Archive d’étiquettes pour : objectifs de développement durable

ISblue COP et Formation ISblue

, ,

Dans le cadre de la COP26 (Conférence des Parties n°26) et de l’Appel à projets (AAP) Formation ISblue, Quentin Millière, Riwalenn Ruault, Pauline Letortu et Adélie Pomade, ont organisé le 16 novembre une simulation de négociations et de conférence de presse pour un accord sur le climat, avec les étudiants de licence et de master de l’UBO : « ISblue COP ». Cet événement autour de l’enjeu du changement climatique a réuni 278 étudiants, dont les 135 étudiants de l’Unité d’Enseignement (UE) Sciences et Sociétés, les 97 étudiants d’Inter Sciences de la mer et du littoral (SML) et les 46 étudiants de Licence 2.

Cette journée était basée sur la transdisciplinarité et le multiniveau en lien avec les grands enjeux sociétaux face au changement climatique et avec les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Elle a été marquée par :

  • la restitution des étudiants de Master 1 (responsables : Frédérique Alban, Grégory Charrier et Olivier Gauthier) de l’IUEM qui ont travaillé autour de la thématique : « la vulnérabilité des socio-écosystèmes face au changement climatique »,
  • la simulation des négociations réalisée par les étudiants de Master 2
  • la conférence de presse, pour laquelle les « journalistes », représentés par des étudiants de L2 géographie, avaient aussi travaillé sur cette thématique.

Des problématiques comme la durabilité d’une ville côtière (ODD 11), la labellisation des systèmes alimentaires (ODD 12) ou encore la question du recours à la géo-ingénierie dans un contexte de changement climatique (ODD 13) ont été approfondies par les étudiants de licence et de master.

Dans l’UE Sciences & Sociétés (responsable : Adélie Pomade), les étudiants de Master 2, encadrés par des doctorants, ont incarné différents rôles de négociateurs tels que des États, des ONG et des entreprises multinationales. Ils ont préparé en conséquence leurs travaux qui ont servi d’arguments concrets autours des points clés des objectifs du développement durable. La finalité de ces négociations était d’aboutir à un accord commun et compatible avec les ODD, émergeant des explorations des différents problématiques. Or la négociation n’est pas une tâche aisée !

Dans l’UE Climatologie (responsable : Pauline Letortu), les étudiants de licence 2 de géographie jouaient le rôle de médias spécifiques (médias traditionnels, scientifiques, modernes ou engagés) et avaient comme objectif de produire des questions qui nourriraient un article ou une vidéo en accord avec les codes du média choisi.

Dans le détail, la matinée du 16 novembre était consacrée à la simulation des négociations. En fin de matinée, un document comprenant les points d’accords, de désaccords et les commentaires additionnels de ce temps d’échange a été rédigé. L’après-midi, durant la conférence de presse, chaque groupe d’étudiants a présenté les résultats des négociations en fonction de leur ODD et de leur problématique. Ils ont pu ensuite répondre aux questions des journalistes incarnés par les étudiants de Licence 2. Cette journée fut stimulante et enrichissante pour nous tous, une version COP27 est donc à l’étude pour aller encore plus loin !

Un grand merci à l’équipe organisatrice de l’évènement (Q. Millière, R. Ruault, A. Pomade, P. Letortu), à l’ensemble des membres du jury pour l’évaluation des étudiants (A. Pomade, F. Alban, E. Leproust, G. Charrier, G. Martin-Bailly, J. Deverchère, L. De Montbron, M. Kernec, O. Gauthier et P. Letortu), à Frédéric Jean et à Yves-Marie Paulet pour leurs discours et aux étudiants pour leur investissement.

 

Pour en savoir plus : Article Ouest-France « Près de Brest, des étudiants du Technopôle rejouent la Cop26 ».

