gabon, au Sénégal ou encore en Alaska, qui révèlent les ravages causés par l’homme sur les océans. A retrouver Promenade du Moulin Blanc.
  • Des visites à bord du bâtiment La Garonne, amarré à l’éperon 3 du port de commerce, et des rencontres avec des scientifiques et des marins, pour l’événement One ocean : Invisible life.
  • Des visites théâtralisées au musée national de la Marine : (les 8 et 10 février, à 18 h 30) autour d’événements qui ont fait l’histoire maritime de Brest, et toujours “400 ans d’histoire maritime à Brest”, l’exposition permanente de l’établissement.
  • S-100 : un nouveau standard pour la sécurité de la navigation et la protection des océans. Ateliers organisés en amont du segment politique du sommet One Ocean Summit du 11 février, ils visent à mobiliser la communauté maritime pour relever les défis de la protection des océans grâce à des transformations technologiques, scientifiques et environnementales.

Événements à venir

Conférence participative sur la haute mer

[En présentiel et en live sur YouTube] "La gouvernance de la haute mer et la protection de sa biodiversité : rendez-vous à New-York" est une conférence participative sous forme de débats mis en scène. Conférence participative et rencontre…

One Ocean Summit University

La ville de Brest a été choisie pour recevoir, du 9 au 11 février 2022, un sommet international dédié à la protection de l’océan : One Ocean Summit. Cet évènement, organisé dans le cadre de la présidence française de l’Union…

Le One Ocean Summit Archipel

Au sein des Ateliers des Capucins, le 9 et le 10 février, l’Etat, Brest métropole et le Campus mondial de la mer mettent en place le One Ocean Archipel. Cet espace, situé au cœur de l’événement One Ocean Summit, permettra notamment…

Le pavillon du One Ocean Summit

Ensemble, Océanopolis et 70.8 by Océanopolis, Centre national de culture scientifique dédié à l’Océan, s’engagent au quotidien pour expliquer le rôle fondamental de l’océan à la vie sur terre et sensibiliser aux enjeux et solutions…