SILICAMICS 3

, ,

SILICAMICS 3

Biogéochimie et génomique de la silicification et des organismes silicifiés

12-15 Octobre 2021

Conférence en ligne

Second Institute of Oceanography, Hangzhou (Chine)

Afin de poursuivre le développement d’une approche intégrée comprenant la chimie, la biogéochimie, la biochimie, la physiologie et la génomique pour mieux comprendre la biosilicification et les silicificateurs dans les océans passés, contemporains et futurs, la conférence SILICAMICS 3 facilitera une fois de plus l’échange d’informations entre les scientifiques de différentes disciplines et expertises liées au “silicium”, dans le but de faire progresser notre compréhension de l’impact des silicificateurs sur la Terre.

La troisième conférence SILICAMICS est organisée par le Second Institut d’océanographie du ministère des Ressources naturelles (République populaire de Chine). Elle aura lieu en octobre 2021 à Hangzhou (capitale de la province du Zhejiang, Chine) en ligne.

Objectifs


  • Renforcer les interactions entre les chercheurs de différentes disciplines, telles que la chimie, la biochimie, la physiologie, la biogéochimie et la génomique, afin de mieux comprendre les processus de silicification et le rôle des silicifiants dans les écosystèmes marins
  • Faciliter un dialogue constructif entre les scientifiques chevronnés de haut niveau et les chercheurs en début de carrière grâce à un format de conférence de type Gordon qui fournira des occasions précieuses et stimulantes d’apprentissage mutuel
  • Créer un réseau pour la préparation de futures propositions de recherche en vue d’obtenir un financement national et international de la recherche

Thématiques


Après une introduction sur le rôle potentiel du silicium comme élément constitutif de la vie, cette conférence comprend des conférences invitées, des communications orales et des posters, autour de 7 thèmes, qui incluent :

  • Variations passées du cycle global de la silice
  • Mise à jour du cycle du silicium dans l’océan moderne
  • Outils génomiques et protéomiques pour les silicificateurs
  • Silicificateurs pélagiques et benthiques
  • Cycle de la silice dans les écosystèmes côtiers
  • La chimie isotopique comme outil pour la mesure des processus et des flux
  • Modélisation du cycle du silicium et des silicifiants dans l’océan moderne et futur

Comité scientifique


Kate Hendry (University of Bristol)

Su Mei Liu (Ocean University of China)

Manuel Maldonado (CSCIC, Blanes)

Aude Leynaert (CNRS, IUEM-UBO, Brest)

Brivaela Moriceau (CNRS, IUEM-UBO, Brest)

Jill Sutton (IUEM, Brest)

Paul Tréguer (IUEM-UBO, Brest)

Jianfang Chen (SIO, Hangzhou)

Fei Chai (SIO, Hangzhou)

Fabrice Not (CNRS, Sorbonne University)

Comité d’organisation


Jianfang Chen (SIO, Hangzhou)

Fei Chai (SIO, Hangzhou)

Lihua Ran (SIO, Hangzhou)

Soumission des abstracts


Soumission des abstracts :

Le texte de votre résumé est limité à 350 mots et vous pouvez inclure des photos ou des diagrammes (au format JPG ou PNG), ainsi que des références.

Veuillez envoyer votre contribution par courriel à Lihan Ran et Paul Tréguer.

Dates limites :

  • 25 Juillet 2021 : limite pour la soumission des abstracts (communication orale ou poster )
  • 31 Juillet 2021 : décision prise pour les communications orales ou par poster

Inscription

Les inscriptions en ligne sont ouvertes du 15 juillet au 15 septembre 2021



Frais d’inscription

CategoryOnline Meeting Fee
Professionals400 RMB (~ 52 Euros)
Students or Retired Professionals150 RMB (~ 20 Euros)

Tous les frais sont indiqués en RMB et incluent les taxes.

Les frais d’inscription comprennent

  • La participation au programme
  • Documents de la conférence

Remboursement

Si les participants demandent une annulation et un remboursement pour des raisons personnelles, la politique de remboursement suivante s’applique.

* Avant le 15 septembre : remboursement de 50 % du paiement

* Du 15 septembre au 1er octobre : remboursement de 20 % du paiement.

* Après le 1 octobre : aucun remboursement

Toute demande d’annulation et de remboursement doit être formellement envoyée par écrit à l’adresse électronique de la conférence.

Nautisme et Environnement : semaine croisée M1 EGEL et BPJEPS

, , ,

Du 23 au 26 mars 2021, les étudiants du Master 1 Expertise et Gestion de l’Environnement Littoral (EGEL) et ceux du Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (BPJEPS) se sont rencontrés autour de conférences-débats, de tables-rondes, d’activités de médiation scientifique ainsi que d’activités sportives nautiques. 

Un peu d’histoire

Le littoral est un espace où se côtoie une grande diversité d’acteurs et de professionnels qui ont souvent des « cultures littorales et maritimes » très différentes. Fort de ce constat, l’IUEM et l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN) ont associé leurs compétences et savoir-faire pour la mise en place d’enseignements durant une semaine sur la connaissance de l’environnement littoral, le nautisme et la co-gestion des sites de pratique. L’ensemble de ces enseignements sont réalisés par et pour les étudiants de Master 1 EGEL (IUEM- UBO) et les BPJEPS voile, surf et kite-surf de l’ENVSN à Saint-Pierre Quiberon. Pour les étudiants du Master EGEL, cet enseignement est soutenu par l’Ecole Universitaire de Recherche (EUR) ISblue.

L’esprit de la semaine croisée

Grâce à une meilleure connaissance du fonctionnement des écosystèmes littoraux, les BPJEPS, futurs professionnels du nautisme, prennent conscience de leur rôle dans la préservation de cet espace dans la perspective d’une meilleure durabilité de leur activité professionnelle et des espaces côtiers. En retour, les étudiants du Master EGEL, futurs gestionnaires d’activités ou d’espaces littoraux, prennent réellement conscience des contraintes liées à la mise en œuvre d’une activité professionnelle sportive sur le littoral, ce qui leur permettra de mieux prendre en compte ces conditions dans leur vie professionnelle future (de gestionnaire de site littoral et/ou protégé par exemple). La semaine croisée est ainsi un réel outil d’échange de savoir-faire, de compétences, de partage de « culture littorale » et d’initiation à la gouvernance des espaces côtiers. Pour les étudiants du Master EGEL cette initiative pédagogique, basée sur une approche par pédagogie active, a aussi pour objectif, en fin de M1, de renforcer de nombreuses compétences disciplinaires et professionnelles, organisationnelles, relationnelles, humaines, communicationnelles et réflexives en situation immersive hors des murs de l’université.

