Anthony VOISIN

Écologie marine, écologie trophique (isotopes stable, acides gras, acides aminés)

Doctorant (cotutelle)
Université de Bretagne Occidentale et Université de Liège

Assignment

Laboratoire LEMAR et LETIS

Discovery

Contact

anthony.voisin@univ-brest.fr

+33 (0) 2 98 49 86 27 (Bureau A240)

Links

Projet de doctorat

BRUTAL : BiodiveRsity Under rapid environmenTAL change: food web structure, trophic interactions and communities’ responses in austral benthic ecosystems.

Directeurs

Julien Thébault, Gauthier Schaal et Gilles Lepoint (cotutelle entre l’UBO et l’Uliège).

Description

Dans l’océan Austral, les changements globaux ont entraîné des modifications rapides de l’environnement, avec des conséquences sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes. Dans certaines régions de l’Antarctique, comme la péninsule Antarctique ouest, où la couverture de glace de mer diminue en réponse au réchauffement climatique, on observe des changements significatifs dans la production primaire, la disponibilité de la nourriture et les flux d’énergie vers le compartiment benthique, avec des implications potentielles pour les interactions écologiques.

Ce projet se concentrera sur les communautés benthiques peu profondes de la péninsule Antarctique et du détroit de Magellan pour comprendre les impacts des différences environnementales sur la structure des communautés et les interactions trophiques. Différentes axes articulent ainsi ce projet :

  1. Ces différences environnementales impliquent-elles des variations dans les habitudes alimentaires, les interactions trophiques et la structure des réseaux trophiques de ces communautés ?
  2. Quels sont les principaux facteurs environnementaux et écologiques déterminant les différences observées ?

___

Anciens travaux de recherche

Ingénieur d’étude en traitement de données biologiques

Projet : Proposition de développement de l’indicateur DCE/DCSMM « macroalgues subtidales ».

Directeurs

Olivier Gauthier, Jacques Grall, Aodren Le Gal et Sandrine Derrien-Courtel

Description

Le développement d’indicateurs écologiques, issus de la recherche appliquée, contribuent à la connaissance, à la compréhension, puis à la gestion et à la conservation des milieux naturels. Les directives européennes (DCE et DCSMM) contribuent à l’évaluation des masses d’eau et sous-régions marines des côtes françaises de Manche et de l’Atlantique. Dans le cadre de la poursuite du développement de l’indicateur DCE « macroalgues subtidales », les données de la surveillance, tous dispositifs confondus ont été analysées par différentes approches et en particulier via le “General Purpose Biological Index” (GPBI, Labrune et al., 2021), afin d’en déterminer la pertinence. Des analyses multidimensionnelles ont permis de confirmer la nécessité de catégoriser les masses d’eau en différents types et de séparer les analyses en fonction des profondeurs et règnes des organismes. Le GPBI a permis d’obtenir des évaluations plus élevées pour certaines masses d’eau dont l’indicateur DCE-2 dévaluait la qualité écologique, en raison de leurs caractéristiques (turbidité naturelle, indicateur uniquement basé sur l’infralittoral). Cependant, des limites persistent et concernent pour l’essentiel l’absence de données de pression exploitables à l’échelle des stations et de la façade. Aussi, des recommandations et suggestions d’acquisition sont énoncées en ce sens. En conclusion, trois options sont envisagées selon plusieurs méthodes de déclassement et d’agrégation des indicateurs.