Ile de Wight

Projet APOTRE (Analyse et Prévision Océanique de la Transparence des Eaux)

 

Les conditions de visibilité sous-marine dépendent essentiellement de la turbidité des eaux. Cette turbidité vient de la présence de fines particules en suspension et de composés dissous. Les trois composés bio-optiques intervenant dans la turbidité sous les algues microscopiques, représenté par son pigment principal la chlorophylle a (CHLA), les particules détritiques et minérales regroupées dans une composante dite NAP (Non-Algal Particles) et une composante dissoute regroupée sous le terme de CDOM (Coloured Dissolved Organic Matter). La dynamique océanique et le cycle biologique contrôlent la variabilité spatio-temporelle de la turbidité. Les apports fluviaux en particules, la remise en suspension des vases par les vagues et les courants, les efflorescences de phytoplancton modifient en permanence les propriétés optiques des eaux. Ce projet a pour objectif l’observation et la modélisation de la turbidité des eaux marines afin d’apporter un soutien aux interventions sous-marines par plongeurs ou moyens de détection optique. Il vise en particulier à développer les techniques statistiques permettant de combiner l’information provenant des observations satellites de la couleur de l’eau (CHLA, NAP et CDOM) et celle provenant de modèles déterministes hydro-sédimentaires et de production primaire. Les techniques statistiques appliquées sont la classification utilisant la technique SOM (Self Organising Maps) et l’apprentissage probabiliste par HMM (Hidden Markov Models). Ce travail se fait en collaboration avec le Centre d’Etude et de Recherche en Informatique et Communications (CEDRIC) du CNAM et le Laboratoire d’Océanographie et du Climat (LOCEAN) à Paris, et le Laboratoire de Génie Côtier et Environnement (LGCE) du CEREMA à Brest. Un point géographique particulier pour l’étude est situé à l’est de l’île de Wight, dans la Manche (voir point M3 sur la Figure), qui est une référence pour l’étude des processus d’érosion, dépôt, d’advection et de dispersion des particules sédimentaires associés à la forte dynamique des eaux de la Manche.