L’huître plate : une espèce patrimoniale à préserver

Présente à l’origine sur tout le littoral européen, l’huître plate, seule huître native d’Europe, formait alors des populations très denses (appelé huîtrières) créant des mini-récifs sous marins, comparables à des récifs coralliens en termes de biodiversité. Fortement surexploités au 19ème siècle, puis victime de plusieurs maladies et prédateurs au 20ème, l’espèce est en voie de disparition au 21ème et avec elle toute la biodiversité qu’elle abrite. Depuis un an, le projet FOREVER (« Flat Oyster REcoVERy ») oeuvre à la restauration écologique de cette espèce en Bretagne. L’une des actions de ce projet pionnier consiste à concevoir et déployer des récifs artificiels spécialement étudiés pour faciliter l’implantation, le développement et la protection des jeunes huîtres plates. En ce début d’été 2019, ces tout premiers récifs sont en cours de déploiement en Rade de Brest et Baie de Quiberon. Affaire à suivre…

En savoir plus sur le projet FOREVER et les autres projets européens de conservation et restauration de l’huître plate ? https://noraeurope.eu et l’article :

Pogoda, B., Brown, J., Hancock, B., Preston, J., Pouvreau, S., Kamermans, P., Sanderson, W., and von Nordheim, H. 2019. The Native Oyster Restoration Alliance (NORA) and the Berlin Oyster Recommendation: bringing back a key ecosystem engineer by developing and supporting best practice in Europe. Aquat. Living Resour. 32: 13. doi:10.1051/alr/2019012.

En libre accès par ce lien.

 

Projet Forever

Résidences d’artistes 2019

L’UBO et l’IUEM favorisent les nouvelles initiatives liant les arts et les sciences  telles que des résidences d’artistes et la création d’un festival arts et sciences RESSAC (15 au 22 Novembre 2019). L’objectif est de regrouper les forces créatives existantes au sein des laboratoires de l’UBO et de stimuler des collaborations nationales et internationales.

Contact : Christine Paillard, arts.sciences@univ-brest.fr
Chargée de Mission Arts et Sciences à l’UBO
DR1 CNRS en Biologie Marine au LEMAR

Gaëtan Robillard

« La Vague dans la matrice » est un nouveau projet d’installation de l’artiste Gaëtan Robillard qui donne à percevoir le calcul de modèles mathématiques pour une série de vagues en conditions extrêmes. Axée sur les notions d’énergie, de diffusion, ou encore d’entropie, la recherche en esthétique problématise la production de signes scientifiques dans la société de la transition. Ce projet se construit notamment à partir d’une enquête menée auprès des scientifiques de l’IUEM qui travaillent sur la climatologie et l’analyse numérique des vagues en lien avec l’implantation de centrales éoliennes offshore. L’installation se développe actuellement sous la forme d’un cycle qui présente à la fois les résultats de l’enquête, une machine de calcul, et sous forme de matrice — la visualisation d’une simulation numérique continue.

Ce projet est soutenu par le CNRS à l’occasion de ses 80 ans, le festival RESSAC (UBO et Fondation UBO) et la résidence AIRLab de la ComUE Lille-Nord-de-France

Découvrez son travail sur son site web.

Katrin Gattinger

Katrin est une artiste plasticienne et enseignante-chercheuse à l’Université de Strasbourg en arts et Sciences de l’art (arts plastiques), est en résidence à l’IUEM et à l’UBO pour l’année 2019. Son travail consiste à porter un regard critique sur certaines injonctions sociétales et de proposer, avec humour, des alternatives fictives sous forme de sculpture, de performances, d’images. Depuis quelques mois Katrin Gattinger mène une recherche sur la ruse et souhaite en développer un aspect singulier dans le cadre de sa résidence à Brest : plonger dans l’univers des scientifiques en pistant des formes et gestes des ruses, d’une part dans l’environnement marin et le règne du vivant aquatique, d’autre part auprès de la méthodologie scientifique. Parallèlement à l’écriture d’un ouvrage sur la ruse dans les œuvres d’art contemporain, Katrin Gattinger prépare une exposition aux Abords, espace d’exposition de l’UBO, pour le printemps 2020.

www.katrin-gattinger.net

ARCTIC BLUES, une exposition

De retour de missions en Antarctique, des biologistes brestois se posaient la question : comment parvenir à raconter ses émotions devant la beauté des pôles et la certitude de la catastrophe, dans un contexte de recherche scientifique ?

