GDR plasticité phénotypique

Le groupement de recherche 3715 Plasticité Phénotypique (PlasPhen) est un réseau français de recherche financé par le CNRS, sur le thème de la plasticité phénotypique. Celle-ci peut se définir au sens large comme la réponse des phénotypes à leur environnement de développement ou d’expression, pour un génotype donné. L’objectif de ce GDR est de promouvoir les échanges entre chercheur·e·s et enseignant·e·s-chercheur·e·s basés en France, et dont les travaux traitent de la plasticité phénotypique, sa génétique et son évolution. La diversité des phénotypes, environnements, et organismes étudiés dans ce GDR est est illustrée par le word cloud ci-dessus, réalisé en direct par les participants de la réunion 2020 du GDR et à retrouver sur le site internet du GDR :

https://plasticite-phenotypique.cnrs.fr/

Ce GDR est co-animé scientifiquement par Luis-Miguel CHEVIN (CEFE CNRS, Montpellier) et Vincent Debat (ISYEB MNHN, Paris), et géré administrativement par le CEFE, à Montpellier. Il s’agit de son second mandat pour une durée de 5 ans (2019-2023), faisant suite à un premier mandat de 4 ans (2015-2018).

Les membres du LEMAR principalement impliqué.e.s dans ce GDR sont : Guy Claireaux, Gregory Charrier, David Mazurais, Karine Salin, Arianna Servili, José Zambonino

GDR OMER

Alors que l’océan est au centre de  débats et d’enjeux scientifiques, politiques et sociétaux, le CNRS, , propose de relever le défi avec ses partenaires, de la création d’un GDR thématique “Océan et Mers” (OMER). Ce GDR a pour objectif principal de faire émerger des recherches interdisciplinaires à l’interface entre les cœurs de métier des instituts du CNRS, pour répondre de façon innovante aux enjeux identifiés.

 

Le GDR thématique “Océan et Mers” (OMER)  sera centré sur l’océan et les mers et donc sur des domaines thématiques pluriels souvent connexes, avec cinq missions principales :

  • Une mission d’animation de la communauté scientifique française (tous les partenaires) qui se reconnaît autour de l’objet Océan et qui se concrétisera principalement, mais pas exclusivement, par l’organisation de réunions scientifiques.
  • Une mission de coordination des activités de recherche et de propositions de nouvelles thématiques autour de l’objet “Océan”.
  • Une mission de veille scientifique et de prospective dans son champ thématique pour permettre à la direction du CNRS de suivre les évolutions du domaine en termes de résultats, de nouveaux défis scientifiques et d’enjeux de société.
  • Une mission de “formation” des professions pour le développement de la recherche en société (journaliste, magistrat, préfets, parlementaires…), de formation transversale des doctorants et post-doctorants et de formation permanente.
  • Une mission de valorisation et de diffusion des travaux sur les mers et l’océan en s’appuyant notamment sur la promotion d’un travail de recherche placé entre Art et Sciences.

 

Ce GDR est un outil d’animation de la recherche océanographique, pour le CNRS, et l’ensemble de ses partenaires. Il accueillera philosophes, biologistes, mathématiciens, juristes, généticiens, géographes, écologistes, artistes, historiens, géologues, économistes, taxonomistes, chimistes, logisticiens, roboticiens, développeurs et modélisateurs et un club de partenaires.

 

Plus d’informations sur le GDR OMER

GDR Polymères et Océans

Les enjeux environnementaux liés à la présence de plastiques, sont aujourd’hui unanimement reconnus. Les institutions nationales (gouvernements) et internationales (Union Européenne, Nations Unies) ont engagé des actions pour à la fois mieux connaître les conséquences de la présence de ces débris plastiques dans l’environnement et tenter d’enrayer la croissance de leurs rejets.

La mission du GDR “Polymères et Océans” récemment constitué sous l’égide du CNRS ; est de fédérer et d’améliorer la visibilité de la communauté scientifique française impliquée dans la recherche sur le devenir des polymères en milieu aquatique.

