GEOFISH

Étude géo-archéologique des pêcheries du Finistère

Laboratoires/Partenaire

LETG
LGO
IFREMER-Géosciences marines

Financeur du programme

programme national
OSU-IUEM

Résumé

Les barrages à poissons (fishweirs), ou pêcheries, constituent un type de techniques traditionnelles de pêche qui a longtemps constitué pour les habitants des rivages côtiers l’un des principaux modes de subsistance. Le principe de tels barrages est de contraindre le poisson à emprunter un passage étroit dans lequel il sera pêché au moyen d'un filet emmanché ou à se diriger vers un piège d'où il ne pourra s'échapper. Dans certains systèmes simples, cette zone de capture n'est pas formalisée et le poisson est seulement prélevé à l'arrière d'un muret de pierres à basse mer. Dans ce dernier cas, les barrages forment des infrastructures lourdes et sont susceptibles d'avoir laissé des traces archéologiques sur les estrans. Un barrage est toujours associé à une zone « pêchante », parfois appelée l’ « œil » de la pêcherie. C'est le cas particulièrement sur les installations en V, forme la plus commune rencontrée sur la bande littorale.

Les barrages à poissons semblent avoir été inventés par les communautés de chasseurs-cueilleurs du Mésolithique. Les plus anciennes structures de ce type ont été découvertes sur les côtes de Hollande et du Danemark et sont datées entre 7000 et 8000 cal BP. Dans les îles britanniques, les barrages remontent aux périodes néolithiques et à l’âge du Bronze. De nombreuses structures sont également attribuées aux époques médiévales. En France, plusieurs programmes de recherche ont été lancés au cours des années 2000 pour étudier les anciens pièges à poissons. En Basse-Normandie, les travaux coordonnés par C. Billard (Billard et al., 2013a ; 2013b) ont porté sur les pêcheries en bois, très bien conservées du fait de leur ensevelissement partiel sous les sédiments fins du Golfe normand-breton. La présence de bois a permis l’obtention de nombreuses datations par le radiocarbone et par la dendrochronologie, ainsi que le recueil d’informations techniques et de données précieuses sur l’exploitation de la ressource en bois (Bernard et al., 2012 ; Billard et Bernard, sous-presse).

En Bretagne, la recherche sur ce sujet s’est limitée à un repérage très exhaustif des barrages à poisson à partir de prises de vue aériennes de l’IGN ou de prospections pédestres, voire de quelques plongées sur les monuments actuellement toujours submergés. Plus de 700 vestiges en pierre ont ainsi été recensés (Daire et Langouët, 2010, 2011). Toutefois, l’absence de fouilles systématiques sur les vestiges inventoriés n’a pas permis la découverte de bois ou autres éléments ligneux au sein des structures en pierre, de sorte qu’aucune attribution chronologique n’a pu être établie par le biais de méthodes de datation conventionnelles. Pour contourner ce problème, Daire et Langouët (2011) ont proposé une approche permettant de déduire l’âge de chaque vestige en les positionnant par rapport aux anciens niveaux marins relatifs. Cette tentative s’est néanmoins heurtée à deux principaux verrous méthodologiques :

(i) l’absence de données fiables sur les niveaux marins holocènes dans la région,

(ii) un positionnement altitudinal approximatif des structures sur l’estran.

 

Ces deux verrous semblent aujourd’hui levés, ce qui motive ce projet de recherche. En effet, il existe désormais une courbe fiable de la remontée du niveau marin relatif pour les 8000 dernières années dans l’ouest de la Bretagne (Stéphan et Goslin, 2014 ; Stéphan et al., 2015 ; Goslin et al., 2015). En outre, les vestiges peuvent être positionnés précisément en profondeur grâce aux données alti-bathymétriques récentes produites dans le cadre du programme Litto3D, disponibles sur l’ensemble du Finistère.

 

En 2014, dans le cadre du PEPS Terre-Mer co-porté par l’IUEM, des premiers travaux dans ce sens ont été menés dans l’archipel de Molène où de nombreuses prospections sur l’estran et des observations subaquatiques avaient déjà révélé un fort potentiel archéologique. A cela s’ajoutait également la présence de nombreux restes de poissons sur différents sites archéologiques de l’archipel (Dréano et al., 2013) témoignant de la consommation d’une ichtyofaune très diversifiée et de taille variable, supposant des pratiques de pêche peu sélectives par le biais de barrages à poissons. Un travail fin sur les données bathymétriques (repérage des anomalies de surface) a donc été réalisé. Il a permis de recenser 33 structures inédites (Stéphan et al., sous-presse) trop profondes pour être repérées sur des photos aériennes. Ces édifices s’étirent sur un linéaire total de 4,4 km. Certaines des structures sont composées de dalles très volumineuses qui sont considérées comme de véritables mégalithes. La datation relative des structures indiquent que les plus anciennes semblent remonter au Mésolithique final (quasiment contemporaines des plus anciennes pêcheries connues dans le monde), posant la question d’un mégalithisme précoce dans cette région. Une première campagne de levés bathymétriques à très haute résolution a été menée sur quelques structures en particulier, permettant de mieux documenter l’architecture et l’implantation spatiale des vestiges.. 


Participants

Coordinateurs: Pierre Stéphan
Contributeurs: Alain Hénaff, Bernard Fichaut, Serge Suanez

Productions
  • Apport des données alti-bathymétriques (Litto3D et bathymétrie SMF) dans la détection et l'étude des vestiges archéologiques inter- et sub-tidaux (façade Manche- Atlantique, Région Bretagne, Finistère). Opérations n° OA 2955 et OA 3002
    Document
    Les opérations n° OA 2955 et OA 3002 s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche intitulé...
    20.01.2017
  • Etude géo‐archéologique des pêcheries du Finistère. Mémoire de stage de Master 1 Année Universitaire 2015-2016
    Document
    Ce rapport de stage porte sur l’étude géo-archéologique des barrages à poissons qui s’est déroulé...
    05.09.2016