Articles

Manon Le Goff, chimiste des eaux marines au LEMAR

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai obtenu un DUT de génie biologique option génie de l’environnement à Brest en 2006 et j’ai effectué mon stage, qui a débouché sur un CDD, au SNO SOMLIT de l’observatoire de l’IUEM. Ensuite, je suis partie au Sénégal pendant 3 mois en tant que bénévole à l’Océanium, une association environnementale de Dakar.
J’y ai découvert une autre culture et d’autres écosystèmes, notamment en travaillant dans l’aire marine protégée du Sine Saloum avec les habitants.

A mon retour, j’ai fait une mission d’intérimaire de 2 mois en biologie moléculaire à Ifremer pour étudier l’origine d’une contamination fécale de coquillage. Puis, j’ai enchaîné sur un CDD de 4 mois à Labocéa où je m’occupais de surveiller la qualité des eaux de baignade au niveau microbiologique. Tout de suite après, j’ai passé et obtenu le concours externe de technicien chimiste du CNRS et ai intégré le LEMAR en 2007.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Le fait d’avoir expérimenté différents domaines de compétences m’a donné l’envie de m’orienter davantage vers la chimie des eaux marines, domaine d’études qui collait avec les ambitions que je pouvais avoir à l’IUT. Le secteur de la recherche offre aussi la possibilité d’un métier dynamique puisque je peux faire évoluer mes compétences, découvrir de nouvelles techniques et sujets d’études et participer à des campagnes de terrain.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je suis responsable des analyses de plusieurs paramètres proposés à la communauté scientifique du LEMAR par le plateau technique PACHIDERM (plateau d’analyse chimique des paramètres de base de l’environnement marin). J’analyse notamment les sels nutritifs de l’eau de mer (nitrates, nitrites, phosphates, silicates, ammonium) ainsi que la silice biogénique (silice d’origine biologique sous forme particulaire) et la chlorophylle a. Ces paramètres permettent de décrire l’état des écosystèmes ou de suivre des conditions expérimentales d’expériences en laboratoire.

En tant que chimiste, j’apporte aussi un soutien technique à 2 des 3 équipes du LEMAR : DISCOVERY et CHIBIDO. Je participe à des expérimentations sur le terrain et en laboratoire en prenant en charge la mise en place des expérimentations, l’échantillonnage, le conditionnement ainsi que l’analyse et le traitement des données. Les missions de terrain sont très variées, du Côtes de la Manche en rade de Brest, jusqu’au Groenland à bord du Pourquoi Pas ?, en passant par les mangroves guyanaises, des lacs salés de Micronésie et les Fjords norvégiens.

Je me forme également à de nouvelles techniques selon les besoins des projets. Par exemple, en ce moment je travaille sur l’analyse du Dimethylsulfoniopropionate (DMSP), un métabolite soufré que l’on retrouve dans plusieurs espèces marines. Et pour mener ces analyses, je me suis formée à la technique de la chromatographie en phase gazeuse.

J’ai aussi été assistante de prévention du LEMAR pendant presque 10 ans mais j’ai passé le relais aujourd’hui.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Ma 1ère rencontre avec la Guyane s’est fait sous une pluie de scarabées, de nuit… Un phénomène peu inquiétant de jour mais mon imaginaire de la Guyane l’a rendu plutôt menaçant. Avec cette mission, j’ai eu l’impression de faire un stage commando dans les mangroves : des déplacements entre les racines de palétuviers, parfois avec de la vase jusqu’à la taille et une faune très omniprésente. La 2ème fois que j’y suis retournée, on a eu la chance de collaborer avec Jamy pour le Monde de Jamy : Une icône pour ma génération !

Sinon, lors de la mission GEOVIDE, en Atlantique Nord/Mer du Labrador, dès qu’on voyait un bout de glaçon, je jouais Titanic à la flûte. Les collègues Leonardo et Catherine ont pris leur rôle au sérieux en se mettant à la proue, bras écartés, cheveux au vent.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Nager au milieu de milliers de méduses (non urticantes !) à Palau (Micronésie).

Les icebergs et la banquise du Groenland (Projet GEOVIDE).