Et concrètement ? 

L’échange de compétences entre les deux formations s’organise sous forme d’ateliers de 8 demi-journées durant lesquelles les étudiants en Master EGEL animent conférences-débats, tables-rondes et activités de médiation scientifique sur la connaissance du fonctionnement des socio-écosystèmes littoraux et leur gouvernance (4 demi-journées). Les BPJEPS eux, encadrent les étudiants de Master en tant que public-support au cours d’une activité nautique (4 demi-journées).
Au programme cette année les 9 interventions conçues et animées des Master EGEL auprès des BP ont porté sur :
• La géomorphologie et la gestion des côtes sableuses
• Les pollutions et la qualité des eaux marines
• Les sciences participatives et les laisses de mer
• L’organisation d’éco-évènements nautiques
• L’éducateur sportif et les aires marines éducatives (avec la participation du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan, du Grand site Gâvres-Quiberon et du Laboratoire Géosciences Océan),
• La gestion intégrée de la zone côtière : Quésaco ?
• Les risques côtiers et leur gestion
• L’avifaune et les interactions avec les loisirs nautiques
• Et une sortie sur le terrain d’une demi-journée (observation de l’avifaune, fonctionnement et gestion de la dune et de la plage, la laisse de mer en sciences participatives, les pollutions plastiques, identification des algues et de la végétation dunaire…).
Les étudiants du Master EGEL ont aussi pu réaliser des outils pédagogiques relatifs à la connaissance des milieux littoraux et marins disponibles et mobilisables par les BPJEPS dans le cadre de leurs activités d’encadrement sportif (un livret Avifaune et un livret Sciences participatives).

Crédits photos

Ingrid Peuziat / UBO

Mathilde Landemard / UBO

Contact

Ingrid Peuziat / UBO

 

Eric Foulquier, Enseignant-chercheur au LETG-Brest

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait ma thèse au LETG à Nantes, qui s’appelait Géolittomer à l’époque. Elle portait sur les ports du Cône sud : « L’Uruguay et son insertion régionale : le rôle des ports dans la structuration du territoire ». Ce fut l’occasion d’un long séjour sur place, j’ai passé deux ans à l’Université de la République de Montevideo, à la Faculté des Sciences, la géographie étant considérée là-bas comme l’une des sciences de la nature. Ensuite, j’ai fait un postdoc au Brésil à l’Université fédérale de Rio pendant 8 mois. À l’époque, je travaillais surtout sur le volet politique, social et économique des activités portuaires et maritimes. En fait, j’essayais de mettre en évidence les implications des réformes de gouvernance, d’inspiration libérale, sur les communautés d’acteurs portuaires. Après la chute du mur de Berlin, des politiques dites “d’ajustements structurels” se sont appliquées sur l’ensemble des pays sud-américains, sous la houlette du FMI et de la Banque Mondiale. En cédant au secteur privé, la gestion des infrastructures de transport, il s’agissait d’apurer les dettes accumulées pendant la Guerre Froide. Ces réformes sont arrivées ensuite en Europe et notamment en France, en 2008, au début du mandat de Nicolas Sarkozy. Etudier ces processus m’a permis d’aborder la gouvernance sous l’angle de ceux qui les subissaient en premier en lieu, à savoir les entreprises et leurs salariés, mais aussi de distinguer les singularités portuaires qui en découlaient. Elles n’ont pas manqué en effet de construire des nouveaux rapports de force sur les quais et, à ce jeu-là, les places portuaires ne réagissent pas de manière uniforme. À chaque port, sa conflictualité en quelque sorte. Il s’agit d’identité, de trajectoire géo-historique spécifique au lieu. En 2003, je suis devenu Maître de conférences à l’Université d’Orléans et à partir de 2007, j’ai obtenu plusieurs financements dont un programme ANR sur les interactions entre gouvernance et conflictualité dans les espaces portuaires.

Sur les quais du Terminal fruitier de Bilbao

L’idée était d’objectiver la notion de conflit à travers des descripteurs, voire des métriques, pour essayer de savoir si la grève était bien la question centrale de la performance portuaire, et d’éclairer au contraire la diversité des formes conflictuelles à l’œuvre dans les ports. Ces travaux ont été publiés en 2014 : Gouverner les ports de commerce à l’heure libérale aux Editions du CNRS, dans lequel nous avons essayé, avec une équipe de collègues économistes, juristes, historiens et sociologues, de démontrer que la réalité des quotidiens portuaires dépassait largement la seule question sociale, dont la grève est certes la partie la plus médiatisée mais pas forcément la seule manière d’aborder le déficit de performance. De là, je me suis beaucoup intéressé à la façon dont les communautés d’acteurs, en premier les Unions Maritimes, qui rassemblent les acteurs économiques des places portuaires, participaient tout autant que l’Etat à l’animation de ces territoires.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Je ne me voyais pas vivre toute ma vie au milieu de la Beauce car vivre sur une île au milieu des grains n’a pas vraiment de sens, lorsque l’on bosse sur les ports… Je préfère nettement les îles en milieu marin ! En 2008, j’ai réussi à obtenir une mutation sur l’UBO qui donnait l’opportunité de satisfaire ce projet professionnel  et m’offrait l’avantage de rester au LETG, laboratoire dont je suis membre depuis mon inscription en thèse en 1996. L’idée était de venir vivre au bord de la mer, en Bretagne. Je connaissais de fait déjà l’IUEM, notamment par les séminaires de doctorants et les AG de labo.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je continue à travailler sur les questions liées au transport maritime, à la mondialisation selon une approche plutôt centrée sur les relations hommes et milieux. Je m’intéresse par exemple aux conteneurs abandonnés dans les espaces terrestres, notamment dans les îles.

Conteneur abandonné, Port Louis, Guadeloupe

D’une manière générale, j’aime bien les démarches orientées « objet ». La question de la circulation des objets, des matières, de la “camelote” comme on dit dans les ports, sont au cœur de la problématique de l’anthropocène. Tout ce qu’il y a dans nos assiettes et dans notre vie quotidienne passe à un moment donné ou à un autre dans des navires et dans des ports et ce, depuis plusieurs milliers d’années.

¼ de siècle au LETG m’a donné le temps de me familiariser avec les problématiques environnementales.

C’est aussi sans doute la raison pour laquelle mes recherches portent aujourd’hui assez nettement sur l’écologie portuaire et les relations entre le shipping et l’environnement, les questions de transition telles qu’elles se posent dans les ports de commerce, et le rôle qu’elles peuvent jouer ou non en la matière.

