RISCOREV

RISques COtiers et REalité Virtuelle

Financeur du programme

contrat local
ISblue

Résumé

Ce projet de formation sur 3 ans (étudiants de master 2 EGEL de l'UBO et étudiants en 5e année de l'ENIB) vise à développer un environnement virtuel afin de simuler un événement majeur de submersion et un évenement majeur d'érosion sur des communes littorales afin de mieux sensibiliser les habitants aux risques côtiers et d'y tester différents scénarios de gestion des risques côtiers.


Objectifs

Ce projet de réalité virtuelle permettrait d’atteindre :

  1. Deux objectifs pédagogiques majeurs : a) Pour le master EGEL (expertise et gestion de l’environnement), une pédagogie par projet menée dans le cadre d’ateliers (semestre 3) en collaboration étroite avec les étudiants de l’ENIB permettant l’interdisciplinarité, en s’appuyant sur leurs connaissances en termes de documents règlementaires à disposition pour identifier les communes à risques pouvant être intéressantes à étudier pour la réalité virtuelle, la connaissance des acteurs locaux pour les fédérer autour de cette innovation numérique, la maîtrise des bases de données géographiques (Litto3D, BD topo IGN…) afin de collecter les données nécessaires pour mener à bien ce projet, leur expertise pour la signification accordée aux résultats et leur réception par les acteurs concernés (approches conceptuelles et méthodologiques partagées, comprises et acceptées) ; b) Pour les étudiants de l’ENIB, une pédagogie par projet dans la cadre de leur PRI (Projet de Recherche Informatique, chaque semestre) en collaboration étroite avec les étudiants du master 2 EGEL, associant leur expertise en informatique, en création et le développement de données dans le cadre d’un projet de formation portant sur la réalité virtuelle des risques côtiers pour les gestionnaires, les élus et les habitants.

 

  1. Deux objectifs scientifiques majeurs : a) une meilleure compréhension du risque par les gestionnaires et habitants et b) des choix de gestion pertinents pour limiter l’exposition future au risque.

Méthodologie

La méthodologie envisagée s’appuierait sur :

  • Un projet financé sur 3 ans car celuici est ambitieux et nécessite du temps pour notre équipe composée de Pauline Letortu (enseignante-chercheure, UBO, LETG), Ronan Querrec (enseignant-chercheur, ENIB, Lab-sticc), Pierre De Loor (enseignant-chercheur, ENIB, Lab-sticc), Mathias Rouan (ingénieur de recherche, CNRS, LETG), Riwalenn Ruault (ingénieure pédagogique, ISblue) et Caroline Lummert (ingénieure d’études, UBO, LGO) ;
  • La collaboration entre deux formations ISblue : formation de l’école d’ingénieurs ENIB (connaissance en réalité virtuelle) et la formation du parcours Sciences de la Mer et du Littoral, mention EGEL (connaissance en aléas, enjeux et gestion du risque) ;
  • Des simulations multisupports combinant casque de réalité virtuelle, dispositif de réalité augmentée, et « cave » ;
  • Des données à disposition gratuitement par l’État : données lidar litto3D (SHOM), Plans de Prévention des Risques Littoraux, base de données topographiques (IGN) ;
  • Deux aléas différents sur deux communes différentes : l’aléa érosion avec le recul des falaises et la submersion marine des zones basses.

Résultats attendus

Dans cette coopération, il y a :

  1. Une dynamique de pédagogie par projet très forte autour de ce projet fédérateur tant par les connaissances en sciences de la mer que peuvent apporter les étudiants EGEL, mais aussi en connaissances techniques de développement d’interface par les étudiants ingénieurs (ENIB avec leur PRI).
  2. Des objectifs pédagogiques variés :
  •  pour les étudiants du master EGEL : réalisation d’un atelier en pédagogie par projet au service de cette problématique. Cette pédagogie par projet sera renforcée par le travail en collaboration avec des étudiants de l’ENIB et donc le développement la pluridisciplinarité au sein du projet.
  • pour les étudiants de l’ENIB : découverte de nouvelles méthodes, de nouvelles applications de leur savoirfaire sur des problématiques de géographie et de gestion des risques côtiers.
  1. Le travail en groupe, au sein des différentes promotions étudiantes, mais aussi avec des acteurs universitaires (enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs), des gestionnaires et des habitants ;
  2. Un renforcement de l’« active learning » (la démarche d’investigation, l’apprentissage par la découverte, la manipulation pour un meilleur apprentissage) et le développement des compétences annexes aux connaissances scientifiques de nos étudiants comme la médiation scientifique (expliquer à autrui par une interface pédagogique) ;
  3. Une interaction recherche-formation-appliqué avec échanges riches entre enseignants-chercheurs, élus, gestionnaires, habitants et étudiants.

Ce projet fera l’objet de valorisations (article(s), colloque(s)), pourra être transposé à la Zone Atelier Brest Iroise, aux sites appartenant au SNO DYNALIT[1], mais aussi à l’international et permettra une montée en compétences de nos étudiants grâce aux différents partenariats (EGEL, ENIB).

 

Ressources
  • Présentation détaillée du projet
    Document
    09.06.2021