Articles

Transformer l’océanographie pour un monde meilleur par Linwood Pendleton d’AMURE

, ,

Dans un nouvel article publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), Karen Evans, Martin Visbeck et Linwood Pendleton d’AMURE soutiennent que nous avons dix ans pour transformer de manière significative l’océanographie si nous voulons un jour avoir l’océan que nous voulons – un océan sain, productif et sûr pour les hommes et la nature.

Aujourd’hui, avec la pandémie qui nous menace, le besoin de transformation est encore plus urgent que lorsque ce papier a été présenté il y a quelques mois à peine. Les risques sanitaires de la recherche océanographique ont été mis en évidence par l’épidémie du COVID-19.

À l’avenir, de plus en plus de recherches océanographiques nécessiteront des plateformes autonomes pouvant fonctionner sans intervention humaine directe – les planeurs, les drones, les ROV, les hydrophones et les satellites devront supporter une plus grande part du fardeau de la recherche.  Heureusement, nous sommes prêts pour cette transformation.  Des plateformes de recherche autonomes télécommandées sont testées et déployées dans le monde entier.  De même, il existe déjà des moyens autonomes de surveillance, de régulation de la pêche et de l’utilisation des océans, mais ils n’ont jamais été financés au niveau nécessaire pour réaliser leur plein potentiel.

La 4ème révolution industrielle est entièrement consacrée à la recherche et à la gestion des océans.  Comme pour la 3ème révolution industrielle, si les scientifiques sont prêts à s’adapter à ces changements, nous pourrions assister à une augmentation sans précédent de la productivité et du progrès scientifiques – avec plus de temps consacré à l’analyse et à la découverte et moins de temps à la collecte et au traitement des données brutes.

Les scientifiques marins, notamment les océanographes, les économistes, les anthropologues, les écologues, les météorologues et une myriade d’autres personnes travaillent sans relâche pour trouver de meilleurs moyens pour créer la science nécessaire pour lutter contre la perte de biodiversité et le changement climatique. Les perturbations causées par la pandémie du COVID-19 seront sans aucun doute importantes pour l’océanographie, mais elles pourraient bien être le catalyseur dont nous avons besoin pour sortir de la routine et créer un changement de paradigme unique qui pourrait conduire à une nouvelle révolution en sciences marines.  Une révolution dont nous avons grandement besoin si nous voulons que l’océan redevienne ce qu’il est et tel que nous en avons besoin.

Voir l’article original.

Crédit photos

Elva Escobar

WWF

iStock

Contact

Linwood Pendleton