Articles

La seconde vie des plastiques de laboratoire de l’IUEM

, ,

Les 4 et 5 novembre 2021, une équipe de six personnels et étudiants de l’IUEM a participé au Makeathon : un marathon créatif organisé à l’UBO Open Factory, dans le cadre du programme européen Sea-EU et du dispositif « Campus Innovant et Durable ».

L’équipe a travaillé autour d’une problématique commune sur la valorisation des plastiques de laboratoire non-souillés : “Comment appliquer les principes bien connus de réduction, réutilisation et recyclage aux laboratoires de l’IUEM ?” À travers le développement de deux prototypes, l’équipe a prouvé que tubes, flacons, cônes et pipettes recèlent encore bien des usages possibles après leur passage au laboratoire.

Objectif du marathon : Transformer les plastiques de laboratoire en objets durables et désirables !

MODUL’LAB :  De la boîte de cônes au mini mur végétal de bureau

Le but de ce premier projet est de pouvoir créer un objet pratique et modulable à partir de la réutilisation brute des boites de cônes. Les grilles colorées de supports de cônes sont assemblées les unes aux autres afin de créer des blocs, tel un jeu de construction. L’assemblage final peut être réalisé par le futur propriétaire de l’objet pour répondre à ses envies. Ainsi, il pourra choisir la forme et les couleurs de son mur végétal. Les boîtes quant à elles serviront de réceptacles pour le maintien, voire, la croissance des plantes.

La version de ce prototype pourra être agrandie pour déployer ce concept de mur végétal pour l’extérieur. Un projet de « lampe végétale » alliant bois, boîtes de cônes, plantes et lumière a également été développé durant le marathon.

Ce travail pourra être présenté dans les campus universitaires, voire les écoles où d’autres éléments pourront être réemployés pour construire ces modules.

Lab’Oucle : La transformation de la matière pour la création de nouveaux objets

L’objectif principal du second prototype proposé lors de ce marathon repose sur la transformation de la matière. En effet, l’idée est de collecter différents items de laboratoire (tubes, boîtes de cônes, bouchons…) et de les transformer en nouveaux objets utiles au laboratoire. Ce processus de revalorisation se décompose en deux étapes :

  • Au laboratoire : Mise en place de points de collecte pour ces différents items plastiques rigides non-contaminés
  • À l’UBO Open Factory : Les items récoltés sont, dans un premier temps, broyés en copeaux, puis fondus à l’aide d’une presse. On obtient alors une plaque de plastique recyclé. L’objet désiré est dessiné sur ordinateur à l’aide d’un logiciel 3D et les différentes pièces sont ensuite découpées dans la plaque de plastique par une fraiseuse, puis assemblées.

Dans le cadre du marathon, un portoir de tubes coniques de 50 mL a été réalisé à partir de plastique recyclé.

Ainsi, à partir de « déchets » de laboratoire et grâce à un traitement minimal, un nouvel objet, utile pour les activités de laboratoire, a été produit. Lab’oucle est bouclée. À terme, ce processus permettra de limiter l’achat d’items plastiques neufs et démontre une liberté d’actions dans leurs créations : supports de tubes, de pipettes, de cahier de laboratoire, tabourets de labo…

La suite

Une réflexion est en cours sur l’organisation de la collecte, du tri et de la transformation des plastiques de laboratoire. Les prototypes doivent également être finalisés pour envisager un large déploiement. Des expérimentations de transformation sont à venir !

Pour échanger sur la valorisation des plastiques de laboratoire, visualiser concrètement les prototypes créés et découvrir les autres mesures de recyclage des plastiques de laboratoire déployées à l’institut dans le cadre du projet Preventing Plastic Pollution, un temps d’échanges est prévu le 13 décembre à 13h15 en Amphi A. Venez nombreux !

Crédits photos

Kevin Quessette / CNRS

Mallorie Bodériou / CNRS

 

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Kevin Quessette / CNRS

Antoine Bideau  / UBO

Lucie Toussaint / Ifremer

À l’IUEM, la réduction et le recyclage des plastiques sont lancés !

, ,

Depuis le mois de septembre, l’IUEM s’est transformé en site pilote expérimental en faveur de la réduction et du recyclage des plastiques. Initiées par le projet Interreg Preventing Plastic Pollution, des actions très concrètes visant à réduire la production de déchets plastiques et à améliorer leur fin de vie par le recyclage se sont mises en place à l’Institut.

Des ilots de tri pour les déchets du flux « boisson »

Douze ilots de tri des déchets ont été installés et répartis dans les trois bâtiments de l’IUEM afin de capter trois types de déchets, générés par le flux « boisson », qui sont ainsi soustraits du flux des déchets « tout-venant » : les bouteilles en plastiques, les canettes en métal et les gobelets en carton. Ces déchets sont collectés et sur-triés par l’entreprise ELISE, qui dispose du label « Entreprise Adaptée » et emploie 80% de travailleurs en situation de handicap. Ils seront envoyés pour traitement vers des filières de recyclage françaises.

Des fontaines à eau et des gourdes durables pour éliminer les bouteilles en plastique

Pour proposer une alternative durable aux bouteilles d’eau en plastique, trois fontaines à eau reliées au réseau et disposant d’un système de filtration, sont maintenant disponibles pour tous. Cette action s’est couplée à une distribution de gourdes en verre aux personnels de l’IUEM, à l’occasion de la journée mondiale de l’océan, pour inciter à abandonner définitivement l’utilisation de bouteilles en plastique. Des mugs lavables en remplacement des gobelets à usage unique ont également été mis à disposition des agents.