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Les activités nautiques, la course à pied, le vélo, le sport en plein air en bref et les activités manuelles comme la couture…

As-tu une devise ?

Le ridicule ne tue pas.

 

Crédit photos

Thomas Jaud

Pauline Bleunven

Isabelle Bihannic / UBO

 

Contact

Manon Le Goff  / CNRS

Nutrition et centrale énergétique cellulaire

La relation entre la teneur membranaire en acides gras et l’efficacité mitochondriale diffère au sein et entre les teneurs alimentaires en oméga 3 à longue chaîne.

Une conséquence importante du changement climatique est la réduction de la production de nutriments essentiels à la base de la chaîne alimentaire marine : les acides gras polyinsaturés à longue chaîne de la série oméga-3 (n-3 HUFA). Cela peut avoir des conséquences dramatiques sur les consommateurs, comme les poissons, car ils ont une capacité limitée à synthétiser de novo les n-3 HUFA. Ces acides gras tels que l’acide docosahexaénoique (DHA, 22:6n-3) et l’acide eicosapentaénoique (EPA, 20:5n-3) sont essentiels pour la structure et la fonction des membranes biologiques. Il est de plus en plus évident que les poissons seront gravement affectés par la réduction de la disponibilité alimentaire des n-3 HUFA.

Lire l’article complet sur le site du LEMAR.

 

Crédit Photo

Stéphane Lesbats / Ifremer

Contact

Karine Salin / Ifremer

14 millions d’euros pour lutter contre la pollution plastique dans les zones sensibles

Preventing Plastic Pollution (PPP)

La zone de la Manche fait l’objet d’un projet de 3 ans, actuellement en cours de lancement et mené par l’Université Queen Mary de Londres, visant à éliminer et à prévenir la pollution par les matières plastiques dans des zones sensibles en Angleterre et en France.

Preventing Plastic Pollution (PPP) développera un modèle permettant de réunir des données sur la quantité et les sources possibles de pollution plastique, et ce dans sept sites pilotes : la rade de Brest, la Baie de Douarnenez, la Baie des Veys, la zone de Medway, les fleuves du Tamar et du Great Ouse, et le port de Poole.

Les spécialistes évalueront le taux de plastiques polluants qui s’introduisent dans les bassins versants, et ils identifieront les zones sensibles de la pollution. Ils détermineront la rentabilité et la durabilité des approches innovantes actuelles et créeront un portefeuille de méthodes d’élimination pour prévenir et gérer la pollution.

Le projet, d’un montant de 14 millions d’euros, a été approuvé par le Programme France (Manche) Angleterre, qui a engagé 9,9 millions d’euros de financement via le Fonds Européen de Développement Régional. Carolyn Reid, la Directrice du Programme Interreg France (Manche) Angleterre, déclare : « La pollution plastique constitue une énorme problématique environnementale, et nous sommes déterminés à rassembler des spécialistes des deux côtés de la Manche et à les soutenir dans la création de projets pour lutter contre celle-ci. »

Le CNRS partenaire du projet avec le LEMAR

Le CNRS est l’un des 17 partenaires de ce projet. Les scientifiques du LEMAR effectueront notamment des campagnes d’échantillonnage des microplastiques dans la rade de Brest et la baie de Douarnenez tout au long du projet dans le but d’évaluer les niveaux et l’évolution temporelle de cette contamination. Ces travaux participeront à l’évaluation de l’efficacité des mesures de réduction des déchets plastiques mises en place dans le projet PPP. Le laboratoire de Physiologie des Invertébrés de l’Ifremer, en partenariat avec le CNRS au sein du LEMAR, travaillera de plus sur la toxicité de ces microplastiques sur les organismes marins, en particulier sur l’huître creuse.

« Ce projet est une formidable opportunité de fédérer l’ensemble des acteurs locaux autour de la rade de Brest et de la baie de Douarnenez sur lesquelles nous allons suivre les niveaux de contamination par les déchets plastiques » Ika Paul-Pont, en charge du partenariat CNRS.

