Site Expérimental d'Argenton

Le site expérimental Ifremer d’Argenton, au sein du LEMAR, est un outil dédié à l’expérimentation sur les bivalves marins, en conditions contrôlées. Il permet d’étudier la réponse physiologique de ces animaux, sous l’effet des facteurs biotiques et abiotiques de l’environnement, incluant différents perturbateurs (e.g. pathogènes, algues toxiques, micro- et nano-plastiques, résidus pharmaceutiques).

Cet outil expérimental permet de travailler en « environnement contrôlé » in vitro/in vivo et ainsi de simplifier la complexité du milieu naturel (« environnement libre »). Il est possible de contrôler divers facteurs, tels que la température de l’eau de mer, le pH, la salinité, la qualité et quantité de la ressource trophique, de même que l’environnement zoo-sanitaire des bivalves étudiés. Grâce à cet outil, les équipes peuvent tester des hypothèses établies en milieu naturel et fournir des observations utiles à la modélisation in silico.

Parmi les salles expérimentales du site, certaines sont dédiées à l’étude des stades précoces, des juvéniles ou des adultes, dans des structures d’élevage de formes et volumes variées, adaptées à chaque stade de vie. Ces salles sont dotées d’automates de mesures permettant entre autres d’estimer l’alimentation des animaux (Coulter counter), leur comportement (chambre d’observation des larves). Elles sont adaptables en fonction des hypothèses à tester, de l’échelle biologique étudiée (niveau de l’individu ou de la population) et du besoin de réplication des conditions expérimentales. Toutes les salles sont alimentées en flux ouvert par une eau de mer pompée dans un vivier de 10.000m3 dont l’eau de mer, sous influence océanique, se renouvelle en fonction des marées. Après son passage dans les salles expérimentales, l’eau est collectée dans un dispositif de traitement des effluents. Une production quotidienne de microalgues, pouvant s’élever à 1200 L/jour, est réalisée dans une salle dédiée afin de nourrir les animaux. Plusieurs espèces de microalgues peuvent ainsi être produites selon les besoins. Des salles expérimentales spécifiques (e.g. quarantaine des animaux, métrologie des appareils de mesure) ainsi que des zones de travail pour préparer certaines expérimentations dites de terrain (e.g. suivi du recrutement larvaire en milieu naturel, méthode naturelle d’infection in situ) existent également sur le site Ifremer d’Argenton. Certaines expérimentations menées dans l’outil ont en effet un prolongement en milieu naturel, sur un site atelier en Rade de Brest dans une zone de culture ostréicole.

L’huitre creuse est actuellement le modèle biologique le plus étudié sur le site.  Le cycle de vie de cette espèce est bien maîtrisé. Un matériel biologique de référence exempt de maladies, les Naissains Standardisés Ifremer (NSI), produit sur le site selon des protocoles standards et contrôlés, sert à plusieurs projets de recherche ayant l’huître creuse comme modèle biologique. Toutefois, d’autres espèces importantes d’un point de vue écologique et économique (huître plate, coquille St Jacques, palourde, moule) peuvent également être étudiées dans l’outil expérimental Ifremer d’Argenton.

Les recherches réalisées sur le site sont financées par l’ANR, la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture, la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité au niveau national, mais également au niveau européen (FP7, H2020, Interreg), et au niveau régional (Labex, Région Bretagne) ou par les tutelles de recherche.

Membres du Pôle

Laboratoire LEMAR – 2018