Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Actualités à la Une / Soutenance de thèse d'Emmanuelle Leroy

Soutenance de thèse d'Emmanuelle Leroy

Signaux acoustiques de baleines bleues dans l'océan indien austral : traitement, analyse et interprétation des signaux; lundi 25 septembre 2017, 14h, IUEM Amphithéâtre A





Résumé

 

La baleine bleue Antarctique, Balaenoptera musculus intermedia, est en danger critique d'extinction depuis la chasse baleinière intensive du 20e siècle. L'état de ses populations et leur écologie restent encore mal connus. En raison de l'inefficacité des observations visuelles, la surveillance par acoustique passive est privilégiée pour étudier cette espèce vocalement très active. Cette thèse porte sur l’analyse de 7 ans de surveillance acoustique passive dans l’océan Indien austral, région d’habitat et de migration particulièrement importante pour la baleine bleue Antarctique.

Déployé depuis 2010 sur une aire de près de 9 000 000 km2, le réseau d’hydrophones OHASISBIO fournit une base de données acoustiques multi-site et pluri-annuelle. L'application d'un algorithme de détection automatique des vocalisations de baleines bleues Antarctique, préalablement testé et validé, a permis d’établir les patrons géographiques et saisonniers de présence de l'espèce au sein du réseau. L'analyse systématique de ces vocalisations a également permis de caractériser des variations intra- et inter-annuelles de leur fréquence, affectée par une décroissance long-terme et des modulations saisonnières. L’analyse préliminaire de signatures vocales d’autres espèces présentes dans le réseau - rorquals communs et trois populations de baleines bleues pygmées – a révélé des variations de fréquence similaires de leur vocalisation et permis d’esquisser leurs patrons géographiques et saisonniers. Enfin, deux vocalisations, jusqu'alors non décrites, aux caractéristiques semblables à celles de baleines bleues, ont été identifiées et caractérisées.

Mots clés : baleine bleue Antarctique, bioacoustique, acoustique passive, détection automatique, distribution géographique, saisonnalité, migration, variations de fréquence, océan Indien austral