Réduction des déchets à l’IUEM et médiation scientifique

En complément de la démarche scientifique portée par ces deux organismes de recherche, deux volets supplémentaires seront déployés durant le projet. Le premier portera sur la mise en place de démarches écoresponsables visant à réduire drastiquement la production de déchets plastiques dans les bureaux et usages quotidiens, contribuant ainsi à l’Agenda 2030 de la France, à l’échelle de l’IUEM. Le deuxième volet concernera la réalisation d’actions de médiation scientifique, via l’organisation d’évènements grands publics et d’interventions dans les écoles en partenariat avec Océanopolis, afin de sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux de cette pollution.

Le projet PPP organisera aussi 160 événements communautaires de nettoyage des rivières, et il collaborera avec les industries de l’agriculture, de la pêche et maritimes pour trouver des moyens de capturer et d’éliminer les déchets plastiques de leurs activités.

Pour en savoir plus

Contacts

Jayne MANN
Emily COOPER

Crédit photo

Iwan JONES

L’UBO Open Factory (UOF), un outil ouvert à tous pour le développement et le prototypage de projet

Une formation à l’impression 3D organisée par l’UBO Open Factory (UOF-site de Quimper*) le jeudi 12 et le vendredi 13 décembre 2019, a rassemblé 5 étudiants et 3 enseignants-chercheurs de l’ESIAB, ainsi que deux ingénieurs de l’IUT de Quimper et de l’UBS.

La première partie de la formation animée par Tomo Murovec (UOF) et Laurent Marchal (UOF) a porté sur l’apprentissage du logiciel de conception en 3D Fusion (AUTODESK). Puis Nicolas Decourcelle, MCF à l’ESIAB, a présenté des exemples de l’impression 3D alimentaire et de la bio-impression. Enfin, la dernière partie de la formation était dédiée à la conception et l’impression d’objets en 3D sur les imprimantes du site Quimpérois de l’UOF. A l’issue de la formation, chaque participant est reparti avec les objets qu’il avait lui-même conçus.

Manon Buscaglia, doctorante à l’EDSML et Fabienne Guérard du LEMAR participaient à cette formation pour appréhender les aspects concrets de l’impression 3D dans le but de faire par la suite des essais d’impression en 3D de matrices de collagènes marins pour l’ingénierie tissulaire. C’est l’un des thèmes explorés dans le cadre du projet européen INTERREG VB « BLUE HUMAN » dans lequel est partenaire le LEMAR (F. Guérard, G. Le Blay, C. Hellio, V. Stiger, M. Fauchon et M. Buscaglia). Ce projet de recherche porte sur les biomatériaux d’origine Marine (notamment le collagène) pour l’ingénierie tissulaire.

Outre les imprimantes 3D, comme tout FabLab, l’UOF dispose de machines servant au prototypage des projets sur lesquelles il est possible d’apprendre en toute sécurité : découpeuse/graveuse au Laser, fraiseuse, thermoformeuse, machine à commande numérique, etc.

Vous pouvez contacter l’UOF pour tout projet de réalisation d’un prototype pour vos manips de laboratoire par exemple. Et si vous avez un projet personnel, l’open Bidouille est ouvert à tous les étudiants et personnels de l’UBO tous les jeudis après-midi de 14h à 17h, sur rendez-vous.

Pour en savoir plus

Crédit photo

Tomo Murovec / UBO

Contact

Fabienne Guérard

Lia Siegelman du LEMAR Lauréate de la bourse L’Oréal-UNESCO 2019

Lia a reçu la Bourse France L’Oréal-UNESCO “Pour les Femmes et la Science” mardi 8 octobre 2019 au Muséum national d’histoire naturelle à Paris.

Pourquoi cette récompense honorifique ?

Ce prix prestigieux lui a été remis pour ses travaux de thèse sur l’effet des fronts océaniques de fine échelle (< 10 km) sur le climat. Des données in-situ récoltées sur des éléphants de mer instrumentés dans l’océan austral ainsi que des données satellites d’altimètres ont été utilisées. L’originalité de la première partie de sa thèse est liée au fait d’avoir combiné ces données, de nature très différente. Lia a démontré que les fonds océaniques de fine échelle dans l’intérieur de l’océan étaient associés à des flux de chaleur importants dirigés vers le haut, c’est-à-dire  vers la surface. Dans les modèles de climat actuels, la dynamique des fronts de fine échelle n’est pas prise en compte en raison de la résolution basse de ces modèles et elle a trouvé qu’ils sont pourtant importants dans les océans car associés à des flux de chaleur importants.  Ainsi, elle a démontré que ces fronts altèrent considérablement la capacité de l’océan à absorber de la chaleur.

