Quantifying biogenic versus detrital carbonates on marine shelf: an isotopic approach

Le budget terrigène des marges passives enregistre les variations des flux sédimentaires passés et,peut donc,être utilisé pour déduire les variations passées des processus de déformation de la surface de la Terre ou du changement climatique. L’obtention d’estimations précises de ces flux de sédimentaire,sur différentes périodes et échelles spatiales, est donc cruciale. Traditionnellement, la détermination du volume des sédiments ne considère que l’accumulation siliso-clastique, la fraction de carbonate (c-à-d CaCO3) étant considérée comme une production in situ. Nous proposons ici une nouvelle méthodologie géochimique pour déchiffrer et quantifier la quantité de carbonates détritiques, en oppositionaux carbonates biogéniques produits in situ, préservés sur les marges continentales. Cette approche isotopique permet de prendre en compte l’export de carbonates du continent vers le domaine océanique,et ainsi d’en étudier les effets sur les bilans sédimentaires. Cette étude, située dans le golfe du Liondont plus de 50% des roches exposées aux processus d’érosion sont carbonatées, est basée sur un forage sédimentaire situé près de la rupture du plateau et couvrant les 500 000 dernières années. Les isotopes de strontium (87Sr/86Sr) de la fraction carbonatée sont nettement moins radiogéniques que l’eau de mer (c.-à-d. entre 0,70809 et 0,708580 alors que l’eau de mer a une composition isotopique de 7092). De plus, ces dernières présentent des fluctuations en accord avec les variations stratigraphiques et climatiques. Ces résultats suggèrent une exportation importante et insoupçonnée de carbonates détritiques du bassin versant durant les conditions glaciaires (entre 55 et 85% de la fraction de carbonates sédimentaires) et interglaciaires (entre 30 et 50%). Ainsi, non seulement les flux de carbonates détritiques doivent être pris en compte dans les calculs de flux de sédiments, mais ces résultats suggèrent également que les composants carbonates détritiques pourraient potentiellement avoir une forte influence sur les compositions isotopiques du Sr lorsque ces derniers sont obtenus à partir d’échantillon total, tels que l’intégralité de l’enregistrement chimiostratigraphique du Sr au Précambrien.

Pasquier-et-al-2019-Carboflux

3 juillet 2019