Ils proposent en 2013 d’associer des artistes de tous horizons à leurs expéditions polaires. Durant sept années, artistes et scientifiques ont partagé des missions en milieux arctiques et subarctiques. Ce groupe hétéroclite a donc vécu sur le même terrain entre recherches, hésitations, échecs et découvertes.

L’exposition ARCTIC BLUES restitue la richesse de ce dialogue. Photographie, vidéo, installation, écriture, création sonore, musique et fresque scientifique se répondent ou se heurtent pour créer un objet singulier : quelque chose comme une tentative d’amalgame de l’art et de la science où les deux se révèlent, avec des couleurs nouvelles, complémentaires et imprévisibles. L’exposition met en avant les doutes partagés et la richesse des expériences vécues lors d’allers-retours entre la rade de Brest et les pôles. Le passant découvrira une petite partie de l’Océan ainsi que l’une des facettes de l’océanographie actuelle développée à Brest depuis cinquante ans. ARCTIC BLUES témoigne qu’à la pointe de la Bretagne, des rencontres improbables et des curiosités affirmées permettent l’émergence d’idées et de regards neufs.
Ce parcours d’exposition restitue au public sept années de recherche et de résidences entre artistes et scientifiques au sein du Laboratoire international associé BeBEST issu d’une collaboration entre le laboratoire LEMAR (CNRS/Ifremer/ IRD/UBO) et l’ISMER en collaboration avec le Muséum National d’Histoire naturelle.

Commissariat général et coordination : Emmanuelle Hascoët, Fovearts
Scénographie : Les ManufActeurs
Graphisme : Nathalie Bihan
Réalisation des projections : Olivier Koechlin

Une exposition présentée par FOVEARTS et le LIA BeBEST du LEMAR, en collaboration avec les Ateliers des Capucins, La Médiathèque François Mitterrand – Les Capucins, Brest métropole, La Carène
En partenariat avec Le CNRS, Le Museum d’histoire naturelle, Passerelle-centre d’art contemporain, l’UBO, le LEMAR
Avec le soutien de Océanopolis, Ailes Marines, Suravenir/ARKEA, Pix in the City, TBM

INFORMATIONS PRATIQUES :

Médiathèque François Mitterrand, Les Capucins
« Avant la débacle »
Accès par la Place des Machines
Horaires : 10h – 19h tous les jours

Passage des Arpètes, Ateliers des Capucins
« Amundsen leg 3 2014 »
« Falling Sun »
Horaires : 10h – 20h tous les jours

« Pénélope des glaces »
« Nous sommes »
SONARS
Fresque scientifique
Horaires : 10h – 00h tous les jours sauf fermeture 01h les vendredi, samedi et veille de jour fériés

Passerelle – Centre d’art contemporain
« The Noisy world » de Vincent Malassis
Du 08 juin au 31 août 2019
41 rue Charles Berthelot
Horaires : Ouvert le mardi de 14h à 20h et du mercredi au samedi de 14h à 18h30. Fermé les dimanches, lundis et jours fériés.

Voir aussi sur le site de FOVEARTS.

Le symposium annuel du Master international IMBRSea

Du 24 au 28 juin 2019 se tiendra à Brest (Plouzané) la deuxième édition du Symposium annuel international du programme de Master conjoint sur les ressources biologiques marines (IMBRSea) co-porté par l’Université de Bretagne Occidentale, l’Université de Gand et le consortium IMBRSea avec le soutien de l’ISblue/IUEM.
Cet événement rassemblera les 190 étudiants du master ainsi que des représentants des 10 universités partenaires. Des ateliers thématiques  seront proposés aux étudiants le mardi 25 juin.
Ces ateliers vont durer une demi journée et prendront la forme de séminaires/présentations autour d’une thématique donnée,  de courtes formations sur une technique particulière, et aborderont également des compétences disciplinaires ou transversales. des visites des installations/plateformes scientifique spécifiques seront organisées.  Les ateliers seront êtres animés en anglais, langue d’apprentissage de l’IMBRSea.
Pour de plus amples informations et pour consulter le programme, merci de vous rendre sur cette page :

Conférence annuelle sur les microalgues toxiques du GdR PHYCOTOX 2019

Le GdR PHYCOTOX s’est réuni  à Plouzané les 15 et 16 Mai 2019 à l’IUEM, pour sa conférence nationale sur les microalgues toxiques. Cette réunion a été l’occasion pour les membres du GdR de présenter leurs travaux de recherche, soit à travers une présentation orale ou un poster et d’échanger lors d’ateliers de réflexion.

Le programme détaillé ainsi que les résumés des communications sont disponibles en cliquant ici.