Participation en présentiel et en distanciel

Pour répondre aux besoins de formation exprimés depuis de nombreuses années par les journalistes sur les sciences et technologies marines, l’Ecole Universitaire de Recherche ISblue propose une école d’été de 2 jours à Brest, au sein de l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM). Cette formation destinée aux journalistes francophones des différents médias apporte un éclairage sur le thème général :

« De l’océan des extrêmes et des crises au développement durable »

L’école d’été Mer et Journalisme est coordonnée par Paul Tréguer et Pauline Letortu.

Pour vous inscrire c’est ici

Date limite d’inscription : le 15 juillet 2021

Une formation animée par :

Stéphane de Vendeuvre

Journaliste, Club de la Presse de Bretagne

Jennifer Gallé

Journaliste, The Conversation

Maude RIVARD

Journaliste, Radio Canada

Intervenants

Franck Selsis (Lab. d’Astrophysique, Univ. Bordeaux)

Anne Godfroy (LM2E, IUEM)

Karine Alain (LM2E, IUEM)

Marcel Babin (Laboratoire Takuvik (Université Laval & CNRS))

Brivaela Moriceau (LEMAR, IUEM)

Virginie Giraudon (Sciences Po, Paris)

Maria José Fernandez Vicente  (UBO)

Anne-Marie Tréguier (LOPS, IUEM)

Philippe Cury (IUEM)

Francois Le Loc’h (LEMAR, IUEM)

Conférence introductive

Franck Selsis

D’autres océans dans la galaxie ?
L’étude des exoplanètes a révélé l’incroyable diversité des architectures de systèmes planétaires. Au sein de la population très variée des exoplanètes, nous observons désormais autour d’une fraction importante des étoiles des planètes de taille et de température similaires à celles de le Terre. Nous nous attendons à ce que ces autres mondes présentent une grande variété de compositions, d’atmosphères, de climats, de conditions de surface que les futurs instruments nous permettront d’explorer. Cette exploration devrait révéler à quel point les propriétés de notre Terre – et notamment sa capacité à abriter de l’eau liquide à sa surface, et de la vie – sont exceptionnelles ou au contraire communes dans notre Galaxie.

Conférences thématiques

Anne GODFROY

Les microorganismes des sources hydrothermales : quand la vie jaillit au fond des océans

La découverte des sources hydrothermales océaniques profondes à la fin des années 70 a offert aux microbiologistes une formidable opportunité pour étudier la vie microbienne dans des conditions parmi les plus extrêmes de notre planète et peut-être similaires à celles de la terre primitive. Dans ces écosystèmes, ce ne sont pas la lumière et l’oxygène qui sont source de vie mais les éléments apportés par des fluides brûlants et anoxiques qui proviennent du plus profond de la croûte terrestre.

Marcel BABIN

Quels sont les impacts du changement global sur l’océan Arctique ?

L’arctique est actuellement la région de notre planète qui répond le plus fortement au changement climatique en cours. Réduction de la banquise, dégel du pergélisol et perturbations de la chaîne alimentaire sont quelques-uns des grands effets déjà constatés. Dans cette présentation, je décrirai les principaux processus physico-chimiques qui sous-tendent ces changements dans l’océan Arctique, et m’attarderai ensuite sur la réponse des écosystèmes marins.

Virginie GUIRAUDON

Mer et migrations humaines

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de Schengen, de nombreuses personnes tentent d’arriver en Europe par la mer. Qui sont-elles et comment comprendre leurs trajectoires ? Quel est le statut de ces personnes en mer selon les droits de l’homme, le droit maritime international, le droit européen ? Dans un espace médiatique saturé par les images de Zodiac surchargés, certains journalistes ont embarqué sur des bateaux de sauvetage, participé à des enquêtes sur les opérations maritimes de l’agence européenne Frontex, ou à des projets pour documenter les violences ou décès en mer comme Forensic architecture. Comment rendre compte des migrations par voie maritime ? Quels en sont les enjeux et les angles morts ? C’est l’objet de cette conférence.

Philippe CURY

Approche écosystémique des ressources renouvelables marines : un concept encore utile ?

Aujourd’hui, les concepts d’agroécologie, de santé globale et d’approches écosystémique des pêches relèvent des mêmes enjeux : trouver des solutions aux grands défis globaux tout en réconciliant des objectifs du développement durable jusqu’à présent antagonistes et sectoriels. L’approche écosystémique des pêches entend réconcilier l’exploitation et la protection de la biodiversité. Cette conférence présentera les grands enjeux liés à l’exploitation des ressources renouvelables, les motivations mais également les solutions et mises en œuvre proposées par cette approche. Elle s’attachera également à montrer comment ce concept développé depuis une vingtaine d’années doit aujourd’hui s’élargir aux problématiques et objectifs de l’Agenda 2030 des Nations unies.

4 Ateliers interactifs

En complément de la formation donnée lors des conférences thématiques, quatre ateliers complémentaires seront proposés. Ils seront animés par un scientifique et un journaliste et aboutiront à la coconstruction d’une trame journalistique à partir d’un corpus de documents.

