Rade de Brest

Un milieu physique original

Située à l’extrémité ouest de la pointe bretonne, la rade de Brest est un écosystème côtier semi-fermé d’une superficie totale moyenne de 180 km2, au régime macrotidal avec des amplitudes de marées comprises entre 2 et 8 m. D’une profondeur moyenne de 8 m, la rade reste un milieu côtier peu profond : plus de la moitié de sa surface n’excède pas 5 m de fond.

La rade est alimentée par six bassins versants d’une surface totale de 2 645 km2, mais les deux principaux sont ceux drainés par les rivières de l’Aulne (1 821 km²) et de l’Elorn (380 km² ). Les échanges avec l’Océan se font à l’Ouest par le goulet : un canal étroit (1,8 km de large) et profond (40 m). Le temps de résidence moyen des masses d’eau est d’environ 25 jours. La faible profondeur de la baie et le mélange des eaux induit par les forts courants de marée empêchent la stratification verticale et l’accumulation de nutriments dans l’écosystème et limitent donc l’eutrophisation.

Un oasis de biodiversité soumis à de multiples pressions

Ce milieu, encore riche de biodiversité, abrite de nombreuses espèces marines, des communautés macrobenthiques et des habitats remarquables : des gisements de maërl, des anciens bancs d’huîtres plates, des sédiments mixtes de crépidules, des herbiers de zostères, des populations de coquilles saint jacques, de praires, de pétoncles noirs et de palourdes, d’importants récifs intertidaux d’huîtres creuses…Néanmoins, cet écosystème est également sous la pression des activités humaines : le nord de la Rade abrite une population de 400 000 habitants (métropole de Brest) alors que le sud est plus influencé par les activités agricoles intensives et les installations militaires. La richesse du milieu favorise le développement des activités professionnelles telles que la conchyliculture et la pêche professionnelle qui contribuent au dynamisme socio-économique local. Enfin, la rade de Brest est aussi le siège d’activités industrielles portuaires intenses avec le transport maritime et la réparation navale civile ainsi que de nombreuses activités récréatives et de loisirs (pêche à pieds, navigation et pêche de plaisance, et nombreux sports nautiques).

Une attention scientifique particulière

Depuis longtemps étudiée par le pôle scientifique brestois, la rade de Brest fait maintenant partie d’un vaste réseau scientifique formé par les Zones Atelier dont la problématique est l’étude de l’interaction entre un milieu et les sociétés qui l’occupent et l’exploitent. La Zone Atelier Brest-Iroise (ZABrI) a été labellisée par l’Institut Ecologie et Environnement (INEE) du CNRS en 2012 et a pour objectif d’améliorer la compréhension du fonctionnement et de l’évolution du socio-écosystème côtier, dans un contexte de changement et dans une perspective de gestion intégrée.

La rade est aussi un site particulier d’étude pour l’Observatoire IUEM et le laboratoire international (LIA) BeBest.

 

Projets de recherche liés