Approche rétrospective des écosystèmes marins

L’étude de l’information structurelle et géochimique archivée dans les structures carbonatées de nombreux organismes marins (coquilles de bivalves, otolithes de poissons, rhodolithes, et dorénavant les coccolithes) est incontestablement, depuis une quinzaine d’années, l’un des points forts et l’une des spécificités du LEMAR. Ces travaux mettent en lumière le potentiel considérable de ces archives biogéniques comme témoins du fonctionnement actuel et passé des écosystèmes marins. Le LEMAR s’est attaché ces dernières années à calibrer de nouveaux proxies, notamment de la dynamique phytoplanctonique grâce aux coquilles de bivalves (Li/Ca, Mo/Ca, Ba/Ca) ou de l’acidification des océans et du changement climatique grâce aux coccolithes (Li/Mg, B/Ca, δ11B), études marquées par la publication d’articles pionniers dans ce domaine. Il s’agira de comprendre les mécanismes biogéochimiques contrôlant l’incorporation de certains traceurs, et potentiellement de nouveaux proxies, dans ces archives carbonatées. Cette approche mécaniste impliquera nécessairement la mise en oeuvre d’expérimentations en conditions contrôlées (désormais rendues possibles par l’intégration de l’unité PFOM de l’Ifremer en 2012 et grâce à nos développements méthodologiques qui permettent de reproduire expérimentalement les forçages physico-chimiques dans des conditions représentatives du milieu naturel), la mise en place, en Rade de Brest, d’un observatoire très haute-fréquence des conditions environnementales, mais devra également passer par une approche modélisatrice de l’incorporation des éléments traces et isotopes stables dans ces archives carbonatées (e.g. modèles de type DEB).