Je participe activement aux travaux de l’Observatoire Hommes-milieux (OHM) Littoral Caraïbe, dirigé par Pascal Lopez, directeur de recherche CNRS, micro-biologiste au laboratoire BOREA au MNHN. L’Observatoire s’intéresse à la façon dont les activités portuaires participent de l’anthropisation du littoral dans l’archipel guadeloupéen et dans les Antilles plus largement.

Avec mon collègue Iwan Le Berre, nous dirigeons actuellement le programme Transport maritime, fréquentation portuaire et inégalités environnementales dans les Caraïbes (TRAFIC, 2020-2023) financé par la Fondation de France. Il s’intéresse à la façon dont la circulation marchande dans les Caraïbes révèle ou non des inégalités environnementales et des questions de vulnérabilité portuaire ;  en effet, les ports ne choisissent pas la qualité des navires qu’ils accueillent. En ce sens, on peut les considérer comme “vulnérables”, voire en “risque”, face à la fréquentation “navires”.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

En Guadeloupe, un des plats assez communs dans les restaurants est le Tataki, un thon mariné et mi-cuit servi avec de petits légumes locaux. C’est frais, c’est léger. J’étais accompagné d’un collègue qui aurait dû se méfier du profil japonisant de la recette car ce soir-là j’ai bien cru que j’allais le perdre quand il s’est retourné vers moi le visage rougi non pas par la chaleur des alizés mais par ce qu’il venait d’avaler. Il me dit : “Dis donc Eric, il est vachement fort le petit pois !”. J’avoue que cela m’a surpris d’apprendre ce soir-là que le wasabi n’était pas encore arrivé jusqu’au Léon… Et c’est vrai que dans ce genre de situation, le Ti Punch de Père Labat à 59 degrés n’est pas le moyen le plus adéquat pour éteindre l’incendie…

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Un des beaux souvenirs récent est d’avoir fait soutenir la 1ère thèse que j’ai co-encadrée avec Louis Brigand et Jean Boncoeur dans le cadre du projet ID-îles. Il s’agissait de la thèse de Marie Guingot : L’Ile, l’entreprise et le navire : étude de la desserte insulaire et des adaptations des entreprises du Ponant.

Cette semaine-là il y avait également deux autres soutenances en lien avec ce programme, c’était l’aboutissement de tout un travail collectif dans le cadre de ce programme sur le développement local dans les Îles du Ponant. C’est toujours émouvant de réaliser que nous avons réussi collectivement à produire des connaissances, et surtout de voir s’accomplir des trajectoires intellectuelles et de constater le chemin parcouru.

Un autre souvenir, plus personnel, est une mission réalisée dans la cadre d’un programme sur les frontières dans le Cône Sud, durant laquelle j’ai traversé tout le Paraguay sur la TransChaco à destination de la frontière bolivienne. Nous allions réaliser des entretiens dans les colonies mennonites, des immigrés allemands arrivés dans les années 30 pour peupler la région frontalière et assurer la légitimité paraguayenne dans cet espace. C’est là que la géographie rencontre l’histoire. C’était tout à fait impressionnant de constater le grand écart entre une communauté germanophone aux us et coutumes d’un autre temps, perdue au milieu de nulle part et la façon dont ils avaient pourtant réussi à implanter ici une industrie laitière agro-exportatrice des plus modernes et largement projetée dans la mondialisation. Lors de cette mission, nous avions également travaillé sur la filière agrumicole argentine, construite par les réfugiés pieds-noirs d’Algérie. Un numéro spécial  de la revue Géographie, Economie, Société a été publié sur ces questions, “l’Orange bleue”.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Le vélo, en ville et ailleurs, les lieux de mémoire et les vieilles choses qui racontent toujours une histoire, les chips et les bistrots, où l’on rencontre toute sorte de gens, surtout quand ils sont situés dans les ports. Il faut dire qu’à Douarnenez pour le coup, je suis un peu dans un “hotspot” !

As-tu une devise ?

Elle n’est pas de moi mais de Jean-Claude Suaudeau, l’entraîneur mythique du Grand Football Club de Nantes des années 90 : “Celui qui renonce à être meilleur cesse déjà d’être bon”.

Crédit photos

Christine Lamberts / CNRS

Eric Foulquier / UBO

Contact

Eric Foulquier / UBO

Retour sur SWINGS avec les cheffes de mission !

,

Quels étaient les objectifs de la campagne SWINGS ? Pourquoi avoir choisi l’Océan Austral pour une telle mission ?

Hélène Planquette : Nous sommes allés dans l’Océan Austral parce que c’est un océan indispensable à la régulation du climat. Il absorbe environ 30% du carbone atmosphérique au moyen de deux mécanismes que l’on appelle des « pompes ». La pompe physique qui est une dissolution et la pompe biologique qui fonctionne grâce à la photosynthèse. Pour effectuer la photosynthèse, les micro-algues, autrement dit le phytoplancton, a besoin d’éléments nutritifs dont des éléments traces que l’on appelle « les vitamines de l’océan ». Ces éléments traces sont présents, à de très faibles concentrations dans l’océan, et encore moins dans l’Océan Austral. C’est une des raisons pour lesquelles nous nous sommes rendus dans cet océan, pour traquer ces vitamines.

Catherine Jeandel : Non seulement il faut mesurer la distribution de ces éléments traces, mais il faut également savoir d’où ils proviennent. Il nous faut identifier leur source, les vecteurs qui les amènent puisqu’au départ, tous ces éléments viennent des continents. Est-ce que ce sont les vents ? L’érosion des côtes ? L’érosion des îles ? Pour parvenir à répondre à toutes ces questions, on doit mesurer des indicateurs qui nous aideront à signer les transports de ces éléments. On doit également savoir comment ils sont transportés dans l’eau, la physique est ici essentielle pour tracer la circulation océanique, et la décrire. Ce qui fait que la campagne est transdisciplinaire puisqu’on a la chimie de l’eau (la chimie très spécifique des éléments traces), la physique de l’eau (la circulation des éléments traces) et la biologie (la détermination de l’activité biologique de surface et de la microbiologie). Au final, à la fin de la mission, on se rend compte que personne ne peut se passer de l’autre, personne n’a travaillé seul.

Comment avez-vous piloté l’expédition ?

C.J. : (rires) On n’a pas beaucoup dormi.

H.P. : On était de service 18/24h : 12h en commun et 6h seule pour que l’autre puisse se reposer, pendant 2 mois soit 54 jours, 7/7 jours.

