Archive d’étiquettes pour : archéologie

La dalle de Saint Bélec, plus ancienne carte d’Europe ?

, ,

Lorsqu’une équipe de chercheurs dirigée par Clément Nicolas (Bournemouth University) et Yvan Pailler (UBO/Inrap) a vu pour la première fois des photographies d’archives d’une dalle de schiste brisée conservée au Musée d’Archéologie nationale, elle a été intriguée. La dalle faisait 2,20 m sur 1,80 m, étant gravée de motifs répétés reliés par un réseau de lignes, ils ont soupçonné qu’il pouvait s’agir d’une carte. Cette dalle avait été exhumée en 1900 d’un tumulus en Bretagne, où elle formait l’un des murs d’une tombe en pierre datant de la fin de l’âge du Bronze ancien, entre 1900 et 1640 avant notre ère. Elle, qui pèse plus d’une tonne, était entreposée depuis plus d’un siècle lorsque C. Nicolas et ses collègues l’ont retrouvée pour l’examiner de plus près.

Les archéologues ont constaté qu’un creux triangulaire situé sur le bord gauche de la dalle rappelle la forme de la vallée de l’Odet, près de l’endroit où elle a été découverte. Un motif carré dans ce creux semble représenter une masse granitique importante dans le paysage. De même, les lignes correspondent étroitement au réseau de rivières de la région. L’équipe a conclu que la dalle est une carte d’une région mesurant environ 30 sur 21 kilomètres et qu’elle date de 2150 à 1600 avant J.-C : « C’est la plus ancienne carte d’un territoire que nous pouvons reconnaître en Europe », dit Clément Nicolas. Un motif au centre pourrait marquer une enceinte, ce qui amène les chercheurs à suggérer que la carte représente le petit royaume de l’âge du Bronze et que son but était de revendiquer ce territoire.

Le top 10 des découvertes archéologiques (année 2021) de la revue américaine Archaeology Magazine vient de paraître, la dalle de Saint-Bélec y figure.

Publication en français & en anglais.

Retrouvez le teaser et l’entretien réalisés par l’UBO.

Crédit photos

Denis Glicksman / INRAP

Contact

Yvan Pailler / INRAP

Sortie de l’ouvrage « Une maison sous les dunes, Beg ar Loued, île de Molène, Finistère »

«UNE MAISON SOUS LES DUNES. BEG AR LOUED, ÎLE MOLÈNE, FINISTÈRE. Identité et adaptation des groupes humains en mer d’Iroise entre les IIIe et IIe millénaires avant notre ère» est le titre complet de cet ouvrage.  Il est dirigé par Yvan Pailler, archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), personnel accueilli au Laboboratoire environnement, télédétection et géomatique-Brest (LETG-Brest) et Clément Nicolas Post-doctorant au laboratoire Trajectoires à Nanterre. A l’occasion de la sortie de ce livre, l’Université de Bretagne Occidentale, l’IUEM et le Parc Naturel Marin d’Iroise (PNMI) organisent un événement au sein de l’IUEM le jeudi 11 juillet pour le présenter au grand public.

L’ouvrage : une monographie retraçant des fouilles sur plus de 8 ans

Fouillé de 2003 à 2011, le site de Beg ar Loued au sud de l’île de Molène (Finistère) a livré les vestiges de deux maisons en pierres sèches superposées et occupées de 2150 à 1750 avant notre ère. À cette période, le plateau Molénais, déjà insulaire depuis le Néolithique ancien, se présentait dans une forme assez proche de l’actuel, exception faite des estrans qui étaient beaucoup plus vastes. Le site se trouvait alors à une centaine de mètres du trait de côte. L’étude du site a permis de mieux comprendre le mode de vie de cette société insulaire. Celle-ci pratiquait l’agriculture et l’élevage, complétés par la pêche sur estran, la collecte des patelles et, dans une moindre mesure, la chasse aux oiseaux migrateurs. La culture matérielle montre que ce groupe exploitait les ressources locales : argile, cordons de galets et affleurements rocheux. Ce tableau d’une société autarcique se doit pourtant d’être nuancé, car l’architecture des bâtiments, les formes céramiques, la technologie lithique et la métallurgie sont autant d’indices montrant que cette société n’était pas à l’écart des circuits d’échanges et qu’elle était en phase avec les changements et les innovations culturels identifiés sur le proche continent. Dès lors, se pose la question de la navigation et de la nature des liens qu’entretenait cette société insulaire avec le continent ou avec les îles Britanniques.

Légende : Vestige des deux maisons en pierres sèches

Un événement à l’occasion de la sortie de cet ouvrage colossal

Préfacé par Pierre PETREQUIN, Directeur de recherche émérite CNRS, spécialiste du Néolithique, l’ouvrage compte plus de 730 pages et plus de 470 illustrations. Paru en mai 2019 chez l’éditeur Sidestone Press, (Leiden, Hollande), il est disponible sur le site de Sidestone Press et consultable gratuitement en ligne.
Le programme de l’après-midi du 11 juillet est le suivant :

  • 15h00 : Une conférence dans l’amphi D de l’IUEM ouverte à toutes et tous sur l’archéologie des îles dans une vision méditerranéenne intitulée “Premières navigations en Méditerranée : une histoire d’îles. Derniers chasseurs et premiers néolithiques de Chypre à la Corse” animée par Jean-Denis VIGNE, directeur de recherche au CNRS, du laboratoire Archéozoologie et Archéobotanique (AASPE, CNRS/MNHN)
  •  17h00 : Une présentation de l’ouvrage dans le hall niveau 2.

Crédit photos

La Marine nationale

Contact

Yvan Pailler