Milieux anoxiques

Résumé

Il existe une variété de milieux naturellement anoxiques dans les océans. Ces milieux comprennent, entre autres, les sources hydrothermales océaniques profondes, les volcans de boue sous-marins, les bassins hypersalés profonds, les fonds marins euxiniques (= riches en sulfure d’hydrogène), ou encore les sédiments marins profonds. La vie prospère dans ces milieux dépourvus d’oxygène. Des organismes unicellulaires microscopiques, notamment des bactéries et archées, s’y développent par chimiosynthèse. Ces êtres vivants sont capables d’extraire de l’énergie de composés chimiques minéraux ou organiques, et de respirer d’autres molécules que l’oxygène. Ces environnements singuliers, anoxiques en permanence, hébergent aussi des virus et des champignons microscopiques. Récemment, de minuscules animaux capables de vivre sans oxygène y ont également été découverts. Si ces environnements hébergent des organismes possédant des machineries cellulaires adaptées aux conditions anoxiques de leur milieu naturel, ce n’est pas le cas d’un grand nombre d’organismes marins qui sont confrontés à des épisodes anormaux d’hypoxie (= fort déficit en oxygène dissous) et d’anoxie (= absence totale de dioxygène) plus ou moins longs. Les zones anormalement hypoxiques, voire totalement anoxiques, sont qualifiées de « Dead zones » (= zones mortes) car elles s’accompagnent d’une mortalité massive d’espèces benthiques (poissons, crustacés, coraux…) et d’une croissance d’espèces opportunistes (algues, gobies, méduses, bactéries…). Ces sites faiblement oxygénés, qu’ils soient estuariens, côtiers ou situés en haute mer, sont saisonniers pour certains, et permanents pour d’autres. Leur nombre et leur taille augmentent au fil des ans. Les phénomènes de « Dead zones » sont aggravés par les activités anthropiques qui entrainent une eutrophisation de régions océaniques plus ou moins vastes. Dans cet atelier, nous aborderons des questions tournant autour de la vie dans ces milieux naturellement anoxiques et anormalement hypoxiques, des impacts des zones mortes sur la biodiversité et les écosystèmes, de l’évolution possible de ces milieux anoxiques avec le réchauffement des océans, et de la réversibilité du phénomène de zone morte et de la résilience des zones impactées.

Animatrice scientifique

(C) DR

Karine ALAIN

Microbiologiste, Chargée de Recherche (CNRS) au LM2E (laboratoire de microbiologie des environnements extrêmes).

Océans polaires

Résumé

Les océans polaires et sub-polaires sont deux systèmes moteurs de la circulation océanique globale. Lieux de stockage important du CO2 anthropique, ils jouent un rôle clef dans la formation des eaux profondes. L’océan Antarctique fournit au reste de l’océan mondial une bonne part des nutriments nécessaires à la production primaire.

Cet atelier sera plus spécialement consacré à l’océan Austral et à l’Antarctique. Dans cet atelier, à partir d’études de cas, nous identifierons les signes permettant aux scientifiques de détecter les conséquences directes du réchauffement climatique sur le fonctionnement de l’océan Austral, et nous explorerons les conséquences actuelles et futures de ce réchauffement pour son écosystème et sur sa biodiversité.

Animatrice scientifique

(C) DR

Brivaela Moriceau

Biogéochimiste, Chargée de recherche (CNRS) au LEMAR (laboratoire des sciences de l’environnement marin)

Mer et migrations humaines

Résumé

En complément de la conférence de Virginie Guiraudon, cet atelier proposera d’aborder les problématiques et enjeux liés aux migrations dans une perspective historique, en prenant pour cela comme exemple les Européens partis sur le continent américain à la fin du XIXème et au début du XXème siècle. Comment les États européens et américains ont géré la mobilité de leurs populations entre les deux rives de l’océan Atlantique ? Comment cet épisode migratoire peut-il éclairer notre regard sur les enjeux des migrations qui traversent la mer Méditerranée aujourd’hui ?

Animatrice scientifique

(C) DR

María José FERNANDEZ VICENTE

Maître de conférences d’espagnol, UFR Lettres et Sciences Sociales, UBO

Approche écosystémique des pêches

Résumé

Près de 3,3 milliards de terriens dépendent aujourd’hui des ressources aquatiques pour leur alimentation. Les produits halieutiques représentent près de 20 % de l’apport moyen en protéines animales consommées dans le monde, et constituent un enjeu majeur en matière de sécurité alimentaire, notamment au sein de nombreux pays en développement. Le secteur de la pêche est aussi crucial d’un point de vue économique et social. Dans le même temps, l’exploitation, et plus particulièrement la surexploitation des ressources halieutiques, combinée aux effets croissants du changement climatique menacent la biodiversité marine et les populations qui en dépendent.

Dans cet atelier, à partir d’études de cas, nous verrons 1-comment l’approche écosystémique des pêches (AEP) permet de réconcilier l’exploitation et la conservation de l’ensemble des espèces, en s’appuyant sur les écosystèmes, aujourd’hui reconnus comme l’échelle appropriée pour l’intégration des connaissances scientifiques et pour la gestion, et 2- comment l’AEP entend réconcilier la protection de la biodiversité, les activités de pêche respectueuses de l’ensemble des composantes des écosystèmes et des habitats, et le maintien des captures et des emplois à un niveau élevé.

Animateur scientifique

(C) Sébastien HERVE

Francois LE LOC’H

Chercheur en écologie trophique, directeur de recherche (IRD) au LEMAR (laboratoire des sciences de l’environnement marin)

Frais d’inscription

En présentiel : 450 €

En distanciel : 350 €

Québec : via IFQM

Financements

L’action de formation est éligible à la formation continue :

  • En tant que salarié, vous pouvez compléter une demande de financement auprès de votre employeur. Il est également possible de solliciter l’AFDAS (opérateurs de compétences dont relève la presse écrite et les agences de presse).
  • Enfin, si vous faites le choix de déduire les frais réels, les dépenses de formation professionnelle engagées ont le caractère de frais professionnels.

Pour votre information,  cette formation ne peut pas être prise en charge par le Compte Personnel de Formation (CPF).

N’hésitez pas à contacter Anaëlle LE ROUX pour toutes demandes de renseignements.

En savoir plus

Date limite d’inscription : 15 juillet 2021

Plus d’informations et inscriptions sur scienceconf.org

 

Télécharger le programme PDF ici

Partenaires