Cette bourse permettra à Lia de séjourner au NASA Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena en Californie, où elle pourra analyser la simulation numérique de l’océan global grâce à leur supercalculateur à très haute résolution, unique au monde, en complément de données satellites. L’objectif principal est de mieux comprendre l’impact de ces fronts sur le système océan-atmosphère, et plus particulièrement d’étendre ses résultats à tous les océans et à toutes les saisons. Lia inscrit ainsi ses travaux de recherche dans le cadre de la future mission spatiale franco-américaine NASA-CNES, « Surface de l’eau et topographie de l’océan » (ʺSurface Water and Ocean Topographyʺ, SWOT), dont le lancement est prévu en 2021.

Qu’est-ce que la Bourse France L’Oréal-UNESCO “Pour les Femmes et la Science” ?

Depuis 2007, les Bourses France L’Oréal-UNESCO “Pour les Femmes et la Science” visent à révéler et à récompenser de jeunes chercheuses talentueuses dans les sciences formelles, les sciences du vivant et de l’environnement, les sciences de la matière, les sciences de l’ingénieur et technologiques et de promouvoir la participation des jeunes femmes dans la science. Depuis la création de ce programme, 230 d’entre elles ont déjà bénéficié d’une telle bourse.

Ce programme a pour objectif de reconnaitre et de récompenser des femmes scientifiques sur tous les continents. Chaque année, les Prix L’Oréal-UNESCO distinguent des chercheuses émérites qui, par leurs travaux remarquables, ont participé au progrès de la science. Le programme identifie également des jeunes femmes scientifiques à fort potentiel afin de leur attribuer des bourses de recherche.

Les bourses sont remises par la Fondation L’Oréal et s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat avec la Commission Nationale française pour l’UNESCO et l’Académie des sciences.

En 2019, la Fondation L’Oréal remettra 35 bourses, d’un montant unitaire de 15 000 euros pour chaque doctorante et 20 000 euros pour chaque post-doctorante. Au moins cinq de ces bourses seront dédiées à des chercheuses effectuant leurs travaux dans les DOM-TOM.

Crédit photos et illustration

Lia Siegelman

Jean-Charles Caslot pour la Fondation L’Oréal

Contact

Lia Siegelman

Deux phycologues du LEMAR en visite en Norvège

Dans le cadre d’une collaboration entre l’institut de recherche Møreforsking et l’UBO, le maître de conférences Erwan Ar Gall et le doctorant Thomas Burel ont été accueillis par le Dr. Céline Rebours afin d’étudier les estrans rocheux d’Ålesund en Norvège en juillet 2019. L’objectif de ce travail est de préciser les interactions entre les macroalgues et leur environnement. La diversité et les recouvrements de macroalgues ont été évalués sur les îles de Hessa et de Vigra. La plupart des espèces ont été identifiées sur le terrain, et quand nécessaire, des examens microscopiques ont été réalisés au sein du laboratoire de Møreforsking. En parallèle, les gastéropodes brouteurs ont été dénombrés et la couverture de faune fixée a été estimée pour caractériser les interactions faune-flore. Afin de quantifier précisément les effets de l’hydrodynamisme sur les peuplements de macroalgues, des sondes de pression ont été attachées à la roche au sein même des canopées d’algues.

Résultats et méthodologie

Les résultats de ce travail vont être intégrés dans une étude à échelle européenne visant à déterminer les effets de la latitude sur les relations entre l’hydrodynamisme et les macroalgues. Ainsi, d’autres campagnes d’échantillonnage ont été menées en France, Irlande et Espagne. L’originalité de cette approche repose sur l’échantillonnage des macroalgues suivant des niveaux bathymétriques de l’estran correspondant à des ceintures, et la mesure in situ de l’impact des vagues. L’objectif de ce programme de recherche à long terme est de développer un modèle permettant de prédire la répartition et la couverture des espèces de macroalgues. Cet outil pourrait permettre d’estimer les biomasses d’espèces de macroalgues d’intérêt en fonction des conditions environnementales.
Les méthodes utilisées au cours de cette étude sont actuellement utilisées dans la mise en œuvre de directives cadres européennes pour l’évaluation de la qualité des eaux côtières et l’état écologique des écosystèmes marins. Dans le futur, ces méthodes pourraient permettre de déterminer l’impact des activités anthropiques sur la diversité macroalgale et sur la santé des ressources en macroalgues exploitées. Dans cette perspective, le partenariat entre Møreforsking et l’UBO sera développé.

