FOREVER

Inventaire, Diagnostic Ecologique et Restauration des principaux bancs d’huître plate en Bretagne (Flat Oyster REcoVERy)

Coordination

Stéphane POUVREAU

Type de projet

Régional

Financement

FEAMP

Durée du projet

Début du projet

01/01/2018

Fin du projet

31/12/2020

Liens

En savoir plus sur le projet FOREVER ?

En savoir plus sur les autres projets européens de conservation et restauration de l’huître plate ? NORA

L’huitre plate, Ostrea edulis, était autrefois une espèce très importante sur nos côtes bretonnes, où elle faisait vivre de nombreuses familles de pêcheurs. De nombreuses flottilles étrangères venaient exploiter aussi nos stocks. Mais rapidement sur exploitée par la pêche, de nombreux bancs ont disparu au 19ème siècle et l’aquaculture du 20ème siècle n’a pas réussi à redresser la production. Désormais cette espèce, vieille de 200 millions d’années, est sur la liste européenne des espèces à protéger de l’OSPAR : elle a même disparu de mer du Nord où des opérations de ré-introduction sont en cours en Allemagne.

En France, nous avons encore « la chance” d’avoir des bancs d’huîtres plates en Bretagne et notamment en Rade de Brest et Baie de Quiberon. Mais pour combien de temps ? Ces bancs sont en mauvais état et ne font l’objet d’aucune mesure de conservation ou de gestion.

Mais le problème qui se cache derrière cette espèce et sa surexploitation est plus épineux : il est lié à l’habitat qu’elle est capable de créer. C’est une espèce ingénieur, qui construit (par sa production de coquille) des mini-récifs sous marins qui servent de supports et d’abris à de nombreuses autres espèces (presque une centaine). Garant de biodiversité, ces oasis peuvent aussi abriter des espèces d’intérêt pour la pêche : pétoncles, seiches et même ormeaux. Lors du pillage des bancs du 19ème siècle, un éminent scientifique (Moebius, père de l’écologie moderne), avait comparé l’habitat de l’huitre plate à des forêts sous marines pour faire prendre conscience à l’Etat de la richesse de ces milieux et des dégâts irréparables en cours : le terme ”biocénose” vient de son étude sur les bancs d’huitres plates…

Dans ce contexte, le projet FOREVER (projet FEAMP phase I : 2018-2020) s’intéresse à l’état écologique et la santé de ces derniers bancs et aborde des aspects de restauration écologique. C’est le premier projet de ce type en France. Il fait écho à d’autres similaires ailleurs chez nos partenaires européens.

L'équipe

Collaborateurs

Laboratoires Ifremer LER MPL

CRC Bretagne Sud et Bretagne Nord

Cochet Environnement

ESITC Caen

Laboratoire LEMAR – 2018