C.J. : Avant d’arriver en station, la chose la plus importante à faire est de préparer ce que l’on appelle la feuille de prélèvement, c’est-à-dire : qui va prélever ? À quelle profondeur ? Selon quels paramètres ? Sur quelle rosette ? On avait deux rosettes : propre et la rosette dite standard sur laquelle on prélevait pour des paramètres moins sensibles à la contamination. On a pris toutes les décisions ensemble. On a toujours confronté les demandes des uns et des autres, fait le point avant la station, mis l’ordre des opérations ensemble.

H.P. : Tous les jours à 17h30, nous avions une réunion avec le Commandant, le second et les personnels de Genavir. On faisait le point des opérations passées des 24 dernières heures et sur les opérations à venir. Et nous, de notre côté avec Catherine, on faisait ce même type de réunion avec les personnes responsables de chaque manipulation à 13h.

Photo de groupe prise lors de l’escale à Kerguelen.

Comment s’est passée la cohabitation à bord ?

H.P. : Il y avait une très bonne ambiance. On était une centaine de personnes à bord, une petite ville flottante et tout s’est très bien passé. C’est vrai qu’on est 24/24 h avec les autres et il vaut mieux que ça se passe bien.

C.J. : On est plutôt contentes. L’investissement des équipes a été intensif jusqu’au bout avec une ambiance de partage, de compréhension entre les uns et les autres. On a réussi à calmer les frustrations quand elles commençaient à émerger, ce qui demande beaucoup d’écoute, d’attention et de patience de la part des chefs de mission. On pense que ça va se vérifier au niveau de l’exploitation des résultats. La science des uns dépend vraiment de la science des autres. Ça nous fait une histoire commune.

H.P. : Plusieurs fois on nous a dit « Je ne sais pas comment vous faîtes pour être aussi patientes ! ».

Avez-vous quelques détails croustillants à nous confier ?

H.P. : Il y a un dicton qui dit que : « Tout ce qui se passe en mer, reste en mer ». Et non, c’était vraiment une très bonne atmosphère, on a beaucoup travaillé, on a eu des sas de décompression importants aussi. Parce que quand on travaille 7/7j et 24/24h, il faut bien se détendre. On a dument fêté 12 anniversaires à bord. On avait de quoi s’occuper pour se divertir.

C.J. : Les anniversaires en mer ont un avantage énorme : au-delà du moment de fête créé, on crée les cadeaux en amont car on ne peut pas acheter un bouquin au libraire d’à côté. Les cadeaux sont faits main. Il y a eu des très beaux cadeaux d’anniversaire. C’est un moment où la création se fait, de nombreuses personnes découpent, collent, gravent… C’est un chouette moment de partage.

Une autre question me vient, quand vous mentionnez les anniversaires : avec les conditions sanitaires, le bar à bord était ouvert ?

H.P. : Nous avons dû porter des masques pendant les premiers 10 jours mais le bar était ouvert oui de 18h à 22h le soir, et pendant une heure le midi. Mais ce forum, c’est vraiment un lieu de convivialité. L’après-midi, des gens venaient y boire leur tisane ou jouer à des jeux de société. Certaines personnes s’y retrouvaient même pour faire des séances de yoga.

Avez-vous découvert la fameuse source hydrothermale sur la dorsale océanique ?

H.P. : Alors on a des signes de sa présence. On a fait une exploration de deux jours pour trouver cette source et on a eu des indices ; notamment par des mesures de traceurs comme le radium. Mais pour aller plus loin, nous devrons analyser tous les échantillons que l’on a collectés à cette station-là pour confirmer sa présence ou non, et pour voir l’étendue de cette source en termes d’apports de fer principalement.

C.J. : On l’a quand même senti. Le collègue qui mesure le radium, n’avait jamais vu des concentrations aussi élevées au fond de la mer. Ça fait vraiment un pic donc il est très content.

H.P. : Après voilà, si on veut vraiment la localiser, il faudra envoyer des ROV, ou d’autres appareils de ce genre pour une campagne ultérieure. Nous n’en avions pas.

C.J. : On fera l’objet d’une prochaine campagne qu’on laissera monter par d’autres… et nous on fera juste les manipulations !

L’Océan a-t-il été clément à votre égard ?

C.J. : Alors, non. C’est une région dans laquelle il y a une dépression tous les trois jours, du moins quand on passe au sud des 40°S.
On avait par contre un outil de navigation qui nous a permis d’adapter notre stratégie à tous les paramètres environnementaux : la circulation pour aller prélever dans les bonnes masses d’eau dans les bonnes régions, et s’il y avait une trop méchante météo on pouvait s’éloigner de la tempête. Il y a juste eu une fois, où un cyclone descendant du Mozambique s’est marié avec une dépression de l’ouest, et a généré une chute du baromètre à 933 millibars, des creux de 15 à 18 mètres et là on était dedans. Personne n’était vraiment malade, on a juste attendu que ça passe. C’était très impressionnant.

Quel est votre plus beau souvenir de ces moments passés en mer ?

H.P. : Moi, c’est de revoir les îles Crozet, parce que j’ai commencé ma thèse en étudiant ces îles, donc j’étais très heureuse de m’y trouver à nouveau. Un autre beau moment c’était les aurores australes au sud des îles Heard. Je n’en avais jamais vu de ma vie donc j’étais comme une enfant de pouvoir admirer cette danse du ciel.

C.J. : Mon graal à moi ce sont les îles Kerguelen, que j’ai aussi découvertes pendant ma thèse, j’ai travaillé pas mal dessus, j’y ai même vécu quelques temps. J’étais vraiment contente. Et après je partage exactement le même émerveillement pour Heard et les aurores australes qui restent un souvenir absolument exceptionnel.

Manchots de Kerguelen

Comment se sent-on quand on n’a pas mis les pieds sur la terre ferme pendant une si longue période ?

C.J. : Décalés, pour de nombreuses raisons. On avait un rythme quotidien complètement différent, on travaillait comme des fous. Nous n’avions plus de samedi, plus de dimanche, presque plus de nuit finalement. Et puis par rapport à la Covid, on vivait démasqué, on allait au bar et au restaurant ensemble, on fêtait les anniversaires alors en débarquant quand on a retrouvé les contraintes liées à l’épidémie, c’est compliqué. Tout ce qui est couvre-feu, masques, distanciation, je pense que ça a été dur pour tout le monde. Vraiment le mot qui me vient à l’esprit, c’est décalé. On flotte encore pendant un moment. On est encore dans le rêve du bateau, dans les vagues, dans l’espace mer. Nous étions dans notre bulle, en dehors de la réalité terrestre.

