Nous recherchons un ou une

Stagiaire de M1 en biologie marine

Caractériser les traits d’histoire de vie du bar Dicentrarchus labrax en fonction de son stade ontogénétique et de son habitat



Ce stage s’inscrit dans un projet plus large financé par l’EUR ISBlue et qui vise à étudier la plasticité des voies de synthèse des oméga 3 chez le bar Dicentrarchus labrax, en fonction de son stade de vie et de son habitat.
Les acides gras polyinsaturés oméga-3 à longue chaîne (oméga-3 LC) sont des composants majeurs des membranes cellulaires de tous les organismes, y compris les humains, leur conférant un rôle vital dans le maintien des fonctions physiologiques. Leurs effets bénéfiques ont été largement démontrés chez l’Homme, et leur consommation hebdomadaire est aujourd'hui recommandée par de nombreuses autorités (FDA, AFSSA...).
Les oméga-3 LC sont produits à la base de la chaîne alimentaire, c'est-à-dire par les microalgues marines et en particulier les diatomées. Cette production détermine la disponibilité de ces nutriments pour les niveaux trophiques supérieurs, comme les poissons marins qui présentent de faibles capacités à les synthétiser. Les poissons représentent l'un des principaux vecteurs dans le transfert d'oméga-3 LC de l'écosystème aquatique vers l'homme.
Le changement global, par le réchauffement, l'acidification ou l'hypoxie des eaux, entraîne une réduction globale de la production d'oméga-3 LC à la base du réseau trophique marin, en modifiant les assemblages d'espèces de microalgues et leur physiologie. Une telle diminution devrait entraîner une variabilité de la composition en oméga-3 LC des membranes chez les organismes des niveaux trophiques supérieurs tels que les poissons. De plus, il a été démontré chez les ectothermes que l'élévation de la température interagit négativement avec la diminution de la disponibilité trophique en oméga-3 LC sur la composition des membranes des poissons.
De tels changements dans la composition des membranes chez les poissons peuvent avoir des répercussions physiologiques majeures (croissance, reproduction) avec des conséquences à plus grande échelle (dynamique des populations, fonctionnement des écosystèmes, diminution possible de la disponibilité de ces nutriments pour le bien-être humain).
Cette chaîne de conséquences demeure peu étudiée, mais soulève la question de savoir comment les poissons pourraient s’ajuster physiologiquement aux changements environnementaux en cours ?
Les poissons marins, qui vivent dans un environnement trophique riche en oméga-3 LC (riches en diatomées), ont une très faible capacité de synthèse de ces molécules (< 5%) qui sont fournies par leur alimentation. Par contre, les poissons d'eau douce, qui sont exposés à un environnement trophique plus pauvre en oméga-3 LC (peu de diatomées), ont conservé la capacité de les synthétiser (~ 25% des oméga-3 LC) à partir des précurseurs présents dans leur alimentation. La capacité des poissons euryhalins, comme le bar européen Dicentrarchus labrax, à activer ou désactiver ces mécanismes de synthèse en fonction du type d'habitat dans lequel ils se trouvent (marin, saumâtre, fluvial) reste mal comprise, de même que le coût énergétique associé à ce type de modulation. Dans ce contexte, le projet Emergence ADjUST financé par l’EUR ISBLue dans lequel s’inscrit ce stage sont de :
- (1) Mesurer in situ la capacité du bar à synthétiser des omega-3 LC dans différents habitats et à différents stades ontogénétiques,
- (2) Évaluer la plasticité de ses capacités naturelles de synthèse en mesurant expérimentalement leur régulation lorsque les poissons sont exposés à une diminution de la disponibilité des oméga 3 LC couplée à augmentation de température
- (3) Évaluer au niveau individuel le coût énergétique de la mise en œuvre de ses voies de synthèse

Dans ce contexte, l’objectif du stage est de se focaliser sur le premier objectif du projet ADjUST. Dans le cadre de la campagne de pêche prévue au sein du projet européen FEAMP Nourdem (Nourriceries à Demerseaux), des individus des stades G0 à G3 ont été échantillonnés durant l’été 2019 le long de trois estuaires français (d'amont en aval) selon un gradient Nord-Sud (Gironde, Loire et Seine). L’objectif du présent stage est de caractériser l’histoire de vie des individus en analysant les éléments trace dans les otolithes prélevés. En parallèle, un stage de M2 analysera les voies de synthèse lipidiques des mêmes individus.

Le travail de stage consistera en :
- la préparation des otolithes
- l’analyse des éléments trace sur les otolithes
- l’analyse et l’interprétation des données obtenues
- la rédaction d’un rapport.

Formation en biologie/ physiologie des organismes (marins) ; bonne dynamique d’ouverture et de communication ; rigueur, autonomie, bonnes capacités rédactionnelles en français et anglais.

Dates de stage
Le stage est à effectuer au premier semestre 2020

En fonction de la formation (maximum 8 semaines)

Institut Européen de la mer, place Nicolas Copernic, 29280 Plouzané

Pas de rémunération

Envoyer un CV et lettre de motivation à Marie Vagner , Francois Le Loch , Jean Marie Munaron avant le 30/11/2019