Articles

La belle histoire des merveilles de la Terre, un ouvrage de Gilles Chazot

, ,

Gilles Chazot, professeur à l’UBO au laboratoire Géosciences Océan (LGO) de l’IUEM, est l’auteur de ce beau livre publié aux éditions De boeck supérieur . Gilles est un géologue passionné d’histoire et cet ouvrage est une invitation à découvrir l’histoire de notre planète à travers ses spécificités naturelles les plus exceptionnelles. Il s’adresse au grand public,  comme l’étaient déjà la belle histoires des volcans et Volcanologie dont il est coauteur. Gilles Chazot est auteur de nombreux travaux sur le manteau sources des basaltes. Ses recherches actuelles portent sur le volcanisme du rift Est-Africain, de la ligne volcanique du Cameroun et sur les arcs insulaires du Pacifique.

Ce panorama chronologique résume, en 170 fiches largement illustrées, l’histoire mouvementée de notre planète depuis sa naissance – il y a 4,5 milliard d’années – jusqu’à nos jours. Le style choisi, évitant toute formalisation, passionnera tout lecteur fasciné par les phénomènes naturels extrêmes ou les voyages. De nombreux encarts indépendants viennent compléter les fiches chronologiques par exemple sur l’exploitation des roches, des minerais et des minéraux.

Voici un lien pour feuilleter un extrait du livre.

 

Crédit photos

De boeck supérieur édition

Marie-Agnès Chazot 

Contact

Gilles Chazot / UBO

Virginie Dupont, Enseignante-chercheure en chimie au LBCM à l’UBS

,

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

Jusqu’au DEA de chimie fine, j’étais à l’UBO. J’ai fait une thèse à l’Ecole nationale supérieure des industries chimiques (ENSIC) à Nancy. Mon sujet portait sur la synthèse et l’analyse structurale des N-hydroxy peptides. Il s’agissait de faire de la synthèse de petits peptides de façon à remplacer la liaison amide biodégradable par un groupe plus résistant aux attaques enzymatiques. L’objectif était de favoriser certaines conformations de la molécule pour influencer les propriétés structurales des peptides afin d’intervenir sur la reconnaissance macromoléculaire de protéines. Le sujet était très fondamental. J’utilisais beaucoup la résonance magnétique nucléaire (RMN), la diffraction par les rayons X et la spectroscopie infrarouge pour des études  conformationnelles. Après un poste d’ATER à Nancy pendant un an, j’ai été recrutée sur un poste de Maître de conférence à l’UBO fléché UBS en 1994. A ce moment-là, il n’y  avait qu’un laboratoire d’analyse de l’eau, d’hygiène publique et industrielle et j’ai travaillé sur les phénomènes de métabolisation des rejets industriels et des lixiviats de déchets (jus des ordures ménagères) pendant un an. Puis j’ai intégré le LBCM (Laboratoire de Biologie et Chimie Moléculaire) en 1995. Entre 1996 et 2001, je suis partie à Nantes au laboratoire de synthèse organique (CEISAM) pour des raisons scientifiques et pour rapprochement de conjoint. Je suis ensuite revenue à l’UBS et j’ai intégré le laboratoire d’ingénierie des matériaux de Bretagne (LIMATB), qui est devenu l’Institut de recherche Dupuy de Lôme. J’ai aussi un peu travaillé avec les collègues du  LGO et j’ai réintégré le LBCM en 2015. Je suis professeure depuis 2018.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

En étant que chercheure associée au LBCM, j’ai intégré l’IUEM en même temps que le LBCM.  

Que fais-tu à l’IUEM ?

D’une part, je suis chercheure associée dans l’équipe de valorisation des ressources biologiques et des molécules marines. Mes compétences portent sur l’extraction de métabolites primaires et secondaires à activité biologique. Ce sont, par exemple, des molécules sécrétées par des algues (lipides ou sucres).

D’autre part, j’enseigne la chimie organique et l’analyse physico-chimique. Depuis 2012, j’assure entre 60 et 96 heures auprès des étudiants de licence et principalement en TP. En effet, de mon point de vue, c’est l’enseignement où les interactions avec les étudiants sont les plus importantes.