Crédit photos

Céline Rebours

Pour plus d’informations

Site de l’institut de recherche Møreforsking

Projet de Thèse de T. Burel (poster)

Description des méthodes utilisées 

Ika Paul-Pont, Chercheure en écotoxicologie marine au LEMAR : Médaille de bronze CNRS 2019

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai commencé mon parcours de recherche par une thèse qui portait sur les interactions entre contaminants métalliques et micro-organismes pathogènes sur des mollusques bivalves à la station marine d’Arcachon. J’ai particulièrement apprécié cette thématique « multistress » à l’interface entre l’écotoxicologie et l’étude des relations hôte-pathogène chez des modèles bivalves. J’ai d’ailleurs essayé de conserver cette approche pluridisciplinaire dans la suite de mes travaux. Je suis ensuite partie 2 ans en Australie pour travailler sur l’épidémiologie d’un virus qui cause des mortalités massives d’huitres dans cette région du globe mais aussi en France et dans de nombreux autres pays. Ce postdoc m’a permis de travailler main dans la main avec des ostréiculteurs pour mettre en place de nouvelles pratiques d’élevage afin de réduire les mortalités dues au virus ; ça a été une expérience très riche scientifiquement et humainement.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Ma thèse faisait partie d’un projet ANR en collaboration avec le LEMAR et un de mes sites d’étude était situé à Landéda. Je suis donc venue à l’IUEM très régulièrement pendant mes 3 années de doctorat. J’ai eu un réel coup de cœur pour le coin et l’équipe du LEMAR avec qui j’ai eu la chance de travailler. Lorsque j’ai décidé de rentrer en France en 2013, il était donc évident pour moi de venir travailler à l‘IUEM. J’ai eu l’opportunité de démarrer un postdoc sur les microplastiques, un sujet bien différent de mon expérience australienne, mais qui me permettait de renouer avec les aspects de toxicologie dans l’environnement marin. Pendant cette année de postdoc j’ai candidaté au CNRS et j’ai été recrutée en tant que chargée de recherche en octobre 2014.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Je développe la thématique microplastiques au LEMAR en binôme avec Arnaud Huvet (Ifremer). Nous nous intéressons au devenir et aux impacts des microplastiques et nanoplastiques sur les écosystèmes côtiers. Nous développons 3 grands axes de recherche :

  • Nous menons des campagnes d’échantillonnage en milieu côtier (principalement rade de Brest à bord de l’Hésione et l’Albert Lucas) avec Anne-Laure Cassone (CNRS) afin de déterminer les niveaux de contamination et d’essayer d’identifier les sources et le devenir des particules en rade.
  • Les débris plastiques en mer étant des substrats très rapidement colonisés par tout un cortège microbien, nous nous intéressons aux pathogènes associés aux microplastiques et au rôle de ces particules dans la dissémination de micro-organismes pathogènes et l’émergence de maladies. Je retrouve ici mes approches multistress.
  • Enfin, nous étudions en laboratoire, via des expériences in vitro et in vivo, la toxicité des micro- et nanoplastiques sur des organismes marins modèles, à savoir le phytoplancton et les mollusques bivalves. Dans ce cadre, Kevin Tallec, doctorant, étudie notamment l’effet des nanoplastiques sur les jeunes stades de vie de l’huître (gamètes, embryons, larves) afin d’appréhender l’impact de ce contaminant sur l’ensemble du cycle de vie de cette espèce.

