Séminaire de Michael NIRRENGARTEN (Université de Cergy-Pontoise)

Évolution tectonique, magmatique et thermique de la rupture continentale en Mer de Chine Méridionale

L’extension continentale suivi de sa rupture et la création d’une nouvelle lithosphère océanique sont des évènements majeurs de la tectonique des plaques enregistrés dans les domaines distaux des marges passives. Les expéditions ODP (Ocean Drilling Program) au niveau des marges de l’Atlantique, ont investigué des modes de rupture contrastés avec de faibles budgets magmatiques présentant de larges étendues de manteau exhumé ou des systèmes riches en magma caractérisés par des croûtes ignées épaisses. Les récentes expéditions IODP (International Ocean Discovery Program) 367, 368 & 368X au niveau de la marge SE chinoise ont foré des hauts de socles présentant une transition progressive entre une croûte continentale amincie et une croûte océanique ignée.

Dans cette étude nous intégrons ces nouvelles données de forages avec des données et modélisations géophysiques sur la marge SE chinoise mais également sur la marge conjuguée NO palawan afin d’analyser l’évolution tectono-magmatique de la rupture continentale. Ainsi nous mettons en évidence grâce notamment à l’asymétrie des structures et domaines, une phase de rupture continentale ou l’extension tectonique et l’accrétion magmatique sont concomitantes avant la stabilisation du système sur une ride médio-océanique.

L’état thermique de la lithosphère pendant l’extension et la rupture continentale est un paramètre essentiel contrôlant le mode de déformation et la production magmatique. Grace à différentes analyses sur la maturité thermique de la matière organique contenue dans les sédiments pre- syn- et post-rift nous avons pu modéliser l’évolution thermique de la marge distale SE chinoise. Ces nouvelles données combinées avec d’autres exemples permettent de déterminer les processus génériques et spécifiques contrôlant le mode de rupture continentale.

Figure : A) Lignes sismiques des marges conjuguées SE chinoise et NO palawan reconstruites à l’anomalie magnétique C10n (~ 28.5 Ma). B) Interprétation des marges conjuguées intégrant les données des forages IODP 367 & 368.

Contact : Jacques Deverchère

Webinaire Marc-André Gutscher (LGO)

The FocusX1 expedition:

a first deployment of a fiber optic « strain » cable across an active submarine fault (offshore Catania, Sicily)

 

he FocusX1 marine expedition in October 2020 onboard the R/V PourquoiPas successfully deployed a 6 km long fiber optic cable and 8 seafloor geodetic stations across the North Alfeo fault, offshore Catania Sicily. This is the first time a dedicated strain cable has been deployed across an active submarine fault. Using the ROV Victor6000 we performed ultra-high resolution micro-bathymetric mapping of a roughly 4km2 region of the seafloor, covering an existing seafloor observatory TSS (Test Site South) and a roughly 2.5 km long segment of the fault and conducted a video-camera survey of the planned fault-crossings. The fault is very sharp, characterized by a roughly 10 – 20 m high escarpment featuring rugged seafloor relief (slopes of 10 – 30° and locally, even near-vertical cliffs). A new seafloor junction box was connected to the TSS and then via a cable-end-module was connected to the new (9 mm diameter) fiber-optic strain cable. Using ROV Victor600 we were able to deploy the full 6080m cable length along the seafloor by means of a dedicated plow system, and cross the strike-slip fault in 4 different locations. Additionally, 8 seafloor geodetic stations (Canopus acoustic beacons manufactured by iXblue) were deployed, 4 on each side of the fault, to measure acoustic baselines within this network and thus provide an independent measure of any relative movements caused by displacement of the North Alfeo Fault. The cable is now providing continuous BOTDR (Brillouin Optical Time Domain Reflectometry) acquisition using two active fibers, along the full distance (28 km from Catania to TSS and then two loops of 12.4 and 18.6 km length, respectively. If fault movement occurs it should be detected at multiple locations along the cable and then later calibrated by the seafloor geodetic network. During the deployment some DAS (Distributed Acoustic Sensing) measurements were also performed by Philippe Jousset (GFZ Potsdam). The next marine expeditions planned are FocusG1 with the Tethys (tentatively scheduled in summer 2021) to download the seafloor geodetic data. Thereafter (probably in early 2022) the FocusX2 expedition plans to deploy a network of 25 ocean-bottom seismometers (which will be complemented by a network of landstations run by INGV). Further objectives include performing sediment coring and light seismics in order to better characterize the current seismic behavior of the North Alfeo fault as well as its long-term seismicity (paleo-seismology) and image the deformation pattern recorded in the shallow seafloor sediments.

