Soutenance de thèse de Pierre Leffondré

Inversion tectonique d’une marge passive : le cas de la marge algérienne

Lorsqu’une marge passive est soumise à des forces compressives, elle peut s’inverser, développant de nouvelles failles et une réponse flexurale. Cette situation peut éventuellement conduire à initier une subduction. Les marges en inversion constituent donc de précieux témoins pour comprendre les modalités de la genèse des subductions. L’objectif de cette thèse est d’utiliser des données de sismique-réflexion en mer précédemment acquises et traitées le long de la marge algérienne afin de cartographier les structures récentes dues à l’inversion de cette jeune marge océanique affectée par la convergence Eurasie/Afrique. Les horizons sismiques visibles sur les profils sismiques ont été corrélés sur l’ensemble de la marge et du bassin profond, puis une conversion en profondeur par des vitesses constantes par unité a permis de restaurer une géométrie plus réaliste de ces réflecteurs, ce qui a conduit à une analyse quantifiée des structures et des déformations récentes (plio-quaternaires) de la marge. Les déformations finies enregistrées par ces marqueurs sont de deux types: une déformation cassante par grands chevauchements localisés pour la plupart à proximité du pied de marge, et une déformation élastique continue, par flexion et flambage de la lithosphère océanique. L’analyse des différentes coupes permet de proposer une subdivision de la marge en 4 zones distinctes, caractérisées par différents comportements en termes de réponse élastique, d’activité et d’organisation des failles. Cette segmentation est en partie liée à l’héritage structural de la marge. Les résultats permettent de montrer que la déformation élastique de la marge et du bassin algérien, d’importance et de style variable, accommode une part faible du raccourcissement en comparaison des chevauchements actifs imagés au toit du socle. Ces failles inverses sont réparties en segments successifs sub-parallèles à la marge qui permettent de réévaluer le calcul des magnitudes maximales que pourraient atteindre les séismes nucléant sous la marge inversée.

 

Soutenance disponible sur chaîne youtube :