GreenEdge

Production primaire dans l'Ocean Arctique

Coordination

Marcel Babin (Takuvik),

Type de projet

International

Financement

ANR, chantier Arctique

Durée du projet

Début du projet

01/02/2014

Fin du projet

31/01/2019

Le changement climatique modifie fondamentalement les biotopes marins de l’Océan Arctique. La diminution du couvert de glace pendant l’été a conduit à une augmentation de 20% de la production primaire pan-arctique depuis les dix dernières années. Les blooms phytoplanctoniques commencent plus tôt dans l’année dans plusieurs parties de l’Océan Arctique. A d’autres endroits, la structure de la communauté phytoplanctonique change vers les petites espèces phytoplanctoniques, typique des zones oligotrophes, et certaines espèces des eaux plus chaudes migrent actuellement vers l’Océan Arctique.

Le phytoplancton pousse dans les 10 premiers mètres de la colonne d’eau dans les zones libres et couvertes de glace. Le bloom phytoplanctonique printannier qui se développe à la limite du couvert de glace contribue à plus de 50% de la production annuelle de l’Océan Arctique, ce bloom est généralement associé à un transfert important vers les maillons trophiques supérieurs et vers les couches profondes et les sédiments participant ainsi à l’export de carbone et à la pompe biologique. Par conséquent, la culture, la santé et l’économie des populations locale dépendent fortement des ressources marines découlant de ce bloom printanier. Le bloom phytoplanctonique printanier en Arctique se développe dans la zone ponctuellement couverte de glace, dont l’étendue pourrait augmentée significativement dans les années à venir.  Dans GreenEdge, nous nous focalisons sur la production primaire et le devenir de la matière organique produite par le phytoplancton durant la période la plus productive de l’année : le printemps. De récentes découvertes montrent que le bloom phytoplanctonique démarre sus la glace plus fréquemment et de façon plus intense que ce qu’il était communément cru par la communauté scientifique. Green Edge permettra une meilleur compréhension de l’impact des changements climatiques sur les grands cycles biogéochimiques et sur le réseau trophique en Arctique. Cette étude se fera en lien avec les communautés locales ce qui contribuera à une meilleure gestion des ressources dans les conditions actuelles de changements globaux. Green Edge est donc un projet multidisciplinaire liant les études océanographiques aux impacts sur la société et contribuera fortement aux initiatives françaises arctiques (www.chantier-arctique.fr).

L'équipe

Laboratoire LEMAR – 2018