Soutenance de thèse de Maëlle Torterotot

Traitement et analyse de signaux bio-acoustiques dans l’Océan Indien Austral

Application aux baleines bleues

 

La baleine bleue Balaenoptera musculus, le plus grand animal ayant jamais existé, a été menée au bord de l’extinction par la chasse baleinière intensive au 20ème siècle. Depuis l’arrêt de la chasse en 1970, les effectifs augmentent, mais de nouvelles menaces liées aux activités humaines pèsent sur cette espèce classée en danger par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN). Dans l’océan Indien, région privilégiée des baleiniers, les aires de reproduction et d’alimentation et les couloirs de migration des baleines bleues sont encore mal connus. Cette thèse apporte des informations complémentaires sur la présence saisonnière et géographique de trois populations de baleines bleues dans l’océan Indien austral et sur leur usage de cet espace. L’analyse de 9 années d’enregistrements acoustiques enregistrées par un réseau de 6 à 12 hydrophones (réseau OHASISBIO) apporte des informations complémentaires sur la distribution de trois populations de baleines bleues dans l’océan Indien austral et sur leur usage de cet espace.

Pour en savoir plus : lien vers le résumé

Sites de surveillance acoustique du réseau d’hydrophones OHASISBIO et nombre moyen de détections annuelles de vocalisations par site, rapporté au nombre maximal de vocalisations détectées dans le réseau. Les sites de références sont MADW pour les vocalisations des baleines bleues Antarctique et pygmées de Madagascar, SWAMS pour celles des baleines bleues pygmées d’Australie, et ELAN pour les vocalisations dites D-calls (Torterotot et al., 2020)

 

Membres du Jury  Susannah BUCHAN, Chercheure associée, Université de Concepcion, Bio Bio, Chili

                                       Jean-Benoit CHARASSIN, Professeur des universités, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris

                                       Angélique DREMEAU, Enseignante Chercheure, ENSTA Bretagne,Brest

                                       Christophe GUINET, Directeur de recherche, Centre d’Etudes biologiques de Chizé,Villiers-en-bois

                                       Yvan SIMARD, Professeur associé, Institut des Sciences de la Mer de Rimouski, Rimouski, Canada

Directeur de thèse et co-encadrant(s)

                                      Jean Yves ROYER, Directeur de recherche, Université de Bretagne Occidentale, Plouzané

                                      Flore SAMARAN, Maître de conférence, Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées, Brest

Retour de campagne FocusX1

Le projet FOCUS, financé par une bourse européenne ERC à hauteur de 3,5 millions €, est en marche.

 

Une brève INSU fait état du retour récent de sa première campagne sur le Pourquoi Pas?

C’est ici : Retour de campagne du navire le Pourquoi Pas ? dans une région menacée

 

Et Ouest-France en fait un article dans son édition du 19 novembre 2020

C’est ici : Des chercheurs bretons surveillent la faille sismique sous-marine au pied de l’Etna

 

D’autres articles suivront….

Contact : Marc-André Gutscher

Séminaire de Pierre Bonnand (Laboratoire Magmas et Volcans / Université Clermont-Auvergne)

Une histoire de Redox avec les isotopes radiogéniques et stables du Cérium