Nouvelles méthodologies d’observation du milieu marin côtier

De nouvelles méthodologies d’observation des milieux marins côtiers sont en cours de développement. Parmi elles il y a l’acoustique sous marine et de l’accélérométrie, tant à l’échelle individuelle (éthologie) que de la communauté (écologie, observation, surveillance). Ce travail déjà largement initié en milieux tempérés (à Brest et à Rimouski) en lien avec le LIA BeBest et avec le partenaire INP Grenoble. Déjà conduites par le LEMAR en rade de Brest, en mer d’Iroise, en Arctique et en Nouvelle Calédonie, les recherches dans ce domaine nous ont permis d’étudier très précisément la métamorphose, les mouvements et l’énergie qui sont associées, sur des invertébrés benthiques aux situations de stress sonores, hypoxiques, toxiques ou encore thermiques. Nous avons de solides arguments pour dire que cette approche, visant à mettre au point l’utilisation de nouveaux capteurs est porteuse d’avancées notables en écologie marine des milieux subtidaux. L’acoustique passive offre l’énorme avantage d’être insensible à l’état de la mer et de ne pas être intrusive.