Et au niveau physique ?

C.J. : Fatigue. On est fatigué. Cinq d’entre nous sont restés à La Réunion après le débarquement pour faire des randonnées. On ressent un fort besoin de marcher avant tout, on n’a aucune envie de retrouver les voitures, les mauvaises odeurs. Il semble que le besoin de marcher est partagé par beaucoup : Quand on est arrivé à Kerguelen, on était tous très heureux de se dégourdir les jambes.

Un dernier mot pour conclure ?

C.J. : On a ramené plus d’échantillons que prévu, alors de ce point de vue-là, la moisson a été couronnée de succès ! Après rendez-vous dans quelques années au fur et à mesure que les résultats sortiront. On va suivre ça de près, faîtes-nous confiance !

Crédits photos

Christophe Cassou / CNRS

Sibylle d’Orgeval

Contacts

Hélène Planquette / CNRS

Catherine Jeandel / CNRS

La campagne de la taxe d’apprentissage, ensemble pour la mer

,

Partenaires privilégiés de l’IUEM, investissez votre taxe d’apprentissage à l’Institut

Soutenir l’IUEM, c’est afficher votre engagement face aux problématiques contemporaines et futures qui touchent les sciences de la mer et qui nous concernent toutes et tous : pollution maritime, climat, études des organismes marins, études des algues et santé, érosion de plages, régulation des pêches…

Soutenir l’IUEM, c’est participer à mieux former les futures générations de scientifiques par l’acquisition d’équipement et d’outils.

Soutenir l’IUEM, c’est associer son image avec celle d’un Institut mondialement reconnu, innovant, qui se projette et entreprend !

Pour en savoir plus

Pour soutenir l’IUEM

Paiement directement en ligne (ATTENTION l’IUEM se trouve en fin de menu déroulant)

Paiement par formulaire

Crédit photo

Sébastien Hervé / UBO

Contacts

Carole Le Hir / UBO

Elena Le Goff / UBO

Mer et Journalisme 2021

, ,


Participation en présentiel et en distanciel


Pour répondre aux besoins de formation exprimés depuis de nombreuses années par les journalistes sur les sciences et technologies marines, l’Ecole Universitaire de Recherche ISblue propose une école d’été de 2 jours à Brest, au sein de l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM). Cette formation destinée aux journalistes francophones des différents médias apporte un éclairage sur le thème général :

« De l’océan des extrêmes et des crises au développement durable »

L’école d’été Mer et Journalisme est coordonnée par Paul Tréguer et Pauline Letortu.

Pour vous inscrire c’est ici

Date limite d’inscription : le 23 août 2021

Une formation animée par :


Stéphane de Vendeuvre

Journaliste, Club de la Presse de Bretagne


Jennifer Gallé

Journaliste, The Conversation


Maude RIVARD

Journaliste, Radio Canada

Intervenants

Franck Selsis (Lab. d’Astrophysique, Univ. Bordeaux)

Anne Godfroy (LM2E, IUEM)

Karine Alain (LM2E, IUEM)

Marcel Babin (Laboratoire Takuvik (Université Laval & CNRS))

Brivaela Moriceau (LEMAR, IUEM)

Virginie Giraudon (Sciences Po, Paris)

Maria José Fernandez Vicente  (UBO)

Anne-Marie Tréguier (LOPS, IUEM)

Philippe Cury (IUEM)

Francois Le Loc’h (LEMAR, IUEM)

Conférence introductive

Franck Selsis



D’autres océans dans la galaxie ?
L’étude des exoplanètes a révélé l’incroyable diversité des architectures de systèmes planétaires. Au sein de la population très variée des exoplanètes, nous observons désormais autour d’une fraction importante des étoiles des planètes de taille et de température similaires à celles de le Terre. Nous nous attendons à ce que ces autres mondes présentent une grande variété de compositions, d’atmosphères, de climats, de conditions de surface que les futurs instruments nous permettront d’explorer. Cette exploration devrait révéler à quel point les propriétés de notre Terre – et notamment sa capacité à abriter de l’eau liquide à sa surface, et de la vie – sont exceptionnelles ou au contraire communes dans notre Galaxie.

Conférences thématiques

Anne GODFROY


Les microorganismes des sources hydrothermales : quand la vie jaillit au fond des océans

La découverte des sources hydrothermales océaniques profondes à la fin des années 70 a offert aux microbiologistes une formidable opportunité pour étudier la vie microbienne dans des conditions parmi les plus extrêmes de notre planète et peut-être similaires à celles de la terre primitive. Dans ces écosystèmes, ce ne sont pas la lumière et l’oxygène qui sont source de vie mais les éléments apportés par des fluides brûlants et anoxiques qui proviennent du plus profond de la croûte terrestre.

Marcel BABIN


Quels sont les impacts du changement global sur l’océan Arctique ?

L’arctique est actuellement la région de notre planète qui répond le plus fortement au changement climatique en cours. Réduction de la banquise, dégel du pergélisol et perturbations de la chaîne alimentaire sont quelques-uns des grands effets déjà constatés. Dans cette présentation, je décrirai les principaux processus physico-chimiques qui sous-tendent ces changements dans l’océan Arctique, et m’attarderai ensuite sur la réponse des écosystèmes marins.

Virginie GUIRAUDON


Mer et migrations humaines

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de Schengen, de nombreuses personnes tentent d’arriver en Europe par la mer. Qui sont-elles et comment comprendre leurs trajectoires ? Quel est le statut de ces personnes en mer selon les droits de l’homme, le droit maritime international, le droit européen ? Dans un espace médiatique saturé par les images de Zodiac surchargés, certains journalistes ont embarqué sur des bateaux de sauvetage, participé à des enquêtes sur les opérations maritimes de l’agence européenne Frontex, ou à des projets pour documenter les violences ou décès en mer comme Forensic architecture. Comment rendre compte des migrations par voie maritime ? Quels en sont les enjeux et les angles morts ? C’est l’objet de cette conférence.

Philippe CURY


Approche écosystémique des ressources renouvelables marines : un concept encore utile ?

Aujourd’hui, les concepts d’agroécologie, de santé globale et d’approches écosystémique des pêches relèvent des mêmes enjeux : trouver des solutions aux grands défis globaux tout en réconciliant des objectifs du développement durable jusqu’à présent antagonistes et sectoriels. L’approche écosystémique des pêches entend réconcilier l’exploitation et la protection de la biodiversité. Cette conférence présentera les grands enjeux liés à l’exploitation des ressources renouvelables, les motivations mais également les solutions et mises en œuvre proposées par cette approche. Elle s’attachera également à montrer comment ce concept développé depuis une vingtaine d’années doit aujourd’hui s’élargir aux problématiques et objectifs de l’Agenda 2030 des Nations unies.

