Proteomar

Exploration de la chimiodiversité marine à la recherche de composés bioactifs contre les protéinopathies

Coordination

Cécile Voisset (UMR1078, groupe PRiME), Sylvain Petek, Solène Connan (LEMAR)

Type de projet

National

Financement

IUEM

IBSAM

IRD

Durée du projet

Début du projet

01/04/2019

Fin du projet

31/12/2021

Ce projet est dans l’esprit du développement d’initiatives « Mer-Santé » à l’UBO et de la collaboration inter-instituts, entre l’IUEM et l’IBSAM. Il implique 2 équipes de l’IUEM (LEMAR et LBCM) et une équipe de l’IBSAM (UMR1078, groupe PRiME).

  1. Contexte scientifique :

La protéine prion PrP est une protéine endogène qui adopte, pour des raisons inconnues, une conformation pathologique (PrPSc) capable de se transmettre à la forme native et de s’accumuler sous forme de fibres amyloïdes autocatalytiques. Les mécanismes biologiques qui contrôlent la propagation de ces structures amyloïdes sont encore obscurs. L’accumulation de PrPSc provoque des maladies neurodégénératives telles que la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez l’homme, (1 personne/million). Il n’existe aucune thérapie contre les maladies à prions qui sont inexorablement fatales. Les maladies à prions sont des maladies du repliement des protéines et font partie d’un groupe de pathologies plus large regroupant des maladies plus fréquentes comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Comme les maladies à prions, ces maladies neurodégénératives sont des protéinopathies (maladies du repliement des protéines) dans lesquelles les protéines Aβ et tau (maladie d’Alzheimer) et l’α-synucléine (maladie de Parkinson) sont retrouvées dans des conformations pathologiques.

  1. Les objectifs :

Les objectifs de ce projet sont d’identifier des organismes marins au sein des extractothèques (éponges, ascidies, alcyonaires du Pacifique ; macroalgues de milieux tempérés et tropicaux) du LEMAR et de microorganismes du LBCM ayant le meilleur potentiel d’activités. L’objectif à plus long terme est d’identifier des molécules anti-prions candidates, qui pourraient être utilisées pour le traitement d’autres protéinopathies telle que la maladie de Parkinson.

L'équipe

Collaborateurs

Cécile VOISSET (UMR1078, groupe PRiME)

Yannick FLEURY, Camille JEGOU (LBCM)

Ali AL-MOURABIT (ICSN-CNRS)

Mayalen ZUBIA(UMR241 EIO)

  • Stagiaires LEMAR: Cyril CLOAREC, Colin GRUNBERGER
  • Stagiaires PRiME: Victorien CHAKER, Pierre COUTROT, Lucile GENTILE