Biogéochimie de la matière organique dans l'océan pacifique

Pierre Fourrier

Riso Ricardo

Dulaquais Gabriel

50 % ARED labellisée ISBLUE | 50 % UBO EDSML

La matière organique dissoute (MOD) est une composante majeure du flux de carbone sous la couche euphotique, soutient la respiration des bactéries hétérotrophes et détermine la spéciation, la réactivité et le transport d’éléments métalliques micro-nutritifs (e.g. Fe, Cu, Co) essentiels au développement du phytoplancton dans l’océan. Cependant sa grande hétérogénéité physico (taille) –chimique (réactivité) est une barrière à sa caractérisations, elle est donc souvent étudiée de manière globale (carbone organique dissous) ou à travers des propriétés spécifiques (absorption, UV, fluorescence). Durant cette thèse nous nous proposons d’étudier la biogéochimie, la spéciation et la réactivité de la MOD à grande échelle dans l’océan Pacifique. Cette étude s’appuiera sur l’analyse d’échantillons d’eau de mer prélevés le long d’une section s’étendant de l’Alaska à Tahiti dans le cadre d’une collaboration internationale (GEOTRACES US-GP15). Au cours de cette étude la MOD sera étudiée de manière globale, semi spécifique et spécifique afin de caractériser les sources et les puits des différentes fractions composant la MOD. Les analyses seront effectuées à l’aide de techniques chromatographiques, électrochimiques, fluorimétriques et de spectrométrie de masse. Les résultats permettront d’étudier pour la première fois de manière fine le continuum taille réactivité, l’implication de la MOD dans le cycle de l’azote ainsi que de définir si la MOD est une source ou un puit de CO2 à grande échelle. Au cours de cette thèse de doctorat une attention particulière sera portée sur les interactions entre la MOD et les éléments traces métalliques. Ce projet de thèse est l’un des premier à proposer d’étudier les éléments traces et la matière organique comme un seul ensemble au sein duquel les processus régissant le cycle de la MOD ne peuvent être distincts de la réactivité des éléments traces. Dans ce sens, des collaborations seront engagées avec les scientifiques impliqués dans l’étude du cycle des éléments traces et de leur spéciation physico-chimique afin de mettre en relation le jeu de données acquis dans le cadre de cette thèse et les distributions des éléments traces bio essentiels et ainsi d’identifier les connections entre les cycles des éléments traces et de la MOD. Ces travaux de thèse s’inscrivent dans le cadre du programme internationale GEOTRACES. Le financement pour le fonctionnement et la valorisation scientifique (congrès, publication) sont acquis. Ce projet est la seule contribution française à l’expédition US-GP15.

CHBIDO


Lien