Séminaire de Marion Peral (Paris Saclay, Lab Sci Climat & Environment)

Quantifier les variations de température océanique du passé est nécessaire pour comprendre les mécanismes qui régissent l’évolution climatique. Les méthodes de paléothermométrie classiques peuvent souffrir de limitation inhérents à l’écologie des organismes et/ou à cause de l’influence d’effets physico- chimiques (salinité, acidité de l’eau de mer…). Durant les 10 dernières années, la technique de paléothermométrie ∆47, qui repose sur la mesure du « clumping isotopique » dans les carbonates a été développé. Afin d’appliquer cette méthode aux foraminifères, un travail méthodologique était nécessaire avec la mise en place d’une calibration. Notre calibration, couvrant une gamme de température de -2 à 25 °C, montre une excellente corrélation avec la température et l’absence d’effets qui limitent généralement les autres méthodes de paléothermométrie. Nous avons ensuite validé cette calibration pour l’étude des variations climatiques au cours de la transition du Pléistocène moyen (MPT) en mer Méditerranée. Nos résultats montrent des reconstructions de températures robustes comparées à celles reconstruites en utilisant d’autres paléothermomètres. Ils nous permettent aussi d’observer les grandes tendances climatiques au cours de la MPT.