Ouvrages

Retrouvez ci-dessous les principaux ouvrages écrits ou dirigés par les chercheurs et chercheuses du LEMAR.

Patrimoine naturel des fonds marins de Saint-Pierre-et-Miquelon

Cet atlas de la faune et de la flore marine de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon convie le lecteur à découvrir l’incroyable diversité de la vie dans les eaux de ce territoire d’outre-mer coincé entre la belle province et Terre-neuve. Fruit des prospections océanographiques et des plongées sous-marines réalisées par les écologistes d’un groupe franco-québécois BeBEST (LEMAR/ISMER) et du Club nautique saint-pierrais, cet ouvrage propose un premier inventaire de la biodiversité des habitats et des espèces emblématiques de cette frange côtière. Plus de 280 photographies témoignent des curiosités et beautés des espèces subarctiques et polaires qui colonisent habitats sableux et rocheux. Les photographies des paysages terrestres réalisées par l’artiste Benjamin Deroche ponctuent l’ouvrage.

Centré sur les organismes vivant sur le fond de la mer, cet atlas accompagnera donc l’exercice de reconnaissance et de découverte des algues communes et de la faune benthique, en y associant quelques anecdotes et en répondant à quelques questions associées à certaines espèces. Sous forme de fiches descriptives, les informations de chacune des espèces permettent leur identification, renseignent sur leur biologie, sur leur écologie et sur leur biogéographie.

Groupe BeBest (LEMAR/ISMER), & Observatoire Marin de l’IUEM. (2020). Patrimoine naturel des fonds marins de Saint-Pierre-et-Miquelon. Éditions Fovéarts, avec le soutien financier d’EDF.

La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l’océan

Depuis son apparition il y a 25 millions d’années en Europe sur la côte Atlantique, la coquille n’a cessé de fasciner les hommes. Dans l’Antiquité, on l’utilisait comme une parure, puis la coquille devint un symbole religieux (sur le chemin de Compostelle) et artistique (associée à Vénus, à la féminité et à la maternité). Ce n’est qu’au début du XXème siècle que des Bretons ont commencé à la pêcher et à la manger. Et grâce aux recherches les plus récentes, menées notamment par Laurent Chauvaud, cet animal est devenu un outil scientifique, un modèle mathématique, un calendrier, un thermomètre, un témoin des contaminations, une archive environnementale, un sentinelle des évolutions passées et présentes du milieu marin et plus largement du réchauffement climatique (fonte des glaciers, évolution des températures, variations de luminosité), et même un instrument de musique dont on écoute le chant, le claquement des valves qui est encore un son porteur de message : il nous dit comment va la mer.

Chauvaud, L. 2019. La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l’océan. Editions des Equateurs.

Impacts des sons anthropiques sur la faune marine

Loin du monde du silence, le milieu marin doit se concevoir comme un environnement sonore. L’océan est porteur de bruits d’origine physique (vagues, pluie, glace, séismes) et biologiques (chant des baleines, clics des dauphins, claquements de crevettes ou d’oursins). Ce paysage acoustique est essentiel pour la faune marine. Il participe, entre autres, à l’orientation des larves, à la communication des animaux entre eux, à la détection de prédateurs. Toutefois, depuis un peu plus d’un siècle, les activités humaines modifient grandement ce paysage acoustique. Les bruits d’origine anthropique proviennent des navires, des installations posées en mer, des sonars et plus récemment de l’utilisation des énergies marines renouvelables. La faune marine perçoit-elle ces nouveaux sons ?

La question de l’impact des sons anthropiques sur la faune marine se révèle un enjeu écologique et économique majeur pour les années à venir. Les auteurs montrent la diversité  de leurs effets sur la faune grâce à une approche multidisciplinaire associant la physique, la réglementation, la biologie et l’étude d’impact ; une place particulière est donnée aux premiers retours d’expérience de production d’énergies marines renouvelables (EMR) en Europe.

Cet ouvrage se veut un premier état des lieux d’un champ de recherche qui ne fait que commencer.

Chauvaud, S., Chauvaud, L., & Jolivet, A. (2018). Impacts des sons anthropiques sur la faune marine. Quae.

Mangrove. Une forêt dans la mer

La mangrove, cette forêt entre terre et mer qui borde les littoraux tropicaux, a longtemps été perçue comme un milieu hostile ou inutile… Elle renvoie aussi à un puissant imaginaire des tropiques qui a inspiré bon nombre de nos plus grands écrivains. Cet écosystème, complexe, abrite les palétuviers capables de vivre les pieds dans l’eau salée, des poissons pouvant respirer hors de l’eau, des crabes ingénieurs et une multitude de bactéries indispensables au recyclage de la matière organique. Aujourd’hui, confrontée à la crevetticulture, aux coupes de bois, à la pollution mais aussi sous l’emprise directe des changements climatiques, cette mangrove, grignotée de toute part, est en danger.