4 Ateliers interactifs

En complément de la formation donnée lors des conférences thématiques, quatre ateliers complémentaires seront proposés. Ils seront animés par un scientifique et un journaliste et aboutiront à la coconstruction d’une trame journalistique à partir d’un corpus de documents.


Milieux anoxiques


Résumé

Il existe une variété de milieux naturellement anoxiques dans les océans. Ces milieux comprennent, entre autres, les sources hydrothermales océaniques profondes, les volcans de boue sous-marins, les bassins hypersalés profonds, les fonds marins euxiniques (= riches en sulfure d’hydrogène), ou encore les sédiments marins profonds. La vie prospère dans ces milieux dépourvus d’oxygène. Des organismes unicellulaires microscopiques, notamment des bactéries et archées, s’y développent par chimiosynthèse. Ces êtres vivants sont capables d’extraire de l’énergie de composés chimiques minéraux ou organiques, et de respirer d’autres molécules que l’oxygène. Ces environnements singuliers, anoxiques en permanence, hébergent aussi des virus et des champignons microscopiques. Récemment, de minuscules animaux capables de vivre sans oxygène y ont également été découverts. Si ces environnements hébergent des organismes possédant des machineries cellulaires adaptées aux conditions anoxiques de leur milieu naturel, ce n’est pas le cas d’un grand nombre d’organismes marins qui sont confrontés à des épisodes anormaux d’hypoxie (= fort déficit en oxygène dissous) et d’anoxie (= absence totale de dioxygène) plus ou moins longs. Les zones anormalement hypoxiques, voire totalement anoxiques, sont qualifiées de « Dead zones » (= zones mortes) car elles s’accompagnent d’une mortalité massive d’espèces benthiques (poissons, crustacés, coraux…) et d’une croissance d’espèces opportunistes (algues, gobies, méduses, bactéries…). Ces sites faiblement oxygénés, qu’ils soient estuariens, côtiers ou situés en haute mer, sont saisonniers pour certains, et permanents pour d’autres. Leur nombre et leur taille augmentent au fil des ans. Les phénomènes de « Dead zones » sont aggravés par les activités anthropiques qui entrainent une eutrophisation de régions océaniques plus ou moins vastes. Dans cet atelier, nous aborderons des questions tournant autour de la vie dans ces milieux naturellement anoxiques et anormalement hypoxiques, des impacts des zones mortes sur la biodiversité et les écosystèmes, de l’évolution possible de ces milieux anoxiques avec le réchauffement des océans, et de la réversibilité du phénomène de zone morte et de la résilience des zones impactées.

Animatrice scientifique

(C) DR

Karine ALAIN

Microbiologiste, Chargée de Recherche (CNRS) au LM2E (laboratoire de microbiologie des environnements extrêmes).


Océans polaires


Résumé

Les océans polaires et sub-polaires sont deux systèmes moteurs de la circulation océanique globale. Lieux de stockage important du CO2 anthropique, ils jouent un rôle clef dans la formation des eaux profondes. L’océan Antarctique fournit au reste de l’océan mondial une bonne part des nutriments nécessaires à la production primaire.

Cet atelier sera plus spécialement consacré à l’océan Austral et à l’Antarctique. Dans cet atelier, à partir d’études de cas, nous identifierons les signes permettant aux scientifiques de détecter les conséquences directes du réchauffement climatique sur le fonctionnement de l’océan Austral, et nous explorerons les conséquences actuelles et futures de ce réchauffement pour son écosystème et sur sa biodiversité.

Animatrice scientifique

(C) DR

Brivaela Moriceau

Biogéochimiste, Chargée de recherche (CNRS) au LEMAR (laboratoire des sciences de l’environnement marin)


Mer et migrations humaines


Résumé

En complément de la conférence de Virginie Guiraudon, cet atelier proposera d’aborder les problématiques et enjeux liés aux migrations dans une perspective historique, en prenant pour cela comme exemple les Européens partis sur le continent américain à la fin du XIXème et au début du XXème siècle. Comment les États européens et américains ont géré la mobilité de leurs populations entre les deux rives de l’océan Atlantique ? Comment cet épisode migratoire peut-il éclairer notre regard sur les enjeux des migrations qui traversent la mer Méditerranée aujourd’hui ?

Animatrice scientifique

(C) DR

María José FERNANDEZ VICENTE

Maître de conférences d’espagnol, UFR Lettres et Sciences Sociales, UBO


Approche écosystémique des pêches


Résumé

Près de 3,3 milliards de terriens dépendent aujourd’hui des ressources aquatiques pour leur alimentation. Les produits halieutiques représentent près de 20 % de l’apport moyen en protéines animales consommées dans le monde, et constituent un enjeu majeur en matière de sécurité alimentaire, notamment au sein de nombreux pays en développement. Le secteur de la pêche est aussi crucial d’un point de vue économique et social. Dans le même temps, l’exploitation, et plus particulièrement la surexploitation des ressources halieutiques, combinée aux effets croissants du changement climatique menacent la biodiversité marine et les populations qui en dépendent.

Dans cet atelier, à partir d’études de cas, nous verrons 1-comment l’approche écosystémique des pêches (AEP) permet de réconcilier l’exploitation et la conservation de l’ensemble des espèces, en s’appuyant sur les écosystèmes, aujourd’hui reconnus comme l’échelle appropriée pour l’intégration des connaissances scientifiques et pour la gestion, et 2- comment l’AEP entend réconcilier la protection de la biodiversité, les activités de pêche respectueuses de l’ensemble des composantes des écosystèmes et des habitats, et le maintien des captures et des emplois à un niveau élevé.

Animateur scientifique

(C) Sébastien HERVE

Francois LE LOC’H

Chercheur en écologie trophique, directeur de recherche (IRD) au LEMAR (laboratoire des sciences de l’environnement marin)

Frais d’inscription


En présentiel : 450 €

En distanciel : 350 €

Québec : via IFQM


Financements


L’action de formation est éligible à la formation continue :

  • En tant que salarié, vous pouvez compléter une demande de financement auprès de votre employeur. Il est également possible de solliciter l’AFDAS (opérateurs de compétences dont relève la presse écrite et les agences de presse).
  • Enfin, si vous faites le choix de déduire les frais réels, les dépenses de formation professionnelle engagées ont le caractère de frais professionnels.

