L’Assemblée Générale du LEMAR s’engage à l’unanimité dans l’expérimentation Labos 1point5

,

Jeudi 28 janvier 2021, une Assemblée générale se tenait en distanciel rassemblant 88 membres permanents, contractuels, doctorant(e)s et postdoctorant(e)s pour assister à la présentation de l’expérimentation Labos1.5 donnée par Audrey Sabbagh, maîtresse de conférence de l’Université Paris Descartes et membre du collectif Labos1.5. Nous avons ensuite exploré cette proposition en petits ateliers de 10 personnes sous différents angles de vue afin de formuler points forts, points faibles, motivations, doutes, craintes, puis avons voté.
Au total 95 personnes (dont 17 par procuration) ont pris part au vote et 100% des votes ont exprimé un avis très favorable (66, soit 69,5 %) et plutôt favorable (29, soit 30,5 %) montrant la dynamique et la volonté des personnels du LEMAR à s’engager dans cette expérimentation nationale regroupant dès 2021 une 15aine de laboratoires.
En mars 2019, suite à une AG du laboratoire, les instances du LEMAR ont adopté une motion affirmant la volonté collective pour un engagement éco-responsable fort. Celui-ci a débouché sur plusieurs initiatives en 2020, dont la préparation de l’engagement auprès du collectif Labos1.5 et de l’AG du 28/01/2021. L’année 2021 sera une année forte, presque de rupture, pour la réflexion sur les orientations à prendre et leur mise en oeuvre efficace pour une démarche bas carbone sans déroger à – voire en renforçant – la qualité de la recherche scientifique et le bien-être au travail.
« [Cette] expérimentation nationale, sur plusieurs années, vise à étudier les différentes modalités de réduction des émissions de GES au sein des laboratoires. Elle est destinée à susciter, documenter et évaluer différentes options de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans des laboratoires candidats, organisés en réseau. Cette  expérimentation, à vocation de recherche, est également destinée à permettre et faire vivre les débats sur les modalités de mise en œuvre des trajectoires de réduction (par ex. des mesures incitatives, taxes, quotas…), reflétant les divergences sur les dimensions sociales, économiques et éthiques des changements de pratiques »1.
Le LEMAR devra ainsi choisir dans les prochaines semaines les différentes options qu’il souhaite mettre en œuvre dans ce cadre et les dispositions que nous entendons mettre en place pour les atteindre et les évaluer.
Le résultat et l’analyse de cette expérimentation nationale permettront d’évaluer objectivement l’efficacité de différentes mesures de réduction de l’empreinte des laboratoires qui seront promues en 2022 par le collectif Labos1.5 à plus large échelle nationale.

 

1 https://labos1point5.org/qui-sommes-nous , équipe « Expérimentation »

Si Quelque Chose Doit Surgir…

, , ,

Si Quelque Chose Doit Surgir…

Derrière ce titre énigmatique, c’est une expérience immersive que nous offre Jean-Manuel Warnet, à la fois sensorielle, littéraire, poétique et scientifique.

Jean-Manuel est maître de conférence en études théâtrales à l’UBO, il enseigne aussi la littérature et dirige la Cie Les Filles de la Pluie.

« Si Quelque Chose Doit Surgir… » est une création radiophonique qu’il a écrite et réalisée avec Victor Blanchard à l’issue d’une résidence d’artiste en mission scientifique au Groenland avec nos collègues du LIA BeBEST.  D’abord présentée sous la forme d’un spectacle, cette création est enfin audible dans son format studio, sur le site de la webradio OUFIPO. C’est à écouter en stéréo, sous un casque et bien emmitouflé dans une polaire. Tous les détails et le clic de départ sont ici:

http://oufipo.org/si-quelque-chose-doit-surgir/

Bonne écoute !

Mission SWINGS, deux mois dans l’Austral !

,

C’est la première grande campagne océanographique de l’année pour plusieurs de nos collègues. Après des mois de préparatifs et de logistique, et dans un contexte sanitaire draconien, la mission SWINGS coordonnée par Hélène Planquette (LEMAR) et Catherine Jeandel (LEGOS) commencera demain 13  janvier 2021 au départ de la Réunion et durera jusqu’au 8 mars. Près de deux mois  à bord du Marion Dufresne, dans les eaux superbes mais agitées de l’Ocean Austral, pour 48 scientifiques français et internationaux!

Cette mission s’inscrit dans le programme international GEOTRACES et doit contribuer à une meilleure compréhension du fonctionnement de l’océan Indien Sud-Ouest austral et de son rôle dans la pompe à carbone. Au programme, échantillonnage, filtration de milliers de litres d’eau, et recherche d’une source hydrothermale sur la dorsale océanique, au long d’un parcours qui les mènera des côtes de l’Afrique du Sud aux îles Kerguelen.

 

Pour plus d’informations, nous vous invitons à la lecture de nombreux articles sur les sites de l’IUEM , du Journal du CNRS et du programme GEOTRACES ou un blog consignera l’essentiel de leur périple.

Le média de culture scientifique Exploreur y consacre également un dossier et publiera régulièrement des articles en profondeur sur le déroulement de la campagne et la science qu’elle met en œuvre.

Enfin, pour suivre l’aventure au jour le jour, ne manquez pas leur fil Twitter.

Elyne Dugény, « Jeune ambassadrice de l’Atlantique »

,
Une belle nouvelle pour clore cette année 2020 qui en a cruellement manqué : Elyne Dugény, doctorante au LEMAR a été nommée « jeune ambassadrice de l’Atlantique », aux cotés de 24 autres jeunes issus de pays bordant l’Atlantique. Elle succède ainsi à Odeline Billant, elle aussi doctorante au LEMAR, et qui faisait partie de la cohorte 2019-2020.
Le rôle d’Elyne en tant qu’ambassadrice de l’Océan Atlantique sera de communiquer par rapport aux enjeux actuels, auxquels fait face l’Océan Atlantique.
Cette fonction (All-Atlantic Youth Ambassador) est attribué à des jeunes désireux de promouvoir le développement durable et la bonne gestion de l’océan Atlantique. Dans le cadre de l’Alliance pour la Recherche sur l’Océan Atlantique, les ambassadeurs élaboreront des campagnes et des stratégies de communication afin de toucher les communautés locales, les étudiants et la société civile, d’impliquer les décideurs et de travailler avec les médias locaux pour conserver et protéger l’Atlantique pour les générations futures. En développant des campagnes et des événements, les ambassadeurs seront intégrés dans les actions de pilotage et de collaboration avec des projets de recherche et d’innovation transatlantiques.
l’Alliance de la Recherche pour l’Atlantique (All-Atlantic Ocean Research Alliance) est une initiative lancée  dans une action de diplomatie scientifique, pour garantir la coopération en Recherche entre pays de l’Atlantique (décision prise suite aux accords de Belem et Galway).
Vous pourrez trouver plus d’informations ici:
Félicitations Elyne !