Fromard, F., Hoassaert-McKey, M., & Michaud, E. (Éd.). (2018). Mangrove, une forêt dans la mer. Cherche Midi éditions en partenariat avec le CNRS.

Droit de l’environnement marin et côtier au Sénégal

La zone côtière est un espace indéfini où l’on ne sait jamais vraiment quand s’arrête la terre et jusqu’où va la mer ; un espace de transition entre deux mondes, un espace aux frontières incertaines, y compris sur le plan du droit et des usages. En même temps le littoral est un espace très convoité par l’homme comme le montre l’emplacement des capitales, des infrastructures, du tourisme, de la pêche, et où se sont épanouies des cultures riches et originales. Cette zone de contact entre terre et mer est aussi un espace privilégié pour la biodiversité, un lieu fragile de plages et de mangroves où viennent se reproduire poissons et crustacés, où séjournent des millions d’oiseaux migrateurs, un espace sensible à la pollution et aux changements climatiques.

BONNIN, M., LY, I., QUEFFELEC, B., et NGAIDO, M., (eds), 2016. Droit de l’environnement marin et côtier au Sénégal, IRD, PRCM, Dakar, Sénégal, 532 p.

Aires marines protégées ouest-africaines. Défis scientifiques et enjeux sociétaux.

Les écosystèmes côtiers, qui concentrent actuellement 70 % de la population mondiale, sont particulièrement impactés par le changement climatique et les activités anthropiques. D’où les espoirs placés dans la création d’aires marines protégées (AMP), qui favorisent la résilience des systèmes vivants et la conservation des espèces. Au cours des dernières années, un véritable consensus international s’est progressivement imposé quant à l’intérêt de les multiplier.

Cependant, de nombreuses incertitudes demeurent sur leur efficacité réelle et sur les modalités de leur mise en oeuvre. Les enjeux sociétaux qui sont associés à la multiplication des AMP interrogent les scientifiques, notamment en termes d’acceptation sociale, de régulation juridique et de pérennité des dispositifs mis en place. Ainsi, entre soutien au développement des AMP et analyse des controverses dont elles font parfois l’objet, cet ouvrage apporte un éclairage interdisciplinaire sur le développement de ces nouveaux espaces de conservation. Les études présentées ici sont centrées sur l’Afrique du Nord-Ouest (Algérie, Maroc et Sénégal).

À travers le regard de juristes, d’écologues, de géographes, d’économistes, elles illustrent le potentiel associé à ce mode de conservation des zones marines et côtières. Elles questionnent par ailleurs l’efficience des AMP, tout en soulignant leur intérêt, bien au-delà des territoires où elles se situent.

Bonnin, M., Laë, R., et Behnassi (éditeurs), M. 2015. Les aires marines protégées: défis scientifiques et enjeux sociétaux. Éditions IRD, collection Synthèses.

Droit de l’environnement marin et côtier en Mauritanie

Alors que l’environnement marin est de plus en plus menacé, les règles relatives à la conservation des espaces côtiers s’étoffent. Au-delà de l’exploitation halieutique, les différentes formes de pressions liées au développement urbain et aux activités économiques s’intensifient. Toutes ces activités font l’objet de réglementations qui s’entremêlent les unes aux autres ne facilitant pas leur accessibilité et leur lisibilité. La Mauritanie est au cœur de ces problématiques. L’environnement marin et côtier y est à la fois protégé par de multiples textes novateurs et en même temps les impacts des activités anthropiques qui s’y exercent sont de plus en plus menaçants.

Cet ouvrage permet à tous ceux qui sont intéressés par l’exploitation, l’utilisation ou la protection du milieu marin et côtier de Mauritanie de disposer du droit applicable sur ce territoire. Afin de faciliter l’appréhension de ces normes, les auteurs ont utilisé des cartes pour spatialiser et illustrer, de manière novatrice, les réglementations relatives à l’espace marin et côtier.

Bonnin, M., Ly, I., Queffelec, B., and Ngaido, M. 2014. Droit de l’environnement marin et côtier au Sénégal. Éditions IRD et PRCM, Dakar, Sénégal.

La vie sous la glace

Une oasis au pôle Sud

La vie existe-t-elle sous la glace ? La réponse est oui ! C’est ce qu’illustre magnifiquement cet ouvrage de scientifiques spécialistes des environnements polaires. Sur la trace de Dumont d’Urville et de Paul-Émile Victor, plongeant sous la banquise, ils explorent les fonds de la terre Adélie et de l’île des Pétrels. À la recherche des pétoncles dont les dépôts calcaires sont une véritable mémoire de l’environnement, ils vont découvrir une flore et une faune exubérantes qui n’ont rien à envier aux eaux tropicales.

Préface de Laurent Ballesta, spécialiste des plongées en conditions extrêmes

Tréguer, P., Chauvaud, L., & Amice, E. (2013). La vie sous la glace: Une oasis au pôle Sud. Editions Quae.