Séminaire de Kevin Jacq (Université de Rouen)

L’imagerie hyperspectrale pour l’étude de l’environnement marin

 

De nombreux capteurs existent pour le suivi de l’environnement, que ce soit en télédétection ou en laboratoire. L’imagerie hyperspectrale est l’un d’eux et connaît un intérêt grandissant depuis une vingtaine d’année dans ces deux domaines. Au cours de ce séminaire, je vous présenterai les possibilités de caractérisation que permet l’imagerie hyperspectrale avec un focus sur les carottes sédimentaires (matières organiques, minérales, granulométries, dépôts sédimentaires…). L’imagerie hyperspectrale est une technologie à haute résolution (pixels ~50-150 microns) très informative, rapide et non destructive qui, comme je vous le montrerai, se prête à différentes problématiques qui sont intéressantes pour l’étude et la compréhension de l’environnement marin.

Réseau Bases GNSS RTK “Low Cost” pour le littoral

Dans le cadre du projet AGEO et de l’observatoire OSIRISC sur les risques côtiers, des bases GNSS  RTK “Low cost” sont en cours d’installation sur le littoral pour inciter les collectivités locales concernées à suivre l’évolution de leur littoral et du trait de côte. L’IUEM participe à la recherche et aux développements des solutions technologiques et méthodologiques grâce aux actions conjointes des membres du LETG, du LGO et du P2I. Une base RTK “Low cost” est opérationnelle depuis l’IUEM. Des tests compatibilités ont été réalisés avec des équipements RTK mobile comme des récepteurs GNSS “low cost”  et TOPCON ainsi que les drones DJI Phantom 4 RTK et Mavic 2 Entreprise Advanced RTK.
Ce réseau de base GNSS pour le littoral de Bretagne Occidentale s’appuie sur le projet CENTIPEDE qui vise à créer un réseau de bases RTK ouvertes et disponibles pour toute personne se trouvant dans la zone de couverture (~50 km) .

Pour en savoir plus sur les projets :

Projet AGEO (Atlantic GEOhazard Platform) est un projet cofinancé par le programme Interreg Espace Atlantique via le Fonds européen de développement régional (FEDER).
Observatoire de la vulnérabilité aux risques côtiers d’érosion et de submersion en Bretagne (pilote OSIRISC de l’Université de Bretagne Occidentale).
https://www.risques-cotiers.fr/connaitre-les-risques-cotiers/projets/ageo/
Projet CENTIPEDE réseau de bases RTK  : Le réseau est étendu par des instituts publics, des particuliers, des acteurs privés comme les agriculteurs ou d’autres partenaires publics.
https://docs.centipede.fr/

 

VISUsedim – 1er test en conditions réelles le 07-10-2021

Ce jeudi 7 Octobre 2021 a eu lieu en baie de Roscanvel le premier test in-situ du prototype de caméra autonome VISUsedim par 20 mètres de profondeur.

Cet instrument répond à une attente des chercheurs qui souhaitent pouvoir enregistrer une séquence de photographie sous-marine (ou de la vidéo) sur une durée relativement longue (12h minimum) et jusqu’à des profondeurs de 50 mètres avec un budget très limité ! Nous avons donc exploré les possibilités d’un dispositif construit autour d’un module Raspberry PI et de sa caméra. De surcroît, afin de mieux contraindre la profondeur limite du transit sédimentaire selon les conditions hydrodynamiques pour plusieurs sites d’études, ce système « bon marché » permettra le déploiement par des plongeurs de plusieurs unités le long d’un transect entre l’estran et l’avant-plage (de 10 à 30 mètres de profondeur).

GRAVIMOB embarqué sur AUV IdfX

GRAVIMOB 2021 embarqué sur AUV IdefX (N/O Europe)

La campagne GRAVIMOB 2021 (10 au 15 Mars 2021 – N/O l’Europe) a eu pour but le test et la validation du prototype de gravimètre embarqué GRAVIMOB suite aux dernières modifications techniques qui ont été apportées (nouvelle configuration mécanique des capteurs et ajout d’un module de mesures gyroscopique trois axes).

GRAVIMOB (Gravimétrie Mobile Sous-Marine) est un projet de développement d’instrument sous-marin de mesure des anomalies du champ de pesanteur de la Terre. Les mesures gravimétriques sous-marines sont encore très parcellaires et relèvent d’une prouesse technologique. L’utilisation d’instruments conventionnels nécessite une plateforme stabilisée encombrante et la charge utile d’un petit AUV est très vite dépassée. Le projet GRAVIMOB propose un système compact (sphère hyperbare de 17 pouces de diamètre), sans partie mécanique mobile. Il pourra être adapté facilement sur n’importe quel véhicule porteur (prise d’alimentation 24V).

Cette mission a été programmée sur le Navire Océanographique « L’EUROPE » avec l’utilisation de l’AUV Aster’X. Les expériences nécessitent l’existence de longs profils de mesures gravimétriques, au minimum en surface. Nous pourrons valider les résultats obtenus par comparaison avec des mesures déjà existantes. Néanmoins, le traitement des mesures accélérométriques est complexe et le développement du capteur va de pair avec une méthodologie de traitement des mesures spécifique qui doit être révisée compte-tenu de la nouvelle configuration du capteur. Nous recherchons actuellement des financements pour l’embauche d’un salarié en CDD pour la modification de la chaîne de traitement.

Séminaire de Leandro Peñalver (Universidad de la Habana, Cuba)

The Cuban staircase sequences of coral reef and marine terraces:

A forgotten masterpiece of the Caribbean geodynamical puzzle

 

**Présentation en espagnol, diapos en anglais**