Pour votre information,  cette formation ne peut pas être prise en charge par le Compte Personnel de Formation (CPF).

N’hésitez pas à contacter Anaëlle LE ROUX pour toutes demandes de renseignements.

En savoir plus


Date limite d’inscription : 23 août 2021

Plus d’informations et inscriptions sur scienceconf.org

 


Télécharger le programme PDF ici


Partenaires


Carnet de bord : Campagnes océanographiques par Paul Tréguer

,

Depuis un an environ, Paul Tréguer, fondateur de l’IUEM et professeur émérite à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), partage sur son site web « Repères et Évolution du monde »  ses chroniques de voyages, des contes polaires, ses poèmes et récits de campagnes océanographiques.

Tous les quinze jours, il publie sous forme de carnet de bord, les souvenirs de campagnes océanographiques hauturières auxquelles il a eu la chance de participer entre 1972 et 2001, permettant ainsi l’immersion la plus totale dans la vie à bord d’un navire.

La campagne Antiprod 1 MD12 du 22 février au 10 avril 1977, à bord du Marion Dufresne, est la première racontée par Paul Tréguer. Illustré de nombreux clichés photographiques, le billet retrace en images ces quelques mois en mer ainsi que certaines escales du périple, sur différents continents.

Si vous souhaitez découvrir en profondeur l’aventure océanographique, il est conseillé de lire « Le journal d’un océanographe – sur le rebord du monde » publié en 2018 aux éditions Elytis.

 

Crédits photos & Contact

Paul Tréguer / UBO

Laure de Montbron, Chargée de communication ISblue

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

À 20 ans, je suis partie vivre à Londres pour faire mes études à l’université de Greenwich. Là-bas, j’ai préparé un Bachelor (équivalent Bac +3) en Business administration. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à prendre plusieurs options en communication et en marketing. Après mon Bachelor, j’ai travaillé pour un cabinet d’avocats de la City en tant qu’assistante marketing. La vie à Londres était incroyable, cosmopolite et multiculturelle, je pouvais faire le tour du monde en une journée. Les musées, les théâtres, il y avait tant à découvrir culturellement. En parallèle de mon travail, j’ai suivi un diplôme de journaliste, en postgraduate (équivalent Bac +4), à la London School of Journalism.

En 2009, je suis rentrée en Charente-Maritime dans ma famille et j’ai commencé à écrire des piges pour des petits journaux locaux et quelques magazines aussi. Puis, en recherche d’une nouvelle expérience, je suis arrivée dans le Finistère où j’ai travaillé pendant 6 ans au siège du Comptoir Irlandais à Plouédern. J’ai notamment participé au lancement de la boutique en ligne. Nous sommes partis d’un site vitrine pour le transformer en un site marchand. Toutes les fiches produits étaient à créer, entre les whiskies, les thés, les pulls etc, il y avait plus de 1000 fiches à rédiger. J’étais ce qu’on appelle : web commerciale et je travaillais avec le chargé de développement web. Je m’occupais du service client pour les clients web par téléphone ou par mail, je rédigeais des articles pour le blog et j’étais community manager pour les réseaux sociaux.

Depuis septembre 2020, je suis chargée de communication digitale et d’animation de communauté pour ISblue.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

J’étais attirée par le monde universitaire, pour le côté émulation et stimulation intellectuelle. Au-delà du poste en lui-même, le fait de travailler à l’IUEM, c’était aussi travailler dans un environnement assez incroyable, proche de la mer et cette idée m’a beaucoup plue. Le fait d’être plongée dans ce monde-là est très intéressant.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je suis chargée de la communication pour le projet d’Ecole Universitaire de Recherche ISblue (qui existe depuis 2018 et a pris la relève du LabexMER). Le projet est mené par un consortium de plusieurs partenaires : l’UBO et donc l’IUEM, l’UBS, Ifremer, l’IRD, le CNRS, l’ENIB, l’ENSTA Bretagne, l’IMT Atlantique ainsi que l’École Navale.

Au quotidien, mes missions consistent à transmettre les informations que je récolte, et à les mettre en valeur sur le site Internet et sur le compte Twitter d’ISblue. Il y a aussi pleins de projets en cours, tant en recherche qu’en formation : il faut développer la notoriété d’ISblue en interne, en externe et à l’international. Tous les étudiants de l’IUEM et des autres établissements ne savent pas encore ce que l’Ecole Universitaire de Recherche peut leur apporter. ISblue doit aussi créer et animer un réseau d’anciens élèves (Alumni).

En ce moment, je travaille à la création et au développement du nouveau site Internet. Mettre en place des conférences internationales et organiser des événements (en ligne pour le moment même si on espère retrouver le présentiel dès que possible) font aussi partie de mes missions.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Un jour, lors de mon trajet quotidien entre mon appartement et la station de métro pour aller travailler dans le cabinet d’avocats à la City, j’ai croisé Quentin Tarantino sur un passage piéton. Une fois rendue de l’autre côté de la route, je me suis retournée et j’ai réalisé que c’était bien lui. J’ai vu après dans les journaux et à la télévision qu’il était de passage à Londres pour faire la promotion d’un de ses films.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Toujours lorsque je travaillais à Londres, j’ai organisé un dîner pour les avocats et leurs clients au restaurant la Palme d’Or à Cannes. Je l’ai fait à distance au départ puisque j’étais à Londres. Une fois sur place, il y avait de la logistique et j’étais un peu impressionnée : ce genre de lieux était nouveau pour moi. Finalement, tout s’est bien déroulé et on m’a remercié. J’étais heureuse, soulagée et fière que tout se soit bien passé dans un lieu aussi magique.  

Quels sont tes centres d’intérêts ?

J’adore la marche, la natation, le stand-up paddle. J’aime aussi beaucoup le cinéma et le théâtre.

As-tu une devise ?

Dans ma famille, on dit toujours « mieux vaut faire, que dire ! ».

 

Crédits photos

Sophie Maze

Fabienne Bonhomme

Laure de Montbron / UBO

 

Contact

Laure de Montbron / UBO

Cycle du silicium dans l’océan

,

3ème  publication scientifique sur le cycle du silicium dans l’océan

Les organismes vivants sont faits de carbone. On ignore souvent qu’une bonne partie d’entre eux utilisent l’élément silicium, abondant dans les roches de la planète Terre, pour constituer des enveloppes externes et internes. C’est précisément le cas dans l’océan. Dans la colonne d’eau se développent des algues microscopiques appelées diatomées qui, au niveau mondial, fournissent 25% de l’oxygène que nous respirons, ainsi que de petits animaux microscopiques, les rhizaires. Dans les fonds marins croissent de très belles éponges siliceuses ; elles abondent de la rade de Brest à l’Antarctique.

