Cytométrie

Le plateau technique CYTOMETRIE vise à étudier les caractéristiques des cellules. La détermination de ces caractéristiques permet le phénotypage des populations de cellules ainsi que l’évaluation de nombreuses fonctions cellulaires.

Les caractéristiques étudiés au laboratoire peuvent être aussi bien descriptive (taille, complexité, …) que fonctionnelles, par l’intermédiaire notamment de la fluorescence naturelle ou celle liée à l’incorporation de molécules sondes. Par exemple, il est possible d’étudier la taille et la complexité relatives des cellules ; le contenu en acide nucléique ; les pigments intracellulaires (chlorophylle, phycoérythrine …) ; le potentiel membranaire mitochondrial ; le contenu lipidique ; la viabilité cellulaire ; les signes de manifestations de l’apoptose ; l’activité oxydative intracellulaire ; la phagocytose ; la résistance multi xénobiotiques …

Les cellules ou les modèles étudiés au laboratoire sont variés : hémocytes de mollusques (palourdes, huitre, myes, ormeaux …), spermatozoïdes et ovocytes d’huître, cellules phytoplanctoniques marines, toxiques ou non, bactéries marines, virus marins, cellules sanguines de poissons …

Le LEMAR dispose de trois grands types d’outils pour évaluer ces caractéristiques cellulaires, souvent complémentaire : la cytométrie en flux, la microscopie à épifluorescence et l’imagerie en flux.

La cytométrie en flux est une technique d’analyse de cellules en suspension dans un flux de liquide. Après excitation par un faisceau laser, les cellules diffusent ou émettent alors des signaux lumineux. La quantification de ces signaux révèle leurs caractéristiques optiques.
La cytométrie en flux est une technique qualitative et quantitative qui peut traiter jusqu’à 10.000 événements par seconde.

La microscopie à épifluorescence est une technique d’observation microscopique tirant partie de la fluorescence des objets, ce qui permet de visualiser spécifiquement une structure, un composé et/ou une activité.
Associé à la possibilité de réaliser des coupes optiques (technique pseudo-confocale), la microscopie à épifluorescence permet d’imager des objets en trois dimensions.

L’imagerie en flux est une technique d’acquisition d’images d’objets mesurant de quelques microns à 2 mm présents dans un flux liquide.
L’acquisition des images peut-être déclenchée par la présence d’un signal fluorescent. Un logiciel d’analyse d’image couplé à ce système permet la sélection des objets d’intérêt et la mesures de nombreux paramètres descriptifs (diamètre, périmètre, volume, circularité, concentrations…)

Membres du Pôle

Laboratoire LEMAR – 2018