Soutenance de thèse de Maëlle Torterotot

Traitement et analyse de signaux bio-acoustiques dans l’Océan Indien Austral

Application aux baleines bleues

 

La baleine bleue Balaenoptera musculus, le plus grand animal ayant jamais existé, a été menée au bord de l’extinction par la chasse baleinière intensive au 20ème siècle. Depuis l’arrêt de la chasse en 1970, les effectifs augmentent, mais de nouvelles menaces liées aux activités humaines pèsent sur cette espèce classée en danger par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN). Dans l’océan Indien, région privilégiée des baleiniers, les aires de reproduction et d’alimentation et les couloirs de migration des baleines bleues sont encore mal connus. Cette thèse apporte des informations complémentaires sur la présence saisonnière et géographique de trois populations de baleines bleues dans l’océan Indien austral et sur leur usage de cet espace. L’analyse de 9 années d’enregistrements acoustiques enregistrées par un réseau de 6 à 12 hydrophones (réseau OHASISBIO) apporte des informations complémentaires sur la distribution de trois populations de baleines bleues dans l’océan Indien austral et sur leur usage de cet espace.

Pour en savoir plus : lien vers le résumé

Sites de surveillance acoustique du réseau d’hydrophones OHASISBIO et nombre moyen de détections annuelles de vocalisations par site, rapporté au nombre maximal de vocalisations détectées dans le réseau. Les sites de références sont MADW pour les vocalisations des baleines bleues Antarctique et pygmées de Madagascar, SWAMS pour celles des baleines bleues pygmées d’Australie, et ELAN pour les vocalisations dites D-calls (Torterotot et al., 2020)

 

Membres du Jury  Susannah BUCHAN, Chercheure associée, Université de Concepcion, Bio Bio, Chili

                                       Jean-Benoit CHARASSIN, Professeur des universités, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris

                                       Angélique DREMEAU, Enseignante Chercheure, ENSTA Bretagne,Brest

                                       Christophe GUINET, Directeur de recherche, Centre d’Etudes biologiques de Chizé,Villiers-en-bois

                                       Yvan SIMARD, Professeur associé, Institut des Sciences de la Mer de Rimouski, Rimouski, Canada

Directeur de thèse et co-encadrant(s)

                                      Jean Yves ROYER, Directeur de recherche, Université de Bretagne Occidentale, Plouzané

                                      Flore SAMARAN, Maître de conférence, Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées, Brest