Un groupe de recherche international piloté par Paul Tréguer et Jill Sutton du LEMAR, en coopération avec des chercheurs allemands, anglais, espagnols, étatsuniens, et chinois, viennent de publier dans la revue Biogeosciences un article de synthèse sur le cycle du silicium dans l’océan moderne. Cette étude montre que les apports de silicium dans l’océan (dus aux fleuves, aux résurgences, à l’activité hydrothermale, à la dissolution des roches siliceuses, aux vents…) sont actuellement équilibrés par les bio-dépôts dans les sédiments. Cependant le cycle du silicium est, comme celui du carbone, soumis à de fortes pressions des activités humaines (changement climatiques, constructions de barrages sur les fleuves, pratiques agricoles qui engendrent l’érosion des sols). Au cours du 21ème siècle, ces perturbations pourraient fortement affecter la production des organismes siliceux et déséquilibrer le cycle global du silicium.

En un quart de siècle c’est le troisième article de synthèse piloté par des chercheurs de l’IUEM qui confirme ainsi son rôle leader sur ce thème scientifique au niveau mondial.

Jill Sutton et Paul Tréguer ont ouvert l’an passé, avec le soutien de l’Ecole Universitaire de Recherche ISblue, une « Silica School » en ligne, intitulée : « La silice : de la poussière stellaire au monde vivant ». À cette école participent des chercheurs de 30 instituts de recherche et universités de 12 pays différents.

 

Légende photos :

Trois organismes marins à enveloppe de verre : une diatomée, un rhizaire et une éponge siliceuse. 

 

Crédits photos

Aude Leynaert / CNRS

Laurent Chauvaud / CNRS

Natalia Llopis Monferrer / UBO, Philippe Eliès / UBO, Valentin Foulon / CNRS

 

Contacts

Paul Tréguer / UBO

Jill Sutton / UBO

Virginie Thierry, Océanographe physicienne Ifremer au LOPS

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

Je suis diplômée de l’Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique (ENSMA) en mécanique des fluides. J’ai obtenu ma thèse à Ifremer en 2000 sur l’étude de la propagation d’ondes équatoriales dans l’Atlantique à partir d’observation. Les ondes permettent de propager sur de grandes distances l’énergie apportée à l’océan par des forçages extérieurs. Pendant ma thèse, j’ai étudié comment des ondes forcées en surface par le vent se propagent en profondeur et mettent en mouvement l’océan au-delà de 2000m de profondeur.

Ensuite, j’ai fait un Postdoc à la SCRIPPS Institution of Oceanography. Je travaillais toujours sur la dynamique des ondes équatoriales mais dans le Pacifique. Cette fois, mon étude était basée sur un  modèle numérique représentatif de l’état de l’océan.

Observer, comprendre et modéliser, a toujours été au cœur de mon activité de recherche. C’est ce que j’ai fait pendant ma thèse et  mon post-doc et que j’ai poursuivi à Ifremer après mon recrutement en 2002 en tant que cadre de recherche. Cette approche est indispensable à l’heure actuelle pour évaluer et anticiper la réponse de l’océan au changement climatique.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

J’ai choisi le LPO (LOPS) car je voulais devenir océanographe et continuer mon activité de recherche sur la physique des océans ; ce qui correspondait à mon expérience, à mes études et à mes souhaits en terme de carrière. L’environnement de travail était aussi très favorable car l’IUEM est l’un des meilleurs centres français d’océanographie. Le LPO offrait aussi une opportunité d’être une océanographe aux pieds mouillés comme je rêvais d’être et donc de participer, voire même de monter des campagnes en mer et faire des observations sur le terrain.

La proximité de la mer est aussi un élément déterminant.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je suis chercheure en océanographie physique et travaille sur la dynamique du  gyre subpolaire de l’Océan Atlantique Nord. Mon activité est essentiellement basée sur l’analyse de données in situ, issues de campagnes océanographiques notamment. J’ai été chef de mission en 2015 et 2017 de deux campagnes du projet RREX pour étudier l’impact de la ride de Reykjanes (une montagne sous-marine au sud de l’Islande), sur les courants marins entre la surface et le fond.

Je travaille aussi à partir des flotteurs ARGO et suis fortement impliquée dans la contribution française à ce programme au niveau européen et international. Argo est un réseau de 4000 instruments autonomes qui mesurent la température et la salinité jusqu’à 2000 m de profondeur. Je contribue à l’extension de ce réseau vers des mesures de l’oxygène dissous et vers des mesures au-delà de 2000 m. Je suis d’ailleurs responsable du projet Argo-2030 retenu suite à l’Appel d’Offre pour les Equipements Structurants pour la Recherche (ESR/Equipex+) dont un des objectifs est de mener une expérience pilote avec des flotteurs Argo pouvant descendre jusqu’à 6000 m. Ce projet s’inscrit dans la continuité de l’Equipex Naos.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Les campagnes en mer sont assez rudes, notamment les campagnes RREX au sud de l’Islande au cours desquelles nous ne voyions ni bateau ni côte pendant 1 mois. En 2015,  nous étions dans un brouillard permanent avec une température de 6°C dans l’eau et dans l’air. Quand nous nous sommes rapprochés des côtes d’Islande, nous nous sommes accordés une partie de pêche à la morue que nous avons mangée sur le bateau. C’était un petit moment de grâce apprécié par tous.

J’étais au village des sciences pendant les fêtes maritimes de Brest 2016 et j’ai vu François Hollande y faire un bain de foule. J’ai même une photo avec lui. Merci le village des sciences ! Ce n’est pas tous les jours qu’on est photographié avec un Président de la République.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Ce sont les campagnes en mer. C’est dur mais il y a une intensité professionnelle et humaine très forte que l’on ne retrouve pas ailleurs. Et puis c’est le cœur de notre métier.  Les trois campagnes pour lesquelles j’étais chef de mission, pour des raisons différentes, font partie de mes plus beaux souvenirs de boulot.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

La mer fait partie de mon ADN. J’aime les activités en lien avec la mer : surf et voile.

J’aime aussi les randonnées en montagne, la force de la nature.

 

Crédit photos

Stéphane Lesbats / Ifremer

Ifremer – Campagne RREX

 

Contact

Virginie Thierry / Ifremer