Ces 3 axes sont abordés à travers différents projets de recherche menés aux échelles régionale (SAD IN MEMO), nationale (ANR Nanoplastics ; CRD ANSES ; PROMPT ; FUI Microplastic2 ; DRMM MICROLAG) et européenne (Interreg MICRO ; Interreg PPP). Cette année, nous avons aussi participé à la création d’un GDR CNRS, « Polymères et Océans », qui vise à fédérer la communauté scientifique nationale, pluridisciplinaire et très diverse, sur la thématique du devenir et des impacts des plastiques dans l’environnement aquatique.

Au sein du LEMAR, je m’occupe aussi de l’oganisation des séminaires avec Aurélie Chambouvet et de l’organisation des Journées du LEMAR (JDL) avec Anne-Laure Cassone. Enfin, je participe à un groupe de travail récemment créé, et animé par Arnaud Huvet et Sébastien Artigaud, sur l’éco-responsabilité dans la recherche.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Entre les péripéties sur le terrain, les surprises lors de manips en laboratoire et les situations rocambolesques en colloque, j’en aurais plein à raconter, mais ce sont à chaque fois des histoires à rallonge… Une sombre histoire de carboglace sur une aire d’autoroute bordelaise rappellera sûrement des souvenirs à certains Lemariens !

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

J’ai eu de merveilleux moments dans chacune de mes expériences professionnelles, donc il est difficile d’en choisir un. Les plus beaux souvenirs qui me viennent en tête en premier concernent les sorties sur le terrain, aussi bien dans le bassin d’Arcachon que dans les rivières d’Australie ou dans la rade de Brest : ces moments de grâce très tôt le matin lorsqu’on a la chance de pouvoir admirer la beauté de la nature, là, sur l’eau, alors que tout se réveille doucement avec le lever du soleil… C’est unique et magique ! Un autre très bon souvenir, plus pragmatique, qui me vient tout de suite est le jour où j’ai eu le concours CNRS ! J’étais tellement heureuse et soulagée, j’ai bien mis une semaine à m’en remettre et à recoller les pieds sur terre !

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Les voyages, la plongée, la randonnée et la découverte du monde, de nouvelles cultures.

As-tu une devise ?

La vie étant rarement un long fleuve tranquille j’aime beaucoup cette citation de Benjamin Pelletier : « La force des vrais détours n’est pas d’éloigner mais d’amener au but avec plus d’exactitude ».

Contact

Ika Paul-Pont

Crédit photos : LEMAR

BioTechAlg, naissance à l’UBO d’un laboratoire commun inédit dédié aux biotechnologies bleues

Le nouveau laboratoire public/privé BioTechAlg, voit le jour à l’UBO. Il a été inauguré le 26 octobre 2018 à l’IUEM. Ce nouveau laboratoire commun, labellisé par l’agence nationale de la recherche, est une première à l’UBO. Issu de la rencontre entre le laboratoire des sciences de l’environnement marin (LEMAR) et la société productrice de microalgues Greensea, avec le soutien de la SATT Ouest Valorisation, il a pour objectif d’identifier de nouvelles molécules issues des microalgues. Ces composés encore inconnus sont d’un intérêt stratégique majeur pour l’industrie cosmétique et agro-alimentaire : à terme, ils pourront par exemple remplacer des conservateurs chimiques posant de nombreux problèmes de santé publique.

Pour en savoir plus

 

Pages

ZABrI

La Zone Atelier Brest Iroise (ZABrI) a été labellisée par l’Institut Ecologie et Environnement (INEE) du CNRS en mai 2012. Elle est coordonnée par deux laboratoires de lInstitut Universitaire Européen de la Mer (IUEM) : LETG Brest – Géomer et le LEMAR et regroupe plusieurs laboratoires bretons autour de 4 enjeux majeurs pour le littoral :

– la vulnérabilité face aux risques côtiers,

– les transferts terre-mer et leurs conséquences socio-écosystémiques,

– la conservation de la biodiversité et la gestion des usages,

– les relations entre sciences et société.

Son objectif est d’améliorer la compréhension du fonctionnement et de l’évolution du socio-écosystème côtier, dans un contexte de changement et dans une perspective de gestion intégrée, en privilégiant une approche interdisciplinaire et intersectorielle le long du continuum terre-mer.

En 2016, la Zone Atelier Brest Iroise est évaluée par le CNRS.

En savoir plus