Modélisation 3D des ondes T

Jean Lecoulant

Jean-Yves Royer

Claude Guennou, Laurent Guillon

Le laboratoire Géophysique Océanique dispose de plusieurs années d’enregistrements des bruits
océaniques grâce à ses réseaux d’hydrophones autonomes mouillés dans les océans Indien et
Atlantique. Ce projet se concentre sur l’étude des ondes T ou bruits océaniques dus à l’activité sismique sous-marine. Le but ultime de l’étude des ondes T est d’être capable, à partir de leurs enregistrements, de caractériser la source sismique qui les a générées, ceci à des fins de surveillance et de suivi de la dynamique des dorsales océaniques, zones particulièrement séismogènes. Beaucoup de questions restent ouvertes au sujet de la compréhension et de l’interprétation des ondes T du fait de la jeunesse de la méthode qui consiste à écouter la sismicité océanique au sein même de l’océan, puisqu’elle ne peut être entendue que très partiellement par les stations terrestres trop éloignées. D’autre part, les ressources informatiques d’aujourd’hui nous permettent de résoudre le problème direct de la génération et de la propagation des ondes T ( 0-40 Hz) sur plusieurs milliers de kilomètre.

Au laboratoire Domaines Océaniques, ces questions ont été abordées au travers de 2 thèses dont les résultats majeurs sont à la base du travail proposé. Il s’agira de poursuivre la résolution du problème direct de la génération et de la propagation des ondes T en insistant sur l’étude des effets 3D de la conversion sismique/acoustique liés à la topographie accidentée des régions épicentrales (axes des dorsales, zones de fracture), et également sur l’étude des effets de la source sismique (diagramme de radiation) et de la propagation longue distance sur les ondes T.

Mots clés:

ondes T, hydrophone, source sismique, dorsale océanique, modélisation

2019

DMR