Les relations hôtes-pathogènes

Dans un contexte de changement climatique, l’émergence de maladies modifie notablement la dynamique des populations hôtes et pathogènes, mais aussi les réseaux d’interactions plus complexes à différentes échelles dans l’écosystème (communautés d’espèces ou « méta-organismes », espèces réservoirs et vectrices, réseau trophique…). La compréhension fine des systèmes Environnement-Hôte-Pathogène demande de plus en plus d’approches intégratives, lesquelles se développent fortement au LEMAR et qui seront au coeur des thématiques des nouvelles équipes. Des concepts nouveaux comme l’holobionte, c’est-à-dire l’association entre un hôte et sa communauté écologique de microbes ou micro-biome, demandent d’associer différentes approches allant de l’écologie microbienne à la génomique, l’écologie évolutive, mais aussi la paléontologie. Comprendre les processus d’adaptation des agents pathogènes et des hôtes pose de nouvelles questions, comme par exemple, le rôle potentiel des processus épigénétiques et du comportement dans des processus évolutifs ? Ces perspectives de recherches récentes au LEMAR vont certainement encore bouleverser nos paradigmes sur les systèmes complexes environnement-hôtes-pathogènes-microbiote.