Des collecteurs de mégots pour les recycler en mobilier urbain

Afin de répondre aux attentes des agents et usagers sur le nombre et la localisation des collecteurs de mégots aux abords de l’IUEM, sept nouveaux cendriers ont été positionnés sur des points stratégiques (entrée/sortie des bâtiments) afin d’inciter au maximum le dépôt des mégots dans ces contenants. Les mégots ainsi collectés seront ensuite acheminés à Bourg-Blanc (29) pour être dépollués puis recyclés en mobilier urbain par la société MéGo!

Et bien d’autres choses à venir…

La réduction et le recyclage des plastiques s’engagent aussi au sein des unités de recherche. Une dizaine de salles de laboratoires pilotes répartis entre le LGO, le LMEE et le LEMAR, expérimentent actuellement le tri et le recyclage des plastiques souples, des tubes de laboratoire et des gants avant d’envisager une extension à l’ensemble de l’IUEM à partir de début 2022.

Récemment, un travail en faveur de l’élaboration d’une charte « Evénement sans plastique » pour toutes les manifestations internes mais aussi celles faisant appel à un prestataire extérieur a également été lancé. La réduction et le recyclage des plastiques à l’IUEM ne fait donc que commencer !

Pour plus d’informations sur le projet PPP, c’est ici.

Retrouvez également une vidéo de présentation du projet sur la chaîne YouTube du LEMAR

Crédit photos

Sébastien Hervé / UBO

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Ika Paul-Pont / CNRS

 

L’IUEM réduit ses déchets à travers le projet PPP

, ,

Les objectifs du projet Preventing Plastic Pollution

Lancé en 2020 par l’Université Queen Mary de Londres, le projet Interreg France (Manche) Angleterre Preventing Plastic Pollution (PPP) se déploie à grande échelle pour prévenir et éliminer la pollution par les déchets plastiques dans des zones sensibles en France et en Angleterre.
Dans sept sites pilotes (la rade de Brest, la Baie de Douarnenez, la Baie des Veys, la zone de Medway, les fleuves du Tamar et du Great Ouse, et le port de Poole), le projet Preventing Plastic Pollution participe au développement de modèles permettant d’identifier les zones critiques de pollution plastique et d’évaluer à la fois les sources mais aussi le devenir des débris plastiques.

L’implication du CNRS et d’Ifremer au travers du LEMAR

Auprès de 17 autres partenaires, le LEMAR via ses tutelles CNRS et Ifremer est impliqué dans une démarche scientifique visant à évaluer la toxicité des débris plastiques sur les organismes marins, à effectuer des campagnes d’échantillonnage des microplastiques dans la rade de Brest, la baie de Douarnenez ainsi que dans la mer d’Iroise dans le but d’évaluer les niveaux et l’évolution temporelle de cette contamination. Ces travaux permettront ainsi d’évaluer l’efficacité des mesures de réduction des déchets plastiques mises en place progressivement sur les bassins versants concernés par les autres partenaires du projet PPP : installation de filets de rétention aux exutoires, de bacs à marée, actions collectives de ramassages de déchets…

La réduction des déchets à l’IUEM

En complément de ces actions, le projet porte également un volet supplémentaire déployé à l’échelle d’Ifremer et de l’IUEM. Cette démarche a pour objectif de mettre en place des actions très concrètes visant à réduire la production de déchets plastiques dans les bureaux et les laboratoires de l’Institut. Le projet participe également au déploiement de système de collecte et de tri des déchets plastiques afin d’en améliorer la fin de vie et de permettre leur valorisation par recyclage, en lien avec les acteurs locaux. Cette action s’inscrit enfin dans une volonté de transformer l’IUEM en un site pilote expérimental pour envisager une possible extension des mesures à d’autres bâtiments de l’Université de Bretagne Occidentale.

Les avis et attentes du personnel de l’IUEM sur cette démarche

Afin de lancer cette démarche de réduction et de tri des déchets, un questionnaire a été diffusé auprès du personnel de l’Institut pour collecter leurs avis et leurs attentes sur ces thématiques. En un mois de diffusion, 164 participations ont été collectées. Les principaux résultats sont diffusés dans l’infographie ci-après.

Infographie Sondage déchets IUEM

Et concrètement ?

Cet objectif de réduction des plastiques sera atteint par l’installation d’ilots de tri multi-flux dans les trois bâtiments de l’Institut pour favoriser un tri à la source ; par la mise à disposition d’alternatives renouvelables aux plastiques jetables à usage unique pour ceux qui en feront la demande ; ou encore par la réduction de la consommation de certains plastiques de laboratoire. Un travail en faveur de l’élaboration d’une charte « Evènement 0 plastique » sera également mené et des temps de formation et de sensibilisation auprès du personnel seront aussi prévus dans les mois à venir. Engager le personnel de l’IUEM dans cette démarche qui œuvre pour un Institut plus durable, et qui nous concerne tous, c’est tout l’intérêt du projet PPP !

Pour plus d’informations sur le projet PPP, c’est ici. Retrouvez également une vidéo de présentation du projet sur la chaîne YouTube du LEMAR.

Crédits photos

Alastair Scarlett

Sébastien Hervé / UBO

Contacts

Mallorie Bodériou / CNRS

Ika Paul-Pont / CNRS