 

Crédit photos

Riwalenn Ruault / UBO

Contacts

Quentin Millière / UBO

Riwalenn Ruault / UBO

Pauline Letortu / UBO

Adélie Pomade / UBO

 

L’océanographie au service du développement durable

L’European Marine Board (EMB) lance un 5ème document d’orientation « Naviguer vers l’avenir V (NFV : Navigating the Future V) ; Recommandations pour la Décennie des Nations-Unies pour l’océan », qui contient des propositions pour les sciences océaniques afin d’atteindre les objectifs de développement durable de la Décennie des Nations Unies. Ce Policy brief a été lancé le 19 novembre 2019 au Parlement européen à l’occasion d’une manifestation multipartite organisée conjointement par le European Marine Board (EMB) et le European Bureau for Conservation and Development (EBCD) sur le thème « Les principaux défis environnementaux et le rôle des objectifs du développement durable ».

La décennie des océans

L’année 2021 marque le début de la Décennie des océans qui donne l’occasion aux scientifiques, aux décideurs, à l’industrie et au public de se réunir pour faire en sorte que la société continue de bénéficier des ressources océaniques tout en améliorant la santé écologique du milieu marin et en assurant sa durabilité à long terme. Six résultats sociétaux ont été esquissés et le Policy brief de l’EMB présente les recommandations d’une synthèse, rédigée par d’éminents spécialistes européens, sur la science nécessaire pour atteindre ces objectifs. NFV recommande un programme de recherche marine holistique, axé sur les solutions et la durabilité, qui doit être conçu conjointement par toutes les parties prenantes.

Pour assurer la propreté des océans, il faut déterminer les effets cumulatifs et les interactions entre de multiples apports anthropiques, notamment le CO2 atmosphérique, le ruissellement agricole, les eaux usées non traitées, les espèces marines envahissantes et la pollution plastique. Un océan sûr exige que nous soyons capables de prévoir les risques océaniques tels que les ondes de tempête, les vagues de chaleur marines, les météotsunamis, les tremblements de terre sous-marins, les glissements de terrain et les éruptions volcaniques, ainsi que les tsunamis qui leur sont associés. Nous devons mieux comprendre les déclencheurs de ces risques et des impacts, y compris la façon dont ils sont influencés par le changement climatique.

Un océan sain pour une économie bleue

Un océan sain et résilient est indispensable pour soutenir une économie bleue durable. Une vue d’ensemble complète du fonctionnement de la biodiversité marine et de sa valeur socio-économique est nécessaire. NFV recommande la mise en place d’un programme de recherche interdisciplinaire sur la connectivité océanique axé sur les liens entre l’océan physique, chimique, biologique, géologique et l’humanité. La gouvernance des océans devrait être guidée par la structure et la fonction quadri-dimensionnelles des écosystèmes marins. Un océan exploité de façon durable est un océan dont les seuils de sécurité et de durabilité permettent aux industries océaniques de fonctionner, comme les pêches, l’aquaculture, les biotechnologies et l’énergie. Les stratégies de résilience, les compromis et l’éthique devraient être intégrés dans les protocoles d’aide à la décision.

La prévision océanique

Une prévision océanique conduira à une meilleure gestion des écosystèmes marins, à une exploitation durable des ressources, à des projections climatiques et à la prévision des risques océaniques. Il est nécessaire d’améliorer les observations et le partage des données océanographiques, ainsi que de développer l’Internet des objets océaniques, l’intelligence artificielle et l’informatique en nuage. Les données devraient être intégrées dans des modèles interdisciplinaires afin de créer des systèmes d’alerte rapide pour les multiples facteurs de stress, les points de basculement et les risques océaniques. Un océan limpide fournira des données et des informations océaniques à toutes les parties prenantes pour des prises de décision éclairées. NFV recommande le développement d’une plate-forme océanique en réalité virtuelle où les données seront disponibles et traitées en temps réel.

L’European Marine Board (EMB) est l’un des principaux groupes de réflexion européens sur la politique des sciences de la mer. L’EMB est un réseau de plus de 10 000 scientifiques des principaux instituts océanographiques et marins nationaux, d’organismes de financement de la recherche et de réseaux nationaux d’universités en Europe. Le Conseil de l’EMB offre une plate-forme à ses organisations membres pour développer des priorités communes, faire progresser la recherche marine et combler le fossé science-politique afin de relever les défis et de saisir les opportunités futures en sciences marines.

Crédit photos

European Marine Board

Contact

Anne Marie Tréguier