La seconde vie des plastiques de laboratoire de l’IUEM

, ,

Les 4 et 5 novembre 2021, une équipe de six personnels et étudiants de l’IUEM a participé au Makeathon : un marathon créatif organisé à l’UBO Open Factory, dans le cadre du programme européen Sea-EU et du dispositif « Campus Innovant et Durable ».

L’équipe a travaillé autour d’une problématique commune sur la valorisation des plastiques de laboratoire non-souillés : “Comment appliquer les principes bien connus de réduction, réutilisation et recyclage aux laboratoires de l’IUEM ?” À travers le développement de deux prototypes, l’équipe a prouvé que tubes, flacons, cônes et pipettes recèlent encore bien des usages possibles après leur passage au laboratoire.

Objectif du marathon : Transformer les plastiques de laboratoire en objets durables et désirables !

MODUL’LAB :  De la boîte de cônes au mini mur végétal de bureau

Le but de ce premier projet est de pouvoir créer un objet pratique et modulable à partir de la réutilisation brute des boites de cônes. Les grilles colorées de supports de cônes sont assemblées les unes aux autres afin de créer des blocs, tel un jeu de construction. L’assemblage final peut être réalisé par le futur propriétaire de l’objet pour répondre à ses envies. Ainsi, il pourra choisir la forme et les couleurs de son mur végétal. Les boîtes quant à elles serviront de réceptacles pour le maintien, voire, la croissance des plantes.

La version de ce prototype pourra être agrandie pour déployer ce concept de mur végétal pour l’extérieur. Un projet de « lampe végétale » alliant bois, boîtes de cônes, plantes et lumière a également été développé durant le marathon.

Ce travail pourra être présenté dans les campus universitaires, voire les écoles où d’autres éléments pourront être réemployés pour construire ces modules.

Lab’Oucle : La transformation de la matière pour la création de nouveaux objets

L’objectif principal du second prototype proposé lors de ce marathon repose sur la transformation de la matière. En effet, l’idée est de collecter différents items de laboratoire (tubes, boîtes de cônes, bouchons…) et de les transformer en nouveaux objets utiles au laboratoire. Ce processus de revalorisation se décompose en deux étapes :

  • Au laboratoire : Mise en place de points de collecte pour ces différents items plastiques rigides non-contaminés
  • À l’UBO Open Factory : Les items récoltés sont, dans un premier temps, broyés en copeaux, puis fondus à l’aide d’une presse. On obtient alors une plaque de plastique recyclé. L’objet désiré est dessiné sur ordinateur à l’aide d’un logiciel 3D et les différentes pièces sont ensuite découpées dans la plaque de plastique par une fraiseuse, puis assemblées.

Dans le cadre du marathon, un portoir de tubes coniques de 50 mL a été réalisé à partir de plastique recyclé.

Ainsi, à partir de « déchets » de laboratoire et grâce à un traitement minimal, un nouvel objet, utile pour les activités de laboratoire, a été produit. Lab’oucle est bouclée. À terme, ce processus permettra de limiter l’achat d’items plastiques neufs et démontre une liberté d’actions dans leurs créations : supports de tubes, de pipettes, de cahier de laboratoire, tabourets de labo…

La suite

Une réflexion est en cours sur l’organisation de la collecte, du tri et de la transformation des plastiques de laboratoire. Les prototypes doivent également être finalisés pour envisager un large déploiement. Des expérimentations de transformation sont à venir !

Pour échanger sur la valorisation des plastiques de laboratoire, visualiser concrètement les prototypes créés et découvrir les autres mesures de recyclage des plastiques de laboratoire déployées à l’institut dans le cadre du projet Preventing Plastic Pollution, un temps d’échanges est prévu le 13 décembre à 13h15 en Amphi A. Venez nombreux !

Crédits photos

Kevin Quessette / CNRS

Mallorie Bodériou / CNRS

 

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Kevin Quessette / CNRS

Antoine Bideau  / UBO

Lucie Toussaint / Ifremer