Les principaux objectifs de ce GDR sont de :

  • définir les grandes questions scientifiques et les verrous méthodologiques autour de cette thématique ;
  • structurer des communautés scientifiques très diverses et faciliter la mise en place de collaborations scientifiques et techniques entre les champs disciplinaires pour soutenir les approches pluridisciplinaires essentielles pour répondre aux enjeux de cette thématique ;
  • favoriser la collaboration entre recherche académique et recherche/innovation industrielle en relation avec les pôles de compétitivité (e.g. Pôles MER Bretagne-Atlantique et Méditerranée, IAR) et les sociétés savantes (e.g. SFP, SCF, GFP) ;
  • jouer un rôle actif dans la mise en place de nouveaux protocoles expérimentaux pour évaluer le devenir des polymères en milieu aquatique ;
  • créer une plateforme d’échange d’informations offrant un guichet ouvert pour répondre aux nombreuses sollicitations des acteurs économiques, des médias, des ONG et des politiques et influencer les prospectives institutionnelles ;
  • participer à la diffusion des connaissances scientifiques acquises à travers l’organisation d’une conférence nationale annuelle et d’écoles thématiques.

Plus d’infos sur le site des premières rencontres de ce GDR

Ika Paul-Pont et Arnaud Huvet sont impliqués dans le conseil scientifique de ce GDR.

Réseau ECOBIM

Etudier la contamination chimique et ses effets

Le réseau international francophone ECOBIM rassemble depuis 2004 environ 120 personnes appartenant à trentaine d’équipes de recherche dans des actions de collaboration bilatérale dans le domaine de l’écotoxicologie des milieux aquatiques sur 2 axes, trans-Atlantique et trans-Méditerranée. Le Réseau compte aussi parmi ses adhérents des acteurs du monde économique et culturel: exploitants de ressources aquacoles, parcs, aquariums, …. L’écotoxicologie doit s’adapter au contexte évolutif de la contamination chimique environnementale (molécules nouvelles, interactions avec le changement climatique, …) en développant des compétences nouvelles sur les outils et méthodes d’évaluation environnementale. L’approche conjointe le long des continuums est favorisée, par des travaux sur pour l’ensemble des écosystèmes aquatiques anthropisés : fleuves et grands estuaires principalement. Ce réseau vise d’autre part à contribuer à la formation académique de niveau doctoral et pré-doctoral grâce à une implantation bien établie des équipes dans les universités Européennes et Nord-Américaines, mais aussi contribuer à l’information du public sur les conséquences environnementales des pollutions.

Les principaux objectifs du réseau sont:

  • acquérir des connaissances scientifiques sur les nouvelles formes de contamination chimique en favorisant l’approche pluri-disciplinaire, entre biologistes et chimistes
  • favoriser leur application pour le volet opérationnel de programmes de surveillance, notamment en harmonisant les méthodes d’analyse et d’exploitation des données
  • développer des modèles biologiques pertinents pour la surveillance des milieux aquatiques
  • favoriser l’observation in situ en organisant des travaux communs sur des sites-ateliers d’importance internationale
  • accéder à des moyens analytiques partagés et à des moyens expérimentaux lourds

Structures de rattachement

Institut Universitaire Européen de la Mer (France)  http://www-iuem.univ-brest.fr/fr

Université du Québec à Rimouski (Canada)  http://www.ismer.ca/

Le Réseau ECOBIM en quelques actions

– Coordination de projets de recherche bi-latéraux financés par : ANR, CRSNG, OSPAR, Programmes de coopération franco-québécoise, …

– Animation scientifique

  • mobilité des membres
    • séjours d’étudiants, de chercheurs, de post-doctoraux
  • réunions scientifiques
    • ateliers méthodologiques (immunotoxicologie, génotoxicologie, …) depuis 2004
    • colloques annuels d’animation du réseau depuis 2006
  • ateliers pluri-annuels d’évaluation environnementale sur sites remarquables (Saint-Laurent maritime, fjord du Saguenay, Baie de Seine, Rade de Brest, …)

– Formation par la recherche

  • co-encadrement d’étudiants de Master/Maîtrise
  • encadrement de doctorats en co-tutelle

– Développement de support de Formation Numérique

Contacts

Europe: Pr Michel AUFFRET (Université de Brest, France, LEMAR)

Amérique du Nord: Pr Richard St LOUIS (UQAR, Qc, Canada)

Le site web du réseau