Jennifer COSTON-GUARINI

Ecologie historique et théorique

Post-Doctorante
Université de Bretagne Occidentale

Affectation

Laboratoire LEMAR

Discovery

Contact

Liens

Web site: The Entangled Bank Laboratory

Twitter: @ecology_revised

List of publications on Google Scholar

 

Voir ci-dessous pour la version française

Dr. Jennifer Coston-Guarini is a quantitative ecologist. Historical and epistemological perspectives are important leitmotifs for her work, because she is interested in how the absence of a law-based scientific practice in ecological sciences has undermined the capacity we have today to reconstruct and detect trends in ecological systems.

Currently, her research activities are concentrated on a fundamental topic at the center of biology, evolution and ecology: quantitation of the growth and form of organisms. Using molluscan shells as a model system, she is working to combine 3D morphometrics and morphodynamic modelling to develop an entirely new approach that is compatible with both experimental approaches and methods used to reconstruct past conditions from biological archives (e.g. sclerochronology, sclerochemistry). By working within a unified framework, this approach aims to produce new insights into how to measure and predict the relative effects of environmental changes versus the biological capacities of adaptation on growth and form.

She also has professional experience in teaching and as a curator of historical collections. She conceived of one of the first interdisciplinary programs in France for the scientific valorisation of heritage collections within a marine sciences laboratory, combining research on history of science, environmental trends analysis and training activities with Masters students.

She is a member of the LIA BeBEST team, the ICES WG on the History of Fish and Fisheries and heads The Entangled Bank Laboratory project, a virtual laboratory of persons working to improve the quality of environmental impact assessments. Currently at LEMAR, she co-supervises the PhD project of Youenn Jézéquel on the behavior and bioacoustics of the European lobster and spiny lobster.

——-en français——-

Dr. Jennifer Coston-Guarini est une écologue quantitative. Les perspectives historiques et épistémologiques sont des leitmotivs importants pour son travail. Elle s’intéresse aux conditions qui ont conduit l’écologie à développer une pratique qui n’est pas fondée sur des lois scientifiques propres, et comment ceci a affaibli sa capacité actuelle à reconstruire et détecter les tendances des systèmes écologiques.

Actuellement, ses activités de recherche se focalisent sur un sujet fondamental au centre de la biologie, de l’évolution et de l’écologie : la quantification de la croissance et de la forme des organismes. En utilisant les coquilles des mollusques comme système modèle, elle combine la morphométrie 3D et la modélisation morphodynamique afin de développer une approche entièrement nouvelle qui rend compatible les approches expérimentales d’étude de croissance et les méthodes utilisées pour reconstruire les conditions passées à partir d’archives biologiques (par exemple, la sclérochronologie, la sclérochimie). En travaillant dans un cadre unifié, cette approche vise à produire de nouvelles idées sur la manière de mesurer et de prédire les effets relatifs des changements environnementaux par rapport aux capacités biologiques d’adaptation sur la croissance et la forme.

Elle a aussi une expérience professionnelle dans l’enseignement et comme conservatrice de collections historiques. Elle a conçu l’un des premiers programmes interdisciplinaires en France pour la valorisation scientifique des collections du patrimoine au sein d’un laboratoire des sciences de la mer, combinant des recherches sur l’histoire des sciences, l’analyse des tendances environnementales et des activités d’enseignement.

Elle est membre de l’équipe LIA BeBEST, le ICES WG on the History of Fish and Fisheries, et dirige le projet « Entangled Bank Laboratory« , un laboratoire virtuel de personnes travaillant à l’amélioration de la qualité des prédictions en écologie et de l’évaluation d’impact sur l’environnement. Actuellement à LEMAR, elle co-supervise le projet de thèse de Youenn Jézéquel sur le comportement et bioacoustiques de l’homard européen et la langouste.