Parmi mes autres activités, j’ai été doyen de la fac de sciences de 2006 à 2012 et depuis 2012, je suis 1ère Vice-présidente en charge du conseil d’administration, des ressources humaines, des finances et du patrimoine. Entre 2016 et 2019, j’ai été Vice-présidente Cohésion à l’Université Bretagne Loire. Je suis aussi présidente de l’association nationale des Vices-présidents du conseil d’administration des universités depuis 2016 et candidate à la présidence de l’UBS de mars prochain !


 

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Un plaisir toujours renouvelé à enseigner, malgré les responsabilités et qui se nourrit des commentaires des étudiants : « Madame, surtout n’arrêtez pas ! »

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Cuisiner pour faire plaisir, faire du sport (course, natation) et découvrir de nouveaux horizons !

As-tu une devise ?

Une devise que je partage avec un brestois que l’UBO connaît bien : « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Et « Carpe diem ».

 

Crédit Photo

Olivier Pleyber

Contact

Virginie Dupont

Annulation de la Journée Portes ouvertes de l’UBO du 7 mars 2020

En raison des mesures ministérielles actuelles, le Président de l’UBO a pris la décision d’annuler cette journée.

Ce qui était prévu

L’IUEM, qui ouvre ses portes tous les 2 ans, sera fermé ce jour-là mais plusieurs dispositifs sont mis en place pour les personnes qui souhaiteront découvrir les différentes formations du Master des sciences de la mer et du littoral (SML) ainsi que l’Ecole doctorale. Un stand sera tenu notamment par l’association Sea Ti Zen à l’UFR Sciences pour présenter les mentions biologie, biotechnologies, chimie, physique et géosciences. La mention EGEL sera présentée à l’UFR lettres et celles de droit et d’économie à l’UFR de droit.

Le master Sciences de la Mer et du Littoral (SML) est unique en France. Il regroupe sous un même domaine 8 mentions qui abordent les différents aspects des SML : Biotechnologies, Biologie, Gestion de l’environnement, Economie Appliquée, Droit des Activités Maritimes, Sciences de la Terre, des Planètes et de l’Environnement, Chimie et Sciences du Vivant, Physique Marine.

Des pratiques d’enseignement innovantes sont en place à l’IUEM : Une unité d’enseignement interdisciplinaire pour renforcer le lien entre les étudiants des différentes mentions et des classes inversées pour favoriser les discussions entre étudiants, enseignants et chercheurs.

Une attention particulière est donnée au développement de ressources pédagogiques numériques via des projets de e-learning (MOOC, SPOC…) au-delà du cadre des enseignements universitaires ; ce qui permet ainsi une valorisation de la formation par la recherche et aux apprenants d’étudier en fonction de leurs rythmes d’apprentissage.

Quant à l’Ecole doctorale des sciences de la mer et du littoral, elle est naturellement multidisciplinaire et a pour vocation de fédérer les disciplines impliquées dans l’étude du milieu marin au sens large. Elle forme des spécialistes de haut niveau en sciences de l’univers, de la vie, humaines et de l’ingénieur.

L’ouverture à l’international du programme de formation en sciences de la mer et du littoral est également aujourd’hui une priorité pour l’IUEM. Dans ce cadre, l’Institut soutient la mobilité de ses étudiants, doctorants, personnels administratifs et enseignants-chercheurs et participe à différents programmes internationaux de formation dans le cadre européen et à l’international.

Crédit photo

Sébastien Hervé / UBO

Contact

Cécile Nassalang / CNRS

Pages

L’Institut

L’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM) est un organisme pluridisciplinaire dans le domaine des sciences de la mer et du littoral dont les activités sont centrées autour de 3 missions : la recherche, la formation et l’observation.

L’IUEM est soutenu et financé par

L’IUEM est soutenu et financé par



3 missions complémentaires

Quelques chiffres

500

Scientifiques, techniciens et administratifs

270

Etudiants de master

200

Doctorants

20 ans

de sciences de la mer et du littoral