BODY

Des capteurs de température miniatures et endogènes pour mesurer l’impact des changements de température sur la physiologie de l’huître creuse

Coordination

Charlotte Corporeau (LEMAR)

Type de projet

National

Financement

Projet LabexMER

Durée du projet

Début du projet

01/01/2017

Fin du projet

01/01/2018

Si l’on pouvait connaître comment varie la température corporelle d’une huître in situ selon son mode de vie alors nous pourrions peut-être comprendre comment améliorer sa survie à l’infection dans le milieu, pour mieux gérer la crise ostréicole. Dans ce projet Labex Emergence, notre objectif est de mesurer comment varie in situ la température endogène de l’huître C. gigas selon les sites, selon qu’elle soit élevée sur le bas ou le haut d’estran, en fonction du temps d’exondation, et au cours des saisons. Nous cherchons à découvrir quand et comment la température corporelle de l’huître pourrait induire une réponse thermique pour améliroer sa survie à l’infection virale  par OsHV-1 (Delisle et al, 2018). Dans ce but, nous cherchons à développer un capteur de température corporelle BODY (« body temperature ») pour connaître l’amplitude et les variations de température corporelle subie par l’huître in situ selon son mode de vie. Ce capteur serait innovant car miniaturisé et marinisé. Ce serait le premier capteur endogène développé pour une espèce intertidale sentinelle de l’environnement. Nous aurons accès pour la première fois à une donnée biologique endogène, à l’échelle de l’animal, avec une mesure haute fréquence.

L'équipe

Collaborateurs

  • Woerther Ifremer
  • L. Quéméner Ifremer
  • Professeur B. Helmuth, Marine Science Center, Northeastern university, MA, USA

Laboratoire LEMAR – 2018