Archive d’étiquettes pour : protection

L’équipe du projet de recherche SARGADOM à la conférence Océan de Lisbonne

, ,

La conférence océan des Nations Unies

La Conférence des Nations Unies sur l’océan a eu lieu à Lisbonne, au Portugal, du 27 juin au 1er juillet 2022. Elle a réuni la communauté internationale océan des décideurs, des chercheurs, des praticiens et des parties prenantes pour mener une réflexion sur la nécessité d’intensifier l’action en faveur de la protection de l’océan.

Le thème de la conférence était précisément ” Renforcer l’action en faveur de l’océan basée sur la science et l’innovation pour la mise en œuvre de l’objectif 14 : bilan, partenariats et solutions ” (‘Scaling up Ocean Action Based on Science and Innovation for the Implementation of Goal 14: Stocktaking, Partnerships and Solutions‘).

Organisée conjointement par les gouvernements du Portugal et du Kenya, la conférence s’est déroulée dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030), qui vise à promouvoir la compréhension de l’océan et l’investissement dans la science pour la gestion durable des ressources marines.

Le projet SARGADOM présente un grand intérêt pour la cible 14.c de l’Objectif de développement durable 14 – Améliorer la conservation et l’utilisation durable des océans et de leurs ressources en appliquant le droit international tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer-, qui fournit le cadre juridique pour la conservation et l’utilisation durable des océans et de leurs ressources.

Des représentants de l’ONG costaricienne MarViva, de la Commission de la mer des Sargasses, de l’UBO et de l’OFB ainsi que d’autres soutiens et partenaires du projet étaient présents à la conférence.

L’engagement de SARGADOM

“Contribuer à une gouvernance hybride pour protéger et gérer des aires remarquables en haute mer : Dôme thermal et mer des Sargasses” tel est l’objectif du projet et l’engagement pris auprès des Nations Unies (voir site de l’UN DESA).

Lors de la conférence, l ‘équipe du projet a soumis deux propositions au dialogue interactif 7 “Renforcer la conservation et l’utilisation durable des océans et de leurs ressources en appliquant le droit international, tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer”. Elles sont à retrouver ci-dessous (en anglais) :

Thermal Dome

“Respectfully, we offer our support to the governments to collaborate with the High Ambition Coalition on BBNJ launched at the One Ocean Summit on the establishment of a technical group dedicated to study and develop management proposals for the Thermal Dome. We understand the complexity of its management and we would like to support the process to create the possible scenarios for a sustainable governance of this important site in the High Seas. In doing so, we pursue to contribute to the discussions about the elements of the UN negotiations on BBNJ and inform on possible implementation models for regional and global coordination.”

Sargasso Sea

“The Sargasso Sea Commission has been described as a new paradigm for high seas governance. In this Ocean Decade, we invite more governments to become stewards of this iconic high seas area, and to become pioneers of high seas conservation in general by becoming signatories to the Hamilton Declaration. As the high seas are the concern of everyone, we encourage participation from around the world – not just from governments adjacent to the Sargasso Sea.”

Si certaines idées ont été reprises dans le résultat officiel de la conférence (la déclaration politique adoptée par les représentants des États), des orientations essentielles pour un changement transformateur ont émergé des échanges entre la société civile, les représentants des jeunes, les chercheurs et les partenaires des Nations Unies en marge de la conférence.

Pour en savoir plus sur le projet découvrez le site Internet (plus de ressources à venir bientôt).

Crédit photo

Fae Sapsford

Contact

Joëlle Richard / UBO

Transport maritime : ralentissons un peu

,

Les 12 au 13 décembre 2019, un colloque sur le  « Le Transport maritime et la protection de la biodiversité » rassemblant plusieurs laboratoires bretons s’est tenu à l’IUEM. Au cours de cet événement, les intervenants ont remarqué des similitudes au niveau de leurs recherches qui ont déclenché une collaboration inter-laboratoire et interdisciplinaire sur le sujet du transport maritime et de l’impact sociétal et environnemental de la réduction de vitesse des navires. Cette association a engendré la publication d’un article “Maritime transportation:Let’s slow down a bitdans Science of the Total Environment. Le 1er auteur de cet article est Maxime Sèbe. 3 scientifiques de l’IUEM ont également participé à cette publication : Pierre Scemama, Anne Choquet et Valérie Stiger-Pouvreau.

Le transport maritime est un contributeur majeur à l’économie mondiale, mais a un impact social et environnemental significatif. Chaque impact appelle des solutions techniques ou opérationnelles différentes. Dans leur publication, les intervenants du colloque ont constaté que les mesures de réduction de vitesse semblent atténuer plusieurs problèmes : (1) collision avec la faune ; (2) collision avec des objets non vivants ; (3) bruit sous-marin ; (4) espèces envahissantes ; et (5) émission de gaz.

Les auteurs ne prétendent pas que la réduction de la vitesse est la meilleure solution pour chaque problème individuel mentionné ci-dessus, mais soutiennent que cela pourrait être une solution clé pour réduire considérablement toutes ces menaces simultanément. Les auteurs préconisent le développement de recherches interdisciplinaires pour évaluer les coûts économiques privés des mesures de réduction de la vitesse et les mettre en perspectives avec les avantages environnementaux et sociaux découlant de tous les problèmes atténués par de telles mesures.

Crédit illustration

Andréa Sèbe

Contact

Maxime Sèbe